Réconciliation { Lawrence } { NC - 18 }

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Mai - 5:20
// ATTENTION \\
Je crois que vous connaissez la chanson si vous avez suivi les palpitantes aventures de Josiah et Lawrence. Sinon, voici une petite définition pour souligner en douceur cette mise en garde, le tout en finesse bien entendu comme toujours :

I made my point.



Cela faisait déjà un mois que Josiah n'avait plus adressé la parole à Lawrence. Un mois depuis leur engueulade chez lui, un mois qu'il ressentait comme un certain vide suite à l'absence de son ami. Évidemment il n'en avait parlé à personne, évidemment il ne montrait rien, il ne l'avouerait certainement jamais, mais Law lui manquait atrocement à vrai dire. Josiah avait commencé à regretter ses paroles, il avait aussi regretté de l'avoir autant blessé, de lui avoir dit des choses pareilles alors que ce n'était qu'une partie bien laide de la vérité. Certes ce soir là il avait couché avec lui pour s'oublier, pour se sentir mieux, mais c'était loin d'être ce qu'il voyait en lui. C'était loin d'être ce sur quoi leur amitié était basée. En un mois, les soirées en solitaire s'étaient accumulées et Josiah commençait à en ressentir le contrecoup. Habitué à l'omniprésence de son ami, à ses messages, à leurs soirées passées à fumer et jouer toute la nuit, il ne pouvait que ressentir un vide maintenant qu'il perdait tout cela. Bien qu'il sache très bien que ce sentiment n'était que temporaire, ça ne l'empêchait pas d'en être triste. Il avait tout foutu en l'air et cette fois c'était bel et bien le cas. Il le savait et pourtant il était trop orgueilleux pour revenir vers lui et s'excuser. Persuadé que la part de responsabilité de Law était plus grande que la sienne, il refusait d'être le premier à plier. C'était bien puéril tout ça.

Leur amitié avait éclaté en cette matinée douloureuse et encore après un mois les paroles de Lawrence revenaient à l'esprit du jeune homme. « Si t'es si aussi indépendant que tu le prétends alors arrête de m'appeler quand t'as besoin. » Là dessus il ne pouvait pas vraiment lui donner tort. Pourtant, il avait toujours été indépendant et avait toujours sû régler ses problèmes lui-même dans la plus grande des solitudes, mais il est vrai qu'il avait bien souvent appelé Law pour réclammer sa présence ou son aide. Il avait bien souvent compté sur lui pour lui tenir compagnie, lui remonter le moral ou autre. Il avait eu, à un certain moment, presque toute sa confiance, au même titre qu'Amber par exemple. Était-il réellement dépendant de lui ? Cette idée le dégoûtait. Il la refusa et la repousa entièrement, mais accepta cependant qu'il avait accordé sa confiance à Lawrence et qu'encore aujourd'hui il l'estimait, malgré tout ce qui s'était passé.

Ce soir là, il s'était couché bien tard, sans vraiment sentir le sommeil l'atteindre. Il savait très bien qu'il ne dormirait pas de la nuit, ce n'était plus vraiment une surprise désormais après toutes ces années d'insomnies. Seul dans son lit, il fixait le mur à sa droite, détaillant celui-ci qui, pourtant, n'avait rien d'intéressant. Il tentait de vider on esprit, de faire taire un peu ses pensées trop bruyantes, ses souvenirs, ses ressentiments. Il pensait beaucoup trop à lui ces derniers jours, ces dernières semaines même.  Peu habitué au sentiment de regret, de vide laissé par un ami abandonné, il était bien plus sensible qu'à l'habitude.
Inspirant longuement, il remua, posant sa tête contre son bras, observant sa main tendue dans les draps propres. C'était loin d'être le cas il y a un mois de cela,  mais étrangement il se souvenait avoir lavé ses draps avec un ressentiment triste et amer plutôt qu'avec colère. Comme s'il lavait par ce geste de manière symbolique leur amitié de sa vie. C'était bien trop poussé comme réflexion bien entendu.
Son regard glissa alors du bout de ses doigts à son avant bras, détaillant quelques blessures récentes qu'il s'était infligé dernièrement. Ses paupières se fermèrent sur cette vision qui le laissait plutôt froid, mais c'est alors qu'il commençait à calmer le flux de ses pensées qu'un bruit vint troubler le silence de la pièce.

Son téléphone, posé sur la table de nuit près du lit, avait vibré deux fois signifiant qu'il avait reçu un nouveau message. Les iris bleutés fixaient alors la lumière qui émanait de l'écran sans pouvoir voir celui-ci. Il hésitait à se redresser pour lire le message ou l'ignorer, mais la curiosité l'emporta et il se redressa enfin. Son corps pourtant léger lui paraissait lourd et ses gestes étaient bien lents. Il finit par attraper son Samsung S6, tournant l'écran vers son visage, plissant les yeux sous la lumière pour arriver à lire ce qui s'y trouvait.

« J'sais que tu dors pas. Pizza : tu viens ? »

Le message venait de Lawrence et c'était là le premier signe de vie qu'il recevait en un mois. Il ne contenait aucune insulte, mais pas d'excuses non plus. Il ne demandait pas pardon, mais ne demandait pas non plus de comptes à Josiah. Il se contentait d'une invitation, comme il avait l'habitude de le faire auparavant.
Sur le coup, Josiah plissa le nez, s'énervant en voyant un tel message. Il se dit que ce gros con avait bien du culot de lui envoyer quelque chose comme ça alors qu'il le savait très bien en colère. Pourtant, cet énervement ne dura pas plus que quelques secondes. Bien vite il se calma, pressant son front contre le téléphone dont l'écran s'était éteint suite à l'inactivité, remontant ses jambes contre son torse, toujours assit au fond de son lit. Il avait envie d'y aller. Il avait envie de le rejoindre et c'était loin d'être pour la pizza.

Il voulait le voir.

C'était là quelque chose de bien difficile à assumer pour Josiah,  alors il mit quelques instants à l'accepter, à se convaincre que ce n'était pas une mauvaise chose. Il crispa ses doigts sur le pauvre téléphone, relâchant finalement ceux-ci, laissant l'appareil glisser sur le matelas sans bruit. C'était un véritable combat intérieur entre sa fierté blessée et son envie de se réconcilier avec son  meilleur ami. Celui-ci avait fait le premier pas après tout, il lui avait envoyé ce message après fort probablement une longue hésitation, mais cela n'empêchait pas Josiah d'être réticent.

Pouvait-il vraiment lui répondre comme si rien n'était, lui dire qu'il était en route, arriver là et manger une pizza avec lui tout en enchaînant les parties de Mortal Kombat, effaçant ce qui s'était passé il y a un mois comme une mauvaise sauvegarde écrasée par une meilleure version ? C'était impossible. Lawrence était rancunier comme tout et lui ne valait pas mieux. Puis comment pouvait-il arriver là bas et le regarder en face après ce qu'il lui avait dit ? Il ne voulait pas s'excuser, mais en même temps il avait mal d'avoir prononcé ces mots. Tss... Comme si Law n'était rien de plus qu'un  coup comme un autre, comme s'il ne valait pas mieux qu'une bouteille de whisky vidée pour oublier... C'était des foutaises tout ça. Des foutaises qui l'avaient rassuré il y a un mois mais qui, aujourd'hui, lui donnaient envie de vomir.

Ainsi, une heure passa sans qu'il ne réponde, sans qu'il ne donne signe de vie à Lawrence. Ce dernier méritait bien mieux que ça, mais il n'aurait pas autre chose qu'un long silence radio de la part de Josiah. À cette heure, il devait probablement avoir abandonné l'idée de le voir et peut-être même était-il en colère, contre lui ou contre lui-même qui sait, mais Josiah n'y pouvait rien. Il était lâche, il avait préféré rester au fond de son lit à grommeler plutôt  que d'attraper cette chance que son ami lui offrait. Quel con.
Enfin, ça avait presque été ça. Presque, car malgré cette heure passée à se convaincre qu'il devait rester au lit, qu'il ne devait pas y aller, Josiah avait cédé. Il s'était levé d'un bond, enfilant par dessus son boxer un jeans, puis un t-shirt, attrapant son veston de cuir, ses cigarettes et ses chaussures, puis en un instant il était parti.

Il s'était laissé guider par un instinct, il avait décidé de ne pas s'écouter pour une fois, d'écraser sa fierté mal placée et de faire quelque chose d'intelligent. Pourtant sur le chemin menant chez Lawrence il avait une bien petite mine au visage. Plus il approchait de chez lui, moins il avait de courage. Serait-il capable de garder la tête haute ? De faire semblant devant lui ? Il doutait de ses capacités en cet instant, mais ne s'arrêta pas. Il finit par arriver devant la porte du studio de son ami, qu'il n'avait d'ailleurs pas prévenu qu'il viendrait finalement le rejoindre. Il l'avait laissé sans réponse durant plus d'une heure, croire qu'il ne viendrait pas et voilà qu'il était debout devant sa porte. Trop tard pour reculer. Une cigarette fumante entre ses doigts, ses cheveux en batailles et son regard trahissant son manque de sommeil, il leva le poing libre pour toquer à la porte.

Même ce geste lui paraissait absurde, comme s'il avait cru ne plus jamais le faire. Comme s'il avait réellement cru ne plus jamais venir toquer à la porte de ce studio de merde. Comme s'il avait réellement pensé effacer son meilleur ami de sa vie comme ça, si facilement. Il attendit alors sans un bruit que Lawrence vienne ouvrir la porte et dès que celle-ci s'entrouvrit il prit la parole, comme pour se donner du courage, comme à son habitude...

« Je viens pour la pizza, te fais pas d'illusions. »

C'était un mensonge, il le savait, Lawrence le savait aussi évidemment. Malgré sa petite réputation de morfale entre eux deux, Josiah ne pensait pas avec son ventre loin de là. S'il était là c'était parce qu'il voulait le voir, parce qu'il lui manquait, mais dire ce gros mensonge lui faisait du bien. Il en avait besoin, comme pour montrer qu'il avait encore son masque, qu'il était toujours aussi fort. Pourtant, il n'avait pas levé les yeux vers Law en prononçant ces mots, contrairement à ce qu'il aurait fait d'habitude avec un sourire carnassier au coin des lèvres. Il n'avait pas sourit, il ne l'avait pas dit d'un ton joueur en ricanant dans sa barbe. Sa voix trahissait sa fatigue et il avait marmonné les mots, plus par principe qu'autre chose on aurait dit. Il regardait le sol, sa cigarette se consumant entre ses doigts, la cendre tombant d'elle-même, comme s'il attendait quelque chose il demeurait immobile...


Ma couleur : #4E4B79
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Mai - 15:25


Réconciliation. Ft Josiah

Un mois. Il s'était écoulé un mois entre ma dispute avec Josiah et aujourd'hui. Ce mois était le plus long de ma vie je crois, je n'avais jamais vu les jours défilé aussi doucement. Malgré mes cours, les sorties pour me changer les idées, tous passaient trop doucement. J'avais tellement de chose à lui dire, des mots bien différents de ceux que nous avions échangé lors de la dernière fois, j'avais toujours aussi pleins de remords et bien que je sois rancunier j'avais besoin de lui parler. De lui dire que je n'avais rien pensé de ce que j'avais pu dire, que je m'excusais, que je reconnaissais ma part de responsabilité... Je n'étais pas seul dans l'affaire c'est vrai mais connaissant Josiah comme je le connais, il n'avouerait jamais une telle chose, bien que lui et moi sachions cela. Ça marchait un peu comme ça avec Jo, il n'avait pas besoin de le dire pour que je sache qu'il le pense. En tout cas il  me manquait ce con, ce petit emmerdeur piqueur d'assiette, nos soirées jeux vidéos particulièrement pendant les insomnies, maintenant je devais me contenter d'attendre seul que le sommeil se pointe quand il l'avait décidé. Bien chiant quoi...

Ce soir, après avoir composé à la batterie toute la journée, je sentais mon corps épuisé et pourtant ma tête elle était bien éveillé. J'étais sur mon lit devant la télé, à jouer sur mon portable en même temps, un jeux débile avec des bonbons mais qui fait passer le temps quand je suis aux chiottes ou que je rouille comme là. J'avais cassé l'écran de mon Xpéria Z5, il en avait vu des choses ce pauvre portable. Il n'était pas vieux mais était tombé grand nombre de fois dans la cuvette de mes toilettes, avant et aussi parfois après avoir fait mes besoins. Le pauvre. Mais encore plus pour moi qui devait le récupérer et le nettoyer ensuite. Bref. J'écoutais la télé d'une oreille distraite pendant que mes doigts glissaient sur l'écran brisé pour me faire gagné des points. Les genoux repliés, je posais mon mollet en équilibre sur le genou d'à côté pour « croiser » mes jambes. À la télé, il y avait une vieille série policière de quoi bien me faire penser à mes cours, c'est pour ça que j'écoutais à moitié, j'en avais déjà bien assez avec la fac pas besoin d'être scotché à toutes les séries en liens avec le droit.

Comme d'habitude j'étais à moitié nu dans mon studio, je n'avais pas fais la lessive et économisais le linge propre pour les jours à venir. En boxer tout simplement. En tout cas j'avais réussis à garder mon studio plus ou moins propre pendant le mois à venir, hormis ma table basse qui avait toujours des tonnes de cadavres de bouteilles et de paquets de chips et gâteaux. Je regardais l'heure avec impatience, un pote de la fac qui bosse dans une pizzeria à l'habitude de me faire quelques pizza en douce et me les ramène après son service. Il savait les pizzas que je prenais habituellement, je n'avais plus qu'à attendre qu'il arrive et toque à la porte. L'avantage c'est que je payais juste l'essence dépensé par mon pote, les pizzas je les avais gratos et ça c'était le pieds, ça revenait nettement moins cher de cette façon. Pas que je sois radin, loin de là, l'argent je m'en moque mais bon personne ne dirait non à des pizzas gratuite.

On toquait à la porte. Il était enfin arrivé, je pouvais sentir l'odeur des pizzas du lit. Je me leva pour les récupérer gratifiant mon pote au passage avec un petit billet. Il m'avait fait trois pizzas : une à l'ananas ( ma préférée), la pizza habituelle de Josiah et la troisième était avec du chorizo, poivrons, merguez et supplément fromage. Je débarrassais la table basse pour pouvoir manger devant la télé. Pendant que je m'activais je ne pouvais cesser de penser à Jo, j'avais sa pizza sous le nez et je n'allais sûrement pas la manger. Devais je lui dire de venir ? Essayer de le contacter le premier ? Certainement, car lui ne le ferait sûrement pas avec sa fierté. Après quelques minutes, je lui envoyais enfin un message pour lui dire de se la ramener pour manger. Ça allait sûrement être inutile car je n'obtenais pas de réponse, il répondait généralement assez vite, surtout quand c'était pour la bouffe.

Une heure avait passé et j'avais déjà mangé la moitié de ma pizza hawaïenne. J'avais rajouté une tonne d'huile pimenté dessus ce qui me forçait à manger doucement et savourer ! De plus, j'avais allumé la console de jeux vidéos, je tuais des zombies et c'était le pied bien que ça me fasse rager quand je mourrais. Josiah ne m'avait pas répondu et sa pizza devait être déjà bien froide, tant pis pour lui, j'ai fais le premier pas si il est pas capable d'être mature je pouvais pas le forcer à me parler après tous. C'était quand même vexant de ne pas avoir eut de réponse.Enfin bon. Il était déjà bien tard, je venais de croquer dans une nouvelle part de pizza quand j'entendis quelqu'un frappé de nouveau à la porte. Sûrement les voisins qui venait se plaindre de nuisance nocturne comme toujours. J'essuyais mes doigts pleins d'huile avant d'ouvrir la porte la bouche encore pleine. Quelle fut ma surprise en voyant Josiah en face de moi. Il avait toujours sa sale tête de petit con emmerdeur mais ça faisait tellement du bien de le voir !

« Je viens pour la pizza, te fais pas d'illusions. »

Je te connais Josiah et même si la bouffe t'a aidé à venir ici, il y a bien autre chose, je sais que je t'ai manqué aussi mais ça tu me le diras jamais hein ? Mon visage s'illuminait en le voyant, j'étais forcément content qu'il vienne, on allait pouvoir mettre les choses aux points, et peut-être redevenir pote bien qu'à mes yeux il soit toujours mon Bro. Je mis forcément quelques secondes à réaliser et c'est en me frottant le torse, heurtant un tout nouveau piercing que la douleur me ramena au moment présent. J'avais fait piercé mon téton droit quelques jours après notre engueulade, une façon de m'infliger de la douleur bien que celui-ci soit  aussi douloureux que le apadravya. Donc, je laissais Josiah entrer dans le studio refermant la porte derrière lui.

«  Mec … ça fait du bien de te voir »

Je souriais brièvement à Jo, lui montrant par la même occasion les pizzas sur la table basse et mon jeu en pause. Je ne savais pas trop quoi lui dire, si je devais m'excuser, le remercier d'être venu, ou simplement faire comme si de rien n'était et reprendre la même attitude avec lui qu'avant bien que nous savions que ça ne serait pas pareil. Je n'oublierai pas les mots blessants qu'il m'avait dit mais en même temps c'était mon meilleur pote et si je devais le blâmer pour son honnêté ( ou pas) ça en deviendrait ridicule. Mais e pense que mon visage exprimait suffisamment la joie que je ressentais de le voir, une joie et forcément une folle envie sexuelle. En un mois je n'avais fais que des plaisirs solitaires, pourquoi ? Parce que je n'avais pas envie d'aller chercher un coup d'un soir dans un bar miteux, j'avais envie de Josiah pendant tout ce temps. Une envie qui commençait à prendre place plus concrètement dans mon boxer, qui rapetissait à chaque seconde de quoi être un peu gênant pour une réconciliation, quoique... c'était Jo après tout. Je glissa une main sur le boxer pour dissimuler tous ça en riant nerveusement.

«  Désolé mais je crois que y a pas que moi qui suis content de te voir... »

Je venais de lui dire qu'il m'avait manqué, que j'étais heureux de l'avoir chez moi ce soir, qu'il ait bougé son cul pour venir. Josiah pourrait sûrement me lancer une pique ou me taquiner sur cela mais je m'en moquais à cette instant il était en  fac de moi et même ses conneries m'avaient manquées, qu'il s'en donne à cœur joie pour ce soir !

© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Mai - 20:20

On pouvait clairement lire sur son visage et dans son allure générale qu'il n'était pas dans son assiette. Lui qui profitait habituellement de n'importe quelle occasion pour ricaner et lancer une pique, lui qui ne laissait jamais paraître autre chose sur son visage qu'un fond de mesquinerie, il en était bien loin ce soir. Il entrait dans l'appartement de Lawrence sans grand enthousiasme, restant plutôt distant et froid, osant à peine le regarder alors qu'il retirait ses chaussures, bien que l'appartement ne soit pas très propre c'était une habitude pour lui. Il glissa alors sa cigarette entre ses lèvres en entendant l'aveu de Lawrence qui semblait bien heureux de le voir. Son regard s'était brièvement levé vers lui, l'espace d'un instant, mais il n'avait pas répondu. Il pensait la même chose, lui aussi était content qu'il l'ait invité, qu'il veule à nouveau lui parler, mais... c'était trop dur de l'avouer. Il voyait les pizzas sur la table basse tout de même encombrée, le jeu en pose, l'ambiance lui donnait envie de se laisser aller à la bonne humeur, car il se sentait bien ici, il se sentait bien en sa compagnie. Pourtant il restait immobile, un peu coincé, encore à moitié dans le moment présent, ses pensées ailleurs.

Alors qu'il avait détourné le regard, encore en pleine hésitation face à l'attitude qu'il devait avoir envers son meilleur ami, ce dernier s'exprima à nouveau et ses paroles firent froncer les sourcils du plus âgé. Il reposa alors les yeux sur lui, constatant évidemment que, comme toujours, Law était excité comme un petit adolescent de 16 ans. Ce qui l'aurait normalement amusé le laissa un peu agacé et il pesta, claquant de la langue en s'éloignant de lui, allant s'asseoir sur le canapé-lit en écrasant sa cigarette dans le premier cendrier qu'il vit, crachant la fumée avant de lâcher d'un ton un peu trop froid..

« T'es sérieux Law ? T'as vraiment un problème mec. »

Il n'était pas vraiment dans la bonne ambiance pour jouer à leur petit jeu, du moins pas pour l'instant. Ça lui prenait déjà tout son courage pour être là et ne pas s'enfuir chez lui, il ne fallait pas trop lui en demander. Tendant les doigts, il attrapa une des boîtes de pizza, l'ouvrant sur sa préférée tout en tendant l'index pour toucher celle-ci, faisant un peu la moue en refermant le carton. Il se redressa alors, attrapant celui-ci, se dirigeant vers la cuisine sans se gêner, sachant très bien que le studio de Lawrence était presque comme chez lui après tout. « Fuck... C'est froid. » Pas étonnant, puisqu'il avait mit une heure à ramener ses fesses là, mais bon il falait bien qu'il râle après tout c'était Josiah. Posant le carton sur le comptoir, il attrapa une assiette propre, mettant quelques parts dessus pour envoyer le tout au micro-ondes. Il n'était pas bien difficile lorsqu'il était question de nourriture, se fichant bien de manger de la pizza réchauffée au micro-ondes par exemple, ou encore des plats un peu ordinaires, voire pas très bons. C'était un peu en rapport avec son éducation, car bien que sa mère lui ait appris les bases de la cuisine, il n'avait jamais été très talentueux et se contentait généralement de ce qu'il pouvait accomplir, soit pas grand chose.

S'accotant contre un bout de comptoir en attendant que sa pizza se réchauffe, il releva ses iris bleutés vers Lawrence qu'il détailla du regard. Quel crétin celui-là... Il pestait mentalement contre lui, mais en même temps son regard trahissait une certaine douceur. Il était content de le retrouver, ce con. Il gardait cependant un silence qui commençait à se faire long. Difficile de retrouver ses aises après ce qu'il s'était passé la dernière fois. Il arrivait au moins de plus en plus à se retrouver lui-même, à sortir de son état second, regardant Law sans fuir des yeux, etc. Il retrouvait aussi son expression de petit  con, remplaçant peu à peu celle de tristesse qu'il avait en entrant ici.

« Tu jouais à quoi ? Non, en fait je m'en branle hein. Sors moi un truc de baston, histoire que j'puisse t'éclater la tronche. »

Il manquait un peu de douceur, pire que d'habitude, mais c'était tout simplement pour cacher son manque de confiance en lui, comme toujours. Il cachait sa tristesse par de l'agressivité, il cachait sa joie de le revoir par de la froideur, mais c'était Lawrence en face de lui et pas n'importe quel débile. Il le connaissait suffisamment pour pouvoir deviner ses petites techniques stupides. Après tout, même si Josiah ne parlait jamais de lui-même, même s'il était toujours un peu mauvais, un peu grognon dès qu'on tentait de le cibler, il n'était pas non plus quelqu'un se compliqué. Dès qu'on comprenait le mécanisme de défense qu'il utilisait il était facile de deviner quand celui-ci était activé. Law avait une tête sur les épaules, malgré tout ce que Jos disait de lui en le traitant de con il l'était beaucoup moins qu'il en avait l'air. Après tout s'il avait été débile il ne serait certainement pas en train de passer son  master en droit. Néanmoins... c'était satisfaisant de le traiter comme tel.

En entendant le micro-ondes s'arrêter, Josiah se détourna pour l'ouvrir et en sortir son assiette pleine de pizzas, retournant vers le canapé pour s'y caler confortablement. Il avait réussi sans trop de mal à ignorer l'érection naissante de son ami, sachant très bien de toute manière que ce dernier bandait à la moindre petite chose alors c'était loin d'être nouveau ou surprenant. Il préférait ne pas s'y attarder, pas dans cet état là en tout cas. Si Lawrence voulait se réconcilier physiquement avec lui il devrait faire plus qu'agiter sa bite sous son nez, parce que c'était loin de l'impressionner désormais.

Il attrapa rapidement l'une des parts de pizza dans son assiette, prenant de grandes bouchées dans celle-ci, la dévorant avec un certain appétit. Il n'avait pas vraiment mangé aujourd'hui, ayant été quelque peu amorphe du réveil jusqu'à maintenant, alors la faim se faisait sentir maintenant qu'il engloutissait quelque chose enfin. Bien vite il vint à bout de la première part, puis reposa l'assiette sur la table basse, se léchant les doigts sans faire attention au début, puis en remarquant Lawrence à côté de lui il eut une première envie de jouer. Alors il passa sa langue plus lentement sur son doigt, avant de le glisser entre ses lèvres, le suçotant tout en jetant un coup d’œil amusé à son ami. Voilà il se ressemblait un peu plus maintenant. Il retrouvait ses aises, peu à peu.

« Arrête de me regarder comme ça ~ C'est pas comme si je le faisais exprès. »

Menteur avec ça. Il avait clairement fait exprès, mais c'était plus amusant comme ça. Il secoua ses mains sur son pantalon, geste pouvant paraître sale mais il s'en fichait bien devant Lawrence en plus, puis il attrapa la manette tout en s'écrasant au fond du canapé, prêt à  se défouler sur un jeu en versus contre son ami. Il tourna d'ailleurs le regard vers lui, le défiant un peu des yeux, puis le provoquant doucement..

« Tu veux parier ? Si je gagne, tu devras t'habiller, sale nudiste, et aller m'acheter des clopes au tabac ouvert h24, tu sais celui qu'est à perpète ~ »

Ajoutons "profiteur" à la liste de ses défauts, mais il avait remarqué en allumant sa cigarette tout à l'heure qu'il n'en avait plus qu'une autre et il savait très bien que celle-ci ne vivrait pas longtemps. Il devait donc aller en acheter et s'il pouvait envoyer Law à sa place c'était une petite victoire pour lui. Il ne manquait plus qu'à celui-ci d'accepter le défi, en ajoutant sa récompense s'il gagnait, ce sont Josiah doutait fortement bien entendu. Au moins, il était déjà plus à l'aise qu'à son arrivée, il n'était plus aussi froid, il souriait un peu, il retrouvait la malice au fond de ses yeux et c'était beau à voir.
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Mai - 22:51


Réconciliation. Ft Josiah

Comme j'avais pu le prévoir Josiah me fit une réflexion sur mon entre jambe qui sortait de son sommeil. Ce n'était pas chose nouvelle entre nous et nous étions devenus aussi très intime il y a quelques semaines. Cependant cette remarque n'était pas sur le ton de la rigolade, de la taquinerie, il y avait quelque chose de différent dans sa voix. Il devait sûrement être tendu et pas très à l'aise avec moi encore, il lui fallait sûrement beaucoup plus de temps que je pouvais le penser. Pour ma part tous c'étaient envolés dès que je l'avais vu sur le pas de ma porte. Il était ainsi entré, retirant ses chaussures avant de se diriger vers la table basse pour prendre sa pizza bien froide. Il râla mais il ne pouvait s'en prendre qu'à lui pour cela, il avait tout de même mit plus de une heure à se décider de venir me voir, après que j'ai fais le premier pas, il allait sûrement en entendre parler dans quelques temps quand tous sera redevenu à la normal entre nous.

Pendant qu'il alla dans la cuisine pour faire chauffer son assiette, je me chargea de replier mon lit, pour le mettre ainsi en forme canapé pour que ce soit plus confortable pour jouer. Il était encore neuf et le matelas bien ferme supportant parfaitement mon poids, tout de fois il n'avait pas encore subit de sexe. Sans aucunes gênes je m'asseyais dans mon canapé étalant mes jambes sous la pauvres petite table basse, une part de pizza froide entre les doigts, mangé froid me dérangeait pas plus que ça, j'avais toujours de la bouffe qui traînait quelques parts et que je terminais une fois bien refroidis. Le micro-onde en marche je ne pouvais m'empêcher de tourner les yeux de temps à autres sur Josiah, comme pour vérifié qu'il était bien là, qu'il ne soit pas entrain de se faire la malle ou que je sois entrain de rêver. J'étais vraiment content, au point d'avoir sûrement une tronche d'abrutis ce qui devait faire râler encore plus Jo à ce que je pouvais entendre. Rien ne pouvait détruire mon soulagement d'avoir mon meilleur ami de nouveau avec moi pour la soirée. Je terminais ma part de pizza quand Jo prit la parole :


« Tu jouais à quoi ? Non, en fait je m'en branle hein. Sors moi un truc de baston, histoire que j'puisse t'éclater la tronche. »

Je haussa un sourcils en le regardant venir vers la table basse son assiette remplie encore fumante. Je pris forcément mon petit air prétentieux fasse à son retour en force, il fallait qu'il se souvienne que j'étais le patron... ou pas.

«  Un jeu pas fait pour les enfants comme toi. Si tu t'en branle tu pourrais me le faire aussi égoïste va ! »

Je ris forcément à ma connerie, les blagues douteuses et un peu lourdes c'était ma spécialité et ça me faisait bien rire, même si on a pas tous le même humour tant que moi je m'amuse ça me conviens tant pis pour les autres, et Josiah bah il avait un peu l'habitude à force, c'était normale, comme dire   «  J'ai faim.. » ou « J'ai froid.. ». Il voulait un jeu de baston, j'allais lui mettre celui qu'on joue tous le temps quand il vient chez moi pour jouer. Je me sortis du canapé, essuyant mes doigts sur un mouchoir dont je ne saurais dire la provenance, ni à quoi il avait servit pour être chiffonné et sur ma table basse, vaut mieux pas le savoir parfois. Je retournais ensuite sur le canapé attrapant la manette puis j'allais lancer une blague quand je vis Josiah, m'allumer ouvertement comme il avait l'habitude de le faire. Il se léchait les doigts, laissant son piercing montrer le bout de son nez. Il m'avait manqué ce Jo là, mais aussi son piercing sur une zone bien précise de mon corps. Je mordais inconsciemment la lèvre en le regardant faire impatient qu'on aille plus loin de nouveau ensemble.


« Arrête de me regarder comme ça ~ C'est pas comme si je le faisais exprès. »

Il m'arracha un sourire bien que je sois définitivement trop dur pour que tous reste bien en place. Je laissa donc ma main aller replacer mon atiraille dans une certaine plainte avant de lancer le jeu sélectionnant le mode laissant l'écran sur la sélection du personnage. J'étais entrain de réfléchir à quelle stratégie adoptée pour lui mettre une bonne raclée. Josiah était affalé dans le canapé et moi légèrement pensé en avant , les coudes reposant sur mes cuisses.

« Tu veux parier ? Si je gagne, tu devras t'habiller, sale nudiste, et aller m'acheter des clopes au tabac ouvert h24, tu sais celui qu'est à perpète ~ »

Je ria en tournant le regard vers lui. Si il pensait aller me faire chercher ses cigarettes avec un pari pourri pour un jeu mais ça ressemblait d'avantage à Josiah et je sentais bien qu'il était plus à l'aise au fur et à mesure que le temps passait. Et pour ce qui est de sa remarque sur le fait que je sois nudiste, il n'avait pas tord mais j'étais tout de même chez moi et il m'avait vu nu dans des positions particulières alors me voir en boxer c'était pas le pire .

« Si tu veux tes clopes tu bouges ton cul dude ! »

Je ris sur le coup mais au final j'avais peut être quelques choses à y gagner si je lui mettais sa raclée. De un je lui faisais fermer son clapet et de deux je pourrais profiter pour demander quelques chose de très osé qu'il devrait faire. Même si je ne suis pas sûr qu'il le ferait, on peut toujours essayer. J'enchaînais donc avec entrain et un petit peu de malice dans le regard.

«  Okay parie tenu ! Si je te mets la raclée tu me fais tâter de ton piercing en bas ! Et si tu me démontes, j'bouge mon cul pour tes cigarettes »

J'avais une bonne raison de me donner à fond pour le battre. Sur cette accord, nous commencions la partie, tout les deux remontés à bloc pour avoir ce que nous désirions. Josiah avait très bien comprit se que je réclamais pour ma victoire, je lui avais fais un bon petit regard qui se dirigeait vers le sud pour souligner mes propos. Forcément je ne voulais pas perdre, et pendant toute la partir j'embêtais Josiah pour essayer de le déstabilisé et ainsi gagné. Pas que je suis mauvais perdant, mais au moins ça donnait de l'action et mettait un peu d'ambiance entre nous. On se chamaillait toujours comme des merdeux, ce qu'on est en réalité faut l'avoué. Le combat était très serré et à mon plus grand étonnement, celui de Jo aussi, j'avais gagné. Pour la première fois Jo ne m'avait pas démonter à ce jeu. Je ne pouvais pas retenir ma joie alors je bondis du canapé en levant les bras la manettes encore dans les mains.

«  PPPPPOOOOOOUUUUH ! J't'ai niqué mec ! C'est qui qui va avoir sa gâterie~ ? »

Je venais de hurler dans l'appartement, dérangeant mes cons de voisins qui tapèrent contre la cloison en râlant comme des vieux. Je n'étais pas d'humeur à me prendre la tête avec eux trop content de ma victoire. Je faisais une petite danse de la joie, remuant mes fesses musclées sous le nez de Josiah, comportement immature mais je ne pouvais pas résister à la tentation. Je me tourna donc devant lui en riant, j'étais prêt à remettre ma victoire en jeu si il contestait ou se montrait mauvais perdant mais fuck j'avais gagné contre Jo.

© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Mai - 4:46
[ RP SOUS BALISE HIDE ]
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Mai - 17:36


Réconciliation. Ft Josiah




© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Mai - 3:08
[ RP SOUS BALISE HIDE ]
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Mai - 12:25


Réconciliation. Ft Josiah




© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Mai - 6:54
[ RP SOUS BALISE HIDE ]
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Mai - 15:19


Réconciliation. Ft Josiah




© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Mai - 6:14
[ RP SOUS BALISE HIDE ]
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Mai - 18:41


Réconciliation. Ft Josiah




© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Mai - 3:34
[ RP SOUS BALISE HIDE ]
HRP : Oh, attends attends, laisse-moi te faire rire un coup 8D

avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Mai - 0:33


Réconciliation. Ft Josiah


Malgré la remarque de Jo, me qualifiant de « petite salope » je ne répondais pas. Non, c'était trop facile si je me vexais, il aurait exactement ce qu'il désirait. En plus de mon cul il voulait se moquer de moi hein, je le connais par cœur Jo. J'étais sexuellement satisfait, parfaitement d'ailleurs, je me sentais bien vide et détendu même si mon arrière train me faisait un peu souffrir. Après lui avoir proposer de se joindre à moi à la douche, il ramena sa fraise dans la salle de bain. Qui dirait non à une bonne douche après une séance de sexe aussi torride ? J'entrais dans la petite pièce, poussant du pied quelques vêtements sales qui triomphaient sur le sol. Une fois le passage dégagé je me tirais jusqu'à la petite cabine de douche. Pour être serré ça on allait être serré dans la petite cabine, déjà que moi tout seul c'était limite mais alors avec Jo ça allait être la catastrophe. Encore c'était pas si terrible car il était plus petit, pas aussi gros que moi on va dire. Bref, j'allumais l'eau en tenant le pommeau de douche dans la main pour toucher et vérifier la température de l'eau.

« C'est vrai qu'avec un mois sans me voir, ton dos est un peu trop vide à mon goût. Ça manque de griffures ~ »

C'est vrai que mon dos n'avait plus subit les attaques de Josiah pendant un mois mais ça ne m'avait pas manqué pour autant, j'aimais la violence mais plus la donner que la recevoir, même si dans l'action on ne peut pas nier que c'est très excitant. Seulement après , c'est pas très agréable avec le frottement des vêtements ou juste avec l'eau chaude pendant la douche, surtout que j'aime prendre la douche bien chaude. À cette réplique je m'étais contenté de répondre par un petit rire amusé, vaut mieux rien dire sinon il serait capable de me griffer sans raisons juste pour avoir raison ou me faire chier. Jo entra le premier dans la cabine de douche avant de m'attraper pour me tirer avec lui à l'intérieur. Comme je le craignais on était pas mal à l'écart mais au moins avec ma taille une fois les bras levés je ne lui touchais pas le visage au risque de lui mettre un coup de coude dans le nez.

Je regardais Jo profiter de l'eau chaude, prenant patience pour attendre mon tour et pouvoir laver mes fesses encore pleine de semence. J'en profitais surtout pour regarder l'eau couler sur son corps, parce que bon faut pas rater une occasion de mater Jo à poils. Il finit par s'éloigner pour me laisser la place sous le pommeau de douche. Le pied, l'eau chaude qui roule sur le corps. Je passais ma tête bien sous l'eau pour rincer mes cheveux de la sueur, oui je transpire de la tête quand c'est trop torride. Je passais mes doigts dans les longues mèches de cheveux laissant de la coloration rouge partir avec  l'eau. Il allait être temps que je refasse ma couleur et que je rase le côté de ma tête en plus de retoucher mes pointes. Ça me prendrait du temps mais je préfère le faire par moi-même, personne ne touche mes cheveux. Les coiffeurs m'ont trop souvent massacré la tête alors fuck je le fais moi même et je suis sûr d'être satisfait du résultat, d'ailleurs si Jo voulait une petite coupe il avait qu'à demandé mais pas sûr qu'il soit au courant de mes dons de coiffeur.

La bouteille de shampoing dans les mains je regardais Jo qui venait d'exprimer son envie de fumer. C'est tout en me savonnant la tignasse que je repensais au faite qu'il voulait que j'aille chercher ses clopes, juste l'idée de devoir sortir la moto me fit grimacer, j'avais vraiment pas envie. Je gardais le silence malaxant mon crâne, laissant la mousse de mon shampoing devenir un peu rose à cause de la coloration qui glissait. Je profitais que Jo commençais à se savonner pour me rincer la tête avant qu'il me vire pour pouvoir se rincer à son tour. Un vieux couple qui se bat pour l'eau.  C'est vrai, qu'on avait des allures de vieux couple tous les deux mais bon c'est ce qui faisait de notre amitié une relation assez complice comme ça . En tout cas même si Jo a un caractère de pourri j'aimerais avoir un gars aussi divertissant que lui et surtout aussi bon au lit, parce que mon dieu c'est vraiment le feu sous la couette. Je luttais contre une envie de le prendre dans la douche, et voilà que ce con venait m'embrasser langoureusement. Je tendais le visage vers lui afin de prolonger ce baiser, une main appuyée sur la paroi de la douche l'érection commençant à se montrer, moi qui pensait être rassasié voilà mon corps qui réclamait un second round.

 « Tu ferais ça pour moi mon beau Lawrence ? »

J'avais clairement un frisson en entendant sa voix ainsi, il m'en fallait peu c'est vrai mais en même temps Jo était trop excitant. Pour ma part je devais ressembler à rien avec mes cheveux plaqué sur la tête ainsi mais bon c'est pas Jo et sa tête d’œuf qui allait l'ouvrir ou sinon il était maso pour se prendre une réflexion à son tour. C'est seulement quand il se mit à rire que j'avais les boules que ce soit simplement pour s'amuser. J'avais envie de lui et comme toujours il jouait avec mes nerfs et mes envies.


 « C'est pas très crédible tout ça... Tant pis, fais juste pas ta pute et achète-moi mes clopes quoi. »


Je venais de prendre le savon et fronça un peu les sourcils, je n'appréciais pas trop ça remarque et j'avais envie de lui coller ma .. dans sa bouche pour la lui faire fermer un peu. Je glissais mes mains sur mon corps, particulièrement entre mes fesses pour laver le sperm de Jo.

«  T'étais bien plus crédible que tu ne le crois... » je regardais mon membre un peu tendu, laissant la mousse coulée dessus pendant que je me rinçais le corps, laissant mes mains venir le frictionner quelques peu pour le nettoyer.  » Mec t'es sérieux j'ai trop la flemme de sortir... »

Je soufflais clairement mon mécontentement, sortant le premier de la douche pour essuyer en premier mes cheveux avec une serviette que j'avais sortie avant de rentrer dans la cabine. Je tendais celle de Jo au passage. Un peu pas patient, je la posa proche de la porte de la cabine pour qu'il puisse l'attraper. Je m'installais devant le miroir regardant mon corps nu encore dégoulinant d'eau . Je m'essuyais toujours doucement prenant le temps de passer sur chaque muscle. Une fois sec, j'llais pouvoir commencer mon rituel. En premier j'appliquais un sérum nourrissant pour mes cheveux, à force de faire le chimiste avec ils avaient besoin que je prenne soin d'eux en attendant que je les coupe. En deuxième, une crème pour éviter les poils incarnés que je mets sous les bras, le pubis et bien sûr entre mes fesses. Je l'avais mes mains pour ensuite mettre ma crème sur ma barbe naissante, une crème qui assoupli le poils parce que j'aime pas les irritations du rasage, vu que je me rase toujours de très près.

Enfin prêt, je démêle mes cheveux les attachant brièvement avant de m'habiller. J'allais aller le chercher son paquet mais il avait intérêt d'être prêt pour le second round à mon retour car j'allais pas traverser la ville pour sa poire et rien n'avoir en échange quand même.

«  J'vais le chercher ton putain de paquet mais prépare ton cul parce que je te prend au retour ! »

Je venais lui claquer la fesse en riant, laissant un petit doute s'installer avant de sortir de la salle de bain pour aller m'habiller. Je m'habillais clairement à la va vite attrapant le casque de moto. «  pas besoin de te dire de faire comme chez toi hein » sur cette phrase je sortis de l'appartement claquant la porte derrière moi. Je dévalais les escaliers afin de prendre la moto.

Une bonne demi heure pour aller chercher son paquet, pour le coup j'en ai pris trois histoire qu'il me casse plus les noisettes avec ça. Je poussais la porte du studio en lançant les paquets à Jo sur le canapé. À peine la porte fermé, que je me déshabillais de nouveau. J'étais un peu épuisé et me laissait tomber sur le matelas en boxer en soupirant une fois confortablement installé. J'avais envi d'un joint pour le coup avant de refaire la fesse à Jo. Je me redressais prenant ce qu'il me fallait pour le rouler. J'avais prit l'habitude d'en fumer quand je n'arrivais pas à dormir pendant l'absence de Jo, car j'étais seul face à mes insomnies donc le joint avait été ma solutions de secoure. Je l'allumais en m'allongeant de nouveau, tirant fort dessus afin de remplir mes poumons et expirer doucement la fumer.

«  Tu me dois une séance de sexe mec pour tes clopes »

Je me laissais aller, une main tenant le joint et l'autre bien au chaud dans mon boxer. Après avoir fumer la moitié seul je le tendais à Jo, le regardant avec un petit air interrogatif voir si il en volait ou si j'allais le terminer seul. J'avais de quoi en faire d'autre si jamais il changeait d'avis trop tard.  Surtout que la cam qu'on avait fournit était plutôt pas mal, ça m'assommait bien et me relaxait au lieu de me rendre trop émotif comme la petite merde que j'avais.

© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Mai - 23:56

À sa dernière remarque, Josiah avait tout de suite remarqué les sourcils froncés de son amant et cette tête agacée qu'il connaissait bien. Visiblement, il l'avait mis de mauvais poil en jouant un peu trop avec ses nerfs, ou peut-être n'avait-il réellement pas envie d'aller lui chercher ses clopes. Tant pis si c'était le cas, car il ne comptait pas lâcher l'affaire et s'il refusait vraiment de se bouger il irait les chercher lui-même et Lawrence passerait le reste de la nuit tout seul. Ça, il le savait très bien. Cependant, allez savoir si ça le dérangeait ou non, ça c'était un mystère pour Josiah en tout cas.
La remarque du plus grand vint donc aux oreilles de Josiah qui sourit un peu en coin en l'entendant lui dire qu'il était plus crédible que ce qu'il croyait. Ah bon ? Il ne pu s'empêcher de baisser un instant le regard vers le sexe de Law, constatant qu'en effet il était loin d'être resté indifférent à son petit numéro de charme qu'il croyait un peu stupide à la base. Décidément, ce cher Lawrence ne changerait jamais. Il était insatiable, pire que pire et incorrigible. C'était à se demander comment son ex avait pu trouver l'énergie d'aller vendre ses fesses en plus de satisfaire ce gros idiot. C'était loin d'être envisageable dans l'esprit de Josiah. À ses yeux, Lawrence était comme un dessert bien riche, un gâteau triple chocolat qu'on s'amuse à déguster une fois de temps en temps, qui rassasie pour la peine et qui laisse l'estomac un peu trop plein sans vraiment que l'on s'en plaigne. Cependant, il ne se voyait pas abuser de ce type de dessert. C'était une gourmandise, un somptueux plaisir qu'il faut savoir doser. Quoi que... peut-être quelque peu addictif. Ça... c'était probablement à cause de cette mauvaise habitude que Josiah avait d'abuser des vices et des choses mauvaises pour lui....

Alors il n'avait pu s'empêcher de le regarder glisser sa main contre sa légère érection pour laver son sexe, se pinçant un peu les lèvres avant de relever les yeux vers lui en entendant ses paroles. Voilà qu'il ronchonnait encore à cause des clopes, vraiment il l'emmerdait. Josiah n'avait pas envie de partir, à vrai dire pour une fois il avait envie de traîner chez lui, chez celui avec qui il venait de coucher, et voilà que s'il continuait il allait devoir se casser quand même.

« Fais pas chier allez quoi Law ! »

Il marmonnait ces mots, espérant que cela fasse changer d'avis à son ami. Il le vit ensuite sortir de la douche et sentit bien qu'il était mécontent, venant pour sa part profiter de tout l'Espace pour terminer de se laver et se rincer, regardant toujours distraitement Law qui se séchait. Pourquoi se priver d'une si belle vision ? son corps était clairement des plus agréables à regarder. Ils étaient définitivement comme un vieux couple, voilà qu'ils ronchonnaient l'un sur l'autre,  sans pour autant cesser de se désirer. Law avait sa semi-érection presque habituelle - pauvre petit - et Josiah ne pouvait s'empêcher de torturer sa lèvre inférieure en le dévorant des yeux.
Il les ferma tout de même un instant pour rincer ses cheveux, la touffe noire se plaquant sur son crâne, puis il secoua un peu la tête, rouvrant les yeux, observant Law avec un petit haussement de sourcil. Il resta alors figé un instant sous le jet d'eau, avant d'éteindre celui-ci, sortant de la douche avec un air médusé. Il foutait quoi là Law ? Josiah le voyait donc étaler sur son corps diverses crèmes et des lotions et des trucs divers, restant silencieux en clignant des yeux, se séchant lentement, ne ratant pas une miette du spectacle. À la troisième lotion il finit par ne plus pouvoir se retenir, pinçant ses lèvres avant d'éclater de rire. Ok, c'était plus fort que lui. Lui qui était loin d'être précieux, qui oubliait trop souvent de raser sa barbe, qui n'appliquait aucune crème ni lotion sur sa peau, qui se contentait d'entretenir son pubis et qui s'en lavait bien les mains du reste. C'était bien trop amusant de voir Lawrence, son pote pourtant bien viril, s'adonner à un tel rituel limite féminin. Il riait donc aux éclats, les mots lui échappant dans une moquerie bien habituelle entre eux..

« Mec, t'es pire qu'une nana ! Tu te mets de la lotion sur le cul t'es sérieux ?! »

Tout en douceur, tout en finesse bien entendu c'était Josiah dans son grand art. Il éclatait encore de rire, séchant ses cheveux en les laissant en bataille, se fichant bien de l'allure de ceux-ci au séchage comme toujours. Lawrence ne sembla pas trop mal réagir à sa moquerie, pas étonnant vu le nombre de piques qu'ils se lançaient dans une journée, puis il s'habilla à la va-vite. Le voyant enfiler des vêtements, Josiah comprit tout de suite qu'il avait gagné et qu'il aurait ce qu'il voulait. La phrase de son ami confirma sa pensée.
Il sourit en coin au claquement sur sa fesse, répondant à Law d'un doigt d'honneur, bien qu'ils sachent tous les deux que même s'il l'envoyait chier il ne risquait pas de lui dire non au retour. Il laissa donc Lawrence quitter l'appartement, ne comptant pas se gêner pour faire effectivement comme chez lui, en commençant par piquer un boxer et un bas de pyjama à son ami. Pas envie de remettre ses vêtements sales, il préférait donc se servir, bien que le sous-vêtement emprunté soit quelque peu grand pour lui ce n'était pas bien grave, il tenait tout de même en place avec l'élastique à la taille et le pantalon par dessus.

Une fois habillé, bien que toujours torse nu, il rejoignit le canapé-lit, tirant les draps sans grande douceur, envoyant le tout par terre, allant chercher des draps propres et une autre couverture histoire de pouvoir passer la nuit dans des draps propres. Alors qu'il changeait le lit, il alluma la dernière cigarette de son paquet, sachant qu'il allait en avoir un tout neuf bientôt il pouvait finalement profiter de cette petite survivante. Rien ne le mettait de meilleure humeur que cette cigarette qu'il avait tant désiré, c'était si satisfaisant, comme si sa soirée ne pouvait pas être mieux. Il avait finalement retrouvé sa relation avec son meilleur ami, couché avec lui passionnément, fumé sa cigarette et en plus il allait avoir un paquet neuf. Le pied quoi.
Une fois le lit refait, il se détourna un instant pour retrouver son jeans et en sortir un petit contenant à cachets. Il en tira trois comprimés de couleurs et de formes différentes, les descendant sans besoin d'eau, étant plus qu'habitué à cela. Un malheureux mélange entre habitude, accoutumance et dépendance. Dans ce cocktail de médicaments, il y avait sa dose d'antidépresseur, ainsi qu'un duo de comprimés contre l'insomnie. Le tout, accompagné de la quatrième qu'il s'enfilait au matin, devait en principe l'aider de diverses manières. L'apaiser, calmer son anxiété, aider son sommeil, assoupir sa dépression, et bla bla bla et tout le reste. Aujourd'hui il ne savait plus vraiment s'il se les enfilait pour les bienfaits, par peur d'être encore pire ou tout simplement pour éviter le sentiment de sevrage. Il préférait ne pas y réfléchir et les prendre sans trop s'y arrêter. D'ailleurs, il avait attendu que Lawrence parte pour les prendre, histoire qu'il ne remarque rien. C'était loin d'être le secret le mieux défendu de l'univers, mais à ses yeux c'était toujours mieux que de lui montrer la preuve qu'il était définitivement une loque fragile et pathétique. Comme ça au moins il n'avait aucune question à répondre. Law n'en avait jamais posé et c'était bon ainsi. C'était ce qu'il y avait de mieux avec lui et Josiah ne comptait pas lui donner des raisons de lui en poser et de gâcher tout ça.
Enfin, il se laissa enfin retomber dans les draps propres, son corps fatigué appréciant la douceur du matelas neuf. Tiens d'ailleurs, il venait d'y repenser. Lawrence avait dû changer son canapé-lit et le nouveau était plutôt confortable, définitivement en meilleur état que l'ancien qui se faisait vieux. Il resta étalé sur le dos quelques instants, sa cigarette écrasée dans le cendrier, il se sentit apaisé et aurait étrangement pu s'endormir, si Law n'était pas rentré à l'instant même.

Il se prit alors les paquets, en recevant deux sur le torse et un en pleine tronche, ronchonnant en se redressant, quoi qu'il ne râla pas bien longtemps en constatant que son souhait avait été triplé. Ça, pour ça il allait clairement prendre cher. Trois paquets, ça voulait dire trois fois plus violemment Law allait prendre sa récompense. Il ne pouvait nier le trouver absolument à tomber, le désirer sous à peu près toutes ses formes, mais là il était crevé et cette idée l'épuisa juste d'y penser. Ce gros idiot avait intérêt à bien s'y prendre s'il voulait coucher avec lui à nouveau, clairement.
Enfin, lorsque Lawrence vint s'installer près de lui, déjà à nouveau en boxer, Josiah ne retint pas un petit sourire, surtout en le voyant commencer à rouler un joint. Là, il savait décidément le prendre par les sentiments. Ce n'était pas son meilleur pote pour rien après tout.

« Merci bro, pour mes clopes. T'es le meilleur ~ »

Des mots gentils, pour une fois. C'était chose bien rare entre les lèvres de Josiah, surtout dernièrement. Cependant il devait bien l'avouer, sur ce coup là Law avait assuré. Il aurait très bien pu l'envoyer se faire foutre, mais voilà qu'il revenait avec trois paquets et il allumait un joint en plus de ça. Quoi rêver de mieux ? En entendant ses paroles, le plus âgé ricana vaguement, se redressant à peine, venant se caler bien contre Lawrence, histoire d'être au chaud contre son corps, n'y résistant absolument pas dans cette ambiance...

« Ouais ouais... C'est pas comme si t'avais besoin de m'acheter des clopes pour m'avoir dans ton lit et tu le sais très bien Law ~ »

Ce n'était que pure vérité  et il assumait totalement. Ils étaient amis, autant qu'amants et Lawrence n'avait pas à faire grand chose pour l'avoir au fond de son lit. Josiah serait bien fou de lui dire non en général, car ça lui faisait toujours du bien, ça lui vidait la tête de ses tourments et il se sentait toujours mieux après. Là tout de suite il se sentait épuisé, mais bon en général il était toujours partant pour une séance de sexe avec son meilleur ami. D'ailleurs, ce dernier lui tendit alors le joint et Josiah hésita un peu. Il le prit entre son index et son pouce, détaillant vaguement Lawrence des yeux, suivant son bras, détaillant la forme de sa main sous son boxer qui le tenait au chaud là. Il tira sur le joint, recrachant la fumée, se glissant un peu plus contre le jeune homme en même temps. Son corps était chaud, il avait envie de s'y reposer encore un peu.

Tout en fumant, il sentait lentement les effets du joint, étant déjà plus léger, quoi que cela n'ait pas vraiment aidé à sa fatigue. Il était désormais à moitié sur le ventre de son ami, détaillant son visage en tirant l'une des dernières bouffées du joint, recrachant la fumée en sa direction, pouffant un peu en pressant le nez contre son torse... Le pire était à venir, vu son état de fatigue il risquait d'enchaîner les conneries ce pauvre Josiah...

« Mec, ton nez est teeeellement mal foutu ! »

Voilà, c'était bel et bien le début de la fin. Il pouffa à sa propre remarque, se redressant un peu pour terminer le joint et écraser le mégot dans le cendrier, revenant doucement s'étaler contre Lawrence. Il posa ses coudes contre le torse large de son amant, reposant sa tête sur ses propres paumes, gardant ainsi le haut de son corps un peu relevé, pouvant détailler le visage du plus jeune. Il s'était attardé sur son nez dans une petite moquerie, mais il ne pouvait nier que Law était très beau, probablement beaucoup plus que lui. Il se laissa mollement tomber contre son torse, y posant sa tête, fermant les yeux en marmonnant un peu...

« T'as vraiment l'énergie pour un second round...? Parce que moi pas. » Il marqua une pause, relevant un peu le visage histoire de décoller ses lèvres de contre sa peau et pouvoir parler plus clairement, car sa dernière phrase avait été bien étouffée, déjà que sa voix rauque n'était pas des plus aisées à comprendre... « Si j'te promet d'être là à ton réveil, tu m'laisses m'en sortir à bon compte pour ce soir ? ~ »

C'était une proposition qu'il n'aurait certainement pas faite à n'importe qui. Il se serait simplement cassé de chez la plupart des mecs, mais c'était Lawrence alors il avait traîné. Cependant il ne se sentait pas de le satisfaire encore sauvagement toute la nuit, à vrai dire entre le joint et ses médicaments il se sentait plutôt lourd pour le coup. Alors il avait proposé ce compromis, changeant sa petite règle de ne jamais rester le matin, proposant à Lawrence cette alternative quelque peu douteuse mais tout de même alléchante. Après tout, qui dirait non à une très bonne compagnie pour accompagner l'érection matinale ? ~ Évidemment, il ne laisserait pas son ami sur sa faim totalement, mais tentait une petite proposition pour ne pas devoir aller jusqu'au bout avec toute cette fatigue dans le corps...
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Mai - 16:11


Réconciliation. Ft Josiah

Josiah avait reprit le joint et moi je commençais à comater dans mon lit dont les draps était propres. Il les avait changés sérieusement ? Franchement j'avais du mal à y croire mais bon il  l'avait fait. J'étais impressionné mais trop bien dans mon lit pour lui faire un compliment, il pouvait bien avoir fait ça alors que j'avais traversé la moitié de la ville pour ses cigarettes et qu'en plus de totu ça j'en avais ramené trois au lieu d'un seul paquet. Il avait intérêt d'être aussi généreux que moi pour ma récompense hein.

Je laissais donc Jo fumer tranquillement pendant que je me laisser aller, je me relaxais tranquillement , me sentant déjà apaisé par la fumette. Il allait falloir que j'arrête ce genre de bêtise qui arrivait de plus en plus souvent mais bon, c'est pas comme si j'y étais accro. Jo se rapprocha de moi et c'est assez naturellement que je passa mon bras autour de lui pour avoir un peu de tendresse. J'ai beau être une armoire j'aime la tendresse surtout quand je suis complètement mort comme ça. L'autre imbécile n'arrêtait pas de remuer. Il avait pas le choix de toute façon je l'aurais tirer à moi si il s'était mit plus loin. C'est pas comme si on avait jamais de contact physique tous les deux, on avait peut être un peu trop de ce genre de contact mais bon qui ça regardait à part nous ? Notre relation amicale était bien ainsi et on venait de se réconcilier de la meilleure façon qu'il soit, une fois qui nous ressemblait parfaitement. Je crois que je radote un peu sur certaine chose … Je suis fatigué.

 « Mec, ton nez est teeeellement mal foutu ! »

Je haussais un sourcil, ayant du mal à capter ce qu'il venait de me dire. Il venait de remarquer que maintenant que j'avais eu le nez cassé. Moi qui pensait que ça se voyait comme le nez au milieu de la figure... Pendez moi pour cette blague moisie. Bref, il écrasait le joint dans le cendrier avant de revenir vers moi. Il riait de mon nez, au point que j'étais limite vexé, je le touchais du bout des doigts sentant parfaitement où il avait été cassé et me souvenant très bien de l'espèce de plâtre que j'avais eu sur la gueule ainsi que la douleur. Ça fait un mal de chien le nez, après ça j'avais toujours veillé à remonter ma garde pour protéger mon visage. Il faut toujours deux trois coups dans la gueule avant de retenir la leçon.

«  Taggle, j'me suis fais pété le nez en combat »

Je riais doucement parce que bon j'ai eu de la chance que Jo ne m'ait pas vu avec le pansement sur la gueule sinon j'en aurais pris pleins les oreilles avec ses piques à deux balles. Il avait élu domicile sur mon torse pour le coup, il était plus petit que moi et plus fin aussi j'avais parfois l'impression d'être avec un gars plus jeune que moi alors que pas du tout, il était le plus vieux mais loin d'être le plus mature de nous deux. Je laissais mes doigts sur se épaules se promener touchant sa nuque dégagée, puis la naissance de son dos. Je le regardais, son nez précisément parce que bon il avait critiqué le miens mais qu'en ait il du sien.

«  J'pourrais casser ton nez avec une biffle... »

Je parlais à voix basse car cette phrase avait clairement dépassée ma pensée. Mais Jo râlait et n'avait clairement pas envie de remettre ça niveau sexe, je le comprenais car moi aussi j'avais sommeil mais si je le laissais dormir il allait se barrer au petit matin et me laisser sur la béquille à mon réveil, ça c'est pas cool. C'est pas comme si on était des parfait inconnus, on se voit presque tous les jours et on couche ensemble régulièrement alors pourquoi faire des chichis sur le fait de partir au petit matin comme un voleur alors qu'on recommence le soir même ou quelques jours après au pire des cas.

« Si j'te promet d'être là à ton réveil, tu m'laisses m'en sortir à bon compte pour ce soir ? ~ »


«  Mec j'te connais par cœur tu vas pas rester... tu vas encore partir pendant que je dors.. »

Je soupirais un peu déçu, car forcément je n'avais pas eu ma compensation pour être sorti dehors alors que j'avais à peine finit ma douche. Mais d'un côté si il était pas capable de me ride j'allais pas avoir la force de le déboîter non plus. Je finis une petite moue en retirant ma seconde main qui était restée bien au chaud dans mon boxer.

«  J'te jure que t'as intérêt d'être là parce que sinon tu vas prendre cher ! »

Je le poussais doucement pour aller éteindre la lumière. Je connaissais par cœur mon studio alors pas besoin de mon portable pour me faire de la lumière surtout que je ne savais même pas où je l'avais posé, il était toujours porté disparut et seulement quand je recevais un message ou un appel il se manifestait. Je retournais au lit, tirant la couverture une fois installé. Je prenais Jo dans les bras, le calant sur mon torse comme par habitude. Si je dors avec quelqu'un c'est pas pour être chacun au bout du lit et basta, non j'aime bien sentir la présence d'un corps contre le miens même quand je dors. Vu la fatigue de nos corps il ne fallut pas longtemps avant qu'on s'endorme comme des masses.

Au petit matin, je sentis le lit vide. Je tendis la main touchant l'espace autour de moi à la recherche du corps de Jo. J'avais bien dormi et comme à chaque fois que je passe une bonne nuit, je me réveille avec une trique de cheval. Je me redresse en me frottant les yeux, la lumière du jours perçant à travers les rideaux. Je me retourne et vois Jo la main sur la poignée. Il est vraiment un bâtard sérieux, me laisser comme ça, alors qu'il avait promit.

«  T'as plutôt intérêt de revenir au lit parce que si je me lève tu vas prendre cher p'tit con »

Voilà qui méritait d'être clair pour lui. Je sortis du lit, laissant quelques articulations craquer sous mon poids, une fois les pieds au sol. Je posa donc la main sur la porte d'entrée, le regardant le visage encore endormie mais pleins de malice. J'avais envie de lui et en plus de ça de le punir d'avoir essayer de me la faire à l'envers pour le coup.  L'érection était clairement hors du contrôle de mon boxer mais nudiste comme je suis c'était le dernier de mes soucis, ce qui en était le premier c'était de satisfaire cette violente envie matinale. Je l'attrapais assez brusquement, enfouissant ma langue dans sa bouche à la recherche de son piercing , plaquant mon corps musclé contre lui, appuyant son dos contre la porte d'entrée. J'attrapais un de ses poignets que je plaquais aussi contre la porte, et de l'autre main je le touchais sous le tee shirt avant de descendre déboutonner son pantalon assez violemment pour le coup. Une folle envie de le soumettre que j'allais assouvir au réveil, rien de plus excitant.


© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Mai - 5:12
[ RETOUR DU HIDE BB ]
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Mai - 18:09


Réconciliation. Ft Josiah



© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Mai - 5:15
[ 3800 MOTS DE FOLIE SOUS HIDE ]
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Mai - 17:22


Réconciliation. Ft Josiah


« Hey connard ?! Tu vas m'regarder comme ça longtemps ? Tu crois qu't'as le droit d'me casser et d'ricaner comme un débile après ? »


Moi qui pensait lui avoir donné du plaisir malgré la violence, je me retrouvais un peu perdu face à une réaction pareil. D'habitude c'était les filles qui se plaignaient que je sois trop brusque et là c'était Josiah qui me le reprochait. Il avait les yeux rempli de haine et je le sentais me maudire à l'intérieur.  Comme toujours il allait se défouler sur moi et m'en mettre pleins la gueule, me faire regretter ce que je venais de faire alors qu'on avait tout les deux jouit.  Lui qui avait l'habitude de n'avoir aucune limite m'agressait pour une histoire de cul, encore une fois, à croire que je ne savais plus y faire avec lui. J'avais toujours été brusque et violent en menant la danse pendant le sexe, jamais je n'ai réussis à contrôler ma force dans ce genre de moment et Josiah avait repoussé mes limites sur ce que je pouvais encaissé niveau provocation. Il me reprochait d'avoir dépassé mes limites ou d'avoir piétiner les siennes ? Lui qui passait son temps à bafouer les miennes se permettait de me faire des remarques... Le monde à l'envers oui. Je n'allais pas répliquer car sinon on se serait encore prit la tête et en venant de se réconcilier c'était un peu con de mettre les deux pieds dans le plats à nouveau pour un dialogue de sourd, car dans l'état où se trouve Jo c'est impossible d'avoir une conversation honnête.

« Vas-y, t'es fier de toi ? T'es content maintenant ? T'as conscience de c'que tu viens d'me faire ?! T'es qu'un salaud violent et déraisonnable Law putain t'es un animal. » 


J'avais gardé mon sang froid jusqu'à maintenant, j'avais pris sur moi mais cette phrase était terriblement blessante dans la bouche de Josiah, de mon meilleur ami, il me voyait vraiment comme un animal ? Comme un salaud ? Comme quelqu'un de violent ? Alors que je ne pouvais pas faire autrement... J'ai un poids et une taille imposante, je peux pas être délicat, je fais un sport de combat et l'adrénaline de la violence était devenue bien trop bonne au point que je veuille la retrouver au lit avec mes partenaires... J'avais sûrement un gros soucis avec ça... Je ne savais plus quoi pensé, ces mots étaient bien plus lourd de sens qu'il ne le pensait. J'avais donc réellement franchis sa limite, lui qui semblait ne pas en avoir, c'était encore que du paraître ? Encore une image de thug qu'il se donnait pour faire genre et qu'ensuite il n'assumait pas ? Je commençais vraiment à être fatigué de ce jeu, de cette mascarade venant de lui, il ne pouvait pas être sincère juste une fois et faire tomber le masque ? Je n'étais pas n'importe qui après tout, j'étais son meilleur ami, son amant, je le connaissais par cœur sans pour autant savoir qui réellement il était et ça c'était frustrant.

 « Aide-moi à m'lever. J'veux aller m'laver j'suis dégueulasse. »


Contrairement à ce qu'il venait de dire je n'étais pas qu'un salaud violent, non je n'allais pas le laisser là alors que je l'avais violenté juste pour un orgasme, son comportement et sa réaction m'avait déjà bien fait culpabiliser et j'avais espoir de me racheter en prenant soin de lui. J'observais ce corps que j'avais griffé, mordu et martelé sous mon bassin, ces marques qui devenaient de plus en plus claires sur sa peau blanche, j'avais honte. Je me contentais de le l'aider à se relever et d'aller vers la douche. Je ne l'avais pas porté, car sinon dieu sait ce qu'il m'aurait fait. Se faire materné c'était pas son truc et malgré le sexe, les moments très tactiles entre nous n'était pas très habituels. Il s'appuya contre le lavabo, faisant dos au miroir. Pour ma part je cherchais dans mes placards un savon spécial pour désinfecter les parties intimes, je l'avais acheté pour mon piercing sur la queue et il avait été plutôt efficace pour un début d'infection. Je pourrais tout aussi bien m'en servir pour mon piercing au téton encore tout frais.

«  Je vais te sortir de quoi désinfecter après la douche, tu pourras te laver avec ce savon aussi avant, ça peut pas faire de mal »

C'est sûr que ça ne pouvait pas lui faire plus de mal que ce que je lui avais fais contre la porte. Les bleus sur ses poignets allaient me le rappeler encore quelques temps et me faire culpabiliser de plus en plus. J'avais envie d'effacer ce qu'il s'était passé, tout recommencer et pour le coup je l'aurais laisser faire plutôt que de laisser ma rage sur lui. Il avait mentionné Andy est c'est carrément ce qui me faisait péter les plombs. Il n'était pas encore oublié, toujours trop frais dans mes esprits, la douleur qu'il m'avait faite je venais de l'évacuer sur Jo. Et lui devait sûrement avoir le même réflexe avec moi, il savait que j'encaissais toujours ses remarques même les plus blessante sans rien dire bien que ce soit douloureux parfois.

« Casse-toi, laisse-moi. »


Malgré sa voix grave, je n'arrivais pas à croire qu'il veuille vraiment que je parte, que je le laisse seul. Il avait peut être besoin d'une présence, de l'épaule de son ami plutôt que de la solitude. L'amant misérable que j'avais été laissait place peu à peu à l'ami sur qu'il il pouvait compter. Je n'avais plus aucune envie sexuelle à son égard, j'étais plus que rassasié par cet ébat violent. Lui qui râlait souvent de me voir bander, devait presque être surpris par le mou de mon sexe à présent. C'était la triste réalité, j'avais besoin de dominer et d'affirmer ma pseudo masculinité de cette façon pour me sentir satisfait, soumettre l'autre pour m'affirmer et jouir de sa soumission, c'était tordu.

«  J'vais pas te laisser mec... aller va sous la douche j'arrive »

J'avais peur qu'il glisse et tombe sous la douche vu comment ses jambes étaient faibles, j'allais lui servir de pilier. J'attrapais le pommeau de douche continuant de régler l'eau pour lui, lui prenant le bras d'une main pour l'aider à entrer dans la cabine de douche. Une fois qu'il était à l'intérieur, je me faufilais à ses côtés, collant mon dos contre la vitre pour lui laisser le plus de place possible, pour ne pas qu'il se retrouve plaqué contre moi si il n'en avait pas envie. L'eau tiède enfin à une température tolérable pour lui, ainsi qu'une pression faible pour ne pas lui faire mal. Je passais l'eau doucement sur son corps, gardant une main au niveau de son aisselle pour le rattraper au cas où ses jambes l'abandonne. Je le lavais avec soin, faisant attention de ne pas lui faire mal, comme quoi j'étais capable d'être attentionné et délicat, temps que ça touchait pas au sexe oui j'étais plus ou moins capable de ça, je n'étais plus le sportif combattant à la recherche de violence mais le musicien, au cœur beaucoup plus tendre qu'il ne laisse croire.

En sentant son corps tremblé près de moi, je ne pouvais me retenir de faire une petite moue, les sourcils un peu chiffonné par la contrariété. Je le regardais vraiment désolé, mais malgré qu'il ait été en colère contre moi je n'arrivais pas à me résigner à ce que je sois vraiment la source de cette colère si forte, il n'avait jamais montré autant d'agressivité. Même lorsqu'on s'était engueulé car il s'était empalé sur moi alors qu'on avait pas de préservatif , oui je maintiens que c'est lui qui m'a poussé à bout, il n'avait pas été aussi en colère. Il avait une part de lui qui avait admis cette culpabilité certainement mais aujourd'hui c'était différent, je ne sais pas ce qui le mettait autant en colère mais au moins je voyais vraiment cette haine, cette haine aussi forte que lorsqu'on mentionne Andy pour moi. Il était normal que nous ayons nos points faible mais entre pote c'était pas normal qu'on se les cache, on devrait plutôt se serrer les coudes dans ce genre de moment et à cet instant je me retrouvais impuissant face à cette rage, je ne savais que dire pour l'apaiser, pour lui remonter le moral et mettre fin à cette souffrance. J'étais impuissant, incertains et terriblement coupable.

Les jambes tremblantes de Josiah arrivaient au bout de leur force, j'allais pas le laisser tomber, alors d'un bras je fis le tour de son dos pour le saisir sous les bras le rapprochant de force contre moi. Aussi proche de moi je pouvais regarder son visage, rouge ainsi que ses yeux. Avait il pleuré ? Josiah pleuré ? C'était jamais arrivé. Il n'avait jamais montré ce genre de sentiment. Je soulevais le pommeau au dessus de sa tête pour mouiller ses cheveux et laisser l'eau couler sur son visage noyant les traces de possible l'arme. Il n'avait pas besoin de me le dire ou de pleurer pour que je sache sa douleur. Avec le temps j'avais pu apprendre à lire ses émotions extrêmes bien que les nuances restent encore un mystère pour moi. Je n'avais pas pu comprendre aujourd'hui ce qu'il le torturait mais je n'allais pas lui tirer les verres du nez pour savoir, il m'en parlerait une fois qu'il serait prêt, aujourd'hui, plus tard ou jamais.

«  J'suis vraiment désolé bro... »

Je resserrais la prise autour de son corps, le collant un peu plus à moi. J'étais désolé et me laissais surtout aller à quelques tendresse. Son petit corps pressé contre mon large torse, sa peau humide contre mes muscles, je prenais le risque qu'il me repousse qu'il m'en mette pleins la figure une nouvelle fois mais j'en avais rien à faire pour le coup, j'avais bien trop de regrets pour songer aux conséquences une nouvelle fois. J'étais terriblement attaché à Jo et le voir, le sentir mal était insupportable. En être la cause l'était encore plus, j'avais l'impression qu'on m'arrache le cœur à mains nues. Je pressais mes lèvres sur son front, sans insistance comme pour lui embrasser mais juste pour le geste, ce symbole affectueux et protecteur à la fois. J'aurais du être capable de le protéger de moi, de lui-même.

Je lui confiais le pommeau de douche pour me pencher et attraper le fameux savon désinfectant doux, il ne piquait pas et c'est pour ça que je le recommandais à toute mes connaissances qui désiraient un piercing intime, avec ce savon qui n'agresse pas la muqueuse et qui ne pique pas c'est un jeu d'enfant de se désinfecter les piercings un peu trash du corps. Je le fis savonner entre mes mains, gardant Jo contre moi. Dans des mouvements lents et le plus léger que je puisse je commençais à le savonner, nettoyant mes agressions comme si je pouvais les effacer aussi facilement, quel con je suis. Quand je le rinçais, j'avais le sentiment qu'il avait besoin de mes bras, pas particulièrement des miens mais qu'on le prenne un peu plus. C'était mon meilleur pote après tout et comme toujours si ça ne lui plaisait pas il avait qu'à me repousser en accompagnant son geste d'une petite remarque dont lui seul avait le secret.

«  C'est vraiment contre moi que t'es en colère Jo? J'suis vraiment désolé, j'me suis emporté.. » Je passais mes doigts dans sa nuque, caressant ses cheveux rasés, c'était vraiment trop bon comme sensation sous les doigts, vivement que je me rase le crâne sur le côté de nouveau pour pouvoir me caresser la tête h24. Blague à part j'adorais vraiment la nuque de Jo qui avait l'air si petite et fragile entre mes doigts. «  Tu peux tout me dire tu sais mec... J'suis là pour toi si tu as besoin, j'suis pas qu'une bite hein même si j'suis un peu con »

Je me risquais à faire un peu d'humour pour essayer de détendre l'atmosphère, pour ma part ma frustration était partie au moment où je l'avais eu contre moi sous la douche, je me sentais encore coupable mais il était peut être temps que Jo perce l'abcès et qu'il vide son sac une bonne fois pour toute, il souffrait  maintenant mais il irait mieux d'ici quelques instants quand tout serait sorti. Enfin si il le désirait, car ça c'est encore une autre histoire.


© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Mai - 20:21

Il lui avait demandé, voire même ordonné de partir. Il voulait être seul, ne plus le voir, il voulait se retrouver en solitaire dans cette petite douche pour pouvoir faiblir en paix, se montrer vulnérable sans avoir à rendre des comptes. Il voulait pouvoir se laisser glisser au fond de la petite cabine, se maudire d'être aussi tordu, se détester un peu plus en silence et pouvoir se relever ensuite et sortir comme si rien ne s'était passé. C'est ce qu'il voyait dans sa tête lorsqu'il avait réclamé à son meilleur ami de le laisser. C'est ce qu'il voulait mais clairement pas ce qui lui ferait le plus de bien. Pas non plus ce dont il avait besoin. Lawrence le savait, lui l'ignorait clairement. Ce dernier d'ailleurs n'accepta pas d'obéir sagement, de sortir, de se casser et de le laisser. Il n'en fit rien. Il refusa et lui dit même d'aller dans la douche, qu'il le rejoindrait. En entendant cela, Josiah fronça les sourcils, bien mécontent d'entendre une chose pareille. Il n'était même pas foutu de faire une chose aussi simple que sortir et le laisser chialer au fond de la douche ? Connard... Josiah se frustra mentalement, mais il ne dit rien. Il ne dit rien car au fond de lui il savait très bien qu'il en avait besoin. Il savait que la présence de son meilleur ami lui ferait du bien, que sa chaleur serait douce et ses bras forts pour le soutenir. Il savait aussi que sa colère contre lui était injustifiée. C'était injustifié mais rassurant, rassurant de penser que c'était sa faute, que c'était Lawrence qui était laid et pas lui-même. Pourtant, même Josiah avait du mal à se mentir à lui-même en cet instant. Il ne pouvait se cacher sa propre laideur et devait assumer, au moins à lui-même, d'être tordu et d'avoir cherché tout ça.
Il préférait donc garder le silence, n'osant pas insister pour que Lawrence s'en aille. Il avait désormais envie de reposer sur lui. Trop orgueilleux pour demander, mais trop faible pour refuser. C'était tout lui ça, Josiah tout craché.

Il se laissa donc entraîner dans la douche, ses jambes tremblant toujours autant, son corps semblant plus lent et plus fragile qu'à l'habitude. Il observa vaguement Lawrence qui se calait contre la vitre de la douche, appréciant ce geste qui lui donnait l'espace dont il pensait avoir besoin. Encore une fois il se laissa faire lorsque son meilleur ami commença à le laver, frémissant en sentant l'eau tiède sur son corps endolori. C'était désagréable, mais loin d'être la première fois qu'il sentait cette douleur. L'eau de la douche contre les blessures fraîches, la sensation de brûlure sur la peau à vif... Ça n'avait rien de nouveau et pourtant, là tout de suite et comme à chaque fois ce n'était pas la douleur qui était le pire à supporter, mais bien ce rappel constant à ces blessures et, surtout, à ce qui les avait causées. Lui-même.

Lawrence était délicat, il le lavait en douceur et Josiah se laissait faire, ne se sentant pas de répliquer, de rager, de s'énerver ou de le faire lui-même. Il se sentait mou, ses pensées obstruées par des idées noires et ses gestes engourdis par la douleur. Il se reposait d'ailleurs pleinement sur la main de son ami qui l'aidait à se maintenir en place, évitant de mettre tout son poids sur ses jambes. À peine osait-il lever les yeux vers Lawrence, il ne le regardait pas, mais il pouvait deviner l'air sur son visage. Juste par ses gestes il sentait la culpabilité et s'en voulait lui-même d'avoir causé cela. Des deux, il était le plus coupable et en plus il avait osé mettre consciemment son meilleur ami dans cet état juste pour espérer se sentir mieux... C'était bien lâche, tout ça.

Cette pensée l'effleura et au même moment il se sentit faiblir, voulant se rattraper contre le mur de la douche mais Lawrence le tira contre lui avant. Il aurait facilement pu s'énerver contre lui, ça aurait bien été son genre, mais il n'en fit rien. Son corps était faible et celui de son meilleur ami était chaud et rassurant. Sa force le portait sans aucun mal et il voulait s'y reposer, juste un instant. Alors il le laissa le tenir, glissant ses mains sur son torse large, sans vraiment l’enlacer non plus. Alors Lawrence mouilla sa tête et Josiah se sentit un peu mieux, sentant l'eau couler sur son visage et fort probablement se mêler à une larme ou deux retenues durant ce temps. Il ne levait toujours pas les yeux vers lui, espérant qu'il ne voit rien, espérant qu'il ne dise rien mais il parla. Il s'excusa et c'était dit avec une telle sincérité que ça lui fit mal. Il avait envie de l'engueuler pour ça, de l'engueuler de s'excuser car il n'était coupable de rien. Coupable de quoi ? D'être lui-même, d'être impulsif ? D'avoir craqué alors que Josiah avait tout fait pour ça ? D'avoir continué alors qu'il n'avait même pas cherché à l'arrêter ?... Il n'avait rien fait de si mal que ça. Il n'était pas le salaud de l'histoire...
Alors qu'il le serrait plus fortement, Josiah dû se retenir pour ne pas l'enlacer tout aussi fort. Il en crevait d'envie mais ne se le permettait pas. La tendresse de son ami lui fit du bien, tellement de bien, mais n'apaisa malheureusement pas tous ses tracas. Son esprit continuait de tourner, il continuait de s'en vouloir en silence... Personne ne pouvait le protéger de lui-même, pas même Lawrence. Il n'était pas le premier à vouloir cela, ne serait pas le dernier non plus. Josiah était une cause perdue d'avance.

Il ne parlait toujours pas, prenant le pommeau de la douche, se laissant laver en silence sous les mains bien trop douces de son ami. Il se laissait bercer par cette douceur, ne repoussant définitivement pas Lawrence après tout cela. Il avait envie de ses bras, de sa chaleur, même son orgueil ne pouvait le nier. Alors qu'il rinçait son corps, il entendit une remarque de Lawrence qui le fit se crisper. Il posait exactement la bonne question, la question à laquelle Josiah ne voulait pas répondre. La caresse dans sa nuque ne le détendit qu'à moitié, bien qu'elle soit agréable elle ne suffit pas à calmer ses pensées qui se bousculaient. Devait-il lui dire ? Il ne disait jamais rien. S'il parlait, il serait faible, définitivement faible et c'était hors de question.
Gardant toujours le silence, le plus jeune ajouta donc une seconde phrase, qui aurait normalement arraché un ricanement à Josiah, accompagné probablement d'une remarque quelconque. C'était sa grande force après tout, ouvrir sa bouche, dire des choses méchantes qu'il ne pense pas vraiment, juste pour rire, juste pour faire genre. Pour faire comme si. Pour être un autre bien plus fort que lui.

Mais il ne disait toujours rien. Il gardait le silence encore, l'eau coulant toujours sur son corps pourtant déjà propre. Propre mais taché de marques qui ne le quitteraient pas si facilement. Il jeta d'ailleurs un oeil à ses poignets, les tournant un peu pour les observer de tous les côtés. What a mess.... Il se crispa alors un peu plus, hésitant encore, sachant très bien que Lawrence attendait une réponse. Qu'espérait-il ? qu'il vide son sac, qu'il dise la vérité ? Qu'il parle enfin de lui et qu'il avoue ses pires secrets ? Ça il en était incapable. Cependant, sans en avoir le contrôle, il craqua un peu. Son meilleur ami avait prononcé les bonnes paroles, il avait mit le doigt exactement sur ce qui était le problème et c'est ce qui fit céder Josiah.

Il s'approcha donc un peu plus, tendant enfin les bras pour enlacer les épaules larges de son amant, l'attirant à lui pour l'enlacer vivement. Il pressa son corps au sien pour se gorger de cette chaleur réconfortante, venant passer ses doigts dans les cheveux rouges, remontant ceux-ci jusqu'à sa nuque. Il l'agrippa, venant enfoncer son visage contre son cou, crispant plus ses bras, le tenant avec force, comme s'il craignait qu'il disparaisse. Alors, une fois caché dans son cou, il marmonna contre sa peau à voix basse..

« Tu sais bien que non. Tu sais bien que c'est pas contre toi. »

Il le savait. S'il avait posé ainsi la question c'est qu'il avait compris les grandes lignes, qu'il avait deviné au moins un peu la silhouette du problème. Josiah se dit que cela suffisait, qu'il n'avait pas besoin d'en savoir plus et pourtant... Une petite voix dans sa tête ne cessait de lui murmurer qu'il était un sale type, que son meilleur ami méritait plus qu'une vague silhouette difficile à deviner, qu'il méritait de comprendre au moins un peu après ce qu'il venait de se prendre dans la gueule et pourtant... Et s'il se rendait compte enfin à quel point j'suis mal foutu, à quel point j'suis moche à l'intérieur ?.. Cette pensée le hantait et il resta encore muet contre son cou quelques instants, trouvant cependant le courage de prendre à nouveau la parole, venant cette fois contre son oreille, sa voix encore plus basse qu'avant..

« C'est difficile pour moi d'te parler de c'qui se passe dans ma tête, parce que même à moi ça m'fait peur tu t'rends compte ? » Il marqua une courte pause cette fois, cherchant ses mots, resserrant ses bras autour de lui pour ne pas le laisser s'enfuir, ayant besoin d'une présence contre lui et, surtout, il ne voulait pas montrer son visage, préférant rester caché à son cou, trop près de lui pour qu'il puisse le voir. « C'est pas à toi que j'en veux Law. Tu le sais bien pourtant... T'as bien vu comme j'ai pris mon pied j'suis taré.. T'as bien vu comme j't'ai provoqué aussi et c'est pas comme si j'savais pas c'que j'faisais. C'est pas comme si j'étais innocent.. »

Il s'arrêta alors, ne précisant rien, n'ajoutant rien, ne cherchant pas à mieux expliquer les choses car déjà, il en avait dit énormément. Bien plus qu'il en avait l'habitude. Il avait parlé peut-être un peu trop, assez pour qu'il se sente mal, nauséeux même, s'avoir autant ouvert le coffre de ses petits démons hideux. Il garda donc ensuite le silence, restant contre lui un moment, laissant l'information s'assimiler avant de le lâcher, reculant un peu, se tenant contre la vitre de la douche, l'éteignant de l'autre main avant de sortir maladroitement. Il n'en pouvait plus d'être dans cette cabine, confiné avec son meilleur ami et ses démons. Il était suffisamment propre de toute manière, s'il restait encore sous l'eau trop longtemps il risquait d'en profiter pour pleurer un coup et ça c'était hors de question. Il se sentait comme si rester là une seconde de plus le ferait craquer, glisser au fond de la cabine et se recroqueviller. Ce n'était plus une option, pas devant Lawrence en tout cas.
Alors il sortit, attrapant une serviette, s'enroulant dans celle-ci en s'éloignant un peu de la douche, allant s'appuyer à nouveau contre le lavabo pour ne pas risquer de faiblir comme un con à nouveau. Est-ce qu'il devrait se sentir bien d'avoir avoué quelque chose, d'avoir enfin effleuré la vérité avec son meilleur ami ? Parce que c'était loin d'être le cas. Il se sentait comme s'il avait fait une grosse erreur, comme s'il avait dit quelque chose d'horrible alors qu'il n'avait fait qu'avouer une toute petite chose. C'était tellement nouveau, tellement différent de ses habitudes. C'était désagréable et effrayant, il détestait cela.

Enfin, il mit quelques instants à se reprendre, se séchant lentement, ses gestes traduisant l'absence de son esprit. Qu'avait-il fait ? Depuis quand est-ce qu'il s'amusait à compliquer ainsi ses relations, lui qui restait toujours cet ami de surface voilà qu'il avouait des choses, qu'il se mettait à coucher bizarrement avec son meilleur ami et qu'il le laissait entrevoir trop de choses. C'était pas normal, pas lui-même. Pourtant... Ça s'était fait tout seul, hors de son contrôle. Ça lui avait échappé et maintenant, la simple idée de mettre fin à cette relation lui donna mal au ventre. C'était encore plus hors de question que tout le reste. Alors, peut-être que c'était mieux ainsi. Peut-être que Lawrence avait mérité de voir un peu au fond de l'abysse. Peut-être que ça devait arriver, puisque c'était en train d'arriver alors à quoi bon fuir maintenant ?... De toute manière il n'y pouvait plus rien, il ne pouvait qu'observer impuissant cette relation mal foutue qui avait échappé à son contrôle, observer le bordel qu'il était et qu'il avait fait. Bravo, Josi. T'as gâché une nouvelle bonne occasion de fermer ta grande gueule.

Une fois sec, il laissa la serviette tomber au sol, comme le grand connard indifférent qu'il était, puis il se dirigea complètement nu vers la partie salon du studio, abandonnant Lawrence dans la salle de bain sans chercher à lui parler ou quoi que ce soit. Il marcha en se tenant un peu aux meubles environnant, n'ayant pas grand chemin à  franchir vu la taille de l'appartement, puis il s'échoua sur le canapé-lit défait en position lit. Il se sentit bien de retrouver cette odeur, les draps propres sentant bon. Si Lawrence voulait venir désinfecter ses plaies il n'avait qu'à venir le faire ici, car c'était le seul endroit où il voulait se trouver là tout de suite..

« Même pas 10h du mat, j'ai l'cul en compote et j'crève d'envie d'me défoncer, d'me bourrer la gueule ou d'me foutre en l'air. C'est misérable. »

Il marmonna ces paroles, pour lui-même mais tout de même à voix haute, avant de tendre le bras pour prendre l'un des paquets de cigarette oublié sur la table et d'en allumer une. Ça lui fit du bien, ça le calma un peu. Il n'avait besoin que d'un peu de temps de toute manière, tout rentrait toujours dans l'ordre. Là tout de suite il se sentait comme si un poids énorme comprimait sa poitrine, l'empêchant de bien respirer, mais ça finira bien par partir. Ça partait toujours et au moins, pour l'aider, il avait la conscience un peu plus tranquille. Il avait dit la vérité à Lawrence, il lui avait dit qu'il n'était pas le coupable et qu'il ne lui en voulait pas à lui alors au moins, ça c'était fait. Certes ça engendrait d'autres problèmes, d'autres sensations négatives que d'avoir avoué une chose pareille, mais d'un autre côté il se sentait moins sale, moins dégueulasse envers Law et c'était loin d'être négligeable comme amélioration de la situation.
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Juin - 17:46


Réconciliation. Ft Josiah

Après un silence bien trop long pour moi Josiah prit la parole, il affirma que ce n'était pas ma faute mais au fond je me sentais encore coupable et terriblement mal de ce que j'avais pu lui faire. Ce plaisir tellement horrible que je tirais de la souffrance, de la soumission, encore et toujours les mêmes choses. Pourtant dans cette violence je n'avais voulu que son évasion, je m'étais abandonné au pire et je récoltais ce que j'avais semé, forcément... Les gestes tendres que je pouvais avoir envers lui ne semblait pas le déranger plus que ça, c'est comme si il en avait eu besoin. Il n'avait pas besoin de le dire pour que je le sache. Je touchais cette peau encore chaude de mes agressions, j'avais envie de serrer ce corps contre moi, de ne plus le lâcher et d'attendre qu'il se livre une bonne fois pour toute à moi. Mais bon, Josiah était Josiah et espérer ce genre de chose de lui n'était qu'une vague rêverie.

Il avait peur de ce qui se passait dans sa tête mais moi non, j'avais déjà vu la véritable laideur d'une personne, je l'avais expérimenté au quotidien et stupide comme j'étais je l'avais laissé me détruire. Cette laideur qui pourri tout autour d'elle. Jo n'était pas comme ça, il avait un truc différent, c'était un connard fini à la pisse c'est sûr mais derrière cette image de racaille il était un ami formidable, un amant du tonnerre et un suceur hors pair ( sans compter ses rides). Il était comme ma moitié, celui qui voyait en moi et je préférais me mentir en me disant que je pouvais voir en lui aussi. Nous étions bien plus que des amis et notre relation ambiguë laissait de plus en plus place à des sentiments assez fort pour ma part. J'avais du mal à le voir juste comme un ami, j'étais celui qui partageait son lit régulièrement, qui lui donnait du plaisir et qui le voyait dans ce genre de moment. Il y avait peut-être un peu plus que de l'attachement entre nous, un sentiment plus fort que cette amitié mais pas encore aussi puissant que l'amour.

L'amour a toujours été source de douleur pour ma part, Andy m'a pas fait de cadeau pour dire ainsi pour une première relation sérieuse. Il avait réussi à me dégoûter de cette si belle relation que nous avions pu avoir, cette harmonie entre nous qui avait tourné à la haine et à la violence. Je n'avais jamais ressentis le besoin de me rattacher de nouveau à quelqu'un, enchaînant les coups d'un soir comme si de rien n'était, je ne pensais plus qu'à assouvir mes besoins sans vraiment prendre en compte mes sentiments. J'avais eu plusieurs amants et amantes qui auraient pu parfaitement convenir comme partenaire pour une histoire plus sérieuse mais je n'étais pas prêt, ce n'était pas la bonne personne, le feeling n'y était pas. Alors qu'avec Jo, il y a tout. C'est si naturel et si compliqué à la fois.

Il sortit silencieusement de la cabine de douche et je fis de même. Je me séchais sans un mot, regardant les gestes lent et un peu perdu de mon ami. À quoi pouvait il bien penser ? Jo qui avait rarement l'air aussi pensif ça fait peur, comme si il avait eu un cerveau en se faisant ramoner la chemise. Quand il retourna dans la pièce principale je pris le temps de faire mon petit rituel du matin, m'habillant, me coiffant, me rasant et tout ce qui va avec ( sans oublier le parfum). En retournant dans le salon avec le coton et le désinfectant, je trouvais Jo étalé sur le lit encore en désordre et surtout encore nu comme un vers. Bien que la vu soit plaisante je n'avais aucune envie sexuelle, miracle. J'avançais donc vers lui, les mains pleine et fis un peu de place sur la table basse.


« Même pas 10h du mat, j'ai l'cul en compote et j'crève d'envie d'me défoncer, d'me bourrer la gueule ou d'me foutre en l'air. C'est misérable. »


C'est pas moi qui allais lui dire de ne pas se mettre une caisse ou de pas fumer, il faisait bien ce qu'il voulait après tout et vu ma culpabilité dans l'histoire je n'avais pas envie de recevoir encore ses foudres. J'en avais eu assez pour aujourd'hui et pour toute la semaine. J'imbibais le petit coton avant de le tapoter doucement sur les plaies de Josiah faisant attention de pas lui faire trop mal bien que ça doit piquer un peu.

«  J'ai une 'teille, dans le placard de whisky et encore de quoi faire un joint s'tu veux  et puis s'tu veux parler j'suis là aussi, j't'écoute t'sais »

Pour ma part je n'avais pas envie de tout ça mais si lui voulait, qu'il le fasse autant qu'il le fasse chez moi et sous ma pseudo surveillance que dans la rue et se faire arrêter, car bon c'est pas vraiment l'heure pour se mettre minable avec l'alcool. J'avais plus envie de me faire des pancakes avec du chocolat dessus et un bon jus de fruit bien frais pour faire glisser tout ça avant de me mettre à la batterie. J'avais une folle envie de me dépenser encore sur mon instrument et trouver de nouveau rythme pour mes compos. Je continuais de soigner les plaies de Jo prenant bien soin de celle près de son intimité car bon c'est précieux cet endroit tout de même.

Une fois la tâche terminée, je débarrassais le désinfectant et le coton les laissant sur une partie du plan de travail de la cuisine. Je fouillais mes placards à la recherche de quelques choses à manger, j'avais une dalle pas possible et un frigo presque vide. Plus assez de quoi faire des pancakes malheureusement. Tant pis, je me lançais pour une omelette géante avec du jambon, de la saucisse et même du chorizo, j'en ai l'eau à la bouche. Je cuisinais donc en conséquence pour que Jo puisse manger si il le désirait. Moi dans tout les cas je savais que la bouffe n'allait pas être gaspillée et surtout qu'il était temps que j'aille faire les courses, d'ici demain ou après demain quand la flemme sera passé car sincèrement je déteste ça.

«  Tiens gros ! »

Je retournais m'installer sur le lit apportant une assiette bien remplie à Jo. Pour ma part la mienne débordait presque de tout les côté et j'avais déjà la bouche pleine. J'enquillais mon assiette, essayant depuis quelques temps de prendre un peu en masse musculaire, histoire de faire du muscle encore un peu, mon objectif pour le moment est d'atteindre les 90kg maximum. Après ça ferait sûrement trop bizarre mais 90, vu que je suis grand, ça devrait passer crème. Je mangeais donc, la bouteille de jus d'orange à mes pieds, entre mes chaussettes oranges, pas la couleur mais il y avait vraiment des oranges dessus, demander pas pourquoi je ne saurais expliquer qu'ils aient de telles chaussettes en taille 45.
Je gardais les yeux rivés sur l'écran cassé de mon téléphone, regardant toutes les notifications sur les réseaux sociaux, mais aussi les messages de certaines filles avec qui j'ai couché il y pas mal de temps. Des déclarations d'amour accompagné de photo nue d'elles. C'est pas déplaisant à voir et c'est flatteur mais bon je ne suis pas intéressé malheureusement et je me moque plus d'elles qu'autre chose. Elles doivent vraiment être désespérées pour m'envoyer ce genre de photos dans des tenues et des positions très explicites. J'étais donc dans mon délire, à rire tout seul, quand j'ouvre une vidéo envoyée par l'une d'elle. Clairement elle se mettait un concombre, comparant mon entre jambe à ça. Le son était fort et on pouvait entendre des gémissements immondes, sans oublier le bruitage disgracieux que ça faisait.

« What the hell ! »

Je riais assez nerveusement pour le coup, posant violemment ma fourchette dans mon assiette pour pouvoir arrêter cette horreur. Une fois le calme revenu je regardais Jo avec un sourire aux lèvres car ce genre de chose ça arrive qu'à moi, ce moment bien gênant était fait pour moi. Je ne savais pas trop quoi dire de ce qui venait de se passer et je donnais ainsi mon portable à Jo pour qu'il le garde avec lui. Je ne voulais plus voir ce genre de chose et préférais de cette façon me reconcentrer sur mon assiette secouant doucement la tête avec encore ses images bizarres dans ma tête, pas que je sois pudique non, mais que des vidéos de femmes à poils c'est pas trop mon délire.


© By Halloween sur Never-Utopia



avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Juin - 9:30

Il s'était étalé dans les draps défaits, content de retrouver cette douceur, cette chaleur, il ne voulait plus en bouger désormais. Son corps avait besoin de repos, et de tendresse aussi, encore un peu du moins, jusqu'à ce qu'il en ait marre. Il vit donc Lawrence sortir de la salle de bain après un petit moment, celui-ci s'était habillé, coiffé, etc. Il était beau ainsi, probablement plus qu'au réveil bien qu'à ses yeux il soit toujours beau. Son corps faisait plus de la moitié du travail, mais son visage était masculin et définitivement il avait de beaux traits. Même lorsqu'il n'était pas parfaitement rasé, même lorsque ses cheveux étaient en bataille, maladroitement attachés, il était magnifique. Frustrant petit connard qu'il était, même avec son nez cassé il avait cette gueule à tomber par terre alors que lui n'était qu'un mec lambda, banal, sans parler de sa peau blanche, ses yeux et ses joues creuses comme un mort. Il ne réalisait qu'un peu plus à quel point il était chanceux d'avoir Law à ses pieds en tant qu'amant avec un physique aussi beau vis à vis du sien qui était plutôt banal. Enfin, son ami sortit donc de la salle de bain et il vint s'installer près de lui, Josiah le suivant du regard sans remuer le petit doigt, le laissant imbiber le coton de désinfectant, se crispant un peu en sentant celui-ci toucher sa peau et ses blessures sans forcément râler. C'était mieux comme ça et à vrai dire, le fait que Law s'occupe de ses blessures lui faisait du bien. Il s'en voulait donc au point de vouloir le soigner ? C'était mignon. Définitivement craquant.
Cependant alors qu'il se concentrait sur autre chose que la douleur du désinfectant dans ses plaies, la voix de Lawrence le ramena à la réalité. Il avait visiblement porté attention à ces paroles qu'il avait prononcées un peu plus tôt et voilà qu'il lui proposait de quoi se foutre en l'air dès le matin. Super. D'un côté Josiah se sentait agacé que son meilleur ami ne l'empêche pas de vouloir se faire du mal à lui-même, mais en même temps il lui en était extrêmement reconnaissant. Enfin quelqu'un qui n'allait pas lui faire la morale. Lawrence était définitivement le meilleur, le plus compréhensif, le plus parfait pour lui. Ce type qui ne pose pas de questions, qui s'offre et qui lui donne toujours exactement ce qu'il veut.

Lawrence s'appliquait toujours à soigner ses blessures alors que Josiah souriait un peu en coin. Il lâcha un petit rire, vaguement forcé, pour signifier un pseudo amusement à la phrase de son ami, surtout en rapport avec sa proposition finale. L'écouter, parler. Ça voulait rien dire tout ça. Il ne parlerait pas. Pas plus qu'il ne l'avait déjà fait et ça Lawrence le savait sûrement déjà. Enfin, il soupira donc doucement ensuite, restant sur le ventre pour le coup, laissant son ami s'occuper des blessures derrière. Il croisa d'ailleurs les bras sous un oreiller pour y poser mollement la tête...

« Nan bro... J'vais tenir le coup sans tout ça. Du moins pour l'moment. J'ai pas envie d'me mettre minable encore devant toi. »

C'était un aveu, ça aussi. Bien dissimulé dans une phrase qui avait l'air de rien, il disait clairement qu'il ne voulait pas à nouveau être aussi pathétique devant son meilleur ami. Bien entendu il le serait à nouveau, bien entendu il se mettrait encore la misère, l'appelant en pleine nuit pour avoir sa compagnie. Bien entendu il aurait à nouveau envie qu'il le blesse, il le provoquerait encore, il risquait bien aussi de se retrouver dans de nombreuses positions gênantes avec lui mais... Il gérerait tout ça le moment venu. Pour le moment il voulait se calmer, relaxer un peu et profiter de la tendresse des mains pourtant si brusques et violentes de son meilleur ami. Il voulait se laisser bercer et oublier, peu à peu, ce ressentiment qu'il avait. Ce goût amer, cette haine de lui-même. Il voulait oublier ce qu'il avait fait, ce qu'il avait ressenti,  il voulait laisser couler tout ça et pour le moment sans substances pour aider. Il en prendrait sûrement, plus tard, quand le goût amer sera trop insupportable et qu'il sera incapable de s'en débarrasser. Pour le moment c'était pas encore à ce point...

Lawrence termina donc sa tâche sur ses blessures, le laissant nu se reposer calmement dans le lit alors qu'il se dirigeait vers la cuisine. Josiah l'observait d'un œil distrait, sans trop y porter attention, quoi qu'il suive attentivement ses gestes. Il faisait à manger, évidemment. Après un réveil comme celui-ci il devait avoir faim, ce gros idiot. Dépenser autant d'énergie avant le petit dej, ça ne devait pas être dans ses habitudes. Josiah retint même un sourire à cette pensée, fermant les yeux un instant, profitant de l'odeur de la cuisson. Il sentait l'omelette, la viande aussi, ça lui donnait faim mais en même temps il avait encore l'estomac un peu retourné...
Enfin, son ami lui apporta tout de même une assiette, évidemment. Rien de bien étonnant, car en général il mangeait très souvent là et ça devait être une habitude pour Lawrence de préparer la nourriture pour deux lorsqu'il était là. Josiah détailla son assiette, observant l'allure appétissante du plat, devant bien avouer que l'air de rien cette tête de con cuisinait mieux que lui. Il y avait ces bouts de saucisse et un peu de saucisson visiblement, enfin le tout semblait délicieux et l'odeur était enivrante. Cependant il ne se redressa pas tout de suite, laissant son regard divaguer, observant d'ailleurs les chaussettes de son ami. Il pinça les lèvres, retenant un sourire devant le ridicule de la chose. Un mec comme lui, aussi grand et viril, avec des chaussettes d'enfant enfilées sur ses pieds immenses. Y'avait de quoi rire mais il se retint, se contentant d'un sourire discret. Grand con va.

Remuant finalement  un peu, Josiah vint s'installer contre ledit grand con, se redressant enfin, s'installant confortablement pour ne pas avoir mal au bassin et aux fesses, son corps reposant contre le côté du sien, sa tête effleurant son épaule après qu'il ait ramassé son assiette. Il devait bien prendre un peu de forces alors il prit une bouchée, ne pouvant absolument pas nier sur le bon goût de la chose. Il restait cependant un peu dans le vide, observant la table basse encombrée, détaillant son contenu, avant d'entendre d'une oreille les gémissements d'une femme. Il plissa un peu le nez, tournant les yeux vers Lawrence, puis vers son téléphone. Visiblement, son ami semblait tout aussi surpris que lui de ce qu'il avait devant les yeux et coupa l'image et le son, tendant son téléphone a Josiah comme s'il devait s'en occuper car c'était visiblement trop pour lui. Le brun eut alors un petit ricanement, d'abord léger, puis il pouffa un peu, contre l'épaule de son ami. Ça faisait du bien de rire un peu, il oubliait un instant cette matinée désagréable. C'était bon ainsi, d'oublier le mal avec du bon plutôt qu'avec plus de mal encore. Lawrence était naturellement doué pour ces bêtises, pour le faire rigoler avec un truc qui sort de l'ordinaire.
Alors il posa les yeux sur le téléphone, cessant de manger un instant pour remettre la vidéo un instant, constatant de la scène avant de remettre sur pause. Il avait l'air dégoûté et moqueur en même temps, relevant les yeux vers Lawrence.

« C'est tellement dégueulasse mec. Ça m'rappelle juste un peu plus pourquoi j'suis pédé. »

Il rit un peu, ayant prononcé ces mots à voix basse, de cette voix un peu rauque qu'il avait, n'y mettant pas grand intonation mais au moins il souriait, il riait, il ne restait pas amorphe et silencieux dans son coin. Il remua d'ailleurs un peu plus pour se caler mieux contre Lawrence, son corps se plaçant naturellement contre son flanc sans mal. Il n'avait déjà plus très faim, s'étant contenté de manger les bouts de saucisse et de chorizo dans l'omelette, laissant le reste. Il avait mangé par gourmandise plus que par faim. Alors il prit son assiette d'une main pour faire tomber le restant de son omelette dans l'assiette de Lawrence, reposant ensuite le plat vide sur la table basse. Libéré de cela sur lui il se pressa un peu plus à son amant, le laissant cependant encore manger sans trop l'embêter. Il se concentra plutôt sur son téléphone - qu'il avait inconsciemment abandonné à ses mains - détaillant les photos reçues de son ami, observant les filles nues avec un air entre la fascination et le dégoût.

« Tu vas m'dire que c'est ça ton genre de fille ? Mec c'est pitoyable. Quoi, genre les filles respectables veulent pas 21 centimètres dans leur chatte c'est ça ? T'es obligé de te taper des putes ? »

Vulgaire ? Bien évidemment oui, il l'était. Il l'avait toujours été. Josiah respectait profondément les femmes c'était un fait connu de tous, mais son respect ne s'étendait pas sur celles qui ne se respectaient pas elles-mêmes. Tant pis, si elles voulaient avoir l'air de prostituées il n'allait pas les en empêcher, cependant... C'était trop lui demander de les trouver charmantes et respectables. D'ailleurs, outre cela, il avait raccourcit le sexe de son amant dans ses paroles, y allant d'une approximation quelque peu maladroite. Après tout il n'avait pas une règle tatouée sur le bras pour mesurer pendant qu'il était à genoux devant lui.
Il se moquait donc gentiment de Lawrence à cause de la nature de ses conquêtes, quoi que lui aussi parfois ne valait guère mieux. Lorsqu'il était excité il lui arrivait bien souvent de se mettre dans des positions embarrassantes, se soumettant aux mains expertes de son ami, ou encore se retrouvant contre la porte attaché comme précédemment. Souvenir légèrement moins agréable. Enfin, il profita de la situation pour se narguer lui-même, usant d'un soupçon juste ce qu'il faut d'auto-dérision.

« Ça te plairait que je t'envois des photos comme ça ? Tu sais que j'ai les couilles de le faire. »

Il rit un peu, n'étant évidemment pas très sérieux comme toujours. Au moins cette conversation avait le mérite de le rendre plus léger, de le calmer, de lui changer les idées. C'était agréable et il pouvait se foutre de la gueule des autres conquêtes de son meilleur ami. Inconsciemment, pendant qu'il parcourait les photographies toutes plus osées les unes que les autres, il avait légèrement remonté ses jambes contre celles de son amant, cherchant visiblement à les passer sur ses cuisses, ne pouvant pas vraiment à cause de l'assiette pas encore tout à fait terminée de son amant qu'il posait à cet endroit.

« Duuuuude ! T'as vu celle-là ? On dirait une actrice porno tellement elle est vulgaire ! » Il montra le téléphone à son ami pour pointer la fille de qui il parlait, avant de ricaner un peu plus, reposant les yeux sur le petit écran cassé.. « T'as pas très bon goût tu sais ? J'm'inclus dans le lot évidemment. »

Pas besoin de lui laisser la chance de faire la remarque lui-même, il arrivait très bien tout seul à se rabaisser. Enfin, c'était ce qu'il pensait après tout. Au moins il pensait valoir mieux que ces filles dégoûtantes, mais il n'était pas non plus du "bon goût". Enfin, quoi qu'il n'était pas si mal, bien entendu, simplement il ne faisait que montrer une fois de plus son manque latent de confiance en lui, oubliant de le masquer, faisant cela sous forme de blague, sous forme d'auto-dérision pour rire, pour faire le mec fort qui rit de lui-même, alors qu concrètement... ce n'était que pure vérité. Lawrence le savait déjà, non ? Définitivement, il se cachait de moins en moins devant lui.
Parlant de ne pas se cacher, il était toujours aussi nu. Son corps n'avait rien de sexuellement attractif pour l'instant, il était encore blessé et pas excité évidemment, mais il était nu car il n'avait pas envie de s'habiller, de sentir le frottement des vêtements sur ses blessures et tout le reste. Aussi, il voulait sentir la chaleur de Lawrence le réchauffer, le bout de ses doigts effleurer sa peau nue... C'était tout simplement trop bon pour s'habiller.

« Au fait, ton omelette déchirait tout comme d'hab. Juste, j'ai pas super faim là. »

Un compliment en plus de ça ? Évidemment. Il complimentait souvent Lawrence, du moins "souvent" du point de vue de Josiah bien entendu. Il n'était pas du genre gentil, du genre à dire merci et à être sympa. Cependant il savait dire lorsqu'un truc lui plaisait, puis Lawrence était son meilleur ami, il pouvait bien le traiter un peu moins comme un sac de merde parfois. Au moins un peu... Au moins assez pour que là, tout de suite, il le voit comme son meilleur ami plus que n'importe quoi d'autre et qu'il ait envie de se caler contre lui, dans ses bras, de s'y reposer. Le laisser effacer peu à peu la culpabilité qu'il avait causé chez lui, car il détestait ça. Autant sur le coup ça lui avait fait du bien de le tenir responsable, autant là il voulait simplement qu'il rigole comme un con et qu'il ne se sente plus mal pour lui. Il ne méritait pas tout ça...

Il finit donc par reposer le téléphone un peu plus loin sur le lit, prenant l'assiette presque vide de son amant pour la poser sur la table basse, même s'il restait quelques miettes dedans il en avait eu assez et il voulait glisser ses jambes contre lui. Ce qu'il fit, aussitôt l'assiette dégagée du chemin. Il remonta donc ses jambes sur les siennes, pressant son nez contre son cou, appréciant l'odeur de son parfum, passant ses bras autour de son cou. C'était bon et il voulait rester ainsi. C'était son substitut au whisky que Lawrence lui avait offert ou au joint qu'il voulait fumer. C'était sa manière d'assoupir ses pensées.
avatar
Chanteur
Date d'inscription : 26/02/2016
Messages : 96
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Bi'
Etudes/Métier : Chanteur- Musicien
Pounds : 968
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Juin - 10:52


Réconciliation. Ft Josiah

L'ami du plus jeune refusa la proposition faite sur la bouteille de whisky qui dormait dans un placard de la cuisine, ainsi que pour le joint qu'il restait. Quelques boulettes à droite et à gauche, perdues sur la table basse qui elle même croulait sous les déchets. Très peu organisé et fée du logis, Lawrence avait réussi à donner l'habitude à tout ses visiteurs qu'il était plus que bordélique, c'était le cas mais sur lui il était toujours impeccable. Son père avait pour habitude de prendre sa défense envers sa mère, pensant qu'il changerait en grandissant. Et bien non, pas tout de suite du moins parce que Lawrence était toujours un adolescent attardé qui ne pensait qu'à s'amuser et sortir, sans oublier le sexe. Josiah était bien différent de Law sur sa philosophie de vie mais ça ne les empêchait pas de s'entendre à merveille sur bien des points. Josiah était encore un peu mystérieux aux yeux de son cadet qui ne savait pas toujours sur quels pieds danser, surtout qu'il culpabilisait encore d'avoir cédé à une envie aussi folle et d'avoir attacher Jo à la porte d'entrée, le violentant sexuellement. Ils avaient aimé ? Oh que oui, mais l'après coup était bien plus douloureux que l'aurait pu croire cet imbécile de Law.

Jo avait peur que Lawrence puisse voir une facette de lui, qui lui fait à lui aussi peur. Comment Law pourrait il être effrayé par Jo, alors que les sentiments naissaient en lui, qu'il avait survécu à une relation destructrice avec Andy, il pensait le pas être choqué et de savoir gérer la situation. Mais si Josiah avait décidé de ne pas en parler, il respecterait ça et attendrait qu'il décide de se confier. Ils parlaient très peu du passé ensemble, bien que le plus jeune soit toujours plus bavard que l'aîné, ils abordaient rarement les sujets sensible et tant mieux car Lawrence devenait très impulsif et colérique sur les sujets comme Andy.

Assit sur le bord du canapé-lit, toujours ouvert avec des draps défaits mais propre, Lawrence continuait de manger laissant Josiah profiter de son portable et de la vue de ses horreurs envoyées par des filles un peu désespérées. Law avait le don de rendre accro, de marquer autant par son allure que par ses « talents », il était beau et bon, et comme n'importe quel jeune les gens en profitaient et voulaient en abuser. Combien de fois il s'était fait arnaquer, naïf qu'il est, à croire tout et n'importe mais aussi en croyant que les gens sont aussi simple et bienveillant que lui. Ces filles en manquent qui le suivaient parfois toute la journée avant de l'interpeller devant le pas de sa porte dans l'espoir qu'il les invites à entrer pour recommencer. C'est d'ailleurs l'une des raisons qui le posaient à toujours draguer des hommes plutôt que des femmes, il ne s'approchait de la gente féminine que lorsque le corps féminin lui manquait, quand il voulait des seins contre son torse, autour de son sexe.

« C'est tellement dégueulasse mec. Ça m'rappelle juste un peu plus pourquoi j'suis pédé. »

Lawrence ne pu retenir un sourire, la bouche pleine, il continuait de mâcher doucement des morceaux de saucisses et des œufs de son omelette. Venant de la bouche de Josiah ça semblait parfaitement naturelle, comme si c'était une raison valable pour ne pas aimer les femmes. Lawrence comprenait assez bien ce concept car lui-même avait du mal à supporter une femme plusieurs heures à la suite. Il avait grandit parmi deux grandes sœurs, grandit est un bien grand mot car elles ont respectivement 32 ans et 38 ans, autant dire qu'il a plus été enfant unique à la maison familiale pendant que ses sœurs se mariait avec un PDG d'une multi nationale ou encore un chirurgien pour la plus jeune. Il était loin d'aimer ce côté de la femme, de ces femmes surtout, ce mettre dans des situation embarrassante et sales pour essayer de créer une érection chez le visionneurs des images. Pour le coup c'était plus que raté, vu que Josiah était gay à cent pour cent, il empêchait surtout Law d'avoir l'appétit coupé par ce genre de chose.

Comme si on pouvait lui coupé l'appétit ! C'est vrai, il avait un appétit d'ogre et sa montagne d'omelette diminuait à vu d'oeil tandis que Josiah était de plus en plus contre lui. Il y avait des moments où le plus jeune se sentait parfaitement en couple avec son meilleur ami, même si ce n'était pas le cas et qu'il en avait conscience, il s'imaginait facilement dans cette situation. Ils avaient des réflexes de petit couple parfois et ça faisait sourire le plus bête des deux.  Josiah avait glissé le reste de son assiette dans celle de Lawrence, petit appétit d'oiseau ou bien dégoûté du spectacle sur le portable de son pote ? Aucune idée mais Law allait pouvoir se remplir le ventre avec sa préparation jusqu'à n'avoir plus faim.


« Ça te plairait que je t'envois des photos comme ça ? Tu sais que j'ai les couilles de le faire. »


Clairement que oui Lawrence aimerait avoir des photos de Josiah nus dans son portable. Il voulait même se filmer avec lui pour le coup depuis leur première fois ensemble il avait cette idée un peu bizarre qui lui trottait dans la tête. Il avait envie de voir de quoi ils avaient l'air surtout, ils pourraient peut-être devenir riche qui sait. Lawrence sourit en regardant Josiah toujours aussi proche de lui, et toujours le portable entre ses mains.

«  Bah pas qu'un peu j'aimerais ! Ça éviterait que je choppe des virus en allant sur des pornos gay pour me branler ! »

Du pornos gay uniquement, il ne se donnait jamais du plaisir en regardant des filles à poils comme la plupart des hommes hétéro car même si il était bisexuel, l'homosexualité avait une plus grosse importance dans sa vie. Et donc si Josiah pouvait lui envoyer de temps en temps ce genre d'image il serait clairement aux anges, qui n'aimerait pas avoir ce genre de photos au réveil pour soulager l'érection matinale bien persistante et puissante. Bien entendu Lawrence très peu pudique il ne se gênerait plus pour envoyer des tonnes de photos de ses érections répétitives et envahissantes à son ami pour partager.


« Duuuuude ! T'as vu celle-là ? On dirait une actrice porno tellement elle est vulgaire ! »


Lawrence détourna les yeux de son assiette presque terminée pour regarder le portable que lui montrait Josiah. Cette fille il s'en souvenait très bien et n'avait clairement pas de bon souvenir avec elle. Il avait couché une seule fois avec elle et elle avait commencé à le harceler dans l'espoir que Law lui cède. Pauvre fille qu'elle était, Lawrence l'avait choisi uniquement car il n'y avait plus rien d'autre à se mettre sous la dent lorsqu'il avait finit sa soirée avec ses potes. Il avait eu envie de seins et celle-là en avait des très gros donc comme un mec qui pense avec sa queue il l'avait choisit. Il grimaça en y repensant mais avant qu'il puisse dire quoique ce soit Jo reprit la parole :

« T'as pas très bon goût tu sais ? J'm'inclus dans le lot évidemment. »

Forcément Lawrence le regarda avec des grands yeux. Certes il n'avait pas très bon goût en matière de femme mais il n'arrivait pas à définir la femme parfaite à ses yeux car cette dernière serait sûrement Josiah avec une paire de sein, mais niveau conquête masculine Lawrence attirait les bels hommes : Andy et Josiah étaient clairement les plus sexy pour le moment avec un style qui collait très bien au sien et des caractères de connards, des caractères puissants mais aussi complexes, comme une fille de 12 ans ils tombaient amoureux des bad boys, des petits cons comme eux.

« C'est vrai que j'ai mauvais goût pour les filles car je cherche juste des gros seins, je regarde ça tout le long pendant le rapport. Mais niveau mec t'es plutôt grave sexy tu t'rends pas compte en faite que dès que je pose les yeux sur toi je bande »

Lawrence souriait et riait légèrement, comme si c'était une blague alors que non il bandait sérieusement à chaque fois que son ami passait la porte, à chaque fois qu'il s'approchait trop de lui et qu'il venait se coller à lui comme il était entrain de le faire. À peine son assiette terminée que Josiah la lui prit des mains, la posa sur la table mourante en face d'eux, pour mettre ses jambes sur les siennes venir se coller toujours plus à lui. Son nez se nicha dans son cou et son souffle caressa ce creux qui donnait de plus en plus chaud à Lawrence. Comme il avait pu le dire il avait une érection à chaque fois, le corps nu de Josiah aussi proche du sien n'aidait pas à ce qu'il se contrôle. Il s'était convaincu qu'il avait été rassasié à prendre Jo contre la porte mais c'était encore un mensonge car son pantalon devenait trop étroit et le contredisait. Il glissa une main pour déboutonner la taille et ainsi pouvoir bander correctement, évitant l'inconfort et la douleur d'une mauvaise érection. Le compliment sur l'omelette lui était totalement passé au dessus de la tête, il n'avait pas relevé ce compliment et Josiah l'avait sûrement fait exprès, créer une diversion aussi puissante que d'allumer Law pour glisser un compliment dont il n'aura aucun souvenir.

Lawrence passa ses bras autour du corps nu de Jo, une main remontant vers sa nuque pour apprécier  cette partie du corps qui faisait tourner la tête du plus jeune. Le dos et la nuque étaient sans aucun doute ce qui le plus beau chez un homme aux yeux de Lawrence. Bien qu'il aime chaque parti du corps masculin, ces parties là étaient de loin ce qui rendait un homme sexy aux yeux de Law. Sa deuxième mains agrippait une cuisse de Jo pour l'installer un peu plus confortablement sur ses cuisses, il avait envie de lui et se penchait ainsi pour l'embrasser. Ses lèvres attrapèrent celles de Josiah ne lui laissant plus aucune issue à ce baiser, sa main dans sa nuque le maintenant contre le torse large et musclé du plus jeune. Ce simple baiser accéléra le rythme cardiaque de Law qui expirait plus fort à présent, il luttait et pourtant son corps le poussait toujours plus.

«  Tu fais chier à m'allumer sérieux »

Sa main qui se trouvait sur sa cuisse, remonta dangereusement sur sa hanche et bien qu'il aurait pu jouer avec son sexe il décidait de passer ses doigts sur son téton, le faisant durcir à se toucher. Il souriait fier de lui approchant son visage pour voler un autre baiser à Josiah, sûrement trop faible pour le repousser définitivement. Le plus imposant des deux allongea le corps, faisant basculer Jo sous lui, le surplombant délicatement du  haut de son corps gardant pour autant les fesses bien assises sur le bord. Les jambes de Josiah se trouvaient toujours sur celle de Lawrence , qui appuyé sur les coudes embrassait doucement le cou de Josiah faisant terriblement attention à ne pas poser ses lèvres brûlantes sur les blessures qu'il lui avait infligé plus tôt.




© By Halloween sur Never-Utopia



HRP: Je passe à Il car j'ai de plus en plus de mal avec le Je. Eeeeet retour du hide !


avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Juin - 3:57

Josiah rigolait bien avec Lawrence, en regardant les photos des jeunes femmes, se moquant d'elles, détendant l'ambiance en riant de bon cœur. Comme deux adolescents, ils ne valaient d'ailleurs pas vraiment mieux que ça, ça leur faisait du bien de se détendre et de penser à autre chose. Josiah d'ailleurs se sentait bien mieux maintenant qu'il pouvait rire ainsi, surtout en entendant les répliques de son ami. Alors apparemment il voudrait bien profiter de photos de lui nu ? Petit pervers, comme d'habitude. Ça lui plaisait bien cependant et il mit dans un coin de son esprit qu'il devrait absolument lui envoyer des photos osées, pour s'amuser un peu. Il se dit que ça lui ferait clairement plaisir le matin, connaissant suffisamment son ami pour savoir qu'il avait constamment des érections matinales, mais... Évidemment ce qu'il s'amuserait à faire ce ne serait pas ça. Les envoyer le matin, comme un petit cadeau en sortant de la douche c'était "facile" ça. Le mieux, ce serait de lui en envoyer en pleine journée, alors qu'il était en cours, pour l'imaginer bander et être mal à l'aise devant tout le monde. Oui, Josiah était un connard, rien de nouveau bien entendu. Enfin, il savait bien que ça amuserait Lawrence au fond et que, bien entendu, il pourrait garder toutes ces photos pour s'amuser tout seul en solitaire plus tard. D'ailleurs, en retour il risquait bien de se venger et ça, c'était tout aussi plaisant à imaginer. Définitivement, ce petit jeu serait son prochain amusement avec son meilleur ami.

Alors les rires continuèrent, les deux amis se moquant des femmes bien entendu, surtout Josiah qui ne se privait pas. À sa réplique concernant les goûts douteux de son meilleur ami, celui-ci répliqua. Ses paroles amusèrent le plus âgé au début, jusqu'à ce qu'il parle de lui. C'était vulgaire, pas forcément mignon, mais ça lui faisait plaisir qu'il dise un truc pareil. C'était clairement un compliment venant de la part de Lawrence et ça arracha un petit sourire au brun. Il était gentil avec lui et semblait réellement le penser puis... Il ne pouvait pas nier que son meilleur ami bandait constamment avec lui. Juste le soir d'avant il était entré et à peine cinq minutes plus tard Lawrence avait déjà la trique qui déformait son boxer. Enfin, c'était loin d'être une référence, comme il bandait pour tout et rien, un coup de vent et hop ça redémarre.

Enfin, là Josiah le croyait rassasié après ce qu'il lui avait fait et lui de son côté n'était vraiment pas d'humeur à s'exciter, il avait simplement envie de profiter de sa chaleur, de sentir ses bras forts, de se lover contre lui comme un amant, comme un ami. Il avait besoin d'un petit fond de tendresse, tout simplement. Difficile à avouer, mais facile à prendre par contre. Il avait donc repoussé l'assiette de son ami et tendu les jambes pour les passer par dessus les siennes, se collant un peu plus, fermant les yeux contre son cou en se sentant définitivement très bien.
Ça ne dura qu'une seconde. Il profita de la proximité, de la chaleur, il profita et sentit la main de Lawrence se glisser contre son pantalon. En jetant un simple regard il comprit bien ce qu'il foutait et ça l'agaça à moitié. Rien de surprenant, pourtant il pensait vraiment l'avoir satisfait cette fois. Merde, c'était frustrant, surtout que lui-même n'était plus du tout en état après tout ça. Il ne sentit cependant pas la petite colère bien longtemps et bien vite les mains de Lawrence calmèrent son esprit. Il caressait sa nuque et sa cuisse, le gardant bien contre lui alors que Josiah s'abandonnait totalement au baiser. Il aimait ses lèvres qu'il dévorait avec appétit, sa langue jouant contre la sienne, le chauffant encore plus en étant, cette fois, assez conscient de ce qu'il faisait. Il se laissait faire sans opposer de résistance, ne pouvant pas de toute manière, mais il ne laisserait  tout de même pas Law aller trop loin. Son corps n'était pas en état et même de simples caresses pourraient le blesser. Il sentait cependant le cœur de son ami battre si fort, sa peau se réchauffer, ses mains se faire gourmandes et possessives et c'était bon, comme à chaque fois.

« Tu fais chier à m'allumer sérieux. »

« Oups ~ »

*/ [ L'INSTANT HIDE DE LA JOURNÉE ] \*


Ses jambes tremblèrent un peu, lui rappelant qu'il était encore faiblard, puis il revint sur le lit, s'asseyant contre son amant en passant ses doigts sous son haut, le lui retirant en se fichant bien qu'il soit encore en train de profiter de l'orgasme. Pas question qu'il se rhabille ce con. Il méritait bien de le sentir un instant peau contre peau contre lui, non ? Une fois son haut retiré, il releva la tête et attrapa une bonne touffe de cheveux rouges à la base du crâne pour tirer Law vers lui et l'embrasser. Son geste qui était normalement autoritaire et ferme était un peu mou, mais ça restait le même et son amant n'y résisterait pas. Il pressa alors ses lèvres sur les siennes, l'embrassant langoureusement, mais d'une douceur encore une fois bien trop présente. Puis il se recula doucement, tendant les doigts pour attraper son paquet de cigarettes, en allumant une, ne pouvant plus résister à la tentation. Il en avait crevé d'envie durant le dernier quart d'heure alors impossible de résister plus longtemps.
La cigarette fumante entre les doigts, sa tête posée contre l'épaule de son amant, la première bouffée prise s'échappant lentement d'entre ses lèvres entrouvertes, il eut un faible sourire au coin de celles-ci.

« Tu crois être rassasié là, je peux me caler contre toi ? ~ »

Il le dit sur un ton moqueur, pouffant un peu mollement avant de tourner son visage contre son cou, venant y déposer les lèvres dans un geste plutôt tendre, son corps restant pressé contre le sien, se fichant bien de ce qu'il pouvait lui répondre. S'il n'avait pas aimé ça il l'aurait dit. S'il n'avait pas voulu de lui ainsi il lui aurait fait comprendre. Alors rien ne pouvait empêcher Josiah de profiter de la chaleur du corps de son ami, d'un peu de tendresse aussi, d'oublier pleinement ce qui s'était passé avant en toute liberté...
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Centre-ville :: Appartements :: Studio de Lawrence Twain-