Leah S. Howard ♪ Fantaisie Impromptue

avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Sep - 19:59


Leah S. Howard


Nom : Howard
Prénom(s) : Leah Sophia 
Âge : 27 ans
Sexe : Féminin
Nationalité : Anglaise
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Situation amoureuse : Célibataire, récemment séparée.
Groupe : Personnel
Logement : Au coeur de Londres
Année/Métier : Professeur de danse.
Avatar : OC de Ilya Kuvshinov


You see me but you don't know me



Le silence se fait dans la salle de danse. Une femme, un peu plus de vingt cinq ans probablement, entre dans la pièce. Elle est déjà en tenue, justaucorps noir, collants noirs, chaussons noirs. Tout est parfaitement ajusté, aligné, droit, rien ne dépasse, jusqu'à sa démarche parfaitement mesurée, légère et sûre à la fois. Ses cheveux parfaitement plaqués, lissés, sont de la même couleur, que sa tenue, son maquillage de même, ses sourcils parfaitement dessinés, tout chez elle semble comme en niveaux de gris. Sa peau diaphane ne trahit aucune imperfection, d'où l'on se tient. Ses grands yeux gris foncé sont à la fois profonds et inexpressifs tandis qu'elle se tend dans une position élégante bien qu'inconfortable. Son corps, de taille moyenne, est assez fin mais musclé, tonique. Elle a manifestement une maîtrise totale de chacune des cellules qui constituent son enveloppe corporelle.
Ses inspirations sont profondes, sa bouche entrouverte sur des dents blanches, parfaitement droites, mais son visage est comme un masque inexpressif et ses yeux, perdus dans le lointain. Ses lèvres sont seule partie de son corps légèrement teintée de rose, chaque parcelle de sa peau semble trop claire, comme malade. La jeune femme ferme les yeux, pose sa main droite sur la barre installée contre le miroir, alors que la gauche s'élève, légère, dans la continuité de son corps courbé dans une salutation simulée vers l'autre bout de la pièce. La musique démarre. Elle ouvre les yeux.


Quelques jours ont passé et vous la recroisez, dans les couloirs de l'université. Elle est exactement la même, et pourtant si différente. Ses cheveux lâchés sont en bataille, son visage très maquillé et sa tenue n'a plus rien de sobre et classieux. Un mélange d'inspirations punk et gothique qui détonent avec sa démarche toujours aussi légère et maîtrisée. Elle porte un gros casque audio sur les oreilles, ses yeux sont pétillants et un sourire se dessine au coin de ses lèvres bordeaux. Vous n'avez pourtant aucun doute que c'est bien la même demoiselle aux belles billes grises qui quelques jours auparavant se tenait, élégante, au cœur d'une grande salle vide, et foulait le parquet impeccable de ses gestes élégants. La même femme, mais totalement différente, bien plus accessible, moins ensorcelante.




Analyse me



Mon caractère ? Difficile d'être un bon juge sur ce que l'on est, vous ne pensez pas ? Enfin, c'est vous le psychologue alors, je suppose que je dois me plier à l'exercice.
Pour être tout à fait objective, je vais commencer par vous dire ce que les gens disent de moi, enfin, ce que j'en sais.
Ma mère pense que je suis trop fantaisiste, et que je prends mes décisions qu'en fonction de moi, sans accorder à ma famille l'importance qui lui est due. Par fantaisiste, elle entend que mon orientation sexuelle et mes goûts vestimentaires sortent trop de l'idée qu'elle se fait de ce qu'une bonne fille ferait. Personnellement, je me considère comme une fille qui vit dans son temps, et en dehors des attentes de la haute société. Je n'aime pas qu'on m'oblige à faire ce que je ne veux pas faire sous couvert de bienséance.

Elle dit que je devrais laisser tomber mes idées féministes aussi. Au début, j'ai cru que c'était une insulte, ce terme, et puis j'ai compris que je l'étais, en fait. Oh, évidemment, j'évolue dans un milieu qui est à l'opposé de ces considérations, mais je m'efforce de lutter contre, à ma mesure. J'accorde énormément d'importance à ce qu'on me respecte en tant que personne, et que l'on me traite également aux autres.

Au ballet, les gens me disaient très sensible, surtout à la musique. On disait aussi que c'était pour ça que j'avais une longueur d'avance sur les autres, et que le travail acharné faisait le reste. C'est vrai que j'ai une sensibilité toute particulière pour la musique, et ce depuis mes tout premiers souvenirs. Je pouvais m'émouvoir aux larmes en écoutant une pièce bien interprétée. Au lycée, les gens pensaient que j'étais folle, ou droguée, et que c'était pour ça que je pleurais parfois en écoutant de la musique, seule. Mais je suis très saine d'esprit, croyez moi, je suis simplement mélomane.
Et bourreau de travail, oui, si on veut. Ambitieuse, c'est certain, et j'ai compris très tôt qu'il fallait se donner les moyens pour arriver où l'on souhaite. Mes parents m'ont inculqué cette culture du travail très tôt, j'ai commencé la musique et la danse alors que je savais à peine marcher. Mes résultats scolaires étaient parfaits, toujours, et ils me vouaient une excellente carrière dans les affaires ou le droit, c'est ce que ma tante aurait souhaité pour moi. Mais mon cœur est à l'art, et à la musique.

Ma mère veut faire de moi une épouse parfaite. Mais elle veut aussi que j'accomplisse de grandes choses, c'est probablement pour ça qu'elle a accepté que je fasse de la danse mon métier, puisqu'elle imaginait que j'abandonnerai ma carrière à vingt-cinq ans pour me marier. Ils savent déjà avec qui ils veulent que je fasse ma vie, je le connais depuis toute petite. Mais ce genre d'existence toute tracée, ça ne marche pas avec moi. Et j'ai pourtant très peur de décevoir les gens, mais j'ai compris que, au moins concernant mes parents, je ne devais pas me corrompre pour leur faire plaisir. C'est pour cette raison que nous sommes en froid, actuellement. Et je ne le vis pas si mal que ça, je suis indépendante de toute façon.

Avant que je parte pour Moscou, mes parents disaient qu'ils étaient très fiers de ma culture, et c'était même leur argument principal pour convaincre la famille de mon promis que j'étais un très bon parti. Je suis très curieuse, j'aime savoir de quoi je parle, à qui je parle, et je déteste les zones floues. Je me questionne toujours sur tout, c'est un peu agaçant parfois. Ce qui énerve aussi chez moi, c'est mon calme. Je peux donner l'impression d'être une personne violente, j'ai un style vestimentaire qui le suppose, mais je peux dire avec fierté que j'arrive à rester très calme la plupart du temps. Certains prennent ça pour une sorte de snobisme, c'est vrai que si on mélange mon comportement typique de mon éducation stricte, mon calme, et ma culture, ça peut passer pour du snobisme. Mais j'apprécie les gens, vraiment. Peu importe d'où ils viennent. En revanche, je suis beaucoup trop attachée à ce que les gens peuvent penser de moi, quoi que je puisse laisser paraître. Je déteste qu'on me déteste, ça me met mal à l'aise et je me remets systématiquement en question. J'ai peut-être pris l'habitude de conquérir les gens quand je suis sur scène, alors je m'attends à la même chose dans la vie, mais ce n'est pas si simple. Je n'ai pas conquis mes propres parents, alors des inconnus ?

Je suis enseignante, et très attachée à mes étudiants. Mais je suis dure, aussi dure qu'on l'a été avec moi, parce que je suis perfectionniste, et j'attends la même chose de chacun de mes élèves. Quand on fait le Bolchoï, ça vous change. Là bas, je n'étais qu'une fille parmi les autres au début, et c'est parce que je me suis acharnée jusqu'à ne plus pouvoir tenir sur mes pieds que j'en suis arrivée où je suis. De la part d'une enfant de bonne famille, cela doit vous étonner que je sois aussi attachée au mérite du travail, et pas pourrie gâtée, hein ? Oui, j'ai grandi dans la simplicité mais je n'ai jamais convaincu ma mère, alors je pense que je me suis imposé de très hauts standards, pour me convaincre que je faisais les choses correctement aux yeux du monde.





Every life begins with a breath


C'est une vie toute tracée qui commença le 12 février 1990, quand naquit par césarienne Leah Sophia Howard, héritière de la famille Howard. Sa naissance n'était pas une évidence, ses parents avaient beaucoup souffert pour parvenir à la mener à terme en bonne santé. Elle était issue d'une fécondation in vitro, désirée depuis des années par des parents toujours plus pessimistes, une fausse couche après l'autre. Mais quand elle est née, elle fut comme tous les autres enfants, elle cria. Et comme tous les autres enfants, elle grandit, dans une famille, certes, plus aisée que les autres.

Dès l'âge de trois ans, on lui mit des chaussons aux pieds, et un violon dans les mains. Pas en même temps, mais c'était tout comme. Dès lors qu'elle se mit à bafouiller quelques mots maladroits, elle dut apprendre à les dire dans d'autres langues, et formuler des phrases correctes et dignes. Dès lors qu'elle réussit à mettre un pied devant l'autre, elle dut apprendre à le faire en se tenant droite, comme une dame. Une petite dame, mais une dame tout de même.
Très jeune déjà, il lui fallut la confirmation qu'elle joindrait les meilleures écoles, qu'elle serait la meilleure dans tout ce qu'elle faisait, car ses parents avaient de grands projets pour elle. Il fallait qu'elle fasse honneur à son nom et à son rang, faute d'être née garçon pour perpétuer cette branche des Howard. Il fallait surtout qu'elle soit meilleure que son cousin, ce bon à rien qui pensait que tout était acquis pour lui.

Leah fréquenta les meilleures écoles, prenant la tête du classement à chaque fois. Elle travaillait en permanence, se trouvant en fin de compte bien peu appréciée par ses pairs, qui la trouvaient obsédée par les cours. Pour elle, perdre un point sur un examen c'était le rater, seule la perfection comptait. Pour elle, comme pour sa famille, d'ailleurs. Les seules liberté qu'elle pouvait s'accorder étaient lors de ses activités périscolaires, la danse, la musique, les arts en général. Les professeurs appréciaient son dévouement et sa sensibilité, quand bien même ils se retrouvaient démunis lorsqu'ils la voyaient pleurer en plein cours de solfège. Elle eut droit à un sermon de sa mère lorsque le professeur d'histoire de la musique rapporta ces incidents à la famille Howard. Ce n'est pas digne d'une dame, ce n'est pas bien, de montrer ce genre de faiblesse. Si elle recommençait, c'en était fini de la musique et de la danse.

Alors elle prit l'habitude de fermer les yeux, à chaque fois qu'elle écoutait de la musique, ou qu'elle s'emportait un peu trop. Les yeux fermés, les larmes ne coulent pas. Il faut être parfaite en tout temps et à toute heure, seule la nuit accepte les faiblesses.
Elle fréquenta l'université Millenium pendant deux ans, jusqu'à ses vingt ans. Elle s'y plaisait plutôt, d'autant plus qu'elle avait réussi à convaincre ses parents de la laisser étudier la danse. Sa mère y voyait l'occasion de la pousser à se marier jeune, puisque sa carrière serait sans doute assez courte pour cela. Une fille carriériste, ce n'était pas ce qu'elle souhaitait. Non, ce que Mrs Howard voulait, c'était une fille qui fasse un bon mariage, et de beaux enfants. Des considérations très conservatrices en opposition totale avec la liberté d'esprit de Leah qui comprit que tout cela lui était imposé, à l'âge de 20 ans. Elle qui travaillait de toutes ses forces et de toute son âme pour rejoindre un grand ballet fut, par un coup du sort, exaucée peu de temps après cette prise de conscience. Leah avait eu l'occasion quelques semaines auparavant de rencontrer des membres éminents du ballet du Bolshoï qui avaient vu en elle une étoile montante. Lorsqu'ils lui proposèrent d'écourter ses études pour les rejoindre, elle n'hésita pas un instant.
Peut-être que sa mère avait raison, elle n'était pas si attachée au sort de sa famille qui dépendait tellement d'elle.

Le trajet et l'installation était tout frais payé par le ballet. Elle y dansa, avec tout son cœur, pendant quelques années. Elle incarna des rôles dont elle avait rêvé toute sa jeunesse. Autour d'elle, des filles qui partageaient la même passion viscérale pour la musique et la danse. Certaines n'étaient là que pour l'aspect compétitif de l'approche du ballet, d'autres étaient, comme elle, de grandes passionnées sensibles, qui vivaient l'art au plus profond de leur être.

Irina était l'une d'elle. Danseuse depuis sans doute aussi longtemps que Leah, elle avait vu en l'anglaise une rivale autant d'une amie. Et, à terme, une amante. Les rivalités étaient un peu le quotidien des danseuses au Bolshoï, toujours se surpasser pour espérer être la star, l'espace d'un ballet. Montrer que l'on vit la danse mieux que les autres, prétendre être au dessus pour convaincre les chorégraphes. Mais avec Irina, cette relation était encore plus ambiguë que ça. Elles s'entraînaient ensemble, mais elles s'insultaient parfois. Elles s'adoraient mais se blessaient. Le point culminant de cette relation très intense fut après une audition qui déterminerait le rôle principal dans Casse-Noisette. Elles faisaient partie des trois finalistes et, une nouvelle fois, la pression était plus forte que leur sang-froid, et leurs relations s'en ressentaient. Lorsque Leah fut choisie, Irina réagit très mal et vint la trouver dans sa chambre pour l'accuser de tout et n'importe quoi, à commencer par la tricherie. L'anglaise réagit immédiatement, s'attendant à une réaction exagérée de la part de son amie. Et, un mot entraînant un autre, un geste, puis un coup, elles se battirent. Et firent l'amour. Une relation aussi intense, aussi imprévisible avait donné naissance à un amour profond et sauvage qu'elles même ne comprenaient pas.

Durant les quelques années qu'elles passèrent ensemble au Bolshoï, elles ne se battirent plus jamais. Leur relation était fusionnelle, autant qu'elle était inexplicable. Il n'y avait jamais de demi mesure dans leurs rapports. L'intensité d'Irina répondait à la sensibilité de Leah, et elles inter changeaient les rôles souvent. Elles ne faisaient pas vraiment de projets, et vivaient cette relation comme faisant partie de leur expérience au Bolshoï. Mais l'affection qu'elles avaient l'une envers l'autre était sincère. Cependant, faire des projets pour l'avenir signifiait pour elles accepter que leur carrière dans ce ballet avait une fin, fin que toute bonne danseuse au cœur de sa carrière se refuse à voir venir.

Ce ne fut pas l'âge ou la faiblesse physique qui les firent quitter le ballet, finalement. Ce fut un chorégraphe, un peu trop curieux. Et qui s'attendait à pouvoir toucher aux mauvaises danseuses. Il fit d'Irina sa protégée, et par là, il entendait bien avoir des récompenses de la part de la danseuse. Parce qu'elle se refusa à lui de nombreuses fois, il réalisa que quelque chose se tramait, quelque chose dont elle ne pouvait parler. Il en eut la preuve formelle quand Leah, au comble de la colère, s'interposa alors qu'il tentait de prendre Irina après une représentation à Paris. La russe tenta de retenir l'anglaise qui s'en prit au chorégraphe avec férocité, mais la mèche était déjà vendue, et leur sort, écrit. Il fut arrêté, et les deux danseuses, renvoyées du ballet. Irina, brisée, quitta le pays et par la même occasion Leah, qu'elle tenait tout autant pour responsable que le chorégraphe de la fin de son rêve.

L'anglaise retrouva sa ville natale et dut faire de gros efforts pour ne pas craquer devant ses parents, prétextant des raisons saugrenues pour son retour, alors que sa mère savait pertinemment pourquoi sa fille revenait la queue entre les jambes. Elle eut cependant la décence de ne pas lui imposer immédiatement un mariage arrangé, se promettant néanmoins de la convaincre que c'était la meilleure solution.

En vertu de sa carrière jusqu'ici exemplaire et de la position de ses parents, Leah put intégrer le corps enseignant de l'université Millenium, en tant que professeur de danse. Son séjour au Bolshoï et sa motivation à former de nouveaux danseurs à toutes les formes de danse parvinrent à convaincre l'administration, et elle se félicita finalement de parvenir à retomber sur ses pattes, en tant qu'enseignante, avant qu'il ne soit trop tard et qu'elle ne passe pour une danseuse brisée sans avenir. Elle devenait indépendante, pour de vrai, mais se promit de trouver un moyen d'échapper à la pression matrimoniale, faute de convaincre un jour sa mère de la laisser vivre son indépendance sereinement.




Big Browser is watching you


∵ Pseudo : Lyxiae Blbl ∵ Âge Blbl ∵ Comment avez-vous connu le forum ? Par quelqu'un qui dit tout le temps "Blbl" ♥ ∵ Code du règlement Blblté par Dani :B
∵ Un dernier mot pour la fin ? Vive les partenariats Blbl !

©Riva


avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Sep - 20:14


Bienvenue iciiiii ! :excited2: Je suis pressée de voir le restant de la fiche blblbl ! /PAN/


EDIT : Cette demoiselle écrit sublimement bien. Voilà j'ai mis la pression ! *fuit*
avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Sep - 20:21
HEEEEEEEEY CHAAAAAARLIE. /PAN

Bienvenuuuuuuuue! ♥ On nous a parlé de toi, j'ai hâte de te découvrir. :B Bon courage pour ta fiche, si tu as des questions n'hésites pas. ♥
Nolan T. Connor
Surveillant à mi-temps
Date d'inscription : 28/07/2015
Messages : 521
Age (du personnage) : 22 ans
Orientation sexuelle : Homosexuel
Etudes/Métier : Lettres Classiques - Surveillant à mi-temps
Pounds : 29942
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Sep - 20:34
Bonsoiiiiir bienvenuuuuuue ! ♥ Dani nous a parlé de toi :3 J'espère que tu te plairas ici ♥ (Comment ça je répète? OUI ET ALORS?! CA VEUT PAS DIRE QUE J'AI PAS DE PERSONNALITE)


Bref plein de coeur ♥


Leah S. Howard ♪ Fantaisie Impromptue 469800Nolent
Cléanthe J. Alevatros
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1463
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24303
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Sep - 20:36
Hello & bienvenue lovely !


OUI DANI NOUS A PARLE DE TOI. (juste au cas où tu n'aurais pas compris tu vois /crève)

J'ai hâte de voir la suite de ta fiche ohohohoh


Aria L. Cathrew
Étudiant en informatique
Date d'inscription : 05/09/2015
Messages : 84
Age (du personnage) : 24 ans.
Orientation sexuelle : Pansexuel.
Etudes/Métier : 1ère année de master informatique.
Pounds : 981
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Sep - 20:41
Heyyy ! J'te connais pas et j'ai jamais entendu parlé de toi mais on va y remédier j'espère bien ! :D
En tout cas bienvenue et bon courage pour ta fiche ! ♡


Leah S. Howard ♪ Fantaisie Impromptue 1441473723-signa
avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Sep - 20:56
OMG on m'a annoncée et tout. Je sais pas, il va falloir que je tienne ma réputation nom de dieu. Mais merci !
Quel accueil ! Vous êtes adorables ! ♥ *retourne faire du drama sur sa fiche*

Blblbl ♥
avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Sep - 22:23
Gnnn je suis une grosse retardataire, mais bienvenue parmi nous ♥️
En espérant que mes collègues ne t'ont pas trop mis la pression (a)
J'aime ton style d'écriture, c'est super éthéré  :love:
avatar
Invité
Invité
Jeu 10 Sep - 23:36
Hanw, merci ! ♥
Alors, si, je suis ultra tendue, j'ai peur de décevoir. Mais ton compliment me touche beaucoup ! Et il m'a motivée, parce que oui, je pense avoir fini maintenant !

En espérant ne pas vous avoir noyée dans l’éther ! /PAN/
avatar
Invité
Invité
Ven 11 Sep - 1:08

Validation
Fffffffuuuuuuuu. À chaque fiche que je lis et t'appartenant, c'est de l'ambroisie. J'ai absolument rien à dire sinon que tout est parfait, même pas de question à se poser par rapport à son entrée à la Millenium en tant qu'élève puis professeur ! J'ai adoré comment tu as écrit toute la fiche (et plus particulièrement le physique, c'est tellement dans la sensibilité et tout, ça me touche.) Bref, je vais arrêter de t'encenser ici sinon j'ai pas fini (j'ai l'impression de me répéter non... ?) (Pour me répéter pour de bon : t'as l'art de nous plonger dans ton univers et une fois encore, I FELT IT.)


Tu es donc validée, sans aucun problème ! Maintenant que tu as ta couleur et ton rang, tu vas pouvoir t'acquitter de tâches administratives ! (Youhou, Ô joie !)

♙ Aller recenser ton avatar ;
♙ Créer ta fiche de relations ;
♙ Demander un rp ;
♙ Demander un logement ;
♙ Créer ton téléphone et ton Twitter si tu le souhaites ;
♙ Rejoindre un club si tu es lycéen ou étudiant.

Bon jeu à toi et surtout : HAVE FUN !
©Riva
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Leah S. Howard ♪ Fantaisie Impromptue
» Leah A. Miller [Terminée]
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» Des amis~
» BLOOMER LEAH & KÉSAR — « catch me when i fall... » ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Zone de détente :: Archives :: Fiches membres supprimés-