Les gens biens parlent gentiment aux fleurs [Finn Mcintosh]

avatar
Fleuriste
Date d'inscription : 29/10/2016
Messages : 7
Age (du personnage) : 20
Orientation sexuelle : Ce qui vient, quand ça vient
Etudes/Métier : Fleuriste
Pounds : 844
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Nov - 15:18
Le rideau de métal de la boutique de fleurs se leva dans un grincement qui, chaque matin, réveillait la vieille qui habitait au dessus. Enfin, c'est ce qu'elle prétendait. Pandora, pour sa part avait toujours décrété que cette dame était sourde comme un pot. La pâleur matinale vint envahir l'espace tandis que la demoiselle, en retirant son 2eme pull XXL couleur moutarde, témoignant d'un gout plus que douteux, lança dans la joie :

- Salut mam'zelles !

Oui. Elle s'adressait aux fleurs, à qui d'autre ? Didi considérait qu'une possible mutation nucléaire pourrait un jour donner vie aux êtres inanimés, alors dans ce cas, autant être gentille directement. Elle serait donc possiblement épargnée en cas d'attaque de fleurs zombies pendant que vous, qui les avez méprisé tant de temps, vous seriez en train de vous faire bouffer le cerveau. Et toc. Bien fait pour vous.

Ouvrir la boutique. Tout mettre en place. S'assurer qu'aucune fleur n'est fanée. Si c'est le cas la remplacer. Sortir les pots sur la devanture. Se faire un grand café. Autant d'actions quasi mécaniques qu'elle effectuait chaque matin aux cotés de sa patronne, une femme toute ronde et joviale qui sentait le soleil même quand il faisait gris dehors. Les clients ne la connaissaient pourtant que peu, puisqu'elle passe le plus clair de son temps en arrière boutique, s'occupant de la paperasse et des commandes pour les grandes occasions, à comprendre : Mariage ou Funérailles. O joie. Didi s'occupait donc de l’accueil client, et, chose surprenante, les habitués semblaient bien l'aimer. "spéciale mais gentille" voilà comment on la qualifiait souvent et sans que ça ne lui pose plus de souci que ça, elle passait volontiers son temps dans cette micro-jungle coupée du monde.

Sur le coup des 11h, la porte s'ouvrit et la clochette tinta. Signe : Client. Joie procurée par ce signe : 20%. Individus : Un couple. Bon. Elle leva les yeux de son bouquin, et retira ses pieds de son bureau "pour faire plus pro". Le couple regardait les plantes, sans accorder plus d'importance que cela à Didi. Parfait. Elle n'était certainement pas ce genre de vendeuse à baffer qui vous demande d'une voix niaise "je peux vous aideeer" dès que vous mettez un foutu pied dans sa boutique.

- Je dis que ta mère adorerait ces orchidées !
- Oui mais on lui en a déjà offert la dernière fois.
- Et celles là, là ? Les jaunes ?
- Bof.
- Les blanches ici, avec deux trois violettes qu'il y a là bas ?
- Je sais pas.
- Bon on va pas y passer la nuit merde !
- Prenez des chrysanthèmes et on en parle plus. Regards outrés. Silence gênant. La demoiselle sourit dévoilant ses dents du bonheur puis se leva. Ça va, ça va, je rigole. Prenez des Roses roses, si c'est pour votre mère, ça fera toujours l'affaire, c'est simple mais le message est clair ! Vous connaissez le langage des fleurs ? Ouais, je vais pas vous faire un topo en détail, mais en gros la Rose rose, c'est pour Maman ! Puis entre nous soit dit, elle vous attend surement plus vous que ce bouquet.

Emballé, encaissé. Le couple heureux s'en va et Pandora retourne à son livre. Enfin, y retourne, jusqu'à ce qu'un bruit peu ragoutant ne lui fasse lâcher sa lecture, comme prise d'un soudain doute...Non ce bruit c'était quand même pas...Elle se leva, et se dirigea au dehors.

Surprise, malheur, damnation. Putain de merde. Putain de merde, un débile encore saoul de la vieille venait de lui gerber sur la devanture, sur les cactus.
Après lui avoir souhaité tous les malheurs du monde, une impuissance au pieu et la mort de son animal de compagnie, Pandy se décida à aller chercher un seau et un balais pour nettoyer cette immondice.

Le soleil brille, les oiseaux chante, voilà une bien belle journée pour nettoyer du vomi.  
©Riva



avatar
Agent d'entretien
Date d'inscription : 04/07/2016
Messages : 110
Age (du personnage) : 27 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel
Etudes/Métier : Agent de nettoyage
Pounds : 1314
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Nov - 22:00
Congé ou heures sup'? Là est la question
with Pandora Leims

Finn accueille l'aurore avec une bonne vieille gueule de bois, entêtante jusque ce qui faut et accompagnée d'une mine de déterré digne des plus grands. Il se redresse dans son lit, la lumière du matin intensifiant son douloureux mal de crâne. Un grognement néandertalien lui échappe alors qu'il combat la lourdeur de ses muscles pour s'asseoir dans son lit. Quelle misère.

Il soupire très profondément, se rabrouant intérieurement sur les excès d'alcool et de bonne compagnie. Ce moment de sagesse amené par une migraine cuisante lui passe vite. Car, of course, il ne pourrait jamais tourner le dos à ces bons moments passés au pub avec ses potes d'un soir.

Avec un soupir et un râle animal dirigé vers son plafond, Finn se décide enfin à mettre le pied au sol et à s'extirper du cocon moelleux de son lit. Il enfile un sweater à capuche jaune trainant à proximité ainsi qu'un jean dans un état d'abandon similaire avant de trainer la patte jusqu'à sa cuisine. Attrapant un verre, il le remplit d'eau et avale un cachet d'aspirine, en priant Dieu pour qu'il soit sympa et lui fasse une fleur pour une fois parce qu'il est plus tout jeune, merde!

Constatant que ses pensées sont en train de diverger dangereusement, il décide d'aller faire un tour pour se changer les idées.

Décision qu'il regrette aussitôt dehors, lorsque le soleil vient l'aveugler, intensifiant dans la foulée sa migraine. Alors il rabat sa capuche d'un geste rageur, et, parce qu'il a la flemme de remonter les escaliers, commence son dur périple.

Il fait beau. Pour une fois qu'il serait préférable qu'il fasse moche. Les rues sont vides. Tant mieux, il n'a jamais été d'humeur aussi asociale de sa vie. Un chien aboi. Connard.

Excédé par lui-même, par sa gueule de bois et par le monde en générale Finn pousse un gros soupir et s'oblige à retrouver un semblant de sa bonne humeur habituelle. Une épreuve qui s'annonce rude au vue de son état mental actuel.

Un homme titube dans son champ de vision et Finn se sent soudain rasséréné par le fait qu'il y a des gens dans un état bien plus pitoyable. Quelque peu ragaillardi, il observe le gaillard s'appuyer contre le mur d'un magasin de fleurs et....vomir.

Effectivement, bien pire. Il aurait pitié mais vraiment il se sent jsute hautain parce que lui a passé la nuit dans son lit (du moins quelques heures), s'en tire avec une simple migraine (qui le tue mais bon...) et ne vient pas de lâcher du leste devant l'échoppe de....d'une fille en sweater jaune.

Ça fait toujours plaisir de voir des gens qui partage ses gouts vestimentaires, que sa mère conseillère de mode ne manque jamais de critiquer à coups de 'Atrocious!'. Elle tire une tête de dix mètres de long ce qui ne fait qu'accentuer le sentiment de camaraderie de Finn à son égard. Ce sentant soudainement bon samaritain Finn se dirige vers la fleuriste.

"Tu veux de l'aide pour nettoyer ça?" demande-t-il, avec un semblant de sa jovialité naturelle.
Frosty Blue


HRP:
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dylan Smith_Tout les gens biens sont fous !
» Heureusement, il reste des gens biens dans ce monde de merde [Ingvar]
» Les gens qui parlent dans mon dos tiennent compagnie à mon cul.
» L U L L A B Y •• faire l'amour dans les champs excite les fleurs.
» Les gens du voyage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Les rues-