The Cabaret Singer (ft. Lisbeth)

Photographe
Date d'inscription : 04/07/2016
Messages : 106
Age (du personnage) : 23
Orientation sexuelle : Queer
Etudes/Métier : Photographe
Pounds : 2591
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Aoû - 23:42
The Cabaret
Lisbeth et Cléo

C’était le soir, la nuit avait enfin envahit le ciel de sa beauté. Et comme souvent, on pouvait retrouver Cléo, seule dans le froid à la recherche de cette chaleur, ce petit plus qui lui manquait. De bar en bar, elle visitait la ville, de soir en soir assez régulièrement. Mais jamais rien ne s'arrêtait, totalement instable comme un chercheur en quête de son trésor. Cependant le bijou de luxe qu’elle cherchait n’était nulle part, il s’était enfui depuis longtemps, alors des fois elle buvait en se disant qu’elle pourrait encore aimer peut-être une fois. Pourtant, ce soir, pas question de boire. Elle avait choisi de prendre son appareil ce qui changeait totalement la donne. Quand elle était dans cet état, son inspiration était à son comble. Son regard affuté cherchait quelque chose d’unique, quelque chose de chaud, de beau, de rassurant, de confortable… La jeune femme se sentait comme un animal sauvage cherchant un foyer où se réchauffer. Mais à la place de cela, elle fut attirée par un bar étrange. Une lumière rouge et charnelle en sortait. Alors avec sa curiosité insatiable, elle entra dans ce lieu inconnu…

C’était une sorte de cabaret à l’ambiance dépaysante. Il y avait de nombreux hommes assis ainsi que quelques femmes en leurs compagnies, mais les personnes de sexe masculin dominaient largement. Ces hommes regardaient chacune de ses femmes comme des proies, peut-être parfois des bouts de viande, ou même juste par pure passion ou idéalisation… Au milieu de tout cela, il y avait une scène, le spectacle… Seules des femmes passaient devant le public qui se réjouissait devant chacune de leurs courbes féminines et leurs lèvres colorées d’un rouge Coquelicot. La sensualité se dégageait de chacune d’entre elles. Personne ne devrait avoir besoin de consommer pour sentir le creux de ses joues rosir devant tant de charmes... De plus, une multitude de serveuses étaient aussi là pour s’assurer du confort et des mets confectionnés pour la clientèle. Aux issues, on pouvait aussi remarquer quelques hommes fort baraqués qui surveillaient les comportements des troubles faits.

Cléo n’était pas totalement à son aise. Elle se retrouvait dans un monde qu’elle ne se connaissait pas. C’était un peu sa découverte de la semaine. Alors elle fit quelque pas sur le côté pour ne pas gêner si quelqu’un entrait et observa un peu les alentours son appareil à la main. Ses doigts la démangeaient, mais elle n’en fit rien. Elle n’avait aucune autorisation et se pinça les lèvres comme frustrée. La beauté de ses poupées ne devait plus restait secrète et se cacher derrière les rideaux et les simples regards joueurs des clients. Il est vrai que la brune n’avait jamais eu l’occasion d’entrer dans ce genre d’endroit… Son savoir ne s’étendait pas à grand-chose sur cet endroit. Après tout, personne ne lui en avait jamais vraiment parlé.

Elle prit donc un siège et attendit de se faire servir. Une jeune femme légèrement vêtue vint alors prendre sa commande. Choix difficile après tout… Mais la photographe prit juste un petit rafraichissant. Un léger soda pour faire pétiller ses papilles en plus de ses jolis yeux tilleul devant tant de beauté. La presque nudité était comme frustrante, mais c’était suffisant, l’imagination faisait le reste. Puis après quelques gorgées sans pour autant avoir quitté du regard chacun des corps qui ondulait, la jeune femme s’approcha d’un des gardes pour réclamer une autorisation pour prendre des photos. Au début, bien sûr, il ne dédaignait même pas lui répondre. Mais avec insistance et détermination, elle finit par pouvoir parler longuement avec la propriétaire et marchander longuement… Mais elle finit par accepter si cela pouvait lui apporter de la clientèle supplémentaire et donc favoriser une publicité meilleure pour son établissement.

Cléo se fit donc guider dans un endroit un peu plus à l’écart de toute la foule, au milieu des coulisses. La gérante lui avait promis la présence d’une femme qui pourrait lui servir de mannequin, alors la brune ne bougea plus, les lèvres à moitié enfoncées dans le col de sa chemise pâle. Elle avait tellement hâte et se retenait de prendre tout ce qui bougeait dans les alentours. Mais elle ne voulait pas faire de photos dans un simple couloir, mais en pleine action, sous le feu de chacun des mouvements, des douces paroles acidulées de chansons, de ses merveilleuses créatures.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'





« En art comme en amour, l'instinct suffit. »
#990000
avatar
Effeuilleuse burlesque
Date d'inscription : 06/08/2016
Messages : 52
Age (du personnage) : 25 ans
Orientation sexuelle : N'en sait rien
Etudes/Métier : Chanteuse/Serveuse/Effeuilleuse burlesque
Pounds : 2660
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 9 Aoû - 18:18
The Cabaret Singer
Ft Cleo Morel



Vingt-une heure trente.


Lisbeth regarde son radio-réveil en soupirant légèrement. Malheureusement, il est temps pour elle de quitter sa guilde et son monde virtuel pour aller travailler. La rousse s'excuse rapidement auprès de ses coéquipiers et promet de revenir plus tard si elle le peut. Ordinateur couper, elle attrape son sac, son paquet de cigarette et en avant. Elle ne commence qu'à vingt-deux heure, mais Lili aime être en avance, et puis, il lui faut du temps pour se préparer avant de monter sur scène.

Arrivée au cabaret, elle voit Ruby sur scène. Elles se lancent un regard complice avant que Lili ne se dirige vers le bar pour saluer la patronne, Gloria. Elle prend le temps de discuter un peu avec elle, scrutant la salle qui est relativement pleine. Tant mieux, plus y a de clients, plus son salaire est gros. La rouquine s’engouffre dans les coulisses et se retrouve avec ses 'sœurs de cabaret'. Une petite bise à tout le monde, et on s'y met.

Vingt-une heure quarante-cinq.

Lili commence sa transformation. Elle se déshabille et enfile un peignoir rouge et transparent. Elle s'assoie face à son miroir rétroéclairé par plusieurs ampoules. C'est toujours le même rituel. Elle glisse ses cheveux sous cette immonde filet qui la fait ressembler à un bouchère, puis commence à se maquiller. Fond de teint, mascara, eye-liner, gloss, tout y passe. Puis elle tourne sa tête vers ses perruques, sans hésitation, elle prend la violette. Ce qui est pratique avec les perruques, c'est qu'elle n'a pas besoin de se coiffer. Bien. Maintenant, passons à la tenue. Notre rousse maintenant violine, sait déjà quelle tenue elle portera ce soir. De son armoire personnelle, elle sort une guêpière violette incrustée de nombreuses pierres, de longs gants blancs ainsi que des bas de la même couleur. C'est elle qui a créé et conçue tous ses costumes, elle en est très fière[]

Vingt-une heure cinquante-cinq.

Lili enfile rapidement tout ça, elle a prit un peu de retard. Elle termine par mettre une paire à talon, qui met en valeur ses longues jambes sportives. Gloria l'appelle au loin. Liz enfile son peignoir blanc et s'approche, l'air préoccupé. Il y a une autre femme avec elle. Gloria disparaît rapidement au bar. Lisbeth, un peu désemparer, se confond en excuse.

Lisebeth : Vous m'envoyez désolée, mais je n'ai pas de temps pour vous. Ma patronne a visiblement oublié que je montais sur scène dans quelques minutes.

La Pin Up la guida hors des coulisses, lui pointant une table libre. Elle lui fit un clin d’œil en lui glissant un petit "Pour ne rien rater du spectacle". Puis retourne dans les coulisses, laissant l'inconnue aux cheveux de jais se débrouiller seule.

Vingt-deux heure.

C'est son moment. Silence. Plus un bruit dans la salle. Lisbeth sait que de nombreux hommes sont venus ce soir, uniquement pour la voir, elle. Cela ne la perturbe plus, dans son esprit, elle est seule. Lili est derrière le rideau, les yeux fermés. Le projecteur s'allume enfin. On peut voir son ombre sur le rideau, elle commence à chanter, alors qu'elle enlève son peignoir et le laisse choir sur le sol. La voila qui sort. Ses pas sont lents et assurés, sa démarche féline et sensuelle. La panthère violette descend de la scène, chantant au milieu des hommes qui la convoite. Pour eux, elle est un fantasme. Une chimère à la voix ensorceleuse que jamais ils ne pourront avoir à leur côté. L'espace d'un instant, lorsqu'elle s'approche, certain entrevoit un espoir de pouvoir ne serait-ce qu'avoir un baiser de la créature.. Mais elle s'enfuit très vite vers un autre homme, le regard joueur et malicieux.

La chanson est sur le point de se terminer. Lili s'assoie sur une table, un homme est chanceux ce soir. Elle se penche vers lui. Il la regarde, comme hypnotisé. Sa bouche n'est qu'à quelques centimètre de la sienne.. Le boa de plume blanc de la pinup se pose sur ses épaules et il la voit s'éloigner. Il soupire longuement en la regardant disparaître derrière l'épais rideau de velours rouge, avant de plonger son nez dans le boa. Il ne repartira pas avec elle, mais au moins il gardera un souvenir..

©zelda


Photographe
Date d'inscription : 04/07/2016
Messages : 106
Age (du personnage) : 23
Orientation sexuelle : Queer
Etudes/Métier : Photographe
Pounds : 2591
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 9 Aoû - 21:18
Hot Devil
Lisbeth et Cléo

Alors on m’apporta le genre de créature frustrante qui vous laisse un peu le souffle coupé. Une beauté sans pareil, quelqu’un au charme agaçant… Le genre de personne qui m’énerve légèrement. Un physique de mannequin, avec le visage parfait d’acteur de cinéma. Le genre de femme qui ne peut que provoquer de la jalousie à votre égard tellement qu’elle vous envoûte de ses charmes. Mais je n’en fis rien. Au fond, je savais que ce n’était qu’une façade, et n’importe qui pouvait porter ce masque. Je ne devais pas me faire d’images superficielles, alors que son idéalisation me faisait bien envie. Son corps caché derrière son long peignoir blanc n’était point un fardeaux pour mes idées, j’imaginais ses courbes épatantes, et son corps fuselé. A quel point, à elle toute seule elle dégageait un attrait érotique… Si je pouvais l’utiliser, je pourrai faire parler les yeux de chacun de ses hommes, mais aussi les miens qui brillaient un peu d’admiration. Mais le moment fut trop court pour quoi que ce soit. A peine eut elle le temps d’arriver qu’elle devait aller sur scène…

- Vous m'envoyez désolée, mais je n'ai pas de temps pour vous. Ma patronne a visiblement oublié que je montais sur scène dans quelques minutes.

M’annonça t-elle d’un accent… Russe ?

Frustrée. J’étais frustrée par son comportement. J’étais plus qu’impatiente de faire quelque chose avec cette femme aux allures angéliques et luxueuses. Mais comme recalée, je me sentais légèrement embêtée. Je n’avais pas insisté tout ce temps pour rien… Du moins je crois. Puis en fait, elle me guida en dehors des coulisses en me montrant une table ou aller m'asseoir. Je ne comprenais pas trop.. J’avais déjà vu d’autres femmes précédemment. Mais je n’avais rien à perdre, alors sans broncher, et la queue entre mes jambes et sans rien dire je vins m'asseoir après son petit souffle intimidant.



"Pour ne rien rater du spectacle"


Mon problème est que je perdais rapidement mes moyens… J’avais déjà chaud. Puis, un grand silence s’installa tout autour de moi. Plus aucun bruit à l’attente de la rousse qui se faisait désirer par la foule. Un coup de lumière illuminait les rideaux qui dessinait sa silhouette féminine et sensuelle. Puis, elle retira son peignoir pour montrer son corps charmant ainsi que la chaleur de sa voix à son public. Dans tout ça, le flash éteint et l’appareil entre mes mains, je volais quelques clichés. Je ne voyais qu’une succube qui se cachait derrière cette jeune femme. Joueuse, elle passait de personnes en personnes, les amadouant de sa voix de sirène. Et d’un côté, j’étais contente de ne pas en faire partie, cela aurait été trop bien gênant… J’aurai dû m’enfuir et mes photos auraient sûrement été raté. Je ne voulais certainement pas perdre mes moyens comme ces autres, qui attendait réellement le contact alors que le jeu était à l’honneur. Elle dégageait quelque chose de chaud, de récréatif, et d’envieux. Cela se voyait qu’elle aimait ce qu’elle faisait… Et tellement qu’elle était dans le feu de l’action, elle en avait perdu son accent. J’avais l’impression que je l’avais imaginé,et qu’il n’était que mensonge.

Elle finit son show assise sur le bord d’une table, offrant ses charmes à un homme ensorcelé de par sa beauté. C’était fou, mais je finis par me pincer les lèvres légèrement frustrée. Pourtant je n’étais point à sa place, alors je me mis à secouer ma tête sur le côté. Puis reprit le contact visuel avec ma cible, cependant mes doigts s’étaient arrêtés. Mon corps me jouait des tours, mais c’était humain. Je ne voulais pas ressembler à ses hommes victime de la beauté, et pourtant, j’adorais ça au fond. Mais me l’avouer, non, jamais. C’était de la faute de la fatigue, après tout, il était tard ! Et comme elle était venue, elle s’enfuit comme une voleuse lui laissant pour seul geste son boa. Puis la beauté repartit d’où elle était venue…

Alors, bien décidée à ne pas en rester là, je repris mes affaires, un peu stressée et réchauffée à l’intérieur. Je ne m’attendais pas à avoir tant chaud ce soir. Je défis un bouton de ma chemise pour laisser entrevoir un peu plus ma peau couleur ivoire. Direction le couloir où j’étais allée précédemment, je me remis à la place où j’étais et colla le bas de mon dos contre la paroie du mur en regardant les quelques photos que j’ai pu prendre. Au début, tout allait pour le mieux, c’était joli, tout à fait ce que je voulais… Puis je me rendis compte que je m'étais laissé un peu emporté pour prendre des clichés flou, alors que ce n’était pas mon habitude, ni même une volonté artistique. Juste mon envie qui m’avait fait un peu foiré mon coup…

Contre le mur, je n’attendais que la venue de cette fée à la voix chaleureuse, en espérant qu’elle puisse m’accorder un peu de son précieux temps...
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'





« En art comme en amour, l'instinct suffit. »
#990000
avatar
Effeuilleuse burlesque
Date d'inscription : 06/08/2016
Messages : 52
Age (du personnage) : 25 ans
Orientation sexuelle : N'en sait rien
Etudes/Métier : Chanteuse/Serveuse/Effeuilleuse burlesque
Pounds : 2660
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Aoû - 13:48
The Cabaret Singer
Ft Cleo Morel



Le show terminé. Lisbeth rejoint les coulisses, elle inspecte rapidement le planning des employées.. Elle n'avait qu'un show ce soir, mais elle doit remplacer Gloria au bar. Petit soupir, elle attrape son portable posé sur sa table de préparation, pour envoyer un texto à **** .

"Désolée, je travaille tard ce soir, je ne pourrais pas revenir comme promis ;-(. GLHF, xoxo"

La pinup s'assoit un instant, regardant plus en détail le planning.. Avant de se rappeler de la femme qui était venue la voir avant son spectacle. Elle tente de la retrouver dans le couloir menant au bar et.. Elle était la. Lili l'interpella à l'autre bout du couloir, attendant que cette dernière la remarque et la rejoigne.

Lisebeth : Si vous voulez bien me suivre.. Fit-elle de sa voix.

Elle l'emmena non loin, près de son coin personnel de préparation. Lisbeth mit en place le paravent pour avoir un peu d'intimité avec l'inconnue. Lili enleva sa perruque et le filet qui retenait ses cheveux, pour dévoiler une épaisse crinière rousse qui dégageait un agréable parfum de cannelle. Elle commença à se démaquiller, tout en regardant la brune à l'aide de son miroir.

Lisebeth : Je suppose que Gloria vous a donnez mon nom? Puis-je savoir a qui j'ai à faire.

La rouquine lui adressa un doux sourire à travers le miroir, alors qu'elle s'affairait à se re-maquiller. Cette fois-ci, son maquillage était plus doux et plus naturel. Une fois le maquillage terminé, Lili se pencha légèrement, enlevant ses talons haut, puis ses fins bas blanc.

Lisebeth : Alors.. Dites moi tout mademoiselle. Qu'est ce que vous me voulez?

Lisbeth se leva à la fin de sa phrase, glissant ses mains derrière son dos pour défaire son corsage sous les yeux de Cléo. Ce n'était pas par provocation ou avec une perverse idée derrière la tête. Loin de la. Elle n'avait juste pas de temps à perdre, et puis, les filles d'ici n'étaient pas pudique, elles se changeaient les une devant les autres sans aucune gène. Lili qui faisait dos à Cléo, se retrouva nue un court instant, avant de faire disparaître son corps sous un tissu rouge. Un peignoir légèrement transparent, qui laissait entrevoir les délicieuses formes de la rousse. Elle se tourna pour lui faire face, observant la brune. Lili pencha la tête légèrement sur le côté, la mine inquiète.

Lisebeth : Vous allez bien ? On dirait que vous êtes fébrile..?

Sans crier garde, Lisbeth s'approche de Cléo pour poser son front contre le sien.. Une petite minute s'écoula en silence. Sa bouche était proche de la sienne.. Mais que diable faisait-elle!? Lili s'écarta d'un pas en arrière en ouvrant les yeux.

Lisebeth : Mais.. Vous êtes bouillante!

Sans attendre un mot de sa part, la rousse vêtue de rouge, s'éloigna, puis revint rapidement auprès de Cléo, ses sourcils creusant son front par le soucis. Elle était partie chercher une bouteille d'eau glacé au bar et la tendait à la brune.

Lisebeth : Tenez, buvez.. Cela vous fera du bien. Vous voulez vous asseoir peut être..?


©zelda


Photographe
Date d'inscription : 04/07/2016
Messages : 106
Age (du personnage) : 23
Orientation sexuelle : Queer
Etudes/Métier : Photographe
Pounds : 2591
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Aoû - 22:05
More Hot
Lisebeth et Cléo

Contre le mur, je soupirai. Elle était peut-être occupée avec son travail, et moi je ne me sentais pas assez concentrée sur le miens. J’avais peut-être besoin de m’amuser qui sait… Mais elle m’inspirait, et en même temps je ressentais ces impressions comme la première fois. Heureusement pour moi, cela commençait à s’éteindre. Je me faisais à l’idée qu’elle ne viendrait pas. Puis un coup d’oeil dans mon appareil, je me fis la remarque que les premières photos étaient très jolies, mais après j’ai du être trop envoûtée… Certaines étaient un peu floutée d’autres mal cadrées… Je me sentais un peu déçue. Je n’allai certainement pas les garder pour la moitié. Puis je leva la tête en l’air et quelque secondes après, je remarqua sa silhouette qui me faisait signe.


Si vous voulez bien me suivre..

Bien sur que j’allai la suivre… Elle me guida vers son coin de préparation, et referma cet espace de paravant. C’est à cet instant que mes mauvaises idées revinrent à la charge subitement. Je regardais tout autour de moi, mais j’étais piégé au coeur de son intimité… Enfin de l’intimité qu’elle m’imposait. La jeune femme retira sa fausse chevelure pour révéléer des cheveux de couleurs roux. L’odeur douce et sucrée de ceux-ci vinrent chatouiller mes narines. Sensible aux sens, je ne fus pas insensible, mais préféra ignorer ce détail pour observer le fait qu’elle se démaquillait.
Lisebeth : Je suppose que Gloria vous a donnez mon nom? Puis-je savoir a qui j'ai à faire.

“Je m’appelle Cléo, et je suis photographe…”


En vérité… Je crois que je l’avais oublié tellement que j’étais concentré sur ses atouts, mais je n’allai certainement pas lui avouer par fierté. Elle me sourit, et là je sentis un pincement venir appuyer ma poitrine… Non. Je ne devais pas céder. C’est pour le travail. LE TRAVAIL. Vous comprenez ? Je suis peut-être un peu trop sensibles aux charmes féminins. Mais je n’y peux rien. Que voulez-vous que je fasse ? Je me mis à sourire d’un air timide. J’étais gênée… Mais ce qui allait suivre allait faire de moi un volcan en ébullition. Comme pour enfiler un autre visage, elle avait changé de maquillage. Celui-ci était doux, joli, un peu moins lourd… C’était tout aussi charmant. Elle se pencha pour faire tomber ses talons ainsi que glisser ses bas le long de ses cuisses pâles et fines… Le genre de chose qui vous donne envie de les découvrir vous même du bout des doigts ou même des lèvres… Oh, je m’éparpille. Excusez moi.

Alors.. Dites moi tout mademoiselle. Qu'est ce que vous me voulez?


“Eh bien… Lorsque j’ai découvert ce lieu. J’ai eu tout de suite envie de photographier l’une des fascinante créature qui s’y trouvait. Votre patronne m’a donc autorisée à venir vous voir en échange d’un peu de publi… Cité…”
Elle se leva, et défit alors son corsage pour faire apparaître un corps des plus beaux. Je n’avais pas eu souvent l’occasion de voir une aussi belle femme, même à Paris, même en mode… Alors bien que j’observais la scène en salivant un peu, je détourna le visage, mes joues brûlant de l’intérieur. C’était gênant… Et j’avais de plus en chaut. Si je restais ici, j’allai devenir sûrement chèvre. Il fallait que cela cesse… Lisebeth enfila vite quelque chose et je pu retrouver mon souffle. Mais son seul vêtement n’était que transparant à mon regard. Son corps, ses formes étaient encore visibles et je me mis à reculer d’un pas en tenant fermement ma boîte noire entre les doigts. Mon souffle s’emballait un peu, et je me sentais un peu perdue dans mes pensées. Etrangement, elle s’approcha alors de mois, l’air… Inquiète ?


Vous allez bien ? On dirait que vous êtes fébrile..?


Mais aucun mot n’arrivait à sortir de ma bouche surtout quand elle vient coller son front contre le miens. Je n’arrivais plus à bouger, j’étais comme pétrifié comme devant Méduse. Je n’étais pas vraiment fébrile, mais juste un peu folle je crois. Je ne regrettai pas d’être venue. Mais tout de même… Cela se voyait qu’un manque s’était creusé dans mon coeur et que j’avais besoin d’un peu de réconfort depuis le temps ou elle était sortie de ma vie. Je fixais ses lèvres pulpeuses toutes proches des miennes… Je ne savais pas si j’avais vraiment l’envie de mélanger nos rouges à lèvres, mais c’était agréable tout de même.

Mais.. Vous êtes bouillante!


A sa remarque, elle reculla, et le rêve dans lequel j’étais enfoui c’était évanoui… Elle partit un peu plus loin, me laissant sur les fesses, et revient au bout de quelques secondes avec une bouteille d’eau glacée… Je n’en attendais pas tant. Elle me la tendit alors et annonça.


Tenez, buvez.. Cela vous fera du bien. Vous voulez vous asseoir peut être..?


“Euh… D’accord. Je veux bien merci… C’est gentil de votre part, vous n’y êtes pas obligée vous savez.”

Au fond, elle était juste gentille. Et je commençais peut-être à me faire à l’idée que ce n’était pas une bonne idée de tenter de séduire plus fort que moi. J’allai perdre. Elle me mettait sans le vouloir dans un état incommensurable. Je regardais tout autour de moi et déposa mon appareil sur le côté tandis que je défis un autre bouton de ma chemise pour me soulager de la chaleur. Je pris la bouteille et avala quelque gorgées, dont quelques goutes se mirent à dévaler doucement le coin de mes lèvres pour dévaler le long de mon cou. Je ne buvais pas correctement, comme un enfant et me mit à grogner intérieurement.
“Zut…”
©zelda
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'






« En art comme en amour, l'instinct suffit. »
#990000
avatar
Effeuilleuse burlesque
Date d'inscription : 06/08/2016
Messages : 52
Age (du personnage) : 25 ans
Orientation sexuelle : N'en sait rien
Etudes/Métier : Chanteuse/Serveuse/Effeuilleuse burlesque
Pounds : 2660
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Aoû - 20:41
The Cabaret Singer
Ft Cleo Morel



Pas à un seul instant, l'idée que l'état dans lequel était cette fameuse Cléo, se trouvait être de sa faute. Elle n'avait pas la notion de pudeur, elle qui se déshabillait aisément devant un public. On ne dirait pas comme ça, avec le métier qu'elle fait, mais Lili est quelqu'un de très pur. La perversité, elle ne la voit qu'à travers des hommes ivres qui l'accostent en étant un peu trop insistant.. Pour le reste.. On pourrait la croire atteinte d'une douce innocence presque niaise.

Les yeux bleus de la rousse ne quittaient pas la photographe. Les bras croisés sous sa généreuse poitrine. Accompagnée par ce même petit air inquiet qui ne quittait pas son visage de poupée russe.  

Cléo : Euh… D’accord. Je veux bien merci… C’est gentil de votre part, vous n’y êtes pas obligée vous savez.

Ce n'était pas la première fois qu'elle entendait ce genre de phrase. Un petit rire cristallin sortit d'entre ses lèvres teinté d'un rose pailleté.

Lisebeth : En effet, je n'y étais aucune obligée.. Mais on va dire que c'est dans ma nature d'être préoccuper par l'état des autres.

Elle l’observa boire, silencieuse. C'était vrai, c'était quelque chose de normal pour elle, elle ne supportait pas l'idée que quelqu'un puisse être mal, physiquement ou mentalement, et que personne ne lui apporte son aide.. Si elle avait pu faire des études, elle serait probablement devenue infirmière, ou quelque chose comme ça.. Un petit bruit venant de la part de Cléo la fit sortir de sa réflexion. Elle avait du avaler de travers visiblement, ce qui provoqua un petit rire d'amusement à Lisbeth.

La rousse s'approcha de la brune, glissant une main sur sa joue, tandis que de l'autre, d'un revers de manche elle essuya l'eau perlant sur la peau de la demoiselle. Alors qu'elle la fixait, elle lui adressa un sourire chaleureux.

Lisebeth : Attention.. ça serait bête de s’étouffer alors que nous venons à peine de nous rencontrer. Petit silence. Vous savez, vous feriez une très belle effeuilleuse.. Dut-elle sans la lâcher du regard.

Une voix éclata au loin. Les doigts de la pinup quittèrent la joue de Cléo presque dans une délicate caresse. C'est alors qu'un personnage haut en couleur fit son apparition. Toute en rondeurs et très peu vêtue comme la plus part des filles travaillant ici. La demoiselle jeta un bref regard à la photographe, puis sur Lili. Elles échangèrent quelques paroles en russe avant de disparaître derrière le paravent.

Lisebeth : Je suis confuse..

La voila qui s'agitait, presque nerveusement, elle était en retard et n'aimait pas ça. Lisbeth s'affairait à enfiler une robe dos nu de couleur bleu marine, des bas blancs, ainsi qu'une nouvelle paire de talon assortie à sa robe.

Lisebeth : Mais j'ai encore du travail qui m'attend au bar.. Hm.. Vous voulez boire un verre ? C'est la maison qui offre. Fit-elle dans un petit clin d’œil.




©zelda


Photographe
Date d'inscription : 04/07/2016
Messages : 106
Age (du personnage) : 23
Orientation sexuelle : Queer
Etudes/Métier : Photographe
Pounds : 2591
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Aoû - 16:50
Oh my God
Lisebeth et Cléo

- En effet, je n'y étais aucune obligée.. Mais on va dire que c'est dans ma nature d'être préoccuper par l'état des autres.

Elle était mignonne en plus d’être belle femme. Frustrant ? Je me sentais piégée entre les griffes de cette rousse qui s’approcha soudainement de moi de nouveau. D’une main, elle attrapa ma joue fine et vint essuyer l’autre doucement. Son geste était doux, gentil… Je me rendis peut-être compte, les joues légèrement rougies que j’en faisais trop. Et le pire, c’est que j’arrivais plus à la quitter des yeux ne serait-ce qu’une seule seconde. J’en avais peut-être un peu marre de cette situation, je savais que tout n’était que dans ma tête, mais d’un autre côté, rêvasser ne faisait pas de mal, pas vrai ?... J’avais l’impression d’être comme l’homme de tout à l’heure finalement… Je devais me raisonner, je n’étais pas venue pour ça… Intérieurement, je réfléchissais trop, sans profiter du moment. Mais son sourire me fit un peu regagné de chaleur, de confiance en moi, et je lui rendis alors, accompagné d’un regard bienveillant.

- Attention.. ça serait bête de s’étouffer alors que nous venons à peine de nous rencontrer. Petit silence. Vous savez, vous feriez une très belle effeuilleuse…


Je me mis à lancer un rire… Puis suite à sa deuxième remarque fit de grands yeux. Je ne savais pas trop quoi dire. J’étais gênée, et jamais je n’aurai eu le temps de lui expliquer pourquoi cela ne me conviendrait pas qu’une femme intervient alors dans notre petit moment d’intimité. Elle sortit de ce moment par une douce caresse qui me laissa rouge et rêveuse.

Je n’aimais pas être l’œuvre. A une époque, j’avais posé pour quelqu’un. Mais c’était différent. Je ne pense pas que je réitérerai cette expérience. Et devant un public entier encore moins. Je ne suis pas pudique, mais un peu réservée. Je ne me considère pas assez bien pour ce genre d’emploi… Et puis, je me préfère derrière mon appareil à illustrer mon regard.

Une femme plus ronde, toujours peu vêtue s’approcha. Elle était charmante aussi, mais ce n’était pas ce que je recherchai ici. (On dirait franchement que je parle des critères de beauté pour une femme qui me plairait vraiment, et c’est un peu le cas) Quelques paroles elles échangèrent sans que je puisse comprendre quoi que se soit. La femme m'avait volée mon moment, et je lui en voulais un peu. De plus je me sentais quelque peu gênée, et les regarda toutes les deux un peu déboussolée. Elles partirent derrière le paravent, et moi, j’étais tout simplement plantée là, bêtement.

- Je suis confuse..

Pressée, la jolie petite ensorceleuse se mit à se dépêcher. L’autre devait être sa supérieure ou quelque chose de ce genre… Elle se vêtit rapidement d’une jolie tenue d’une couleur froide. Elle avait toujours son charme, et je me surpris encore à sourire. Je crois qu’elle est ce que j’appelle pour moi un coup de foudre visuel. Et c’est souvent dans ce genre de situation que je n’ose plus rien dire sous peine de dire une bêtise.

-Mais j'ai encore du travail qui m'attend au bar.. Hm.. Vous voulez boire un verre ? C'est la maison qui offre.
 Fit-elle dans un petit clin d’œil.

- D’accord. Volontiers…  Je ne refuserai une si charmante compagnie. Je me rends au bar de ce pas !

Puis je m’enfuie toute guillerette en direction du bar, comme une enfant à  qui on avait promis un sachet de bonbon. Mais si ce n’était que ça… Je vins m’assoir alors vers le comptoir, mon jouet toujours entre les mains. Puis je fixais rêveuse les courbes féminines d’une des femmes qui chantait et dansait.  Je prenais quelques photos et attendait la venue de la beauté  de la soirée, toute chamboulée intérieurement.
[/b][/color]
©zelda
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'





« En art comme en amour, l'instinct suffit. »
#990000
avatar
Effeuilleuse burlesque
Date d'inscription : 06/08/2016
Messages : 52
Age (du personnage) : 25 ans
Orientation sexuelle : N'en sait rien
Etudes/Métier : Chanteuse/Serveuse/Effeuilleuse burlesque
Pounds : 2660
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Sep - 14:10
The Cabaret Singer
Ft Cleo Morel



Le bar était l'un des postes favoris de notre pin up. Outre le côté désagréable des hommes ivres qui la draguaient de la façon la plus lourde soit quelques fois, elle rencontrait souvent des personnes intéressantes qui, surement sous l'effet d'un peu d'alcool, s'ouvraient à elle et racontaient leur vie. Des histoires histoires d'amour, des rêves sur le point de se réaliser, des doutes, des joies, des moments de hontes ou hilarants. Ça faisait un peu parti du métier en soit.. Mais Lili les écoutaient tous avec grande attention, un doux sourire aux lèvres et des yeux remplient de curiosité.

Alors que la rousse s'installait à peine derrière le bar, elle remarqua que Cléo était déjà la, photographiant Ruby qui était encore sur scène. Elle la laissa à ses photos le temps de servir les commandes des clients qui attendaient. Deux whiskys écossais et mojito. Plutôt simple et rapide, elle envoya les commandes plus vite que son ombre. Encore une fois, avant d'arrivé au Red Queen, Lisbeth n'y connaissait rien en alcool. Elle n'avait pas encore eut le poste de barmaid à l'époque, mais comme à son habitude sa soif de d'apprendre la poussa à étudier et apprendre à faire toutes sortes de cocktails, elle avait un ami barman.. Ce qui lui permis de "pratiquer" et s'améliorer rapidement.

Une fois les commandes bouclés, elle s'approcha la photographe, croisant ses bras sous sa poitrine et parla assez fort pour qu'elle puisse l'entendre malgré la musique.

Lisebeth : Elle est belle n'est ce pas ? Je pourrais vous la présenter si vous voulez travailler avec elle, c'est une bonne amie à moi. Dit-elle dans un doux sourire. Alors ? Qu'et ce qu je vous sers Mademoiselle la Photographe ?

©zelda


Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Crownless [PV Lisbeth]
» Vous avez vu les éléphants roses derrière vous, M'dame Lisbeth ? {PV}
» Escapade en bord de mer[PV Lisbeth Blomqvist]
» Lisbeth'tylanhnem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru
» Lisbeth De la Rose. /alias/ La Rose du Millénium.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Centre-ville :: Cafés & Bars-