Rule number two : just don't get attached to somebody you could lose. [ Ft Dacian le rom ]

avatar
Etudiante en psychologie
Date d'inscription : 07/01/2017
Messages : 46
Age (du personnage) : 17 ans
Orientation sexuelle : Non définie
Etudes/Métier : Sciences humaines ; Psychologie
Pounds : 753
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Fév - 11:39
Rule number two :  just don't get attached to somebody you could lose.
Blair & Dacian




D'aussi loin qu'elle se souvienne, Blair n'a jamais connu de relations amoureuses saines. Les idylles que l'on peut voir dans les films à l'eau de rose, les amours torturés propres aux tragédies grecques, les timides amourettes de vacances... La jeune fille les évoque sans maîtriser le sujet, étant donné qu'elle n'y connait absolument rien. Au contraire, elle a vécu au rythme des humeurs de ses conquêtes, acceptant - sans trop avoir le choix - un énième "on s'appelle ?" post-coïtal, en sachant pertinemment que son téléphone restera silencieux. Les premiers temps, Blair acceptait ce choix sans broncher. Les corps étaient repus, les coeurs ne s'en mêlaient pas, clap de fin.

Mais avec le temps, on finit par en vouloir un peu plus et Blair ne fait évidemment pas exception à la règle. Sa quête d'attention est vaine et les relations sans lendemain deviennent presque pénibles, comme un fardeau que l'on souhaite alléger. Blair s'émiettent, se fane. La jolie fleur se flétrit, son parfum donnerait-il la nausée ? Son aspect est-il pénible au point qu'on souhaite le fuir ? Elle n'a pas la réponse et sa frustration grandit à tel point qu'elle finit par s'apprécier de moins en moins. Grimaçant devant le portrait que lui offre son miroir, elle passe rageusement de l'eau glacée sur son visage. Mêlée aux larmes, l'illusion est parfaite.

Mollement, elle se traîne jusqu'à sa minuscule cuisine pour y prendre une bouteille de tequila. Boire seule, c'est déjà un peu triste mais si on ajoute à ça l'âge de la jeune fille, ça en devient désolant, même pathétique. Entre deux sanglots, elle relit le message qu'elle a reçu il y a de ça deux bonnes heures. "Ne me rappelle pas." Un geste propre comme on tire une chasse d'eau, c'est affligeant. Les yeux rougis, la demoiselle descend quelques bonnes gorgées d'alcool avant de grimacer. Mince, c'est vraiment fort lorsque ça n'est pas dilué. Pour autant, ça ne l'arrête pas et le liquide qui longe ses commissures est avalé sans peine. Son portable toujours à la main, elle parcours son répertoire avant de choisir un prénom familier.

- T'es chez toi ?

Ecrit-elle, avant d'abandonner l'appareil pour se lever et se traîner dans la salle de bain. En croisant son reflet, elle lève rageusement son majeur et quitte le peu de vêtements qu'elle portait pour s'aventurer sous le jet d'eau chaude. Un soupir de bien être s'échappe d'entre ses lèvres tandis que l'eau presque brûlante dévale sa peau meurtrie. L'alcool ne fait pas encore son effet, elle profite de sa lucidité éphémère pour se laver et se rincer, abandonnant finalement le confort de sa douche pour le froid environnant. Sans complexe, elle observe son corps nu dans le miroir. A ses yeux, il est plein de défauts pourtant invisibles à l'oeil nu. Aussi, elle préfère se couvrir pour ne plus s'infliger ce spectacle désolant. Elle en profite également pour reprendre quelques gorgées de tequila, toujours au goulot, avant de reprendre son téléphone. Pff, aucune réponse, évidemment.

- PK TU REPONDS PA ????

Les sourcils froncés, la jeune fille se lève en furie pour enfiler un short et un top aussi clair que sa peau laiteuse. Elle peine à trouver des soquettes assorties mais n'y porte pas vraiment d'importance. Une fois ses converse vissées aux pieds, elle n'oublie pas d'emporter son téléphone, sa bouteille, une veste et le peu de dignité qu'il lui reste. La fraîcheur du soir lui rappelle qu'il est tard et qu'elle a les cheveux encore humides. Quelle heure peut-il bien être ? Elle ne prend pas le temps de vérifier, ses pas la mènent machinalement vers un alignement d'immeubles sinistres. Sinistres parce que mal éclairés, on pourrait croire qu'une entité va surgir pour l'engloutir dans les ténèbres. Pourquoi pas ? Ca la changerait !

Une fois devant l'immeuble qu'elle cherchait depuis le début, la demoiselle lève les yeux en direction d'une fenêtre mal éclairée et presque immédiatement, elle gonfle ses joues. Ce goujat est chez lui et ne prend pas la peine de lui répondre ? Mais niquons lui sa race ! L'entrée principale n'est jamais fermée et Blair pénètre dans le hall, sa fidèle alliée en verre à la main. Durant sa montée des marches - monsieur n'ayant pas le luxe de posséder un ascenseur - , elle avalera encore quelques bonnes gorgées et manquera de perdre la vie au moins deux fois.

▬ Putain de pute !

S'exclame-t-elle, lorsqu'elle renverse quelques gorgées de son breuvage, par mégarde. On aurait pu croire qu'elle ferait preuve d'un minimum de discrétion, une fois arrivée à l'étage correspondant. Histoire d'épargner les voisins, quoi ! Au lieu de ça, là voilà qui tambourine à la porte de son ami avec l'énergie du désespoir ! Quand sa tête blonde apparaît enfin dans l'encadrement de la porte, Blair le pointe du doigt et lui tombe dessus comme une furie.

▬ POURQUOI TU REPONDS PAS AU TELEPHONE ?

Son haleine empeste l'alcool et après avoir terminé son fond de bouteille, la demoiselle passe rageusement le dos de sa main sur ses commissures humides. Sa vision se trouble presque instantanément et la revoilà partie pour une crise de larmes. Sans qu'on l'y invite, Blair s'approche du jeune homme et se laisse tomber dans ses bras.

▬ Dacian, j'crois que j'suis bourrée.

Quel constat affligeant.





young and beautiful
Last night you were in my room and now my bedsheets smell like you. Every day discovering something brand new. I'm in love with the shape of you.
avatar
Junior
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 15 ans
Orientation sexuelle : Plutôt attiré par les hommes.
Etudes/Métier : Lycéen (Philosophie, Sciences humaines et Anglais), dealeur
Pounds : 241
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Fév - 22:42
dacian & blair
When life gives you lemon, ask for tequila and salt.
Son corps étalé dans le canapé et sur son ventre le cadavre d'un paquet de chips à peine entamé. Il s'était endormi. Le son de la télé était faible, quasi inaudible et sa soirée avait été des plus calmes ; On lui avait proposé de sortir et il avait refusé, sortant la vieille excuse d'être crevé, alors qu'il n'avait tout simplement pas envie de remuer le moindre muscle de son corps lâche. Ce soir c'était soirée film en solitaire, son frère était sorti, probablement au squat avec les autres et lui... Il se contentait d'un vieux film à la télé. On le disait sauvage et fougueux, on le disait toujours gorgé d'énergie, mais il avait aussi ces instants de fatigue, le sommeil lourd d'un vieux chat fatigué et la posture d'un paresseux en cet instant. Rien, non rien de rien ne pouvait déranger sa quiétude.

Sauf peut-être elle ; L'élément perturbateur. Au début il n'entendit pas vraiment les coups donnés dans la porte, tout comme il n'avait pas entendu un peu plus tôt les sonneries de son portable échoué entre sa cuisse et le canapé. Il n'avait même pas senti celui-ci vibrer, alors que pourtant il touchait sa peau nue ; En effet, à demi nudiste dans douillet appartement, il se contentait d'un boxer et d'un vieux t-shirt, probablement volé à Marius. Le genre de trucs qu'il ne mettrait pas pour sortir, mais dont le niveau de confort dépassait l'entendement. Quelque chose pour le changer de ses skinny jeans, des débardeurs ajustés ou des t-shirts larges ne couvrant même pas son ventre ; Où avait-il rangé sa virilité déjà ? Ah, elle devait avoir glissé quelque part entre les coussins du canapé, quelque chose du genre. Peut-être la retrouverait-il un jour, qui sait ?

Il s'était redressé, son dos se courbant et son visage semblant chercher à reconnecter les divers composants sous sa peau pour afficher une quelconque expression. Rien pour l'instant. Il fixait le vide, cherchant à comprendre ce qui l'avait tiré de son sommeil. Une demie seconde plus tard, sa question fut répondue par un nouveau cognement sourd à la porte. Il comprit enfin ce qu'on attendait de lui et se redressa donc, titubant en cherchant à éveiller son corps trop vite, atteignant la porte pour l'ouvrir sans chercher à soigner son apparence ; Il pensait avoir affaire à son frère qui aurait oublié ses clés ou quelque chose du genre, mais non. C'était elle. Blair, la seule, l'unique, elle et une odeur d'alcool dont la source tenait entre les doigts serrés de sa main droite. Un tableau exceptionnel, peint avec grâce.
Elle lui hurlait au visage et il avait envie de rire.

« Je dormais Blair, j'dormais.. »

On vit d'ailleurs un vague sourire se dessiner sur ses lèvres, alors qu'elle s'approchait pour se jeter dans ses bras. Il ne la repoussa évidemment pas, passant ses bras frêles autour d'elle pour caresser son dos et tapoter doucement sur le haut de ce dernier. Évidemment qu'elle était bourrée, quelle remarque d'une profondeur inattendue. Il secoua doucement la tête, ses cheveux blonds encore un peu en bataille remuant sur sa tête, frottant dans le cou de la jeune femme.

« Ah tu crois ? C'est marrant, j'aurais plutôt dit torchée moi... »

C'était fort loin d'être dit sur un ton de réprimande. Son sarcasme habituel avait un ton doucereux en cet instant. Il pouvait avoir l'air de lui faire la morale, mais il souriait tendrement et se redressant un peu pour l'aider à entrer et refermer la porte derrière elle. N'importe qui aurait pu arriver à sa porte torché, le réveillant sans tendresse de la sorte, le tirant de son cocon et il l'aurait envoyé se faire foutre. Elle... C'était pas pareil. Il ne pouvait pas vraiment l'envoyer se faire foutre, c'était quasiment impossible. Impensable. Il ne pouvait pas la laisser repartir ainsi, sans avoir écouté ses paroles et ses larmes ; D'ailleurs, celles-ci coulaient à flot en cet instant sur son épaule frêle, attisant son côté protecteur envers sa meilleure amie. Elle était l'aînée, mais en ces instants il savait se montrer fort pour elle.

« Bah alors... Qu'est-ce qu'il se passe ma belle..? »

Il posait la question en connaissant déjà la réponse. C'était un mec. C'était toujours un mec. Pas possible de vivre sans eux et, pourtant, pas possible de vivre avec eux non plus. C'était l'impression que ça lui faisait du moins lorsqu'il voyait Blair dans ces états. Lui ? Lui il n'avait personne et n'avait besoin de personne non plus. Lui il était libre, lui il était... seul ? Enfin, ce genre de questions ne lui traversait pas trop encore l'esprit, il était bien ainsi.

Tendrement, ses doigts s'étaient glissés dans la chevelure rose encore un peu humide de sa meilleure amie. Il cajolait les mèches colorées en penchant le visage, cherchant à croiser son regard pour la rassurer un peu. Étrangement, il n'était pas trop mauvais pour ce genre de conneries. On aurait aisément pu l'imaginer être brutal et froid, un peu brusque et loin d'être rassurant, mais il avait une certaine forme de tendresse. Peut-être n'était-ce qu'envers elle et son frère, qui sait. Il se recula doucement ensuite, passant ses mains sur les deux joues de la jeune femme, pour lui relever le visage et l'aider à se reprendre en mains...

« Allez, jarte tes chaussures et vient dans mon canapé. File-moi la tequila, si tu veux en boire chez moi ce sera avec du sel et des limes. Sinon je te la confisque. T'entends ? »

Là. Là c'était de la réprimande. La tequila gâchée c'était triste à voir. Puis bon... même avec des limes et du sel, il doutait fort bien qu'elle puisse encore en avaler une goutte sans finir aux petites heures étalée dans une flaque de son propre vomit. Il sourit, cruelle petite salope sans compassion.
avatar
Etudiante en psychologie
Date d'inscription : 07/01/2017
Messages : 46
Age (du personnage) : 17 ans
Orientation sexuelle : Non définie
Etudes/Métier : Sciences humaines ; Psychologie
Pounds : 753
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Fév - 23:40
Rule number two :  just don't get attached to somebody you could lose.
Blair & Dacian




« Je dormais Blair, j'dormais.. »

La réponse ne satisfait nullement la jeune fille qui, pour toute réponse, se contente de renifler bruyamment. Bien sûr, il ne lui viendrait pas à l'esprit de réprimander son ami. Après tout, il est l'un des rares à lui ouvrir sa porte lorsque son coeur s'alourdit et qu'elle a cruellement besoin de se confier. Ce n'est pas la première fois, ce ne sera probablement pas la dernière et pourtant, malgré le fait qu'elle ne soit pas très à l'aise avec cette idée, Blair sait pertinemment que Dacian ne lui fermera jamais sa porte. Cette idée la réchauffe autant qu'elle l'agace. Après tout, elle ne voudrait pas qu'il pense qu'elle ne vient que pour ça. Pour se lamenter sur son sort de pauvre petite fille naïve, encore victime de l'appétit des hommes. Malgré tout, le réconfort de son ami est si doux qu'elle a bien mal à s'en passer et forcément, elle en profite. Involontairement, Blair se montre égoïste à son égard et à cette simple idée, la jeune fille mordille sa lèvre inférieure avec voracité, tant et si bien que celle-ci devient douloureuse.

Sans aucune gêne, le bout de ses doigts se plantent dans les omoplates saillantes du jeune homme et elle se cramponne à lui comme à une bouée de sauvetage. Dacian. Son autre, son tout, son armure. Combien de fois a-t-il dû accueillir la piètre amie qu'elle était, pour l'écouter narrer un autre épisode de ses romances sans lendemain ? Les yeux clos, elle respire le parfum du jeune homme, les épaules secouées par les spasmes liés à ses pleurs. Mais bien vite, celles-ci s'apaisent et s'immobilisent doucement, tranquillement, au contact de son meilleur ami. Comment fait-il pour l'apaiser de sa simple présence ? D'une simple caresse ?

« Bah alors... Qu'est-ce qu'il se passe ma belle..? »

Blair prend une grande inspiration, s'écarte à peine de son ami pour conserver la chaleur qui émane de son corps frêle et, sans oser le regarder, elle se contente de murmurer :

▬ J'ai mal en dedans.

Pour illustrer son propos, elle tape du poing contre sa poitrine, serrant le tissus de son top d'une main molle. Son propos n'est peut être pas cohérent, l'alcool lui brouille un peu l'esprit et ses idées sont toutes désordonnées. Elle voudrait tellement expliquer ce qui ne va pas à son ami mais les mots peinent à franchir ses lèvres et forcément, ça la frustre.

▬ C'est comme... si on cognait très fort contre mon coeur, plusieurs fois, comme en suivant le rythme d'une chanson. Une chanson triste pour qu'elle s'enregistre dans ma tête et que je ne puisse pas l'oublier. Je sais pas, je sais plus. Pourquoi je suis venue ?

Elle s'emmêle les pinceaux, se perd en chemin, ne sait pas trop comment faire comprendre à son alter ego à quel point la douleur, si elle n'est pas physique, la fait tout autant souffrir. Heureusement pour elle, son ami est doux et la simple sensation de chaleur de ses mains sur son visage l'apaise à nouveau. Un temps, un temps seulement.

« Allez, jarte tes chaussures et vient dans mon canapé. File-moi la tequila, si tu veux en boire chez moi ce sera avec du sel et des limes. Sinon je te la confisque. T'entends ? »

La jeune fille laisse enfin apparaître un demi sourire, tandis que ses doigts frêles glissent sous ses yeux pour essuyer l'excès d'eau salé qui avait totalement enlaidi son visage. Les yeux rougis, elle obéit et tend sa bouteille au garçon, tandis qu'elle peine à retirer ses chaussures, qu'elle finit par abandonner vulgairement dans l'entrée. Et c'est le pas lourd et les jambes en coton qu'elle tangue jusqu'au canapé, se laissant finalement tomber comme une ancre sur celui-ici. Elle n'attend qu'une chose, que son ami la rejoigne pour profiter encore un peu de sa présence. Un peu, juste un peu. Elle saura faire preuve de bon sens, cette fois... N'est-ce pas ?

Quand son ami daigne enfin lui offrir à nouveau sa présence, Blair attend sagement qu'il prenne place à ses côtés pour poser sa tête sur sa cuisse menue. La tenue du jeune homme ne la gêne pas, elle aime sentir sa peau nue sous ses doigts, qui tracent des formes vides de sens sur sa peau. Puis, c'est sa main qu'elle finit par saisir, la plaçant finalement sur elle, de façon se faire enlacer. On dirait un chaton qui souhaite se blottir contre son maître.

▬ Ca m'avait manqué.

Chuchote-t-elle, plus pour elle que pour celui qui lui procure toute cette chaleur, avant de déposer un baiser sur le dos de la main de son ami. Profitant pleinement de l'instant, elle ferme les yeux. Son visage est crispé, il hurle tout le désespoir qu'elle garde confiné à l'intérieur et qu'elle n'ose pas partager.





young and beautiful
Last night you were in my room and now my bedsheets smell like you. Every day discovering something brand new. I'm in love with the shape of you.
avatar
Junior
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 15 ans
Orientation sexuelle : Plutôt attiré par les hommes.
Etudes/Métier : Lycéen (Philosophie, Sciences humaines et Anglais), dealeur
Pounds : 241
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Fév - 5:49
dacian & blair
When life gives you lemon, ask for tequila and salt.
Elle s'accrochait désespérément à lui dans un geste attachant, un geste gorgé de désespoir mais qu'il ne pouvait se résigner à détester. Dacian savait très bien qu'elle trouvait réconfort dans ses bras frêles, dieu seul sait pourquoi, et qu'il y avait quelque chose dans cette étreinte qui la rassurait ; Il ne se sentait pas capable de la priver de cela. Elle pouvait bien pleurer à chaudes larmes, avec ou sans raison, il serait là pour caresser son dos et attendre que cela passe. Il lui avait demandé ce qui n'allait pas et elle s'expliqua du mieux qu'elle se sentit capable. Décrivant une douleur "à l'intérieur" elle avait happé son haut, au niveau du coeur et racontait son malheur avec une certaine poésie. L'alcool la rendait fort peu cohérente, certes, mais étrangement elle trouva bonne oreille chez Dacian qui, sans tout comprendre, eut une bonne idée des ressentiments de sa meilleure amie. Il n'avait jamais vraiment eu besoin de tout comprendre, de tout discerner complètement. La silhouette du malheur de la jeune femme suffisait à lui donner de quoi la réconforter. Elle pourrait même ne rien dire, ne rien expliquer, pleurer simplement et il serait là. Certes, pas d'une grande aide peut-être, mais il serait là, toujours.

Il avait attendu que ses larmes se sèchent encore un peu, caressant le visage de la jeune femme, puis lui avait demandé de retirer ses chaussures et de lui filer sa bouteille. Elle ne pouvait pas la garder indéfiniment dans sa main et il n'avait pas forcément envie qu'elle en boive encore plus. Pas question de lui tenir ses beaux cheveux roses pendant qu'elle régurgiterait tout ça dans sa toilette ; C'était son rôle d'ami, certes, mais ce n'était pas vraiment nécessaire pour autant.
C'est à ce moment qu'il la vit sourire, même à moitié c'était une petite victoire. Juste assez pour le rassurer ; Elle n'avait pas oublié comment. Elle s'exécuta ensuite et il la laissa donc faire dans l'entrée tout en emmenant sa bouteille dans la cuisine. Où était donc passé le bouchon de cette foutue bouteille ? L'avait-elle perdu en cours de route ? Probablement. Il eut envie de rire, mais se contenta d'un petit sourire en laissant ladite bouteille sur son comptoir. Pour utilisation future, certainement, enfin... Plutôt pour un autre jour oui.

Il revint ensuite vers le canapé, où elle s'était déjà installé. La voir dans un tel état lui faisait mal au coeur ; Elle méritait tellement mieux que tous ces connards qui profitaient de sa naïveté, tellement mieux que ceux qui allaient et venaient dans sa vie pour simplement lui briser le coeur. Quel gâchis. Dacian vint alors calmement s'installer près d'elle, laissant sa tête reposer sur sa cuisse sans chercher à l'en empêcher. Il caressait son dos tout doucement, observant les mèches roses couler en cascade sur sa propre peau et sur le visage de Blair.

Elle semblait se détendre un peu à son contact, un peu plus du moins, sans pour autant vraiment être totalement sereine. Il le savait bien, ça se lisait sur son visage et ses muscles toujours tendus. Sa main glissa doucement dans son dos pour la serrer un peu plus contre lui, comme si ce simple geste pouvait effacer un peu plus de ses tracas ; Comme une genre de magie dont lui seul connaissait les formules.

« Je ne veux pas dire que ça m'a manqué de te voir dans cet état hein... Mais si t'as besoin de réconfort tu sais bien que j'suis toujours là. »

Elle le savait bien entendu. Il avait toujours été là depuis qu'ils se connaissaient. Sa main remonta lentement dans les mèches colorées, jusqu'à rejoindre la nuque de la jeune femme et lui masser doucement en espérant la sentir se détendre un peu. Bien que cinq minutes auparavant il était étalé au même endroit, dormant paisiblement dans les bras de Morphée, il était désormais parfaitement éveillé. D'un coup, même la fatigue n'avait plus aucun effet sur lui, comme un instinct de survie s'appliquant à Blair uniquement.

« J'suis pas forcément certain de savoir c'que tu ressens, mais j'comprends quand tu m'parles de la douleur à l'intérieur. Comme si on essayait de t'arracher une partie de toi, de ton coeur, mais pas d'un coup, genre... lambeaux par lambeaux, hein ? Ça va passer, ça passera Blair. Ça passe toujours... »

Il marqua une pause, laissant sa voix calme faire place au silence de la pièce et au faible son de la télé qui jouait toujours en arrière plan un vieux film dont il ignorait le titre. Son attention n'était absolument pas posée là en cet instant, il regardait sans cesse le visage de son amie, suivant ses propres gestes dans ses cheveux, les repoussant de son visage pour lentement les peigner de ses doigts vers l'arrière de son crâne...

« Laisse-toi aller... Te retiens pas devant moi, t'as pas besoin tu sais bien. Si t'as envie de pleurer, pleure. » Il fit une pause à nouveau, puis eut un faible sourire, se voulant rassurant. Il n'était pas encore temps de rationaliser, de comprendre, de fouiller avec elle dans toute la profondeur. C'était le temps de la laisser sortir toute cette douleur en elle, puis remuer son esprit jusqu'à la voir rire à nouveau. « Quand t'auras assez pleuré, on fera c'que tu voudras. On peut danser sur le canapé jusqu'à c'qui fasse jour si tu veux, moi j'm'en fiche. On peut sortir, courir dehors et aller crier dans la rue je sais pas. C'qui te fera du bien j'le ferai avec toi. »

Comme un gage, comme une déclaration. S'il avait pu aimer les femmes, il l'aurait aimé elle c'était certain. Malheureusement, c'était bien la seule chose qu'il ne pouvait lui offrir ; Ce genre d'amour avec un grand A, celui de l'homme de sa vie, toutes ces conneries. Il ne pouvait combler cette part de ses besoins, mais pour le reste il s'en sortait très bien. Ainsi, qu'importe l'aventure, ou ce qu'elle lui demandait, juste pleurer, s'endormir, la bercer jusqu'au petit matin ou lui faire couler un bain. Il tiendrait la petite cuillère pour ramasser ses lambeaux.

« J'te proposerais bien un peu de glace, pour faire comme dans les films tu sais, mais d'une part j'l'ai finie une heure avant qu't'arrives, et en plus j'crois pas que ce soit un très bon mélange avec la tequila. Du coup... Tu veux autre chose ? »
avatar
Etudiante en psychologie
Date d'inscription : 07/01/2017
Messages : 46
Age (du personnage) : 17 ans
Orientation sexuelle : Non définie
Etudes/Métier : Sciences humaines ; Psychologie
Pounds : 753
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Fév - 10:48
Rule number two :  just don't get attached to somebody you could lose.
Blair & Dacian




La patience dont il faisait preuve lui fit un peu plus mal. Sans pouvoir l'expliquer, Blair se disait qu'elle ne méritait pas autant d'affection de la part de son ami. Elle en était indigne, simplement parce qu'elle en profitait secrètement. En son fort intérieur, elle avait envie qu'il la traite comme une petite chose fragile, qu'il soit rassurant dans ses propos et tendre dans ses gestes. Elle avait besoin de cette douceur qu'elle ne parvenait jamais à trouver, ou alors à quel prix ? Cette main qui parcourait son échine avec tout l'amour qu'il lui portait, elle n'avait pas envie de la repousser et pourtant, elle serait en droit de le faire. De lui dire qu'elle serait forte, à présent, et qu'elle n'avait plus besoin d'être cajolée. Qu'elle allait remettre de l'ordre dans sa tête et qu'il avait été d'un soutien sans faille ! Qu'elle le remerciait pour tout mais que maintenant, c'était à elle seule de faire les bons choix. Au lieu de ça, elle serre un peu plus les doigts entre lesquels elle à glisser les siens, pour une étreinte qu'elle souhaite éternelle.

« Je ne veux pas dire que ça m'a manqué de te voir dans cet état hein... Mais si t'as besoin de réconfort tu sais bien que j'suis toujours là. »

Blair grimace à l'entente de cette phrase. Ce n'est pas ce qu'elle veut entendre. Pourquoi l'encourage-t-il à profiter ainsi de lui ? Elle mériterait plutôt une bonne paire de gifles et une engueulade qu'elle serait incapable d'oublier.

▬ Je sais.

Répond-elle simplement, tandis qu'elle ferme les yeux un peu plus fort, afin que les larmes s'arrêtent de couler. Si seulement elles pouvaient s'arrêter définitivement. Blair a tellement pleuré ces derniers temps qu'elle a l'impression de ne plus avoir d'eau en elle. Ce qui coule de ces yeux, c'est plutôt un mélange de haine et de rancoeur qu'elle libère maladroitement, devant celui qui mériterait plutôt des sourires. Au final, ce n'est pas à son ami qu'elle en veut. Elle s'en veut elle-même d'être faible et incapable de résister à la tentation.

« Laisse-toi aller... Te retiens pas devant moi, t'as pas besoin tu sais bien. Si t'as envie de pleurer, pleure. »

Cette dernière phrase la fait tiquer. A nouveau, Blair ouvre les yeux et affiche une moue... surprenante ! Elle est comme interloquée, en proie à des questions qui cognent sans fin dans sa petite tête rosée.

▬ Pourquoi c'est toujours à moi de pleurer ?

Demande-t-elle, le plus sérieusement du monde, avant de se redresser comme une poupée de chiffon. Les cheveux en bataille, le regard perdu au loin, Blair s'interroge. C'est vrai, pourquoi c'est toujours elle qui doit bouillonner, souffrir et pleurer comme une madeleine à chaque fois ? Elle se retourne finalement vers son ami et le fixe, sans un mot, comme si elle attendait la réponse à la question.

▬  Moi, j'suis fatiguée de toujours pleurer. J'suis sûre que j'ai même plus de larmes en moi, que c'est tout sec, tout rêche, tout moche à l'intérieur. Et puis pourquoi c'est toujours moi qui suis triste ?

Elle ne quitte pas son ami du regard, elle semble vraiment attendre une réponse. Pire encore, la voilà qui s'approche pour l'enjamber et s'asseoir sur ses genoux, face à lui. On dirait un enfant sur les genoux de son père, en proie à un gros chagrin après avoir perdu un jouet.

▬  Pourquoi ils pleurent jamais, eux ? Ils s'en vont toujours avec un sourire satisfait, ils ont jamais une larme pour moi alors que j'en ai déjà versé des litres. J'ai plus envie de pleurer !

L'âme en peine, des sanglots dans la voix, Blair laisse tomber ses poings contre le torse de son ami. Malgré ses propos, la voilà à nouveau en larmes. Si tu ne respectes même plus ce que tu dis, ma pauvre, tu n'iras pas bien loin. Les yeux toujours plantés dans ceux de Dacian, la jeune fille s'empare de l'une de ses mèches blondes, qu'elle vient glisser derrière l'une de ses oreilles. Sa peau est douce, le bout de ses doigts caressent le lobe avant de rejoindre sa joue, qu'elle découvre du bout du pouce. Bientôt, son autre main vient imiter la première et ses doigts viennent dessiner les traits du jeune homme.

▬  Je suis repoussante, c'est ça ? Je ne suis pas assez jolie ?

Là voilà qui sombre dans un cliché aussi idiot qu'insipide. Ca ne ressemble pas à la jeune fille qui, consciente de son physique, n'a jamais eu à se plaindre de celui-ci, ni à douter de son apparence. Encore une fois, c'est simplement une vaine tentative pour se rassurer.

Réconforte-moi, rassure-moi, serre-moi.

Le bout de ses doigts s'aventurent à présent dans le cou du jeune homme, qu'elle effleure à peine. Son regard n'a pas bougé, elle continue de le fixer sans qu'on puisse deviner les intentions derrière le regard qu'elle lui offre.

▬  Tu es l'amour de ma vie, Dacian. N'en doute jamais.

Cette déclaration peut paraître ambiguë et pourtant, Blair vient simplement de lui confier à quel point elle tenait à lui. C'est confus, peut être maladroit mais ça reste quelque chose de très pur, sans aucune arrière pensée. Elle lui déclare toute l'affection qu'elle lui porte, lui, l'ami qu'elle finira par user à force de se montrer aussi faible.

Cet ami sur lequel elle se penche à présent, sans le quitter des yeux, pour déposer un baiser sur ses lèvres rosées. Malgré les effluves d'alcool qui la rendent légèrement confuse, Blair peut sentir la surprise qui s'empare de son ami. Ses lèvres ont tremblé, sa respiration s'est faite moins discrète. Les mains scellées sur la nuque du jeune homme, Blair ne libère son étreinte que pour réitérer l'opération. La douceur de ses lèvres lui fait quelque peu tourner la tête, elle en veut plus. La jeune fille se retient de poser son pouce sur le menton du jeune homme pour entrouvrir cette bouche gourmande qu'elle vient d'abandonner. A nouveau, elle se contente de le regarder avec une lueur inconnue au fond des yeux. Elle a totalement perdu le contrôle, au point de ne plus différencier le "bien du mal".


young and beautiful
Last night you were in my room and now my bedsheets smell like you. Every day discovering something brand new. I'm in love with the shape of you.
avatar
Junior
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 15 ans
Orientation sexuelle : Plutôt attiré par les hommes.
Etudes/Métier : Lycéen (Philosophie, Sciences humaines et Anglais), dealeur
Pounds : 241
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Fév - 5:17
dacian & blair
When life gives you lemon, ask for tequila and salt.
Il semblait ne jamais se lasser de caresser sa nuque et ses cheveux, ne jamais se lasser de passer sa main et ses longs doigts fins sur sa peau encore tremblotante. Il voulait la rassurer, lui dire que si elle voulait pleurer elle pouvait le faire sur son épaule, lui dire toutes ces choses qu'elle méritait d'entendre ; Mais elle ne voulait pas les entendre. Elle répliqua d'ailleurs à l'une de ses douces remarques, lui faisant clairement comprendre qu'elle en avait marre de pleurer. Marre d'être faible probablement. Il ne pouvait pas le lui reprocher, après tout pourquoi toujours devoir pleurer ? Pourquoi toujours devoir souffrir..? Il aurait aimé lui dire que c'était à elle de faire pleurer les autres désormais, qu'elle devait se tenir droite et ne plus tomber pour eux, ne plus se laisser avoir par de belles paroles ou dieu sait quoi d'autre. Pourtant, une part de lui savait bien que ce n'était pas si facile.

Elle s'était alors redressé, comme si elle attendait une réponse de sa part. Il ne savait pas exactement comment formuler ses pensées et préféra garder le silence, caressant simplement sa joue en la lassant reprendre la parole. Elle posait des questions auxquelles il n'y avait pas forcément de réponse, du moins pas une qu'elle aurait envie d'entendre. Dacian se laissa enjamber, passant ses mains fragiles dans le dos de son amie, croisant son regard gorgé de désespoir.

Il gardait toujours le silence, sachant très bien qu'aucune parole ne la réconforterait vraiment. Il préférait écouter la suite de sa plainte, passant sa main lentement dans le bas de son dos, soutenant la peine dans ses yeux avec la compassion des siens. Les mains sur son visage étaient douces, il apprécia le contact prolongé, mais se décida enfin à parler en l'entendant énoncer ces inepties sur son corps et elle-même.

« Arrête, te rabaisse pas. Tu vaux mieux que ça Blair et tu le sais aussi bien que moi. » Il observa longuement son visage, sur lequel il remonta l'une de ses mains. Elle avait les joues encore humides, comme si ses larmes refusaient d'obéir à sa volonté de ne plus pleurer. Il eut mal de voir cette dualité. « T'es belle même quand tu pleures. Tu sais bien qu'il est pas là le problème. Faut arrêter de courir après des connards aussi... faut arrêter de te montrer vulnérable devant le premier venu. Les hommes sont cruels ma belle.. »

Ça, même lui le savait déjà ; Malgré son jeune âge, il avait un regard parfois fort éveillé sur la vie et le monde l'entourant. Il ne savait certainement pas tout, mais s'il avait bien appris une chose en quinze ans d'existence c'était que plus on expose de faiblesses, plus on souffre de celles-ci. Le monde qui l'avait vu grandir était impitoyable et sans merci, il s'était forgé une certaine carapace, un fort caractère et des larmes invisibles qui ne coulent jamais. Son armure n'était pas infaillible, certes, mais dans ces instants il aurait aimé pouvoir la retirer et la prêter à son amie, sa moitié, pour qu'elle puisse la porter elle aussi et sécher ses larmes.

Suite à ses paroles il passa ses bras autour d'elle, pour l'enlacer, la serrer aussi fort que sa frêle carrure le lui permettait. Il ne la lâcha que lorsqu'elle prit à nouveau la parole, entendant sa déclaration sans penser à mal. Elle l'était aussi, dans un sens. L'autre moitié de son âme, une partie de lui ; Lorsqu'elle pleurait, il avait mal, comment décrire mieux que cela le lien qui l'unissait à elle ?
Pourtant, le regard de la jeune fille semblait étrange. Il la fixait en retour, cherchant à déceler une lueur connue dans le fond de ses yeux, mais tout semblait y être embrouillé. Il ne comprit pas vraiment, lorsqu'elle se pencha vers lui, d'où son geste de recul lorsqu'il sentit ses lèvres se poser sur les siennes. Il s'était crispé un peu, il avait tremblé sans s'en rendre compte ; Comme une hésitation, entre la repousser et la laisser faire, il céda quelque peu au deuxième assaut, l'embrassant en retour, mais resta confus lorsqu'elle abandonna enfin ses lèvres.

Son coeur s'était emballé et ses pensées semblaient s'entrechoquer dans sa tête, comme si plus rien n'avait de sens. Il croisait à nouveau son regard, cherchant des réponses, mais n'y trouva rien de concret. Elle avait bu, elle avait beaucoup trop bu et il n'avait jamais vraiment su lui refuser quoi que ce soit. La situation était étrange, assez pour qu'il reste bouche bée quelques instants encore, avant que son visage ne se détourne enfin ; Il avait rougi.

« Blair t'es torchée.. Ça veut rien dire tout ça.. »

Il aurait aimé la secouer un peu, littéralement ou même verbalement, la ramener sur terre et qu'elle lui explique au juste ce qui venait de se passer. Avec toute sa confusion, elle l'avait embrouillé lui aussi, entraîné avec elle dans cette dangereuse ambiguïté. Il ne savait plus exactement comment penser normalement, ayant l'impression que sa respiration avait changé, que son corps n'était plus léger et naturel ; Qu'il ne la touchait plus avec tendresse, qu'il avait oublié comment faire. Soudainement, comme ça.

Puis, en un nouveau regard posé sur elle, c'était revenu. Comme une piqûre de rappel pour évincer le doute. Elle était fragile, elle était douce. Elle avait besoin d'un peu de douceur et elle avait bu. Il tendit alors à nouveau les doigts, caressant sa joue et sa peau humide. Son esprit demeurait embrouillé, ses lèvres sentaient encore la douce pression des siennes, la scène tournant en boucle dans sa tête, mais il n'y céda pas et rejoint le visage de la jeune femme de sa seconde main, passant ensuite les deux dans son dos pour la presser à lui. À nouveau, il l'enlaçait, avec toute sa force toujours, avec toute son énergie qu'il avait espoir de lui transmettre.
Il resta ainsi longuement, jusqu'à manquer de force, se reculer doucement pour séparer leurs corps de quelques centimètres à peine ; Il ne pouvait pas aller bien loin de toute manière, avec son corps sur le sien..

« Tu sais bien que je t'aime infiniment... »

Il avait murmuré ces mots, n'aidant en rien à toute cette scène quasiment grotesque par son ambiguïté. Pourtant c'était vrai, elle était la femme de sa vie, la seule aussi. La seule à qui il pouvait se confier, qui connaissait ses faiblesses, qui l'avait déjà vu fragile et vice versa. Il savait aussi qu'elle ne voulait qu'un peu trop de réconfort, qu'elle voulait se sentir aimée, qu'elle l'avait embrassé sans y penser. Ça aurait dû lui faire mal, mais il était trop solide pour ça. Assez solide pour elle.

« Même si tu vois pas clair et qu'tu bois très mal. Mais faut qu't'arrêtes.. »

Il n'avait pas envie qu'elle recommence, pas envie de sentir encore son cœur se serrer et perdre le contrôle de ses pensées. Pas envie d'être encore plus perdu, de ne plus la comprendre, de ne pas savoir quoi faire. Pas envie de devoir la convaincre au petit matin, quand elle aura retrouvé ses esprits, que c'était pas grave, qu'il ne lui en voulait pas, et la consoler d'avoir été perdue à ce point cette nuit. Elle devait s'arrêter, car elle ne ferait que se maudire encore plus une fois sobre.
avatar
Etudiante en psychologie
Date d'inscription : 07/01/2017
Messages : 46
Age (du personnage) : 17 ans
Orientation sexuelle : Non définie
Etudes/Métier : Sciences humaines ; Psychologie
Pounds : 753
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Fév - 23:48
Rule number two :  just don't get attached to somebody you could lose.
Blair & Dacian




C'est pas vrai, tous les hommes ne sont pas cruels. Toi, Dacian, tu es la douce exception qui confirme la règle. La boule de glace vanille sur un brownie encore tiède. L'odeur de la mandarine pendant les fêtes de noël. La brise d'été rafraîchissante. La jeune fille en est consciente, elle sait très bien qu'elle pourrait lui confier son coeur meurtri sans se méfier, il saurait lui rendre en bon état. Voilà pourquoi l'idée même de perdre un jour l'amitié de Dacian lui est insupportable. Pourtant, Blair ne fait absolument rien pour préserver cette amitié. Pas dans la situation actuelle, tout du moins. Si elle était un peu plus sobre, sans doute adopterait-elle un comportement moins équivoque, une position moins délicate. Se montrerait-elle aussi avenante, si son taux d'alcool ne frôlait pas le gramme ou plus ? Certainement, oui. Là voilà, d'ailleurs, qui commence à prendre conscience de la situation, lentement, tandis qu'elle tente péniblement de se redresser.

« Blair t'es torchée.. Ça veut rien dire tout ça.. »

Bien sûr que ça ne veut rien dire et elle regrette totalement ce geste déplacé. Sa main posée sur ses lèvres, elle semble couvrir un haut le coeur, certainement lié à la quantité excessive d'alcool qu'elle avait ingurgitée jusqu'à maintenant. Ou peut être était-ce simplement le dégoût qu'elle ressentait envers sa propre personne...

▬ Pardon. Excuse-moi Dacian, je sais pas trop ce que je fais... Pardon, pardon.

Blair murmure ses excuses avec beaucoup de regrets dans la voix. Les rôles s'inversent, la voilà qui attire Dacian contre elle, comme pour le consoler. Ca n'a pas vraiment de sens mais dans son cerveau imbibé d'alcool, c'est très logique, au contraire.

Elle se sent pitoyable, elle qui chérit ce garçon plus que tout. Elle vient de mettre bêtement leur amitié en péril, simplement pour se sentir un peu moins seule, un peu moins triste, le temps de quelques secondes. Ca n'en valait clairement pas la peine et la jeune fille en prend pleinement conscience à cet instant. Aussi, elle resserre son étreinte et le serre avec toute la force qu'elle possède. Vu son état, autant dire que cette étreinte est plutôt molle.

Fébrilement, elle se redresse pour pouvoir se mettre sur ses jambes, couvrant une nouvelle fois sa bouche avec sa main. Les yeux clos, les sourcils froncés, elle tente de prendre de grandes inspirations pour se calmer. Elle se sent mal, nauséeuse.

▬ J'ai mal au coeur...

Réussit-elle à articuler, avant de prendre rapidement la direction des toilettes. Elle manque de s'étaler à deux reprises mais parvient à passer la porte menant aux cabinets. Là, elle se laisse tomber au sol et rend presque immédiatement toute la bouteille de tequila fraîchement avalée. Quel gâchis.

La jeune fille grimace, pose une main sur son ventre et garde la tête dans la cuvette. On pourrait croire que ses nausées ne vont jamais s'arrêter, tant elles sont violentes. Il faut dire qu'une bouteille quasi entière d'alcool à presque 50°, quand on la boit seule, peut causer ce genre d'effets indésirables.

Une fois calmée, Blair tente de se redresser tout en grimaçant. Son oesophage est douloureux et ses doigts fins passent et repassent sur cette zone comme pour l'apaiser, en vain. Lorsqu'elle parvient à se remettre efficacement sur ses jambes, la jeune fille s'appuie contre le mur et soupire. Elle en a probablement assez d'être aussi lamentable et de se sentir pesante pour son ami. Titubante, la voilà qui s'aventure dans l'entrée pour s'asseoir au sol et tenter de mettre ses chaussures. Rentrer chez elle était certainement la meilleure solution ! Là au moins, elle était certaine de ne plus causer de tort à son ami. Elle prenait la fuite, oui. Elle se sentait vraiment mal de s'être aussi mal comportée avec Dacian.

▬  ... Mes chaussures me vont plus.

Déclare-t-elle, en plissant les yeux pour observer celles qu'elle vient de mettre aux pieds. Evidemment, si elle ne met pas ses propres chaussures, ça ne risque pas de fonctionner. Gênée, elle n'ose même pas croiser le regard de son ami, tant elle a l'impression de lui causer du tort.


young and beautiful
Last night you were in my room and now my bedsheets smell like you. Every day discovering something brand new. I'm in love with the shape of you.
avatar
Junior
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 15 ans
Orientation sexuelle : Plutôt attiré par les hommes.
Etudes/Métier : Lycéen (Philosophie, Sciences humaines et Anglais), dealeur
Pounds : 241
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Fév - 4:12
dacian & blair
When life gives you lemon, ask for tequila and salt.
Soudainement, elle semblait avoir pris conscience de toute la scène, comme si d'un coup la logique avait repris place dans son esprit. Il s'était arrêté de bouger, la fixant alors qu'elle réprimait visiblement un haut le cœur. Entre la crainte qu'elle ne se vide de son contenu sur lui et la compassion qu'il ressentait pour elle, Dacian demeura immobile en l'écoutant s'excuser. Encore et encore. Il passa sa main sur son visage tendrement, incapable de trouver les mots parfaits pour lui répondre, caressant simplement sa joue, puis sa nuque sur laquelle il glissa ses doigts. C'est elle cette fois qui l'étreint, avec autant de force qu'elle possédait en cet instant. Il n'eut aucune envie de mettre fin à cette rassurante marque d'affection, la serrant en retour de ses bras fins. Il n'avait pas besoin d'être consolé, bien entendu, mais elle, au contraire, avait encore besoin de tout cela pour s'en remettre. Peu importe le maux qui grondait en elle ce soir, il savait qu'un instant encore dans ses bras ne ferait que l'adoucir un peu plus. Sans tout à fait se l'avouer, il appréciait aussi cette tendresse.

Lorsqu'elle le relâcha, il la laissa se redresser, se relevant un peu aussi en la voyant tenir faiblement sur ses jambes molles. Il hésita à se lever pour l'aider à marcher, mais en la voyant couvrir à nouveau sa bouche il comprit d'avance la suite rapide des événements. Elle s'empressa de courir vers la salle de bain avant qu'il ne puisse la suivre et, juste au son, il comprit qu'elle rendait à sa toilette toute cette belle bouteille de tequila. Si la situation avait été différente, il aurait certainement été la voir pour la narguer un peu, mais là tout de suite il ne s'en sentait pas le cœur. Loin d'être fou, il voyait bien qu'elle frôlait déjà le fond du baril et il était hors de question qu'il l'y enfonce encore plus. Pas ce soir, pas comme ça.

Ses nausées semblaient violentes, il s'était approché alors pour observer la scène avec une certaine forme de compassion toujours. En tant que meilleur ami, il était de son devoir de venir vers elle et lui tenir ses beaux cheveux roses ; Ce qu'il fit. Il cajola son dos ensuite, attendant que tout ce mal ne se passe et qu'elle termine de vider son estomac de ce qu'il contenait. Soit... à vue d’œil 100% de tequila. Voilà qui devait fortement irriter le fond de sa gorge, mais il n'avait pas nécessairement envie de le lui demander.

Sa main frottait très lentement le haut de son dos, lorsqu'il la vit se redresser. Il hésita à parler, mais la suivit du regard avant de le faire ; Elle se dirigeait vers l'entrée, où il la suivit lentement. Pas vraiment besoin de presser le pas pour garder sa vitesse à elle en même temps. Il restait silencieux quelques secondes encore, la voyant essayer d'enfiler ses chaussures à lui, désespérément. Dommage que vomir ne lui ait pas rendu la sobriété, ça aurait été trop beau.

« Blair... Ce sont mes chaussures. »

Un soupir traversa ses lèvres, mais ce n'était pas un soupir de désespoir ou d'agacement. C'était entre l'attendrissement face à son état et un peu de désolation pour elle aussi. Pas de la pitié, non, il n'en était pas capable. Juste un accompagnement de pensées emmêlées entre "Putain Blair mais qu'est-ce que tu fous" et un soupçon de "Mais qu'est-ce que je vais faire de toi.." aussi. Il s'approcha lentement ensuite, s'accroupissant près d'elle pour lui retirer les pompes qu'elle n'arrivait de toute manière pas vraiment à enfiler. Ce qui, d'ailleurs, lui rappela à quel point il possédait de petits pieds pour un garçon. Un espoir toujours de grandir encore, d'atteindre la taille de son frère par exemple, mais... C'était plutôt de l'ordre de la fantaisie plutôt que du réel. Tant pis.

« De toute manière tu ne vas nulle part. J'te laisserai pas partir. »

Jamais. Ses doigts se tendirent doucement vers le visage de son ami qu'il cajola à nouveau, glissant ses doigts fins sur sa joue et la forme douce et ronde de sa mâchoire. Quelle tristesse qu'elle ne trouve jamais d'homme pour la voir comme lui la voyait à chaque fois. Belle et douce, digne de tellement mieux que ce qu'ils avaient à lui offrir. Il l'avait pourtant prévenue tant de fois de ne plus se laisser embobiner... mais à chaque fois elle semblait s'éprendre des plus gros connards, comme si ça lui plaisait de souffrir. Il savait bien que ce n'était pas le cas ; Personne n'aime souffrir ainsi.

Il resta un instant silencieux, l'observant calmement, puis il se redressa pour se remettre sur les deux brindilles qui lui servaient de jambes. Sans trop s'intéresser à si, oui ou non, elle acceptait de rester, il tendit les bras pour l'attraper par ses deux mains et l'obliger à se remettre debout. Qu'importe la honteuse raison qui la poussait à fuir, lui, ça ne l'intéressait pas. Il ne pouvait se résoudre à l'imaginer s'apitoyer sur son sort toute seule chez elle ; C'était bien trop macabre comme image. Il la tira jusqu'à ce qu'elle accepte de se lever, passant ensuite ses deux paumes sur ses joues, l'obligeant à supporter son regard bien qu'elle n'en ait visiblement pas envie. Il était ferme et tendre à la fois, comme toujours.

« T'as dit que tu en avais marre de pleurer, non ? Alors ne pleure plus. Tu m'serres fort dans tes bras et tu m'dis "Promis Dacian, j'pleure plus" et après c'est fini. »

Ça ne réglait certainement pas tous les problèmes, mais au moins ça en réglerait un. Il la savait plus forte que ça, plus solide aussi. Ses doigts glissèrent alors de ses joues à son cou, puis sa nuque, caressant à nouveau ses cheveux et sa peau du bout des doigts. Il ne lui en voulait pas ; Pour rien, aucune raison n'était valable. Ce baiser lui restait toujours au fond de l'esprit, mais il le savait irrationnel. C'était simplement - étrangement - difficile de ne pas y penser.

« Et si j'allais te remplir un bain..? Tu te laves un peu, puis j'te sors des fringues à moi et tu viens te reposer dans mon lit. T'y restes autant qu'tu veux. »
avatar
Etudiante en psychologie
Date d'inscription : 07/01/2017
Messages : 46
Age (du personnage) : 17 ans
Orientation sexuelle : Non définie
Etudes/Métier : Sciences humaines ; Psychologie
Pounds : 753
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Fév - 9:45
Rule number two :  just don't get attached to somebody you could lose.
Blair & Dacian




Blair resta un moment stoïque, les yeux rond et la moue incrédule, devant cette paire de chaussures sombres qui refusait de se visser à ses petons. Elle avait beau réfléchir, elle ne trouvait pas d'explications logiques à cette situation, bien que la réponse demeurait pourtant simple. Son regard passait desdites chaussures à Dacian, aux chaussures, à Dacian... Comme si elle commençait à comprendre le ridicule de la situation ! Ce fut le cas lorsque son ami lui déclara, le plus sérieusement du monde, que c'était sa paire à lui. Ah oui, vu comme ça, elle n'aurait pas été bien loin. La voilà qui porte à nouveau sa main sur ses lèvres, scène déjà vue auparavant et qui pouvait annoncer un nouveau relent. Mais il n'en fut rien ! A la place, Blair éclata de rire de sa propre bêtise. Son rire habituel, doux et chaleureux, comme pour signifier que malgré son piteux état, elle était encore capable de remarquer sa maladresse.

Et lorsque son ami vint la rejoindre à même le sol, la jeune fille ne put s'empêcher de le couver du regard. Un regard bienveillant, plein de tendresse. Elle n'eut pas idée de le rejeter lorsqu'elle sentit ses doigts sur son visage, bien au contraire. Elle se laissa cajoler, inclinant sa joue de façon à ce qu'il ne s'arrête pas, allant même jusqu'à poser sa main sur celle de son ami. Sans même le voir, elle pouvait sentir que malgré sa petite taille et son corps frêle, Dacian avait des mains d'homme. Une simple caresse suffisait à la rassurer et si elle osait, elle en demanderait encore et encore, jusqu'à plus soif. Et lorsqu'il observa un instant, elle lui répondit par un sourire dont elle avait le secret. Celui qui pouvait dire "ça va, maintenant. Parce que t'es là, parce que tu me couves de tout ton être, alors ça va." Alors que quelques minutes plus tôt, elle n'osait même plus regarder son ami dans les yeux, elle ne peut à présent pas s'en empêcher. Elle a besoin de ce regard, de ces orbes azures et de cette tendresse qui n'appartient qu'à lui.

Une fois sur ses jambes, elle se laissa "sermonner" sans broncher, écoutant les paroles de son cadet avec attention et sans en perdre une miette. Elle ne souriait plus non pas parce que son speech lui déplaisait, mais simplement parce qu'elle voulait se montrer sérieuse et coopérante. Sans un mot, elle alla se blottir dans les bras de son ami, nichant son visage dans le creux de son cou, sur lequel elle déposa un baiser.

▬ Promis, je pleure plus.

Un murmure discret, pour ne pas gâcher cette étreinte qu'elle voulait préserver. Doucement, elle respirait le parfum de la peau du jeune homme avec un sourire serein et apaisé aux lèvres. Bon dieu, on pourrait croire que Dacian est une drogue à laquelle elle est définitivement accro. L'image est plutôt déplaisante mais elle n'est pourtant pas si loin de la vérité. Toujours blottie contre son ami, Blair prenait tout de même le soin d'écouter ses propos et pour lui répondre, elle se redressa mollement, afin de pouvoir apprécier son regard.

▬ D'accord... Je peux rester pour toujours ?

La question n'était pas vraiment sérieuse mais elle se sentirait pleinement rassurée si il lui répondait positivement. Elle voyait cet endroit comme une tanière, un repère secret pour se cacher des méchants, dans lequel elle sentait pleinement rassurée. Un autre petit sourire se dessine sur ses lèvres tandis qu'elle couve une énième fois son ami du regard. Quelle chance elle avait de l'avoir à ses côtés.


young and beautiful
Last night you were in my room and now my bedsheets smell like you. Every day discovering something brand new. I'm in love with the shape of you.
avatar
Junior
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 15 ans
Orientation sexuelle : Plutôt attiré par les hommes.
Etudes/Métier : Lycéen (Philosophie, Sciences humaines et Anglais), dealeur
Pounds : 241
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Fév - 3:58
dacian & blair
When life gives you lemon, ask for tequila and salt.
Le sourire de la jeune femme était rassurant, comme si d'un coup une bonne partie de la pression sur les épaules de Dacian s'était envolée. Il se sentait bien de la voir à nouveau le regarder dans les yeux, de la voir reprendre un peu contrôle sur elle-même et quitter cette semi-transe désespérée dans laquelle elle avait semblé se perdre quelques minutes. Elle lui promit alors de ne plus pleurer et il eut envie de la croire. Elle pleurerait encore à nouveau dans sa vie, peut-être même ce soir, mais pour l'instant il avait au moins réussi à la calmer et c'était désormais une petite fierté.

Leur étreinte était interminable, mais ne dérangeait ni l'un ni l'autre. Dacian s'y sentait bien, reposé et serein ; Il avait l'impression que Blair y trouvait la même chose. Il la serrait fort et la rassurait toujours, attendant qu'elle lui réponde enfin concernant sa proposition. Un bain chaud et son lit, sa demeure, ce refuge pour aussi longtemps qu'elle en aurait besoin. Elle avait ce regard intense plongé dans le sien, regard auquel il ne pouvait résister ; Il n'avait pas envie de fuir des yeux - de toute manière il ne faisait jamais ce genre de choses - et il n'avait pas non plus envie de gâcher cet instant. Elle s'accrochait à lui et l'idée d'être sa bouée ne lui faisait pas un plis.

Sa réponse fut évidemment positive, arrachant un énième sourire au jeune homme, qui fit écho à celui de sa meilleure amie. Elle ajouta cependant aussi une brève question concernant la durée de son séjour. "Autant qu'elle le voulait" c'était fort peu éloquent, ça pouvait vouloir dire bien des choses ou ne rien vouloir dire du tout. Certaines personnes faisaient ce genre de promesses, mais aussitôt changeaient d'avis lorsque "autant que tu le veux" devenait trop longtemps pour eux. Dacian n'était pas ainsi. Son sourire demeura tendre alors qu'il glissait ses doigts fragiles sur la joue encore humide - mais sans nouvelles larmes - de Blair.

« Pour toujours, oui. T'as comme un abonnement à vie tu sais et c'est gratuit. »

Un petit rire, discret et léger. Il se recula ensuite d'un pas, ses mains glissant de son visage à ses bras, jusqu'à happer ses mains doucement. Il serra ses doigts entre les siens, sans la lâcher, avant de se détourner pour l'entraîner avec elle plus profondément dans le petit appartement qu'il partageait avec Marius. C'était un vieux bâtiment, pas très cher probablement à cause de cela, mais dont les pièces n'étaient pas si petites et la salle de bain avait encore un certain cachet ; C'était l'endroit où il emmenait Blair. Elle avait besoin de se relaxer un peu et il ne connaissait pas de meilleure façon qu'un bain chaud pour y parvenir. Une fois dans la pièce claire, il s'avança vers la baignoire sur pieds qui rendait tout son charme à la pièce, se penchant pour y faire couler l'eau ; Elle était certes plutôt jolie, cette baignoire, mais Marius par exemple ne pouvait vraiment y prendre ses aises. Il avait toujours râlé sur le "bain inutile" de l'appartement, car il ne pouvait pas convenablement en profiter. Dacian, d'un autre côté, était encore plutôt petit et fin, arrivant sans mal à se sentir à l'aise dans la petite baignoire. Il en profitait donc régulièrement et avait convaincu son frère de ne pas le remplacer par un neuf qui aurait certainement gâché l'allure de la pièce.

Une fois l'eau à la bonne température et remplissant la baignoire, Dacian se redressa un peu, attrapant au passage le bain moussant pour en mettre littéralement le quart de la bouteille dans l'eau. Il se tourna ensuite vers sa meilleure amie, lui offrant un doux sourire tout en remettant la bouteille en place. L'odeur était douce, mais sucrée, voire un peu fruitée.

« Bouge pas, j'reviens tout de suite.. »

Il sortit alors de la pièce, allant dans sa chambre pour fouiller sa commode et en sortir des vêtements propres, dont un t-shirt qu'il s'était approprié, mais qui, clairement, n'avait pas été le sien au départ. Usé et duquel le logo au centre s'était fissuré de partout, c'était un vieux t-shirt de band appartenant sans aucun doutes à Marius au départ. Désormais et depuis longtemps c'était le sien et l'un de ses vêtements préférés pour dormir. Ce serait celui de Blair pour la nuit. Il prit le reste au hasard, revenant ensuite dans la pièce pour déposer directement les vêtements sur le comptoir. Elle pourrait être à l'aise pour la nuit ici, car bien que la voir dormir en sous-vêtements dans son lit ne l'aurait pas forcément dérangé - à ses yeux ça ne voulait strictement rien dire - mais surtout car les nuits étaient encore fraîches et les vieux murs de l'appartement ne gardaient pas les pièces aussi chaudes que celles d'un immeuble tout neuf. Distraitement, il termina de poser le tout sur le plan de travail, s'exprimant doucement un petit « Voilà » pour lui signifier que tout y était.
avatar
Etudiante en psychologie
Date d'inscription : 07/01/2017
Messages : 46
Age (du personnage) : 17 ans
Orientation sexuelle : Non définie
Etudes/Métier : Sciences humaines ; Psychologie
Pounds : 753
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Fév - 21:52
Rule number two :  just don't get attached to somebody you could lose.
Blair & Dacian




Quel réconfort de savoir que la demeure de son ami était aussi un peu la sienne. N'était-ce pas là la plus douce preuve d'amitié qu'il pouvait lui offrir ? A cette idée, Blair avait senti ses joues rosir. Ce n'était pas de la gêne, c'était même loin d'être le cas ! Elle évoquerait plutôt de la flatterie, une sorte de douce invitation qui avait enveloppé son être d'une certaine douceur, loin d'être désagréable. Et tout en laissant son imagination vagabonder entre les murs de l'appartement, Blair prenait le soin d'offrir tout de même une part d'attention à son ami. Lui qui demeurait souriant et Ô combien attentif aux besoins de la jeune fille, elle ne pouvait que l'écouter et lui sourire en retour. Le remercier, aussi, un peu à sa façon. Parce que les mots ne sont parfois pas assez forts pour faire comprendre les ressentis des autres, Blair s'approcha du jeune homme avec une douceur presque maternelle sur le visage.

Son regard était tendre et du bout des doigts, la demoiselle vint glisser une mèche folle derrière l'oreille de son ami. Puis, tout en lui souriant avec bienveillance, elle prit son visage si fin entre ses doigts pour l'incliner en avant. Enfin, elle se hissa sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur le front du blondinet. Un baiser chaste, pur qui pouvait avoir toutes les significations possibles et imaginables. Mais Blair savait qu'il comprendrait la raison de ce baiser. Un simple regard échangé suffisait à communiquer. Après quelques secondes, elle libéra son cadet de cette étreinte, murmurant un "merci" à peine audible, mais plein de reconnaissance.

Sagement, elle s'était laissée guidée jusqu'à la salle de bain, une petite pièce pleine de charme que Dacian semblait apprécier. Pour ne pas rester dans son passage - et bloquer ses allées et venues - , la jeune fille s'était tranquillement installée sur le rebord de la baignoire, sans quitter son ami des yeux. A dire vrai, la demoiselle s'était presque sentie gênée, d'être ainsi chouchoutée. Elle voulait se lever, proposer son aide, intercepter son ami quelques secondes, pour lui dire de ne pas se presser. Au lieu de ça, elle demeurait immobile, souriant comme une enfant devant un parent protecteur et attentif aux besoins de sa progéniture. Distraitement, ses doigts s'étaient perdus sous l'eau claire et bien chaude qui remplissait la baignoire et bientôt, celle-ci fut pleine et prête à l'accueillir.

▬ Merci, tu t'occupes vraiment bien de moi. Tu sais, moi aussi je pourrais m'occuper de toi quand tu iras mal. La petite Blair eut bien du mal à comprendre ce qu'elle venait d'insinuer. Aussi, elle haussa les sourcils avant de se corriger. ▬ Non, mais non ! Je veux dire... je veux pas que tu ailles mal mais disons, enfin... moi aussi je suis là pour toi, tu sais ?

Bien malgré elle, elle avait quelque peu bafouillé et s'était rendu compte - un peu tard - du manque de tact dont elle avait fait preuve. Aussi, et pour se cacher du regard de son ami, elle avait posé son front sur son épaule. Si le ridicule tuait, elle serait probablement sous terre depuis un bon moment.

▬ Bon, maintenant tu dois sortir. Quand même, je vais pas tout te montrer, hein...

Une dernière tentative pour dédramatiser la situation et Blair avait presque chassé verbalement son ami de la salle d'eau. Elle voulait honorer cette délicate attention et plonger dans ce bain tant qu'il était encore chaud. Et une fois son ami hors de la pièce, elle remonta ses cheveux en chignon avant de quitter doucement chaque vêtement qui dissimulait sa peau, les abandonnant piteusement au sol. Mais bien vite, elle s'empressa de les plier soigneusement. Elle n'était pas chez elle, tout de même.

Lentement, en veillant surtout à ne pas perdre l'équilibre, la jeune fille se hissa à l'intérieur de la baignoire. L'eau était délicieusement chaude et la demoiselle ne tarda pas à s'asseoir au fond de ladite baignoire, laissant échapper un soupir d'aise aux caresses de l'eau sur sa peau. Comme c'était agréable... Blair n'avait pas la chance de posséder une baignoire alors forcément, elle en profitait. La mousse débordante sentait bon et fit remonter quelques souvenirs dans la mémoire de la jeune fille.

Seulement, bien vite, elle s'ennuya de la présence de son ami à ses côtés. Ce soir, elle n'avait pas envie d'être seule, ne serait-ce que quelques minutes. Aussi, elle profita seulement du bain l'espace de quinze bonnes minutes, avant de se rincer et de quitter ce petit paradis aquatique. C'est toute ruisselante qu'elle observa curieusement le tee shirt que son ami avait préparé pour elle. Un sourire se dessina sur son visage tandis qu'elle daignait enfin se sécher, pour finalement enfiler son shorty, ainsi que ce fameux tee shirt. Il était grand, au point de tomber sur ses cuisses comme pour faire une sorte de chemise de nuit improvisée. Ca tombe plutôt bien, inutile de rajouter une couche sur ses jambes. De plus, ce bain lui avait donné chaud et elle préférait garder ses jambes au frais. Il sentait bon, aussi. Une odeur familière qu'elle chérissait plus que tout.

C'est donc dans cette tenue qu'elle quitta la chaleur de la salle de bain pour rejoindre son ami, s'étirant à la manière d'un félin ensommeillé, avant de bailler longuement.

▬ Merci pour le bain, ça m'a fait beaucoup de bien.

Puis, comme prise d'une soudaine pulsion gourmande, elle afficha une mine ... ensoleillée !

▬ Oh ! Tu as de quoi faire du chocolat chaud et du sucre en poudre ? Je pense pouvoir te récompenser à ma façon, Daci' !

Voilà qu'elle sautillait comme une enfant, excitée à l'idée de lui préparer le plus divin des chocolats !





young and beautiful
Last night you were in my room and now my bedsheets smell like you. Every day discovering something brand new. I'm in love with the shape of you.
avatar
Junior
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 15 ans
Orientation sexuelle : Plutôt attiré par les hommes.
Etudes/Métier : Lycéen (Philosophie, Sciences humaines et Anglais), dealeur
Pounds : 241
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Mar - 5:15
dacian & blair
When life gives you lemon, ask for tequila and salt.
Elle avait cette manière douce bien à elle d'être reconnaissante et ce sourire tendre sur son visage rassurait Dacian. Entre le bordel de tout à l'heure et cet instant, il y avait tout un monde. Il se sentait plutôt fier d'avoir réussi à gérer la situation, ainsi que son amie en crise avec autant de calme et de compassion. Il n'en était pas toujours capable, son jeune âge n'aidant en rien parfois à l'impulsivité de ses paroles ou sa pseudo-insensibilité sur certains sujets ; Avec elle, il arrivait toujours à montrer un côté plus humain et elle faisait briller en lui une maturité presque mystique. Il aimait constater celle-ci et voir qu'à eux deux ils arrivaient à faire ressortir le meilleur de l'autre.
Elle avait alors tendu les doigts pour prendre doucement son visage entre ceux-ci et Dacian s'était laissé faire sans crainte. Le baiser déposé sur son front lui avait arraché un sourire doux et une chaleur dans son cœur.

Il s'occupa donc d'elle avec attention, tout comme elle le méritait, puis lorsque tout fut prêt elle le remercia à nouveau. Sa maladresse, qu'elle remarqua d'elle-même, arracha un petit sourire au jeune homme qui avait posé sa main sur sa hanche, l'air de dire "Bah alors explique-toi" sans être sérieux le moins du monde. Évidemment qu'il avait compris ce qu'elle voulait dire par là, évidemment qu'elle serait la première à l'accueillir et à l'écouter pleurer le jour où il en aurait besoin. Il le savait déjà, mais l'entendre à voix haute le rassurait un peu plus encore ; La vie ne lui faisait pas peur, il ne craignait pas de se faire mal, de finir en larmes, qu'on le blesse ou de tomber face à un mur insurmontable. Il avait encore cette sensation immense que rien ne pouvait se dresser devant lui et qu'avec sa force, personne ne pouvait réellement lui faire mal. Cependant, au fond de lui, il savait bien qu'il n'était pas incassable. Elle le savait aussi, probablement, mais ce sujet était tabou même pour eux. Savoir que si cela venait à arriver, elle serait là pour lui comme lui l'était pour elle en ce moment, c'était rassurant. Il ne serait jamais seul, même sans Marius il aurait toujours elle comme famille.

« Je sais bien que tu t'occuperas bien de moi, quand j'en aurai besoin et même si j'crois pas en avoir besoin. T'as toute ma confiance tu sais ? »

Il l'avait rassurée de quelques paroles, n'ayant pas besoin d'en dire plus, glissant très lentement sa main fine dans le dos de la jeune femme qui se cachait contre son épaule. Un sourire restait accroché à son visage alors qu'elle tentait de le chasser, couverte d'une honte injustifiée qui amusait le jeune homme. Il hocha donc simplement la tête, passant sa main sur la joue de Blair un bref instant avant de se détourner pour sortir. Il ferma derrière lui, laissant une petite intimité à sa meilleure amie, n'ayant pas non plus forcément envie de regarder. Il ne doutait pas qu'elle était la plus belle, du moins pour lui les choses étaient ainsi, mais c'était comme mater sa sœur ou sa mère, ça ne faisait aucun sens à ses yeux. Tout comme son baiser de tout à l'heure, d'ailleurs. Mais il n'y pensait déjà plus.

Il profita donc de l'absence de Blair pour retourner au salon et éteindre la télé qui diffusait à voix basse la fin du film qu'il n'avait pas regardé, s'étant endormi mollement dessus. Il rangea aussi les chips dans l'armoire, faisant un semblant d'ordre dans l'appartement quelque peu désordonné ; Ce n'était pas particulièrement sale, ni vraiment encombré, mais on y reconnaissait aisément l'empreinte des deux frères. Des vêtements propres pas forcément toujours pliés, voire carrément jamais, les chaussures mal placées dans l'entrée, un peu de vaisselle dans la cuisine et les lits défaits dans les deux chambres. Quelques cadavres de bouteilles, parfois, des accessoires par ci par là, sans oublier la table basse du salon servant aussi trop souvent de vide-poches... L'appartement n'avait rien d'une "maison modèle" certes, mais il faisait bon y vivre et Marius tout comme Dacian s'y sentaient confortables.
Blair avait forcément l'habitude d'y être, mais Dacian préférait toujours ranger un peu, comme par réflexe ; On pourrait aisément croire que sans père ni mère il n'avait pas été élevé convenablement, mais Marius avait fait de son mieux pour lui inculquer de bonnes habitudes. Ça ne se voyait pas toujours, mais... L'effort était présent.

Il pensait avoir un peu de temps devant lui, alors il s'installa calmement dans le canapé et prit une cigarette qu'il alluma ; Il ne fumait pas beaucoup, du moins pas autant que Marius ou les autres gens qu'il côtoyait. Il n'en grillait qu'une ou deux par jour, comme une mauvaise habitude, une envie grandissante. Il fumait plus lorsqu'il était stressé, lorsqu'il se prenait la tête avec quelqu'un ou lorsque son esprit s'embrouillait tout seul. Là, ça avait été comme un réflexe, comme pour expulser ce qui restait de pression après avoir soutenue son amie.

Alors que la cigarette diffusait entre ses doigts, il avait posé les yeux sur la fenêtre près de lui et s'était mis à observer les lampadaires dans la rue en contrebas ainsi que les rues vides qu'ils éclairaient. À cette heure et dans ce quartier, il n'y avait pas toujours des gens pour arpenter les trottoirs. Quelques étudiants un peu festifs les soirs de weekends, de vieux alcooliques aussi, trop souvent, et les travailleurs de la nuit, ou ceux du jour pressant le pas pour rentrer chez eux. C'était une légère diversité, mais plus la nuit avançait et plus les rues se vidaient. On entendait parfois une voiture passer, des chats se battre dans la ruelle adjacente ou un chien aboyer au loin, mais l'endroit était généralement silencieux la nuit. Dacian aimait cet appartement, sans trop savoir pourquoi ; Comme si même le quartier un peu paumé où il vivait ne pouvait ternir le sentiment d'appartenance à ce lieu. C'était comme sa maison, à lui et à Marius.

Sorti brusquement de sa rêverie, il avait tourné les yeux vers la porte de la salle de bain qui s'ouvrait. Il observa Blair en sortir et un sourire revint aussitôt sur ses lèvres. Elle paraissait en forme, souriante et en bien meilleur état que tout à l'heure, c'était beau à voir ; Ça et son allure dans ce vieux t-shirt. Elle vint donc vers lui après l'avoir remercié, lui demandant deux ingrédients en lui proposant sa manière de le remercier. Il sourit un peu plus, se redressant pour écraser le mégot dans un cendrier qui traînait sur la table basse du salon.

« Mais pour qui tu me prends Blair ? Évidemment que j'ai tout ça voyons ! »

Il rit un peu, pas très sérieux, puis se dirigea vers la cuisine avec elle. C'est alors qu'il eut une petite hésitation en ouvrant la porte du garde-manger, se demandant où il avait bien pu ranger le sucre en poudre la dernière fois qu'il s'en était servi. Il retrouva enfin celui-ci après quelques secondes de recherche visuelle intense, puis sortit aussi la préparation pour chocolat chaud d'une autre armoire contenant le café et le thé aussi. Il posa enfin les deux ingrédients devant sa meilleure amie sur l'îlot au centre de la petite cuisine, puis pointa calmement le réfrigérateur.

« Le lait est dans le frigo, la bouilloire sous le comptoir juste là et les casseroles, si t'as besoin, c'est dans cette armoire-ci. »

Elle connaissait déjà un peu la cuisine, après tout elle était comme chez elle ici, mais il préférait toujours répéter pour s'assurer qu'elle n'ait pas besoin de tout chercher. Il souriait toujours un peu et tira du pied un banc haut de l'autre côté de l'îlot pour pouvoir s'y asseoir, comme en attendant de se laisser "impressionner" par les "skills" de préparation de chocolat chaud de Blair.

« La cuisine est à toi, femme. »

Il éclata alors de rire devant le sexisme volontaire de sa phrase, pas sérieux pour deux sous évidemment. Il ne pensait pas les femmes moindres que les hommes, au contraire il admirait généralement leur force et leur caractère, surtout dans un monde pas toujours agréable à vivre pour elles. Il n'avait pas forcément appris à les respecter avec sa mère, qui... ne se respectait pas elle-même de base, mais cette valeur faisait partie de celles que Marius lui avait inculquées. Sans hésitation, Dacian ajouta d'ailleurs..

« Mon pauvre Marius serait mort sur le coup s'il m'avait entendu dire un truc pareil ! »

Il rit de plus belle devant sa propre connerie, puis releva ses yeux vers Blair, tout de même assez intéressé par ce qu'elle allait lui préparer et lui laissant donc le champ libre dans la cuisine...
avatar
Etudiante en psychologie
Date d'inscription : 07/01/2017
Messages : 46
Age (du personnage) : 17 ans
Orientation sexuelle : Non définie
Etudes/Métier : Sciences humaines ; Psychologie
Pounds : 753
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Mar - 21:37
Rule number two :  just don't get attached to somebody you could lose.
Blair & Dacian




La jeune fille, ravie d'entendre une réponse positive de la part de son ami, s'empressa de le suivre jusque dans la cuisine. Bien qu'elle lui était familière, elle n'avait pas encore eu l'occasion de fouiller dans les placards et c'était l'occasion ou jamais de jeter un coup d'oeil à leurs contenus ! Blair afficha une petite moue en voyant la cigarette que Dacian pinçait entre ses doigts fins, mais se garda bien de faire le moindre commentaire. Ca lui déplaisait, c'était évidement. Mais si elle le sermonnait maintenant, elle était persuadée que le jeune homme allait simplement recommencer plus tard, lorsqu'elle aurait le dos tourné. Aussi, bien que mécontente - et surtout inquiète - de le voir se complaire dans la nicotine, elle préféra lâchement ignorer ce geste.

Souriant malgré tout, elle s'appliqua à chercher les ingrédients énoncés par son ami, dans l'ordre, afin que tout soit prêt pour accueillir son précieux breuvage.

▬ Merci Daci' ! Tu veux bien m'allumer le gaz, dis ? Je ne sais pas trop comment elle marche, ta plaque.

Demanda-t-elle, tandis qu'elle remplissait une première casserole de lait avant de s'emparer d'une deuxième pour y mettre de l'eau, priant intérieurement pour réussir son caramel. Après quoi, elle alla chercher deux tasses propres avant de s'intéresser au logo qu'arborait l'une d'entre elles. Un simple "Monsieur Grognon", accompagné d'un bonhomme l'air faussement ... eh bien, grognon. Un sourire amusé s'afficha presque immédiatement sur sa mine réjouie.

▬ Tu l'as gardée ? Ben mince alors, j'étais sûre qu'elle allait finir cassée en moins de deux mois !

Elle se souvient avoir offert cette tasse à son ami, il y a quelques temps déjà, alors qu'elle venait à peine de le rencontrer. A l'époque, il n'était pas simple de s'en approcher, ni même de lui arracher un sourire ! Voilà pourquoi ce cadeau lui avait semblé tout trouvé. La revoir en parfait état, ça ne la laissait vraiment pas indifférente ! Elle avait l'impression qu'il en avait pris soin et forcément, ça lui faisait plaisir. C'est qu'il ne lui en fallait pas beaucoup à la petite Blair. Elle posa la tasse sur l'un des plans de travail, afin de s'intéresser de près à son caramel. Elle versa le sucre fin dans l'eau bouillante avec tellement de concentration que c'en était désarmant ! Le moindre son aurait pu l'agacé et lui arracher un juron !

Mais sans peine et avec une dextérité fascinante, elle mélangea la poudre de cacao à son lait chaud avant d'y verser le caramel, parfaitement réussi.

▬ Mmmh, ça sent trop bon !

Déclara la jeune fille, un sourire gourmand aux lèvres, avant de verser ce doux nectar dans les tasses préalablement préparées. Elle abandonna ensuite les casseroles dans l'évier, sans oublier de les rincer pour éviter que leur contenu ne soit trop difficile à laver. Une habitude de fille qui fait souvent la vaisselle, entre autre. Elle tendit enfin une tasse à son ami avant de trinquer avec lui ! Bon, trinquer avec un chocolat chaud, on a jamais vu ça... Mais bon, pourquoi pas ?

▬ Par contre, ton canapé me manque déjà !

Et avant même de ponctuer sa phrase, Blair abandonna la cuisine pour le moelleux du canapé de son ami, sur lequel elle alla s'asseoir en tailleur avant de goûter sa recette. Miam, c'était réussi ! Une belle moustache chocolatée s'était même formée sous le nez de la jeune fille !

C'est bon ?

Elle aurait pu essuyer une réponse négative, ça ne l'aurait pas gênée le moins du monde. Mais elle espérait tout de même que son ami allait apprécier sa recette.






young and beautiful
Last night you were in my room and now my bedsheets smell like you. Every day discovering something brand new. I'm in love with the shape of you.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (freija) rule number two, just don't get attached to somebody you could lose
» Rule number one, the rules.
» ollie - rule number one : it has to be fun!
» Rule number two, the context.
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Les rues-