Manger est toujours plus facile que d'assumer.[ Ft Abel]

avatar
Professeur de philosophie
Date d'inscription : 27/03/2016
Messages : 70
Age (du personnage) : 30 ans
Orientation sexuelle : Bi
Etudes/Métier : Professeur de Philosophie (fac)
Pounds : 955
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Mai - 3:56
Il était mardi midi. Deux jours après le dérapage entre Taylor et son ami, une limite franchis qui couvrait de honte le jeune professeur de philosophie. Il ne savait plus comment parler, aborder son ami et encore moins comment le regarder. Devait il vraiment changer quelques choses entre eux ? Ne pouvait il pas simplement nier et renier ce qu'il s'était passé ? C'est tous ce qu'il voulait, passer à autre ou même revenir à cette amitié banale qu'il y avait entre eux avant que la tentation ne s'en mêle. Il avait retourné la situation dans tous les sens afin de trouver une explication sensé sur son dérapage, sur cette envie irrépressible de regarder Abel indécemment. Qu'est ce qu'il se passait dans sa tête ? Jusqu'à présent il avait réussi à faire taire tous ces doutes, ces fantaisies mais Abel avait clairement allumé la mèche et dans l'esprit de Taylor, tout semblait être plus qu'une bombe à retardement. Déjà qu'il dormait mal, tourmenté par son passé, voilà que ses inquiétudes se mêlaient à ces insomnies, le privant de repos même pour quelques minutes. Son esprit ne cessait d'analyser, pourtant l'explication pouvait être toute bête, aussi simple que ça en avait l'air, mais avouer ce genre de chose était tout bonnement impossible pour le jeune trentenaire.

Il avait honte, terriblement honte d'avoir prit du plaisir avec un homme, de s'être donné de la sorte, sans retenu à son collègue. De s'être mit dans des positions vulgaire et loin d'être descendantes, d'avoir réclamé et désiré ce rapport, pourtant délicieux, répugnant. Les images n'arrêtaient pas de lui venir, les sensations bien trop précises aussi. Il ne savait que faire de tout ça, et ces deux derniers jours il avait préféré fuir le contact avec Abel. L'éviter au maximum dans les couloirs comme dans les salles de classes ou dans les amphithéâtres, il connaissait assez bien le planning du professeur de mathématiques pour s'organiser et essayer de ne pas avoir à l'affronter, surtout pas à l'université en publique, devant ses élèves. Taylor avait terriblement peur du jugement à ce sujet, que pourrait pensé ses élèves, les gens autour de lui, lui qui avait cette allure impeccable et irréprochable ne serait plus qu'un homosexuel et perdre sûrement l'image qu'il s'était battit. Une image bien loin du militaire bourrin et sans peur qui fonçait tête baissée dans le danger, emmenant avec lui tous ses camarades dans les problèmes. L'homme irresponsable et spontané qu'il avait été, était bien loin et oublié au point qu'il ne voulait pas la voir ressurgir, ni cette personne ni tous les souvenirs douloureux qui allait avec. Il avait suivit une assez longue thérapie post mission et ne voulait pas voir cette longue convalescence gâché pour une erreur avec son ami.

Taylor avait hésité à se rendre à ce rendez-vous de midi pour le déjeuner au restaurant indien. Il avait pesé le pour et le contre, et la peur de perdre son unique ami était bien plus forte que la peur de l'affronter. Il allait faire comme si de rien n'était et rester l'homme réservé qu'il avait l'habitude d'être. L'homme timide qui peine à sourire et à se détendre en publique, ce genre de chose qu'il n'arrivait pas à surmonter mais qui se dissipait une fois dans l'intimité. Il y avait un Taylor que la société avait le droit de voir et une partie qu'il se gardait de montrer à qui que ce soit, bien qu'Abel l'ait découvert récemment. Sur le chemin il s'était maudit plusieurs fois d'avoir prit cette décision mais il se préparait mentalement à ce rendez-vous banal avec son collègue. Il avait prévenu Abel qu'il serait quelque peu en retard, il avait prit ce retard volontairement pour avoir le temps de se mettre en condition.  Il avait aussi envoyé l'adresse par message à Abel pour qu'il puisse s'y rendre sans problème.

Le professeur de philosophie poussa la porte du petit restaurant, entrant dans la pièce principale, ses yeux à la recherche de la présence d'Abel. Il était donc là, assis, face à une chaise vide qui attendait Taylor, et un menu cartonné. Une serveuse accueillit le trentenaire avec un sourire, le dévorant du regard ayant en tête bien de vilaine chose pour son jeune âge. En plus de ne ressentir aucun désir pour les femmes, il n'allait certainement pas sortir avec une jeune fille de tout juste vingt ans alors que lui dépassait la trentaine. Toujours aussi froid il informa la jeune fille que son ami était déjà installé et qu'il allait donc le rejoindre. Ce qu'il fit en s'empressant, desserrant sa cravate en approchant d'Abel. Il sentait sa poitrine se compresser et sa gorge se resserrer, il avait besoin d'air et surtout de courage pour ce qui allait suivre.

Taylor s'assit en saluant son ami, comme il avait l'habitude de le faire. Il avait tout de même du mal à le regarder dans les yeux, revoyant clairement ce regard qui lui faisait tant d'effet, il préférait le fuir plutôt que de se remettre dans une situation embarrassante avec lui, dans ce petit restaurant fréquenté par pas mal de monde de l'université. Il était à quelques minutes de l'université et pas cher  bien que la nourriture y soit délicieuse.

«  Désolé pour le retard j'avais un élève à voir à la fin de mon cours, un cas assez urgent... Tu vas bien ?»

Taylor était le genre de professeur qui prenait son travail au sérieux et cette histoire aurait pu toute à faire être vraie si elle n'avait pas été un petit mensonge pour être volontairement en retard au rendez-vous d'Abel, repoussant le moment fatidique de quelque minutes encore. Il essayait de paraître assez naturel et détendu mais son visage marqué par la fatigue trahissait bien de ce tourment. Il n'avait pas la force de faire attention à tout mais faisait tout de même de son mieux. Après avoir regarder un moment la carte pour voir ce qu'il allait commander, il leva enfin les yeux vers Abel, plongeant ses iris bleus dans celles ambrées de son ami.  Il se retrouvait transpercé par son regard, appréhendant un jugement de sa part, mais après tout c'était lui qui était parti alors que Taylor l'avait invité à rester regarder un film, il ne l'avait pas mit à la porte non plus et pourtant il se sentait tout aussi coupable et mal à l'aise que si l'avait fait.

  «  ça c'est bien passé ton cours au Lycée au faite ? »

Quelques banalités sur le travail pour briser la glace, bien que ce ne soit pas de son genre de parler en premier Taylor trahissait d'autant plus son angoisse en devenant bavard avec Abel, lui qui avait toujours le contrôle sur tous se retrouvait dans une situation où il ne savait clairement pas quoi garder sous contrôle ni comment. Avec Abel tout était devenu compliqué aux yeux du plus jeune, ce fantasme qu'il avait eu s'était concrétisé et maintenant il devait vivre avec la mémoire de son corps qui lui rappelait chaque instant, sa bouche, ses mains et son corps contre le sien.  Le plus jeune s'efforçait de rester impassible devant les réaction de son corps, écoutant attentivement la voix d'Abel cette même voix qui lui avait susurré de vilaines choses. Décidément tout ramenait Taylor à ses pensées.

«  J'ai bien envie d'un poulet au curry, bien épicé et d'une boisson indienne le lassi. Tu devrais en prendre aussi il paraît que ça aide à réduire la sensation trop brûlante des plats épicés indiens. C'est un mélange de yaourt et d'eau, aromatisé à la rose, au citron , à la framboise ou à la mangue. »

Parler de chose qu'il connaissait voilà ce qui dissimulait bien sa gêne, il ressortait le costume du professeur, cette image pleine de savoir et absolument neutre qui ne laissait rien paraître. C'était ce qu'il devait faire, combler ses instants de malaise par des répliques empruntes de connaissance sur des sujets comme l'Inde vu qu'ils étaient tous les deux dans un restaurant Indien.

La jeune femme qui avait précédemment accueillit Taylor dans l'enceinte du restaurant se précipita presque à la table des deux jeunes hommes pour prendre leur commande.  Son petit carnet à la main elle s'était d'abord adressé à Taylor, prenant sa commande avec attention avant de se tourner vers Abel, gardant pourtant ses yeux rivés sur le professeur de philosophie qui ne bronchait pas malgré le regard insistant de la demoiselle. Contrairement à Abel, Taylor n'était pas intéressé par les femmes et lui laissait donc volontiers l'occasion de draguer si il le désirait, lui gardant son attention sur la carte qui offrait une variété de plats impressionnante, plus indiens les un que les autres.
avatar
Professeur de mathématiques
Date d'inscription : 28/02/2016
Messages : 51
Age (du personnage) : 32
Orientation sexuelle : Bisexuel
Etudes/Métier : Professeur de mathématiques à l'université / suppléant au Lycée.
Pounds : 1168
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 27 Mai - 7:55
Il s'était passé deux jours depuis qu'il avait quelque peu dépassé les limites de l'amitié avec Taylor et ces deux jours lui avaient fait le plus grand bien. Il avait fuit l'appartement de son ami certes comme un lâche mais ça avait été pour le mieux, du moins pour lui en tout cas. Il avait bien remarqué que le brun n'était pas très à l'aise avec ce sujet et pour sa part il agissait comme un idiot alors il avait préféré s'éclipser. Une fois chez lui, reposé et au calme, il avait pu retrouver ses esprits et sa légèreté habituelle. Entre temps il avait tenté de croiser Taylor à l'école mais il n'avait pas réussi à l'intercepter entre ses cours. Pas étonnant vu son lundi chargé avec les cours au Lycée et ceux à l'université en plus il avait donc assez hâte de le revoir le mardi midi. Il ne se sentait plus trop anxieux à ce sujet, maintenant qu'il s'était calmé il se dit qu'il n'avait qu'à agir normalement avec lui et tout serait agréable comme avant. Après tout, ils avaient certes couché ensemble mais c'était loin d'être la fin du monde. Ça avait été agréable pour tous les deux alors pourquoi en faire tout un plat ? Cette simple pensée avait apaisé le professeur de mathématiques et il s'était donc rendu au restaurant indien avec l'impatience de revoir son ami.

Une fois installé dans ledit restaurant il avait reçu le sms de Taylor qui annonçait son retard. Il n'en fit pas de cas, mais trouva tout de même cela un peu étrange venant de sa part. Lui qui était si ponctuel, il avait d'ailleurs été surpris dès le départ de ne pas le voir là avant lui. Enfin, ça pouvait arriver à  tout le monde alors il avait patienté à table en solitaire, se contentant d'observer les gens autour de lui présents dans le restaurant. Le restaurant se trouvant près de l'université il y avait pas mal d'étudiants, aussi des travailleurs en pause déjeuner, mais ce n'était pas non plus trop plein et il appréciait cela. L'ambiance restait agréable et l'odeur venant des cuisines était des plus alléchantes. Il avait déjà faim juste d'y penser et son ventre grondait. Il ne connaissait pas très bien la cuisine indienne, mais n'étant pas très difficile et ouvert à tout il savait très bien qu'il aimerait probablement tout de ce menu.

Alors qu'Abel observait une table un peu plus loin et les deux jeunes filles assises à celle-ci, reconnaissant l'une de ses élèves quoi qu'il ne se souvienne pas de son nom là tout de suite, il ne vit pas Taylor qui arrivait. Il ne le remarqua que lorsque celui-ci fut assez proche et sourit en le voyant. Un sourire franc et grand, illuminant son beau visage d'un air sympathique comme toujours. Il était content de le voir, ça faisait étrangement du bien, comme si ça le rassurait qu'il soit venu, que les choses soient toujours les mêmes.
Taylor le salua donc et s'installa en face de lui, avant d'expliquer la raison de son retard, justifiant ce dernier d'une manière bien plausible qu'Abel n'hésita pas à croire. Il n'avait aucune raison de penser que son ami lui mente après tout, enfin pas vraiment.

« T'inquiètes c'est rien, j'ai pas attendu très longtemps. J'vais bien merci.. »

Abel n'était cependant pas tout à fait aveugle. Il vit bien dans le regard de Taylor la fatigue et remarqua qu'il n'était pas tout à fait à l'aise. À vrai dire cela ne le surprenait qu'à moitié mais ça l'inquiétait aussi un peu. Il n'aimait pas vraiment le voir ainsi, mais se sentait plutôt impuissant pour le moment. Peut-être aussi imaginait-il tout cela, après tout Taylor n'était pas si différent. Ou du moins il faisait bien des efforts pour ne pas l'être. Abel remarqua cependant aussi le fait que son ami soit particulièrement bavard. Eux qui pouvaient habituellement passer de longues minutes à simplement se sourire, se jeter quelques regards et discuter très brièvement en début de rencontre, voilà que le professeur de philosophie enchaînait sur une autre question et cela éveilla définitivement des soupçons plus poussés chez le plus âgé. Il n'était pas lui-même et désormais il en était convaincu. Il tenta cependant de ne pas trop en faire de cas et répondit avec un doux sourire à son ami...

« Ouais c'était pas mal ~ J'aime beaucoup enseigner aux lycéens tu sais, probablement autant qu'à l'université. J'aime bien la manière qu'ils ont de me tester, tu vois ? De jouer avec mes nerfs pour voir si je vais m'énerver et de constater que c'est une perte de temps avec moi. » Il marqua une pause, réalisant qu'il avait un sourire un peu stupide en évoquant tout cela. Il aimait définitivement beaucoup enseigner et même si parfois son boulot l'agaçait, à cause des travaux à corriger, à préparer chez lui, toutes ces choses un peu ennuyeuses parfois, il se sentait toujours très bien une fois en classe. « Quand j'étais au lycée je détestais l'école et j'étais un p'tit connard, j'envoyais balader tous mes profs et j'crois que du coup, j'ai tendance à vouloir être le prof que j'aurais aimé avoir à cette époque. Sympa, tout en restant ferme, attentif et motivant. Un mec qui s'en bat pas forcément les couilles, tu vois ? »

Il repensait alors un instant à cette époque de sa vie, se demandant ce qu'elle aurait été s'il avait fait des rencontres différentes, si quelqu'un s'était intéressé à lui, si on l'avait empêché de se foutre en l'air comme il l'avait fait. Il se dit que peut-être ça n'aurait pas changé grand chose, mais c'était intéressant de l'envisager. Parfois il songeait à se diriger vers l'enseignement au Lycée plutôt au'à l'université, puis il se ravisait en imaginant les classes de gamins auxquelles il devrait faire face parfois, les turbulents et les petits thugs. Y aller une journée ou deux ça lui donnait envie, mais devoir y faire face au quotidien peut-être que ça le rendrait aigri et froid comme bien d'autres professeurs. Il préférait donc garder ses classes régulières à l'université, diversifiant parfois avec le Lycée en plus. Un jour peut-être, il ferait le changement. L'envie d'influencer peut-être l'avenir d'un ou deux gamins, ça le charmait définitivement sans qu'il n'ose vraiment en parler, ne voulant pas paraître idéaliste et irréaliste aux yeux de ses collègues et de Taylor. Il réalisa d'ailleurs que dans ses paroles précédentes il avait quelque peu montré ce genre de pensées et ça le gênait un peu. Il n'ajouta donc rien à ce sujet, se concentrant sur les paroles de Taylor concernant le menu.

Définitivement, il parlait trop. C'était effrayant d'entendre autant sa voix, quoi que pas forcément désagréable évidemment. Ce n'était pas ça le problème, simplement Abel trouvait cela bizarre. Il jeta enfin un coup d’œil plus sérieusement à son menu qu'il avait rapidement parcouru précédemment, détaillant les différents choix, les plats qu'il ne connaissait pas forcément. Taylor avait parlé du poulet au curry et cela lui faisait désormais envie, alors il finit par sourire en relevant les yeux vers son ami..

« Bonne idée tiens. J'ai jamais goûté cette boisson, j'vais suivre ton conseil je pense bien.. »

Il restait sympathique, souriant, et vit d'ailleurs la serveuse s'approcher. Jolie jeune femme, un peu jeune certes mais pas assez pour qu'il se sente mal de la regarder. Cependant, alors qu'Abel s'attendait à pouvoir lui offrir un beau sourire charmeur, il vit bien qu'elle n'avait d'yeux que pour Taylor. Il ne fut pas jaloux de l'attention qu'il n'avait pas, mais bien du fait qu'elle dévore des yeux son ami. Il la laissait faire et ça ne semblait même pas l'embêter, comme si ça lui convenait qu'elle soit littéralement en train de baver sur lui. Enfin, Abel calma sa frustration injustifiée et sourit donc à la jeune femme, commandant à son tour une boisson comme l'avait proposé le professeur de philosophie, se laissant aussi tenter par le poulet tandoori.

La jeune serveuse quitta ensuite la table pour aller s'occuper de leurs commandes et une fois celle-ci partie Abel reposa son regard sur Taylor, se décidant enfin à parler de lui-même, ne comptant pas laisser son ami faire la conversation comme lui en avait l'habitude après tout.

« Elle te dévorait littéralement des yeux dis donc. » C'était plus fort que lui il devait le souligner, mais la suite lui échappa encore plus, voilà bien des paroles qu'il n'avait su retenir.. « C'est pas bien étonnant à vrai dire, t'es vraiment beau dans ton petit costume tu sais ? »

Il réalisait bien ses paroles, il était conscient que ça risquait de gêner Taylor et pourtant dieu que c'était bon de l'avouer à voix haute. Il voulait voir les rougeurs sur son visage, ne pensant pas vraiment que ce serait un réel problème pour son ami. Il l'embêtait gentiment, comme un ami, comme un amant aussi peut-être. Cependant il avait gardé sa voix plutôt basse, n'attirant pas l'attention, ne voulant pas non plus faire trop de folies. Trop de folies ? Bon, peut-être un peu tout de même. Un peu parce qu'en prononçant ces mots - qu'il pensait sincèrement d'ailleurs, trouvant Taylor des plus charmants - il avait tendu la main pour venir effleurer un peu le bord du veston de son ami par dessus la petite table, glissant ses doigts fins contre le tissu épais, venant suivre un instant sa cravate sans pour autant prolonger trop le contact. Il retira ensuite sa main avec un sourire des plus dévastateurs, un sourire dont il était le maître et qui lui allait un peu trop bien...

« Si elle savait ce qui se cache en dessous elle te boufferait encore plus des yeux, c'est certain. »

Allait-il trop loin ? Merde, il avait oublié ses limites. Il avait oublié les limites de son ami aussi, le dévorait désormais des yeux, repensant un peu trop à leur journée de dimanche. Il avait réussi à calmer ses drôles d'idées suite à cela, à ne pas trop s'en faire vis à vis de l'attitude de son ami, mais par contre il ne changeait pas non plus celui qu'il était. Un homme gourmand, charmeur et qui ne ressentait pas la gêne. Il ne pensait donc pas, par son attitude, gêner sérieusement son ami qui le connaissait bien après tout. Il savait bien qu'Abel faisait ce genre de choses et désormais qu'il le savait bisexuel il ne se gênait certainement pas pour faire ce genre de remarques. Où était le mal... ? Nulle part dans son esprit en tout cas.

Alors qu'il se redressait un peu mieux sur sa chaise, calant son dos contre le dossier, il tendit un peu les jambes sous la petite table, effleurant le mollet de son collègue et ami. Il ne rendit pas ce contact sensuel ni rien, mais ne le coupa pas pour autant. Il réalisait pleinement à quel point Taylor lui faisait envie en cet instant, alors que ce simple contact de sa jambe contre la sienne lui paraissait des plus exquis. Définitivement, ses pensées n'étaient pas des plus matures et des plus claires en cet instant, comme si le malaise pourtant évident de son ami ne suffisait pas à lui faire comprendre qu'il devait s'abstenir de ce genre de conneries. Abel était con comme toujours, insouciant et un peu trop faible face à ses propres envies...

« Pardon, c'est pas très professionnel tout ça ~ Tu m'fais craquer. »

C'était définitivement pas très professionnel, en effet. Il s'excusait mais ses excuses sonnaient bien faux. C'était probablement à cause de son sourire amusé, ainsi que son regard carnassier posé sur lui avec la même intensité que dimanche. Définitivement, il n'était pas mature et le prouvait une fois de plus. Ces fausses excuses pouvaient sembler être une moquerie vis à vis de Taylor mais c'était loin d'être le cas. Il se moquait plutôt de lui-même, avec d'ailleurs un petit rire coupable avec ça. Il pensait que tout cela serait vu d'un œil léger par son ami, que sa connerie passerait aussi bien qu'auparavant mais ils savaient tous les deux que ce n'était plus aussi facile. Surtout quand la "connerie" en question n'était que vérité pure, prononcée sur un ton ne masquant même pas un désir latent de goûter à nouveau au vice.
Si Taylor avait été croyant, la métaphore adaptée aurait été de dire qu'il tentait de suivre la voie de dieu et qu'Abel était le diable, sous la forme du serpent, qui venait tenter de le faire dévier. Voilà ce que cette scène rappelait et pourtant le plus âgé semblait ne pas s'en rendre compte.

ma couleur si tu as besoin : #4A6C91


avatar
Professeur de philosophie
Date d'inscription : 27/03/2016
Messages : 70
Age (du personnage) : 30 ans
Orientation sexuelle : Bi
Etudes/Métier : Professeur de Philosophie (fac)
Pounds : 955
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 30 Mai - 17:16
Lorsque Abel commençait à s'exprimer sur le genre de professeur qu'il était, il avait réussis à plonger Taylor dans ses pensées. S'interroger sur le genre de personne qu'il était en réalité, quel genre de professeur il était devenu pour sa part. Lui qui avait rêvé de devenir un professeur ouvert et poussant à l'indépendance tout en apportant son expérience de la guerre et du monde stérile dans lequel la nouvelle génération grandissait. Il avait voulu ouvrir les yeux de ses post adolescent pleins de rêve et encore innocent, plus assez pour être des adolescents mais pas encore assez pour être des adultes. Ces adolescents qui avaient encore tant à apprendre pour acquérir la maturité suffisante, contrairement à lui qui avait prit le parti d'aller à l'armée pour jouer avec sa vie, se mettre en danger afin de se sentir vivant, existant ou encore important pour une cause. En remontant avant son choix de partir à l'armée, suite à l'obtention de son diplôme de ce qui se rapproche du lycée, il y avait cet adolescent blessé et renfermé qu'avait été Taylor. Suite à son enfance douloureuse et tâchée de sang il n'avait pu s'épanouir « normalement ». Malgré une certaine popularité au début de cette période charnière de sa vie, tout avait prit une tournure beaucoup plus complexe Taylor était devenu de plus en plus difficile avec ses amis et ne faisait entrer dans son cercle d'amis que quelques personnes, qui méritaient à ses yeux, qui lui apporteraient quelques choses dans a vie, qui le ferait grandir. Il avait gardé cette même vision aujourd'hui, dans son retour au civil, après avoir perdu ses frères d'armes sa méfiance légendaire avait de nouveau pointé le bout de son nez.

Abel faisait parti de ces personnes, rare et de confiance que Taylor comptait dans son entourage proche, un ami qui avait vu plusieurs facettes de sa personnalité et bien que ça le mette un peu dans l'embarras il était d'un autre côté soulagé de ne plus avoir à mentir. À mentir ? Il se mentait toujours lui-même, il n'arrivait pas à accepter mais Abel pouvait l'accepter pour lui. Le savoir sans pourtant lui remettre sans cesse cette expérience entre eux dans la figure, c'était ce que le jeune trentenaire pouvait espérer de mieux venant de son ami avant qu'il ne devienne amant. Il s'était sûrement trahis et Abel en avait forcément tiré une conclusion raisonnable pour ne pas mettre dans l'embarras son ami plus qu'il ne l'était déjà. Mais le professeur de mathématiques était toujours un peu imprévisible et bien trop spontané pour que le plus jeune puisse prévoir quoique ce soit.

L'aîné avait bien remarqué le regard de la serveuse sur son ami, il avait aussi pris la décision de suivre les recommandations de Taylor. Pour sa part, il n'avait pas vraiment fait attention à la jeune femme qui le dévorait du regard, elle l'avait déjà mis mal à l'aise en l'accueillant plus tôt, et c'est donc tout naturellement qu'il avait décidé de l'ignorer à présent, un choix assez spontané pour le coup car il était bien trop stressé par Abel. Il faisait plus ou moins face aux choses sans vraiment être certains de la suite des événements, il évitait de le regarder mais dû de nouveau posé ses yeux sur lui à la réflexion de son ami sur l'attitude de l'employée.
[color:a14b=4A6C91]
« C'est pas bien étonnant à vrai dire, t'es vraiment beau dans ton petit costume tu sais ? »

Taylor eut un rougissement des plus violents, ses joues prenaient feu sous ce compliment. Il mettait le feu aux poudres laissant le plus jeune sans défense. Abel le trouvait vraiment beau dans son costume ou était ce juste une petite taquinerie pour accentuer le malaise de son collègue ? Les yeux bleus du professeur de philosophie dérivèrent sur le côté. Il les posa sur le sol, regardant le parquet de l'enseigne sans un mot bien trop embarrassé pour dire quoique ce soit, même pas un merci ne sorti de sa bouche, cette bouche aux lèvres si pulpeuse qui n'avait cessé de remuer précédemment se retrouvaient de nouveau scellées par la timidité.

« Si elle savait ce qui se cache en dessous elle te boufferait encore plus des yeux, c'est certain. »  

Cette phrase faisait l'effet d'une bombe aux oreilles du plus jeune, qui se frotta le front nerveusement, essuyant quelques gouttes de sueur du bout de ses doigts. Il sorti un petit mouchoir en tissu de la poche de sa veste, mouchoir réservé à cette effet, donc les couleurs s'accordaient parfaitement au teint clair de sa peau. Il tamponna son front, tirant sur sa cravate un peu plus pour pouvoir respirer. Il sentait le poids de la culpabilité oppresser son torse, l'empêcher de respirer correctement. Abel savait très bien ce qui se cachait sous ces vêtements bien repassé et bien en place sur la musculature de son ami, il savait ce dont ce corps réclamait et quel plaisir l'avait fait vibré. Il savait sa voix montante dans les aiguës, sa bouche gourmande et son intimité sensible.

Taylor regarda autour de lui pour voir que personne ne les entendent. Il était de plus en plus nerveux et ne tenait plus vraiment en place sur sa chaise sous le regard persan d'Abel. Les souvenirs agréable de leurs ébats étaient bien trop contrastés par la honte qui recouvrait le jeune trentenaire. Il n'avait pas la moindre idée de comment se sentir aussi à l'aise que son amant avec sa sexualité. Il avait essayé d'être aussi léger que lui, il essayait toujours mais rien n'y faisait.

« Pardon, c'est pas très professionnel tout ça ~ Tu m'fais craquer. »

«  En effet ce n'est pas très professionnel ... » Taylor lâcha cette phrase sans colère bien qu'elle transpire de son malaise. Il n'avait pas vraiment envie d'aborder ce sujet ici et encore moins maintenant. «  Désolé mais je ne pense pas que ce soit le moment ni le lieu... pour ça »

Nerveux, Taylor avait besoin de s'absenter dans les toilettes, de faire le point et de faire redescendre la pression qu'Abel avait mis sur ses épaules. Il sortit de table assez précipitamment après avoir balbutié un « Excuse moi je vais me rafraîchir... » Il avait clairement du mal à lui faire face. Abel était la tentation, le fruit défendu et pourtant si délicieux aux yeux de Taylor. Une fois dans les toilettes du petit restaurant, il se passa de l'eau froide sur le visage et la nuque, faisant attention de ne pas tâcher ses vêtements. Il se regarda quelques instants dans le miroir sale, observant se visage qui marqué par la fatigue n'était plus aussi attrayant à ses yeux qu'avant. Il n'était plus le jeune Taylor Swan de vingt ans mais bien un homme, un professeur d'université, mais il n'était pas un époux, un père de famille, un amant régulier, un amoureux, il était juste Taylor : ex militaire, professeur de philosophie et célibataire endurcit.

Après quelques minutes isolé il retourna à table. Regardant les plats que la serveuse posait sur la table. Il pouvait sentir chaque épices distinctement, impatient de goûter, voilà ce qui sortait du malaise les deux hommes. La nourriture était toujours leur moyen de briser la glace ou de mettre Taylor plus à l'aise avec Abel. C'est donc sans plus attendre, après avoir remercié brièvement la jeune serveuse, qu'il prit sa fourchette et son couteau pour commencer à manger. C'était chaud, la fourchette fumante s'approchait de sa bouche et de ses lèvres il forma un parfait cercle afin de souffler de l'air dessus comme un enfant pour faire refroidir sa soupe de pâtes. Dès les premières bouchées, ses joues reprirent une teinte rosée à cause des épices puissantes. Il n'était plus aussi mal à l'aise bien qu'il préféra garder le silence un moment. Sentant sa langue un peu trop en feu, Taylor attrapa son verre, y trempant les lèvres pour apaiser cette sensation de brûlure sur sa langue, lui qui aimait manger épicé était servit. Il posa ses yeux sur Abel, lui souriant brièvement en le regardant déguster son plat espérant qu'il ne lui ai pas donné un mauvais conseil sur le choix.
avatar
Professeur de mathématiques
Date d'inscription : 28/02/2016
Messages : 51
Age (du personnage) : 32
Orientation sexuelle : Bisexuel
Etudes/Métier : Professeur de mathématiques à l'université / suppléant au Lycée.
Pounds : 1168
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Juin - 18:51
Abel n'était pas aveugle, il voyait bien que son ami n'était pas à l'aise devant ses remarques, devant ses gestes, il voyait bien et pourtant ça ne l'avait pas empêché d'en rajouter un peu, de dire les choses comme il pensait, de dire des bêtises à vrai dire, mais bon... Difficile de se retenir alors que Taylor lui plaisait, alors que lui était à l'aise et qu'il avait envie de pousser cette table du pied pour l'écarter d'entre eux et venir s'asseoir sur sa chaise, sur lui, l’embrasser et faire des folies dans le restaurant. Il était adolescent irresponsable, il était faussement un adulte, uniquement de corps mais pas d'esprit. Il rêvait de choses bien vilaines et ne s'en cachait même pas, il ne se voilait pas la face. D'ailleurs, lorsqu'il s'en rendit compte il s'excusa tout de même un peu à Taylor, mais son excuse sonnait faux. Il voulait rire, détendre l’ambiance, il voulait que Taylor soit comme lui, pour le coup... Mais ce n'était pas le cas, loin de là.

« En effet ce n'est pas très professionnel... »

La phrase laissa Abel en arrêt quelques secondes. Il comprit alors peu à peu que son ami ne prenait pas tout ça à la légère. Ce qu'il avait pensé être une simple petite gêne, un léger malaise sans importance, semblait être bien plus que ça en cet instant. Il se sentit un peu mal sur le coup et éloigna d'ailleurs sa jambe de la sienne en se redressant sur sa chaise. Il n'avait plus envie de le toucher d'un coup, plus envie de prolonger le contact. D'ailleurs la suite de sa phrase le laissa encore plus agacé pour le coup. Il se crispa un peu, ne laissant rien paraître sauf la froideur qui avait envahit son visage pourtant habituellement enjoué et souriant. D'accord, c'était comme ça alors ? Ni le moment ni le lieu ? Avait-il été suffisamment con pour croire que ça passerait, pour croire que Taylor serait ouvert et sourirait à ses conneries d'adolescent attardé ? Ouais, clairement pas. Ce qui aurait dû créer une forme de culpabilité chez lui créa plutôt de l'agacement et de la colère. Pourquoi avait-il couché avec lui si ça le mettait dans cet état ? Qu'y avait-il de mal dans ce qu'ils avaient fait ? Ça échappait totalement à Abel et sa réaction traduit encore une fois son immaturité. Il ne comprenait pas Taylor et ne faisait aucunement l'effort de le comprendre.

Alors qu'Abel se remettait de la claque qu'il venait de se prendre, il vit Taylor se redresser et quitter la table comme un lâche. Ça ne fit que l'agacer encore plus et il ne répondit rien, tournant le regard, restant seul à cette table comme il l'avait été longtemps avant l'arrivée de son ami. À croire qu'il n'avait pas envie d'être là. Lui non plus désormais ne voulait plus s'y trouver. C'était comme si, d'un coup, il avait complètement oublié la résolution qu'il avait prise de ne pas agir différemment avec Taylor parce qu'ils avaient eu une relation sexuelle ensemble. Il avait oublié que c'était normal après tout de ne rien changer, qu'ils restaient de simples amis, que le sexe ça ne voulait rien dire et là, tout de suite, son esprit avait oublié tout ça. Il ne revoyait que l'air mal à l'aise de son ami, que ses gestes maladroits, ses paroles froides, le laissant frustré et agacé.

Taylor revint en même temps que les plats arrivèrent, mais Abel ne lui jeta pas plus qu'un bref regard, ne disant rien non plus, ne passant aucun commentaire. Il observait plutôt son assiette, appréciant l'odeur sans vraiment avoir envie de la dévorer. Tout ça lui avait coupé l'appétit. Il avait le sentiment que son ami aurait préféré être ailleurs, et surtout là, tout de suite, il regrettait d'avoir couché avec lui. Merde, il avait envie de s'énerver, de gueuler sur Taylor - qui n'avait pourtant rien fait de mal - de s'en prendre à lui et de lui dire qu'après tout, c'était lui qui l'avait limite supplié pour qu'il le baise, qu'il avait désiré ça autant que lui et que se voiler la face c'était débile. Il avait des paroles qui lui brûlaient les lèvres, des choses qu'il savait blessantes, des choses qui pourtant siffleraient si bien entre ses lèvres. Cependant il ne dit rien, il retint le serpent de faire son apparition, il retint les méchancetés et les mots blessants tapis au fond de sa gorge.

Alors il garda le silence, tout comme Taylor. Il ne dit rien et ne le regarda pas vraiment, commençant à manger. Il appréciait le goût de son plat, aimant aussi les épices bien que ça lui donne chaud au visage il faut le dire. Il y était sensible, mais ça ne l'empêchait pas d'adorer ça. Tout était bon, sa boisson aussi lui semblait délicieuse, mais il n'avait pas vraiment le cœur à ça. Cependant, entre deux bouchées il finit par prononcer d'une voix un peu trop froide, d'une voix qui trahissait son agacement..

« C'est vraiment bon, j'reviendrai sûrement ici maintenant que j'connais. »

Sans lui. Clairement parce que ce silence, qu'il trouvait d'habitude agréable et reposant, lui semblait lourd et agaçant aujourd'hui. D'ailleurs il détourna encore le regard, préférant poser les yeux sur une des serveuses, en dévorant les courbes, observant ses gestes distraitement. Tiens, il en était à s'occuper l'esprit ailleurs pour ne pas faire face à son vis-à-vis à la table ? Ça faisait bien longtemps que ça ne lui était pas arrivé. La dernière fois ça devait bien faire quelques années, c'était avec cette gamine qui avait insisté pour sortir avec lui et qui avait passé la soirée à l'ennuyer de paroles incessantes et agaçantes, de choses ne l'intéressant que très peu. C'était le même sentiment, dans une situation différente. Dans tous les cas, il voulait être ailleurs.

Son agacement bien peu discret se traduisait par tout son être, ses gestes, son attitude. Il transpirait la mauvaise foi désormais. Abel était un enfant, un enfant à qui on avait dit "Arrête de faire des bêtises" et qui, désormais, boudait. Il finit cependant par reposer les yeux sur son ami et collègue, détaillant son visage l'espace d'un instant, voyant bien des choses sur celui-ci. Il se racla alors un peu la gorge, cherchant à se reprendre, voyant bien qu'il agissait comme un idiot et pourtant... Merde, c'était plus fort que lui. Il était mécontent, mécontent de la tournure des événements. D'ailleurs il finit par soupirer un peu, remuant sa fourchette dans son assiette distraitement...

« Excuse-moi, ça serait vraiment trop t'demander d'être un peu moins coincé hein ? » Il marqua une pause, réalisant ses paroles seulement après les avoir prononcées. Il hésita un peu, se pinçant les lèvres, détournant le regard. Ça avait été  froid, méchant et il se sentit maladroit. Il avait laissé une parole méchante traverser ses lèvres et ça ne lui faisait pas plaisir. Alors il se reprit, agitant la main pour signifier à son ami de ne pas s'en faire avec ce qu'il venait de dire. « Laisse tomber. J'suis con un peu. Parle-moi plutôt de ta journée.. »

Il voulait maladroitement changer de sujet, lancer autre chose, effacer ce qu'il venait de dire. Il voulait que Taylor ignore cette phrase, il voulait qu'il fasse comme s'il ne l'avait pas entendu. De toute manière... Il semblait être expert en la matière non ? Il était doué pour faire comme si "rien ne s'était produit". Alors qu'il le fasse. Qu'il fasse comme s'il n'avait rien entendu. Abel ne savait pas du tout ce qui le mettait autant en colère dans cette histoire, mais c'était indéniable : Il n'était pas à l'aise, parce qu'il n'avait pas pu rire et alléger la chose. Il en voulait réellement à Taylor de faire ce qu'il avait fait la dernière fois, d'essayer d'agir normalement avec lui ? Le plus âgé se traita mentalement de con, car il refaisait exactement ce qu'il avait fait dimanche, c'est à dire s'énerver tout seul contre quelque chose qu'il savait pourtant présent chez son ami depuis longtemps. Alors pourquoi ça l'agaçait à ce point ? Probablement parce que ça venait directement le toucher pour une fois, et aussi parce que ça différait totalement de sa manière d'être. Lui qui assumait tout, lui qui était toujours à l'aise, ça lui semblait bien peu naturel tout ça. Il n'aurait pas dû coucher avec lui. Il aurait dû laisser passer sa chance, le laisser supplier sans lui donner ce qu'il semblait tant vouloir. Parce que maintenant lui était gourmand et son ami semblait rassasié. Voilà une situation bien frustrante. Il choisit cependant de faire l'effort de ne pas trop s'y attarder, au moins pour ce repas, histoire de ne pas le terminer en silence comme deux débiles..

« Moi en tout cas j'ai une semaine de fou, j't'ai pas dit on m'a appelé tout à l'heure pour remplacer au lycée un prof malade le reste de la semaine, dans toutes mes heures libres de l'université. J'ai pas pu dire non du coup voilà... »

Ce n'était pas un mensonge en plus de ça, mais là pour tout dire ça l'arrangeait bien. Comme ça au moins il n'aurait pas à déjeuner avec lui. Il n'aurait pas à le croiser et le voir détourner le regard comme une vierge effarouchée. C'était tant mieux.


avatar
Professeur de philosophie
Date d'inscription : 27/03/2016
Messages : 70
Age (du personnage) : 30 ans
Orientation sexuelle : Bi
Etudes/Métier : Professeur de Philosophie (fac)
Pounds : 955
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Juin - 21:54
La tension était clairement palpable entre les deux hommes, comment étaient ils arrivés à ce point de tension ? Était ce la faute de Taylor et de ses mensonges ? De son attitude plus que froide envers son ancien amant, avec qui il avait partagé son corps brûlant de passion ? Clairement quelque chose clochait entre eux, quelque chose contrariait Abel au plus haut point et Taylor ne savait ce que ça pouvait être.Il était fidèle à lui-même, toujours aussi réservé et timide, silencieux bien qu'il soit gêné par les paroles qu'avait pu avoir son collègue envers lui. Il terminait son assiette silencieusement toujours, bien qu'il ait laissé quelques bouchées dans son assiette il n'avait plus faim. Il se sentait mal, comme si il était coupable, il sentait cette tension, cette pression sur ses épaules, sur sa poitrine, l'oppresser toujours plus.

« C'est vraiment bon, j'reviendrai sûrement ici maintenant que j'connais. »

Cette phrase aurait pu présager une conversation banale sur les restaurants qu'ils découvraient toujours à deux, des déjeuners entre collègues qu'ils partageaient depuis le début de leur amitié. Cependant, cette phrase blessait Taylor car lui comprenait bien qu'il n'allait pas être invité. Il avait conduit Abel ici, lui avait montré un lieu qu'il appréciait le faisait toujours plus rentrer dans son intimité, dans ses habitudes le faisant petit à petit sortir du cercle professionnel. Abel n'était plus un simple collègue, non il était toujours plus que ça. Mais comment mettre un mot sur un sentiment, une relation dont on ignore tout. L'air coupable prenait de plus en plus de place sur le place sur le visage de l'ex militaire, ses traits de nouveau tirés par la culpabilité d'un acte horrible accompli, comme lorsqu'il était revenu de l'armée et qu'il se tenait pour responsable de la mort de ses frères. Il voulait dire quelque chose mais les yeux d'Abel sur la serveuse fit aussi tôt taire le plus jeune. Ce geste avait rappeler à Taylor la nature de ce qu'il s'était passé. Une erreur. Abel ne serait sûrement pas le genre d'homme à se contenter d'un homme.

Le professeur de philosophie baissa le regard sur son assiette embarrassé de l'avoir surpris à regarder la jeune femme. Il était sûrement de trop à présent à cette table et aurait voulu pouvoir se changer en petite souris pour s'enfuir sans un bruit loin de cette scène. Il ressentait une pointe de jalousie pour cette jeune femme, elle attirait les yeux de son ami. Lui aussi aurait pu attirer les yeux d'Abel, probablement, si il n'y avait pas de tension, si les choses avaient été différentes.

« Excuse-moi, ça serait vraiment trop t'demander d'être un peu moins coincé hein ? »

Taylor manqua de s'étouffer avec sa propre salive tellement il était surpris de ce que venait de dire Abel. Depuis quand il pouvait se montrer aussi dur et violent dans ses mots ? Depuis quand était il aussi pressant avec Taylor ? Il savait très bien qu'il n'était pas du genre à s'ouvrir de la sorte, à être très à l'aise en publique, surtout que la situation ne s'y prêtait vraiment pas pour le coup aujourd’hui. Taylor se sentait attaqué et blessé à la fois, sans pour autant que son sentiment de culpabilité ne s'estompe. Il cherchait ce qu'il avait pu faire pour le mettre dans un tel état d'agacement et bien qu'il vit le geste du plus vieux pour pas qu'il ne prête attention à ce qu'il venait de dire, la voix d'Abel résonnait dans sa tête. Les souvenirs de dimanche faisait place à ce déjeuner raté.

« Laisse tomber. J'suis con un peu. Parle-moi plutôt de ta journée.. »

Qui était vraiment le plus con des deux ? Taylor se sentait tout aussi minable, il se sentait comme un con, une ordure et il devait en plus de ça faire comme si de rien n'était. Tout ça commençait à faire un peu beaucoup pour le professeur de philosophie, il était maître dans l'art de faire comme si de rien n'était, il avait pu pratiquer cette méthode depuis son retour au civil mais face à Abel ça devenait difficile.

« Moi en tout cas j'ai une semaine de fou, j't'ai pas dit on m'a appelé tout à l'heure pour remplacer au lycée un prof malade le reste de la semaine, dans toutes mes heures libres de l'université. J'ai pas pu dire non du coup voilà... »

Abel avait prit la parole pour annoncer la nouvelle. Taylor aurait pu se réjouir de la nouvelle mais ce qui lui venait en premier à l'esprit c'est qu'il n'allait pas voir son ami du reste de la semaine. Ça leur ferait peut être du bien de ne plus se voir pour quelques jours mais c'était aussi synonyme de solitude pour Taylor, cette même solitude qui l'avait peser jusqu'à aujourd'hui. Il se sentait proche d'Abel et cette amitié avait rempli sa vie, créer sa vie sociale depuis si longtemps inexistante. Il fit une petite moue ayant pour la première fois du mal à cacher ses émotions.

« On va pas se voir de la semaine... » Taylor prononça ces mots la mâchoire un peu serré. Les mains sur la table il jouait un peu nerveusement avec sa serviette chiffonnée. Il esquissa pourtant un petit sourire pour ne pas être trop froid et pourrir un peu plus l'ambiance. «  C'est une bonne nouvelle ! Toi qui aime enseigner au lycée tu dois être content »

Il sentait déjà cette distance s'installer entre eux et se maudissait encore plus d'avoir dérapé avec lui. Chaque instant en face de lui, face à ces actes le faisait culpabiliser un peu plus, le rendait plus conscient du soucis et mal à l'aise avec. Il ne voulait pas que ça change et ferait tout pour effacer ce qui s'était passé mais c'était bel et bien trop tard pour cela. Il allait devoir affronter Abel, tous les jours à l'université sans savoir quoi lui dire, son regard qui le ramenait constamment à ce fameux dimanche. Il allait le voir, le désirer sans pour autant pouvoir le toucher comme il l'avait fait, sans pouvoir lui parler comme de simple d'amis qu'ils étaient avant tous ça. Taylor avait peur, terriblement peur de ce qui pouvait se passer entre eux à présent, maintenant que Abel savait le secret de Taylor, qu'il avait découvert une facette sombre de sa personnalité.

«  Tu veux qu'on se voit ce weekend pour une séance de sport ou je sais pas... »

Il avait malgré tout cette envie dévorante de le voir cette semaine, de passer du temps avec lui, même si il ne parlait pas, qu'ils restent juste l'un en présence de l'autre. Taylor avait aussi tôt enchaîné sur cette question pour ne pas parler de sa matinée ennuyeuse à l'université, à traiter d'un sujet sans intérêt qu'il devait pourtant enseigner. Il n'avait pas envie que la conversation tourne autour de lui. Le déjeuner touchait à sa fin et autant ne pas le terminer sur une note aussi négative que sa journée. Envisager une sortie ce weekend avec Abel était toujours plus attrayant que de rester enfermer dans sa pièce de travail, dans le noir, avec une bouteille de vin qui se viderait bien trop vite.
avatar
Professeur de mathématiques
Date d'inscription : 28/02/2016
Messages : 51
Age (du personnage) : 32
Orientation sexuelle : Bisexuel
Etudes/Métier : Professeur de mathématiques à l'université / suppléant au Lycée.
Pounds : 1168
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Juin - 18:07
Il voyait la culpabilité dans les yeux de son ami, il voyait bien qu'il avait été trop loin et pourtant ça n'aidait pas vraiment à l'apaiser. Pourquoi il s'énervait ? Pourquoi ça venait le chercher à ce point ? Pourquoi avait-il autant envie de fuir cette foutue table alors que, pourtant, il avait partagé tant de déjeuners avec Taylor, toujours plus agréables les uns que les autres.. ? Ça, c'était un mystère. Tout lui semblait être une source de colère justifiée alors que son ami ne faisait rien de spécial. Il était toujours le même, toujours lui-même... Depuis quand était-ce un motif valable pour l'engueuler ? Enfin, il avait tenté au moins un peu d'effacer ce qu'il venait de dire, il avait tenté de détendre l'ambiance et de ramener un semblant de bonne humeur à table en changeant de sujet, en parlant de la journée de Taylor et de sa semaine à venir. C'était toujours mieux que de ne rien dire et laisser sa colère prendre le dessus aussi bêtement encore. Alors qu'il attendait la réponse de son ami, il posa les yeux sur son assiette à moitié vide. Il n'avait pas mangé grand chose dessus et pourtant il n'avait plus faim. Pas que son plat ne lui plaise pas au contraire, il adorait ce qu'il avait commandé, mais... Son estomac était au moins aussi retourné que son esprit. Lui qui était si gourmand d'habitude, il aurait fort probablement même goûté et volé quelques morceaux dans l'assiette de son collègue, mais pas aujourd'hui... Pas aujourd'hui non.

Lorsqu'il annonça qu'il irait travailler au lycée durant toutes ses heures libres cette semaine, il remarqua la petite moue sur le visage de Taylor et ça le surprit un peu. Venait-il de paraître triste là ? Triste pourquoi ? C'est pas comme s'ils avaient une quelconque bonne entente en ce moment, c'est pas comme si ils passaient un bon moment non plus. Tout ce qui hantait l'esprit du plus vieux alors c'était des regrets vis à vis de dimanche. Quelle ambiance.  Enfin, ça semblait lui faire quelque chose, et même il prononça à voix haute ce qui était la cause de cette petite moue. Il l'avouait, c'était qu'ils ne se verraient pas, mais Abel ne s'en sentait pas bien attristé pour sa part. Ça ne pouvait que leur faire du bien de s'éviter un peu, peut-être que comme ça il calmerait sa colère injustifiée. Après tout, il ne faisait que bouder comme un enfant là, il était fâché parce que Taylor l'avait empêché de faire le con, de l'embêter, de rigoler un peu. C'était enfantin et il se calmerait forcément. C'était obligé, après tout il n'avait pas dix ans il en avait trente-deux et il avait la maturité de voir ses erreurs. C'en était une. Tout comme coucher avec Taylor en avait été une. Une erreur délectable, délicieuse, une erreur qu'il aurait fort probablement répété si son ami n'avait pas été un véritable bloc de glace. Merde... Il s'énervait encore juste d'y penser, quel con...

« Ouais... J'étais content quand on m'a proposé de remplacer ce prof, en plus c'est un prof de Math donc j'serai dans mon domaine quoi... Ça m'plaît vraiment. »

Il n'avait passé absolument aucun commentaire concernant le fait souligné par son ami qu'ils ne se verraient pas de la semaine. Ce n'était pas une bien grosse perte à ses yeux. Ça lui laissait une semaine complète pour se remettre de sa petite frustration d'enfant et ce n'était pas de trop.
Ses doigts attrapèrent donc son breuvage, y trempant les lèvres, descendant ce qui restait dans le verre, comme si le liquide pouvait apaiser ses pensées négatives. Ce n'était évidemment pas le cas. Il reposa ensuite le verre et releva les yeux en entendant la proposition du brun. Se voir ? Pourquoi voulait-il le voir à nouveau le weekend ? Abel ne savait pas trop si son ami était simplement inconscient, s'il pensait pouvoir se revoir dans l'intimité sans que ça dérape, ou si c'était justement ce qu'il désirait. S'il voulait recommencer alors pourquoi se montrait-il si froid ? Puis merde, savait-il au moins tous les efforts que ça lui prenait pour ne pas lui sauter dessus ? Enfin, clairement s'ils se revoyaient dans l'intimité ce ne serait plus pareil, du moins pas aux yeux du grand brun, pas pour le moment en tout cas. C'était une mauvaise idée, alors il soupira un peu, détournant assez froidement le regard. Mentir ou ne pas mentir ?... C'était là une bonne question. Devait-il inventer une raison pour refuser ou dire la vérité.. ? Il choisit tout de même l'honnêteté, qui lui ressemblait beaucoup plus.

« J'crois pas que ce soit une très bonne idée. Après ce qui s'est passé dimanche, vaut mieux qu'on garde les choses à un niveau plus 'Professionnel' entre nous, n'est-ce pas ? »

Il réutilisait le mot professionnel en y mettant bien l'accent, comme un reproche, comme s'il lui en voulait d'avoir brisé son petit délire tout à l'heure avec ce rappel à la réalité. Il voulait être son collègue ? alors parfait, il ne serait pas plus que ça et c'est tout. Terminant à peine sa phrase il leva un peu la main pour attirer l'attention de la jeune serveuse, ne voulant pas rester à table plus longtemps et attendre les factures. Il lui fit donc signe en pointant les assiettes, une fois celle-ci assez près il annonça qu'ils avaient terminés et qu'ils désiraient payer. Voilà, comme ça il pourrait bien vite s'enfuir à nouveau comme un lâche et quitter cette table et son ami pour reposer son esprit confus.
La jeune femme prit donc leurs assiettes, s'éloignant en annonçant revenir bien vite avec les factures. Alors qu'elle disparaissait déjà dans les cuisines pour y poser les assiettes usées, il sortait déjà son porte feuille pour en tirer sa carte, prêt à payer dès qu'elle reviendrait. Une fois ceci fait, il releva brièvement son regard ambré vers son ami, le détaillant du regard. Il semblait blessé, mais... C'était mieux ainsi. Ils avaient besoin de cet éloignement non ? C'était lui-même qui l'avait dit, il ne voulait visiblement pas se rapprocher de lui comme dimanche à nouveau alors pourquoi semblait-il si triste ? Abel n'en savait rien..

« Du coup pour ce weekend je crois qu'il vaut mieux éviter. En plus avec la semaine que je vais avoir j'pense juste me reposer chez moi tranquillement. »

Il tapotait sa carte contre la table, faisant un petit bruit à peine audible dans le restaurant relativement bruyant. Signe de nervosité, d'embarras. Il avait hâte que cette serveuse revienne avec les factures. Elle fit d'ailleurs son retour et il se redressa pour aller payer sans même jeter un regard à Taylor. Lorsque la serveuse était là, elle se méritait des sourires radieux alors que son ami n'en avait plus eu depuis sa remarque au début du repas. Abel considérait qu'il avait eu sa chance de le laisser être de bonne humeur et qu'il l'avait gâchée. Il se justifiait ainsi, justifiait son attitude injuste, stupide et irrationnelle envers son ami. Comme si c'était normal alors que tout ce qu'il faisait était étrange. Il était juste bizarre, probablement le plus des deux car après tout Taylor n'était pas si étrange que ça. Il n'y avait que lui qui se faisait des raisonnements déraisonnables dans sa tête.

Il revint après quelques instants, rangeant sa carte, observant son ami quelques instants. Leur repas était écourté, eux qui normalement prenaient presque toujours le dessert et le café après le plat principal voilà qu'Abel se tenait debout, ne comptant pas rester plus longtemps, montrant bien à Taylor son désir de partir. Il ne dit cependant rien encore, n'osant pas vraiment prononcer l'au revoir à voix haute.
Avaient-ils vraiment tout foutu en l'air ? Non... Non c'était seulement lui qui devait se calmer. C'était entièrement de sa faute. Alors il soupira un peu, se raclant la gorge..

« Vaut juste mieux ne pas trop se voir un moment, je pense. Ce qui s'est passé dimanche c'était visiblement une erreur. J'agis comme un con, ça passera. On s'revoit lundi prochain.. ? »

En colère, déraisonnable, stupide et illogique, peut-être, mais ça ne lui faisait pas vraiment plaisir d'être tout ça en ce moment. Il se considérait comme con, tout en ne pouvant pas pour autant apaiser ses ressentiments. Il mettait donc les choses au point pour Taylor, espérant qu'il comprenne et qu'il soit d'accord avec lui, qu'ainsi ils puissent se calmer, oublier ce foutu dimanche et repartir sur de bonnes bases, pas comme ce qu'il avait fait tout à l'heure clairement.


avatar
Professeur de philosophie
Date d'inscription : 27/03/2016
Messages : 70
Age (du personnage) : 30 ans
Orientation sexuelle : Bi
Etudes/Métier : Professeur de Philosophie (fac)
Pounds : 955
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Juin - 14:05
« Ouais... J'étais content quand on m'a proposé de remplacer ce prof, en plus c'est un prof de Math donc j'serai dans mon domaine quoi... Ça m'plaît vraiment. »
Comme Taylor avait pu le prévoir Abel était très enthousiaste d'avoir obtenu ce poste de remplaçant au lycée. Avec ce qu'ils s'étaient échangés plutôt il n'y avait plus aucun doute sur la vocation du plus vieux. Il aimait certainement beaucoup plus son métier que Taylor dans sa reconversion. Bien que le fait qu'ils n'allaient pas se voir de la semaine était confirmé le plus jeune se retrouvait d'une certaine façon content pour son ami qui décrochait un complément agréable à ses heures d'université, il ne savait pas trop pourquoi ni comment se sentiment pouvait naître en lui mais c'était toujours mieux que de savoir Abel à pester contre lui ou à faire on ne sait quelle connerie, pas qu'il soit du genre à faire n'importe quoi mais simplement que parfois on n'arrive pas à être objectif et que l'esprit prend le dessus créant des peurs absurdes. Et c'était ça la peur absurde de Taylor ? Qu'Abel fasse des bêtises ? Ou bien qu'il devienne exactement son opposé ? Jusqu'à présent ils avaient su tirer de leur différence tous les avantages, leurs personnalités aux antipodes s'étaient parfaitement complétées. Une harmonie qui était plus que fragiliser aujourd'hui, le regard fuyant de son ami ainsi que du sien, l'agacement d'Abel assez soudainement sur la timidité de son collègue, sans compter le dérapage qui n'était pas interprété de la même façon chez l'un et l'autre. Tous ses facteurs s'abattaient sur les épaules de l'ancien militaire, impuissant devant le regard pleins de reproche de son ami.

« J'crois pas que ce soit une très bonne idée. Après ce qui s'est passé dimanche, vaut mieux qu'on garde les choses à un niveau plus 'Professionnel' entre nous, n'est-ce pas ? »

Taylor plissa le nez en fronçant les sourcils dévisageant assez méchamment Abel. Pour qui venait il de se prendre pour reprendre ainsi les mots du plus jeune ? Qui était il pour savoir ce qui était une bonne ou une mauvaise idée ? Cet homme à la maturité encore quelque peu mansardée par la post adolescence savait il vraiment sur quel terrain il était entrain de glisser avec ce reproche jeté en pleine figure à Taylor ? Le plus jeune eu clairement l'envie de répondre, de se défendre et de cracher du venin aussi violemment que venait de le faire son prétendu ami. Il avait mal et se retrouvait terriblement blessé a fond, jamais un ami aussi proche de l'avait traité de la sorte, lui qui accordait rarement sa confiance se retrouvait repoussé de la pire des façons qu'il soit. Humilié et surtout bien trop timide pour faire une scène en publique, le brun regarda fixement Abel sans piper mot. Il cherchait nerveusement son paquet de cigarettes dans les poches de sa veste ayant une folle envie de fumer, la nicotine aiderait sûrement à faire descendre son énervement.

« Du coup pour ce weekend je crois qu'il vaut mieux éviter. En plus avec la semaine que je vais avoir j'pense juste me reposer chez moi tranquillement. »

Ces mots s'enfonçait dans la poitrine de Taylor comme des poignards aiguisés. Il avait mal d'entendre ce genre de mots venant de la bouche d'Abel. Cette bouche qu'il avait tant apprécier écouter et voir se dessiner ce sourire un peu bête sur cette dernière. Leur amitié avait démarré en trombes et voilà que tout ce cassait la figure à présent. Taylor était tétanisé à la fois par la violence des paroles de son collègue mais aussi par tout ce que ça signifiait, sans oublier l'attitude infecte de son vis-à-vis. Comment avait il pu être aussi aveugle et ne pas voir ce côté de la personnalité d'Abel ? Ce comportement devait probablement justifiable aux yeux du plus vieux mais Taylor ne comprenait rien de tout ça. Il avait essayé d'engager une future sortie entre amis pour réparer les morceaux de leur amitié passée car dans son ressentit tout était déjà perdu. Il encaissait, se taisait bien que son regard son beaucoup plus expressif qu'à l’accoutumé. Ses yeux bleus fusillait cette peau trop blanche de son voisin, comme si par le regard il était capable de faire aussi mal à Abel, que lui l'avait fait avec ses mots.

Abel avait longuement tapoté sa carte de crédit sur le bord de la table avant de s'absenter pour payer l'addition. Taylor était si secoué et perturbé qu'il n'avait pas eu le temps de sortir la sienne ou même de proposer de payer une partie de la note. Il avait vraiment été touché par ces propos. Pendant un instant il se sentait comme ce jeune homme qui entrait à l'armée à dix huit ans tout juste, ce jeune homme inconscient qui se mettait lui et les autres tous en danger juste pour se sentir existant. En couchant avec Abel c'était ça qu'il cherchait ? Mettre en danger son amitié pour la sentir existante ou se mettre lui-même en danger dans l'espoir de sentir un semblant de vie sociale ?

« Vaut juste mieux ne pas trop se voir un moment, je pense. Ce qui s'est passé dimanche c'était visiblement une erreur. J'agis comme un con, ça passera. On s'revoit lundi prochain.. ? »

C'était bien trop pour Taylor. Abel venait de mettre le feu aux poudres, lui qui était de nature très réservé et timide bouillonnait intérieurement laissant pendant quelques instants le jeune militaire inconscient et violent faire surface. Il se levait assez violemment de sa chaise attrapant ses affaires, les sourcils chiffonnés sur ce front crispé. Comment pouvait il encore prétendre voir Taylor après l'avoir autant blessé. Il était de nature solide mais venant de son seul ami ça avait été trop dur à encaissé.

«  Oui c'était définitivement une bien grosse erreur dimanche et franchement vu ton comportement de connard je crois que j'ai jamais autant regretté cet acte. »
Taylor se voulait aussi blessant que Abel, aussi mesquin et sans cœur que lui. Il n'avait pas su respecter le choix de l'ancien militaire de vouloir garder ce qui c'était passé entre eux secret. Qu'est ce qu'il y avait de mal à vouloir garder les choses d'ordre privé, privé ? Comment Abel qui avait l'air si compréhensif au début de leur rencontre avait pu devenir aussi buté voir égoïste. Il ne pensait qu'à lui pour le coup et ça mettait Taylor toujours plus en colère. Une fois ses affaires dans les bras, et surtout son paquet de cigarettes dans les mains, prêt à en allumer une directement le pas de la porte passé, il regarda Abel son regard toujours menaçant.

«  Et puis tu as raison, vaut mieux ne pas trop se voir en ce moment j'ai pas envie de m'en prendre pleins la figure à chaque fois parce que tu as un poils de travers et subir ta mauvaise humeur, ton venin et tes méchanceté. Donc non, on se revoit pas lundi prochain. »

L'ancien militaire se retrouvait tout tremblant sous l'adrénaline de la colère. Ça faisait si longtemps qu'il n'avait pas ressentit ça, la dernière fois ça devait être pendant le début de son service militaire, quand sa crise existentiel d'adolescent battait encore son pleins et qu'il maudissait tous le monde pour ce passé merdique qu'il avait hérité. Ses blessures qui étaient encore bien trop vives sous cette apparence de gros dur pleins de muscles. Le sentiment d'abandon avait été le plus gros point faible de Taylor, il ne s'était attaché à personne pour ne plus avoir à perdre qui que ce soit. Et à présent qu'il avait laisser Abel entrer dans sa vie il se retrouvait blessé une nouvelle fois. Attaquer est parfois la meilleur des défenses et ça il ne le savait que trop bien.

Il savait qu'il allait regretté du plus profond de son être ces paroles, mais il ne pouvait pas laisser Abel s'en tirer comme ça. Il ne pouvait pas garder le silence plus longtemps. Le plus jeune regrettait sincèrement d'avoir déraper avec son ami et encore plus à présent maintenant que les choses tournaient mal. Mais au fond de lui, ce dérapage n'avait pas eu que des aspects négatifs et ça il ne pouvait le nier. Il avait prit son pied et sûrement n peu trop au point de lui avoir fait peur. Il fuyait devant cette homosexualité évidente mais Abel en tant qu'ami aurait du être là et avoir les mots qui aurait apaisé les angoisses de son ami.

«  Bonne continuation Abel. »

Ce prénom qu'il avait longuement gémit pendant leur ébats était devenu bien sec et vide de sentiment. Taylor qui avait toujours cette petite pointe d'admiration en regardant son ami le regardait à présent avec dégoût et colère. Il lui en voulait et même si il n'était pas de nature rancunière aujourd'hui il avait eu besoin de se défendre avant qu'Abel n'aille trop loin dans ses propos et que Taylor finisse en morceaux. Il l'était déjà à moitié et allait sûrement rentrer chez lui, boire une ou deux bouteille de vins avant de se laisser tomber de fatigue dans son canapé . De fatigue ou ivre probablement. Il n'avait clairement plus l'esprit à l'enseignement et ses nerfs étaient bien trop mit à nu pour qu'il continue comme si de rien n'était.

Le jeune professeur de philosophie n'avait plus envie d'avoir à faire à Abel pour le moment et cette pause qu'Abel avait suggéré allait être plus que nécessaire. Avec une bonne mémoire Taylor connaissait parfaitement l'emploi du temps de son collègue et pourrait facilement l'éviter comme il l'avait aujourd'hui ou encore demander à changer ses salles pour être à l'opposer de son secteur d'enseignement. Le seul avantage qu'il y avait c'est qu'en professeur de mathématiques Abel n'était pas du tout du même pôle que Taylor et se croisait quasiment jamais pendant les réunions ou autres rassemblement entre professeurs, car les littéraires restent entre eux et de même pour les scientifiques.

Le jeune trentenaire sur ce ton grave, poussa sa chaise avant de s'éloigner de la table en direction de la sortie du petit restaurant. Cet endroit n'aurait plus la même ambiance à ses yeux à présent et il s'en retrouvait pas si attristé que ça pour le moment, son amitié brisée étant bien plus obsédante. Il n'avait pas prit la peine de remercier son ami pour le repas qu'il avait payé, après tout il pouvait au moins faire ça pour le professeur de philosophie après la méchanceté dont il avait fait preuve à son égard. Bien que certains regards indiscrets se soient posé sur les deux hommes, Taylor sortait de la pièce la tête haute. Il laissait ainsi Abel et son venin entre eux, lui ayant plus vraiment le mental pour encaisser ce genre de mesquinerie.

À peine sortit qu'il alluma une cigarette, sans se retourner pour voir si Abel le suivait ou si il tenterait de le rattraper. Il n'en avait rien à faire sur le moment et voulait rentrer chez lui, se lover sous une bonne couverture avec Oscar et du vin, oublier pour quelques instants cet accrochage avec son collègue et ex amant.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est toujours plus facile de dire au revoir en s'amusant [Fe]
» "on a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du côté de la forêt" ◊ wolf wintertales
» [Foret] On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du côté de la forêt. [PV : Alexander Taylor, Sarah Grandpré & Alyss Jackson]
» C'est toujours la p'tite bête qui mange la grosse !
» cake super facile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Centre-ville :: Restaurants-