Graffiti is a crime... Ou pas ! #GREG

avatar
Professeur d'Anglais
Date d'inscription : 24/08/2016
Messages : 49
Age (du personnage) : 24 ans
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Etudes/Métier : Professeur d'Anglais au lycée
Pounds : 942
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Sep - 22:12
Graffiti is a crime... Ou pas !# GregDix heures et quinze minutes. Le réveil sonne, un bruit horrible en boucle dans mes oreilles. J'ai sursauté de plus belle en plus à cause de cette saloperie ! Les volets étaient à moitiés fermés, enfin disons simplement qu'ils étaient cassés et on ne pouvait pas vraiment les bouger.

Tout dans ce petit appartement était vieillot et cassé de toute façon,  je devais simplement faire le ménage et chercher de quoi bouffer, pourquoi je me casserais le cul à acheter de nouveaux trucs ? Surtout si un jour je dois partir loin de cette ville comme l'a fait mon oncle…

Ne pensons plus à ça, je m'étirais alors les cheveux détachés encore légèrement ondulés par la mission de la veille et me leva arrangeant simplement la chemise que je porte pour dormir, bah oui je ne porte que ça, je ne vois pas de problème étant donné que je vis seule !

Bon la douche du matin était longue et tiède, le proprio a oublié de faire la chaudière ce matin…. Je le ferais plus tard pour les petits vieux d'en dessous. M'habillant d'un short en jeans et d'un débardeur gris avec des bandes blanches et d'un gilet marron avec de la fourrure sur la capuche c'est au cas où y'aurait les flics pour vite planquer ma tignasse. Tiens en parlant de ma tignasse, je les ai coiffé et ils sont devenus lisse j'ai  mis un serre-tête noir et le tour est joué !

Prenant vite fait mon iPod trouvé dans une poubelle, quelle idée de jeter un tel truc juste car, il est un peu cassé sur l'écran, je sors avec les écouteurs qui vont avec en me baladant dans la ville. J'ai vu que j'avais reçu du courrier mais bon pas grave je lirais ça ce soir. Hop, une fois dehors le meilleur endroit pour se balader et dénicher des infos, c'est les rues de Londres, celle où y'a toujours du monde, qu'on connait ou pas. Y'a toujours de l'animation, des choses à enregistrer, à savoir et à vendre plus tard le soir !

Seulement aujourd'hui semble être un jour ou y'a pas grand monde, surement qu'il était trop tôt. Je traînais les pieds en faisant les rues une après l'autre. Soudain je remarquais quelque chose qui attira mon regard et qui n'était pas là avant, des tags.  Ils avaient un certain charme maintenant que je les regarde. Je posais une main sur l'un d'entre eux, ils ne ressemblaient pas à ceux d'enfants en quêtes de recherche de soi ou simplement d'embêter les responsable de la sécurité, non non, ceux-là semblaient plus profonds et exprimait un petit quelque chose d'autre… Etant du genre observatrice j'avais tout de suite remarqué ce petit quelque chose, mais je ne sais que dessiner sur feuille… les murs ne sont pas mon fort.

Suivant doucement les créations murales, je finis par tomber sur un monsieur petit et gros, le crâne brillant. Il semblait énervé par les œuvres. Il me remarqua et me hurlait dessus :

-          Nan mais, vous avez vu ? Ce n'est pas croyable ces gosses ! Ils ont ruinés le devant de mon appartement !  Vous qui êtes encore jeunes la prenez ça et nettoyez-moi ça.. !
-          … Je les aime bien m-
-          Je vous donne une récompense par tags enlevés !
-          Ça roule.

Je sais ce que vous pensez, mais mon but dans la vie c'est de ne pas mourir de faim, donc un truc comme ça je ne peux refuser. Il me donna un sceau avec une éponge et je nettoyais les murs à mon rythme, ils semblaient être là depuis pas longtemps, l'eau suffit à les enlever c'est fou. En tournant le coin d'un mur min pied heurta un objet métallique qui tomba au sol à tiens... l'arme du crime.

Il y en avait quelques-unes, encore pleine. Mais il y avait personne autour ? L'auteur se serait enfui par le petit gros ? Je regardais si l'homme n'était pas là et avec un petit sourire je pris une bombe et testait alors la chose. Un PSHIIIIT sortis et un trait bleu se forma sur le mur, petit à petit je me surprends à prendre du plaisir à faire ce genre de choses et ce trait bleu devenait petit à petit à un ciel avec des oiseaux noirs qui se battaient pour s'en échapper… Bon ok ce n'était pas super beau mais, on pouvait comprendre ce que c'était quoi !

Moi qui pensai être seul avec ce petit moment, j'avais bien tort il semblerait que le coupable soit toujours là à regarder ce que je fais… Et merde.
© 2981 12289 0


But love doesn’t make sense.
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
avatar
Artiste des rues
Date d'inscription : 11/09/2016
Messages : 14
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Pounds : 1268
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Sep - 2:08
Le jour avait maintenant prit place. Tu avais passé toute la nuit à taguer ce qui te plaisait. Premièrement pour passer le temps plus rapidement, mais aussi pour conserver une bonne dextérité ainsi qu'une excellente technique. Tu en auras grandement besoin lors de tes prochains contrats. Ce n'est pas le moment pour faire de la figuration, car si tu souhaites vraiment percer dans le milieux, il va falloir de faire un nom. Pour cela, il n'y a qu'une unique solution pour le moment, le bouche à oreille. Perdre actuellement un client, reviendrait à perdre de nombreux clients potentiels, tu avais donc besoin de t'exercer en continu.
Fatigué du coup de ta nuit de travail, tu n'allais pas tarder à rentrer chez toi. Mais avant cela, tu devais obligatoirement passer voir l'appartement du vieux Niel. Ce n'était pas la première fois que tu allais taguer là-bas et cela t'amusais toujours autant de le voir râler au matin. Tu pouvais rester pendant des heures le voir ruminer seul dans son coin à frotter pour faire disparaître tes dessins. Quoi que... la plupart du temps tu finissais par t'endormir dans un renfoncement et à te sentir con, en te réveillant en sursaut suite à l'audition d'un bruit suspect.

Tu te dirigeas donc rapidement en sa direction, tu pouvais l'entendre râler à l'autre bout du quartier. A ton arrivée, tu fus alors surprit de constaté qu'il n'était plus là. Mieux encore, qu'il y avait une jeune fille qui faisait le travaille à sa place. Oh après tout... Peut importe la personne qui frotte, ça reste un moment intéressant à regarder.

Le temps passa, et comme à ton habitude, tu t'étais assoupis. Rien de grave, si ce n'est que la demoiselle avait déjà pratiquement fini de tout effacer... Non... Attendez... Tu te rendis compte de ton erreur. Elle n'était plus en train d'effacer ce que tu avais dessiné, mais elle faisait à son tour son propre dessin. Tu ne pouvais t'empêcher de rire, c'était tellement moche, elle dessinait quoi ? Une rivière ? Cela devait sûrement être la première fois qu'elle s'y essaya. Tu n'étais pas meilleur qu'elle. Après tout, tu fus et tu resteras toujours « el picasso ».

Cependant ce n'était pas bon du tout, elle prenait beaucoup de risque à faire ça maintenant et tu te devais de l'arrêter avant qu'il ne soit trop tard et qu'elle paie pour des crimes qu'elle n'a pas commis. Tu étais peut-être pas quelqu'un de très sociable ou de très sympathique, néanmoins, tu ne pouvais pas la laisser subir à ta place. Alors, tu te levas et avança en sa direction. Elle dût t'entendre, car elle se stoppa. Ce n'était pas si mal, de toute façon... Une fois, à son niveau, tu t'abaissas pour prendre de quoi nettoyer le mur dans le seau d'eau et tu commenças à effacer ce que la demoiselle avait fait. Pendant ce temps, tu lui soufflas.

« Pas ici, pas maintenant, tu serais une cible facile pour n'importe qui ! »

Tu poussas alors les bombes sur le côté de manière à ce qu'elle ne soient plus visible par les passants et par le propriétaire lors de son probable retour et tu invitas la jeune femme à faire de même avec celles qu'elle tenait encore en main. Puis tu lâchas ce qui te servait à nettoyer le mur et te tourna enfin vers la fille à côté de toi. Tu ne l'avais par encore regardée de face, préférant fixer le mur et sur les tâches que tu étais en train d'accomplir. Sans attendre qu'elle ne soutienne ton regard, tu lui murmura alors quelques mots.

« Rejoinds moi ce soir à 23h dans la zone de hangar à la sortie du centre-ville. Je t'y attendrais ! Oh et ramènes le matériel avec toi, ça te sera utile de l'avoir sur toi ! »

Sans attendre la réponse, tu finis par partir doucement. Tu n'avais pas envie d'être reconnu, même si tu ne craignais pas grand chose dans ce quartier-ci. La prudence est maître de toute les vertus ! De toute manière, tu étais à bout de force et tu avais besoin de tes heures de sommeil. Donc c'est sans attendre que tu avanças en direction de ton appartement, jusqu'à disparaître du champ de vision de la demoiselle. Viendras-t-elle ce soir ? Quoi qu'il arrive, tu avais de quoi t'occuper.
avatar
Professeur d'Anglais
Date d'inscription : 24/08/2016
Messages : 49
Age (du personnage) : 24 ans
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Etudes/Métier : Professeur d'Anglais au lycée
Pounds : 942
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Sep - 17:46
Graffiti is a crime... Ou pas !# GregEt donc me voilà, en train de faire ce qui est normalement interdit, mais bon tout ce qui est interdit- tabou- est pas drôle pour la sécurité de la ville est drôle. Je m’étais même à chantonner un peu sur ce tags qui pour moi était un chef d’œuvre, non une partie de moi carrément ! Un bruit de pas me fit arrêter ma créativité sur le coup, je fermais les yeux un instant, ça venait bien vers moi.

D’après la démarche l’individu semblait plus grand qu’elle de taille, une bonne carrure. Il y avait aussi un petit parfum aux senteurs boisés et vétiver… C’était un homme.  Je restais calme, peut être que c’était un policier qui me voyais tag je n’ai cas jouer mon rôle de petite fille adorable qui ne savait pas et qui allait tout effacer, vu que j’ai un sceau et une éponge près de moi. Je donnais un faux nom et une fausse carte d’identité ou je ne suis pas majeure dessus, si il demandera mes parents, c’est là que je m’enfuirais en lui donnant un bon coup de pied.

L’homme s’était arrêté j’attendais qu’il dise quelque chose mais non il prit simplement une éponge et nettoya ce que j’avais fait. Pourquoi ? Je jetai un bref coup d’œil sur le côté il avait une chevelure noir mais cela cachait un peu son visage, je ne le voyais pas.
« Pas ici, pas maintenant, tu serais une cible facile pour n'importe qui ! »

Me dit-il. Il rangea aussi les bombes de manières qu’on ne les voit pas. Je ne disais rien et je le laissais faire son ménage. Moi ? Bah je le laisse faire, sans vraiment bouger pour le regarder vaux mieux garder la discrétion surtout quand on ne connait pas son interlocuteur.  Une fois son bordel ranger et nettoyer il se tourna vers moi, sa voix semblait plus proche.

« Rejoins moi ce soir à 23h dans la zone de hangar à la sortie du centre-ville. Je t'y attendrais ! Oh et ramènes le matériel avec toi, ça te sera utile de l'avoir sur toi ! »

Un rendez-vous nocturne… Je ne comprenais pas vraiment sur le coup, est-ce qu’il sait qui je suis ? Il me propose un boulot la ? Il connait mon « matériel » ? Je le laissais filer comme il est revenu et m’alluma une cigarette tout en regardant le mur vide maintenant. Ça a été aussi facile de nettoyer que le faire… Si seulement la ville faisait pareil de leurs erreurs. Prévenant à monsieur Niel, son nom, que j’avais finis mon travail il me donna environs 150 pounds par tags y’en avait 8, du coup 1200, ça fera mon loyer et un peu de bouffe.  Je continuais ma balade alors jusqu’à midi, rentrant ensuite chez moi pour nettoyer alors mes outils de travails.

Mon flingue. Mes petits couteaux, mon épingle tranchante et bien d’autre gadget que vous n’aimerez pas savoir. Je flânais un peu sur le pc de mon oncle en attendant par la suite l’heure du rendez-vous. Grignotant ensuite devant ma petite télé. Ah c’est vrai j’ai du courrier.

Sortant en regardant les différentes lettres, il  y avait celle du propriétaire me prévenant que je devais chercher surement un colocataire. PARDON ? Vu qu’avant il y avait mon oncle, ça allait mais maintenant que j’étais seul c’était plus dur pour lui, merde. Je ne peux pas vivre avec quelqu’un d’autre, surtout avec ce que je cache chez moi. Il faudra que je trouve un arrangement avec lui. Ou que je me débarrasse du coloc. Merde. Sur cette nouvelle des plus chiantes je fis une petite sieste avant de me préparer pour ce soir.
Habiller d’un pantalon noir déchiré à plusieurs niveaux des jambes ou je cachais mon flingue derrière grâce à ma ceinture,  mon débardeur bordeaux qui laissai apparaître un peu de peau au niveau de mon ventre. Et ma veste en cuir ou se trouvait quelques couteaux. Des mitaines en cuir avec des piques en fer sur les métacarpes de la main et n’oublions pas mon masque. La nuit on ne devait pas se dévoiler comme disait mon oncle.

Il était presque 23h heure, j’étais près du hangar habituel caché dans l’ombre entre deux bâtiments. Je me devais d’être la avant l’heure sait-on jamais si on me faisait un coup foireux. Mais personne, je préfère d’abord voir la cible avant de bouger. Ah je la voix, il était là. J’ai un sac remplis des bombes de ce matin. Je montais alors sur les toits pour bien voir si il y avait personne autour et décida de jeter le gros sac juste derrière lui – pour lui faire peur- Et de sauter ensuite pour atterrir derrière lui.

«  Yo. »
© 2981 12289 0


But love doesn’t make sense.
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
avatar
Artiste des rues
Date d'inscription : 11/09/2016
Messages : 14
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Pounds : 1268
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Sep - 0:42
Enfin dans ton appartement, la route avait été longue pour toi qui était au bout de tes forces. Sous la fatigue tu t'écoulas dans ton divan et tu t'endormis sur le coup. Tu y passas une grande partie de la journée, une partie de la journée où tu ne récoltais pas de l'argent... En te réveillant en fin d'après midi, une feuille en papier resta collée sur ton visage. Qu'est-ce que cela pouvait bien être encore ? Tu la décollas rapidement et te mis à décortiquer ce qui y était inscrit. C'était... Flou ? Ah ! T'es lunettes, où les avais-tu encore rangé ? C'est toujours lorsque tu en as le plus besoin, que tu n'arrives plus à mettre la main dessus. Par contre... Quand tu en as strictement rien à foutre, là, forcément tu finis par les écraser ! Bref, c'est au bout de quelques minutes que tu les retrouvas posés près de ton bureau. Tout compte fait, il aurait mieux valu que tu ne les retrouves pas, ça t'aurais évité de te rappeler que tu avais reçu un avis d'expulsion. Un mois pour trouver un nouveau lieu où glander... Ce propriétaire te pense réellement capable de réaliser un tel miracle ? Cela fait maintenant deux semaines que tu as reçu cet avis et tu n'as même pas encore fait la moindre recherche, à ce rythme là, tu finiras à la rue. Tu jetas la feuille et tu te dirigeas vers la salle de bain, n'ayant pas l'air plus préoccupé que ça. Tu semblas plutôt blasé par le fait d'avoir dormi tout habillé une nouvelle fois...

Après avoir prit soin de toi, tu te trouvas quelques activités pour t'occuper, comme lire le journal. Tu n'avais pas d'abonnement à celui-ci, mais tu avais trouvé le moyen de récupérer celui de ton voisin absent. En tout cas, grâce à ça, tu pouvais être tenu au courant de ce qui se passait en ville, avec ton expérience, tu arrivais maintenant très clairement à distinguer les personnes liées à chaque affaire sans que celles-ci ne soient forcément citées. La zone de hangar ? Plutôt calme, tu allais définitivement t'y diriger ce soir. Cependant avant ça, il ne fallait pas oublier de remplir ton sac à dos, des bombes de peintures que tu avais laissé à la jeune femme ce matin même. Encore de l'argent perdu... Mais que veux-tu, tu as un trop bon cœur. Quelques minutes plus tard, tu embarquas le tout et quitta ton appartement vers ton lieu de travail pour la nuit.

Une fois sur place, tu n'y retrouvas personnes. Tu n'étais pourtant pas à l'avance... Rien de vraiment étonnant, mais tu étais un peu déçu tout de même. Tu tentas de te souvenir de ce matin, d'après ces derniers, tu ne te rappelais pas avoir été méchant ou intimidant, hélas, d'une fille il faut s'attendre à tout. Sinon... Peut-être aurais-tu mieux détailler le lieu de rendez-vous ? C'est vrai que des hangars, il y en a à pas mal d’endroits dans la ville, cependant tu avais précisé que ceux là se situaient en bordure du centre-ville, de plus, c'était la zone la plus connue du coin, comment aurais-tu pu mieux choisir ? Tu haussas les épaules comme-ci cela ne t'affectais pas plus que ça, et commença à sortir de quoi te mettre au travail. C'est au moment où tu allais prendre du recul pour imaginer ce que tu allais concevoir que tu entendis du bruit.

La personne se situait déjà derrière toi. La police ? Non tu les aurais entendu venir de loin. Ils ne sont pas très doués pour la discrétion... Un gang ? Non plus, ils auraient agit de manière groupé s'ils avaient quelques choses à faire avec moi, où alors s'ils avaient envoyé un de leurs pions, il se serait déjà signalé.

« Yo »

Tu te retournas tranquillement, de toute façon, réagir de manière précipité ne t'aurait servit à rien. Tu découvris alors la jeune demoiselle de ce matin. Elle était finalement venue au rendez-vous. Néanmoins, tu n'avais pas le temps d'être très content. Tu étais perturbée par le fait de ne pas l'avoir sentie venir. Soit elle était déjà là, mais tu l'aurais remarqué et ce même avec ta vision amputée, soit tu commençais à perdre en vigilance, auquel cas, il faudrait vite te reprendre sous peine d'être vite enterré six pieds sous terre où de finir derrière les barreaux. Ou alors... Tu fais face à une ninja des temps moderne. Arrow est-ce bien toi ? Pas d'arc ? Dommage... Même si tu prenais cette intrusion au sérieux, tu restas tout à fait naturel. De toute façon, si cela à un quelconque rapport avec ton mini job d'indic, tu serais déjà coincé, alors autant resté toi même. Et puis... Avec cet avis d'expulsion, il y a de grandes chances que tu sois en pleine paranoïa... Bref, tu faisais maintenant face à la jeune femme.

« T'es en retard... T'as bien récupéré le matériel au moins ? »

C'était tout toi, d'aller droit au but, les présentations tu les ferais plus tard. Ce n'est pas un problème pour toi de réfléchir, dessiner et discuter en même temps.
avatar
Professeur d'Anglais
Date d'inscription : 24/08/2016
Messages : 49
Age (du personnage) : 24 ans
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Etudes/Métier : Professeur d'Anglais au lycée
Pounds : 942
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Sep - 15:54
Graffiti is a crime... Ou pas !# GregJe n’aurais peut-être pas du apparaître derrière lui si subitement il va trouver ca louche non ? En tout cas il a mis 0.3 secondes avant de se tourner le temps de réfléchir surement, c’était sur ce mec. Il était comme toi. Bon pas aussi doué sinon il m’aurait déjà aperçu de la haut mais bon. Venant mettre ma capuche sur la tête, j’écoutais alors ses paroles, en réalité je n’étais pas en retard c’était toi. Mais vaux mieux ne rien dire. Il demanda par la suite le matériel, je baissais le regard et poussa doucement du pied le sac vers lui, gardant mes mains précieusement dans mes poches. Nan ce type ne connaissais pas « Blade », sinon il ne serait pas en train de réagir ainsi, du coup je pouvais un peu plus me détendre. Enfin pas trop hein la nuit ne fait que commencer.
Je regardais ensuite l’énorme Hangar, je le pensais plus poussiéreux que ça nan ? On dirait qu’il est entretenu tout de même. L’état nettoierait même les hangars ? Enfin bref, je m’accroupis pour ouvrir le sac venant regarder les différentes bombes, y’avais un peu de tout, vert, rouge, jaune, bleu, blanc et noir…

« Bonsoir à toi aussi.»

Passant ma main sur le mur. Je restais planté attendant ce qu’il veut faire, car après tout c’est son idée, son art, moi je n’étais que passagère. Il se décida ensuite de vérifier le contenus, je n’allais pas en voler hein je ne sais même pas ce que j’en ferais des bombes à moitiés pleine. Elles ne se vendront pas dans mon milieu. Je ne voulais pas commencer toute seul à tagger, je voulais le faire un peu après lui, je voulais d’abords l’observer, savoir ce qu’il était. Essayer de voir ses petites techniques même si on ne peut jamais égaler autrui, on peut s’en inspirer. Il se mit au travail, pour l’instant c’était flou pour moi, il ne faisait que des traits par ici et par là. Moi j’étais là en face de mon propre mur ne sachant pas ce que j’allais faire… Je me décidais ensuite de prendre du rouge mais je restais la planté, je n’avais aucune inspiration. J’étais vide sur le coup… C’était la première fois que je devais faire un truc par moi-même… C’était limite effrayant, c’était comme si je me perdais.

D’habitude je suivais ce qu’on me dit sans en penser, mais là on me demande de penser pour faire quelque chose, c’était complètement le chaos dans ma tête. Ce matin c’était autre chose, car j’avais fais un truc vite fais que j’ai vu dans une affiche, je trouvais ça jolis et ce que j’ai fais-moi c’était moche. Vraiment moche. Je finis par poser la bombe et de m’installer sur un baril pour fumer une clope, regardant l’artiste faire son œuvre.

Qu’est-ce que je foutais ici vraiment… Ce n’est pas mon style de faire ça. Partir une soirée pour une petite naissance de liberté, ce n’est pas ça qui va me nourrir, ou me trouver un ou une coloc...Je lâchais un long soupire avant de prendre une bonne bouffée de nicotine.

© 2981 12289 0


But love doesn’t make sense.
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
avatar
Artiste des rues
Date d'inscription : 11/09/2016
Messages : 14
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Pounds : 1268
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Sep - 19:58
Belle nuit, en perspective. Le climat semblait des plus généreux, aucun nuage, de la chaleur et une légère brise pour rafraîchir de temps à autre. Il ne manquait plus qu'à ce tableau la projection de ton talent. Cependant, pour cela, tu avais besoin de prendre du recul afin d'observer d'un nouvel angle la surface du hangar que tu allais peindre. Regarder un point fixe de te permettait de t'évader, de partir vers un monde où l'imagination n'est pas qu'une simple pensée, mais une action, un objectif à accomplir. « Trouvé ! »
Dès lors, tu commenças à peindre le mur, à dessiner les contours de ta nouvelle création. Tu souhaitais faire quelque chose de rythmé, de mélodieux où tout le monde s'y identifierai. Alors à l'heure de prendre forme, se trouvait au centre un batteur en plein concert dont son ardeur et sa témérité dégageait une aura. Autour de celle-ci, tu esquissas de nombreux symboles évoquant les différents genre de la musique, ainsi que les groupes populaires de chaque domaine. On retrouva alors écrit dans des polices différentes les mots comme rock, british blues, pop, Queen, Rolling Stones... Les formes étant maintenant fixée, tu allais pouvoir rentrer enfin dans le détail. C'est maintenant que les choses sérieuses commencent !

« Bonsoir à toi aussi.»

Ces paroles te coupèrent dans ton élan, tu te freinas brusquement pour reprendre connaissance de la situation. C'est vrai... Tu n'étais pas seul ce soir, non pas que tu l'avais oublié bien au contraire, puisque tu lui avais laisser de la place en plein centre de ton œuvre. C'est juste que tu te devais d'agir différemment... En regardant du coin de l’œil, tu l'observas assise dans un coin en train de fumer. Tu soupiras, mais tu finis par laisser ta toile de côté, pour aller vers elle. En t'approchant, tu fis pour la première fois de la soirée, un point sur la personne qui se tenait devant toi, la décrivant du regard pas à pas, puis tu finis par t’asseoir à ses côtés.

« Cela n'a pas l'air de te plaire d'être ici ? Si tu es malade, tu aurais très bien pu ne pas venir, tu sais ! » Tu désignas le masque qu'elle portait.

Vu qu'elle avait fait tout ce chemin, tu ne pouvais pas la laisser seule comme ça... C'était plutôt toi que ça dérangeait, mais un peu d'égoïsme n'a jamais fait de mal.

« Suis-moi ! »

Tu ne lui laissas aucun choix, lorsque tu attrapas sa main pour l'amener jusqu'au devant du hangar. Tu reculas de quelques pas et commença à alors à exprimer la situation.

« Tu vois le batteur devant toi ? Imagines-toi à sa place. Tu es en plein concert, la foule se tient devant toi, elle est sur-excitée par ton incroyable talent. Qu'est-ce que ça te fait ? De la joie ? De la peur ? Si c'est le cas, qu'est-ce qui te faire peur, qu'est-ce qui te rends heureuse ? Que ce soit un clown, un fantôme, un démon, un chat... Je veux qu'autour de ce batteur tu dessines ce à quoi tu penses. Car c'est ces émotions là, c'est cette aura là que tout artiste tente de partager au monde ! Ne te retiens pas, n'ai pas peur de l'échec, même si ça ne ressemble à rien, même si ça te parait laid, je veux que ce soit sur ce mur ! »

T'avais un peu honte, tu avais envie de regarder ailleurs, car tu savais que tu étais allé trop loin. Néanmoins, même si tu es incapable d'assumer ce que tu viens de dire, tu es quand même heureux de l'avoir fait. Ces paroles, c'est un peu ce dont tu voudrais entendre au quotidien. Un encouragement, mais surtout de la confiance en toi. Et même si tu trouves ça hyper cliché, de temps en temps, ça fait vraiment du bien de l'entendre.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jamaica struggles to fight crime
» L'art du graffiti
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» crime contre l' humanité
» A qui profite le crime ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Les rues :: Hangar de Xander Winchester-