Dangerous Game ► ft. Dacian M. Ionescu

avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 16/03/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 28 ans
Orientation sexuelle : Bisexuelle à tendance homo pas assumée
Etudes/Métier : Chef de Gang
Pounds : 195
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Avr - 22:09


You'll find the shame is like the pain, you only feel it once.

ft. Dacian M. Ionescu


Le quartier est tranquille ce soir. La tamise s'écoule dans son perpétuelle courant sans vague. Le soleil se cache doucement derrière les buildings de la ville au loin. Dans son bureau du rez-de-chaussée, Abraham termine sa clope devant les carreaux des larges vitres, jaunies par le temps et la poussière. Derrière la porte de la pièce, on entend la rumeur de conversations des membres du gang dont le chef se tient éloigné. Ce soir il ne veut pas être dérangé, il a besoin d'être seul, comme tous les autres soirs ces derniers temps. Il est soucieux et ça se voit, il ne peut pas cacher ce genre de chose, trop mauvais comédien pour feindre quoi que ce soit. Alors il garde ses distances, évitant ainsi qu'on le questionne, qu'on vienne chercher la petite bête même s'il sait que personne ne le questionnera, par respect et parce qu'on ne questionne pas Abraham sur ce genre de chose, au risque de s'en prendre une sévère. Il est comme ça, ses soucis c'est son problème, sa vie privée, s'il y a quelque chose que les autres doivent savoir ils le sauront, point. C'est ainsi que les choses sont faites, depuis son arrivée au sein du gang jusqu'à maintenant et pour les années à venir également.

Pourtant Abraham continue de se terrer dans son bureau, d'éviter les autres, de réduire la conversation au stricte nécessaire. La raison est simple, il n'évite qu'une personne en réalité : Marius. Marius... Probablement le membre du gang le plus proche de lui à l'heure actuelle. Il lui a toujours tendu la main, c'est ainsi que leur lien s'est construit. Et pourtant aujourd'hui il le trahi, de la pire manière qui soit. Dacian... Qui l'aurait cru ? Personne. Ce jeune garçon dont il était chargé de tenir éloigné des affaires du gang, le voilà qui lui commandite des petites missions de revente. Lui qu'il devait protéger, préserver, le voilà qui pose sa main sur lui, autrement que pour une caresse fraternelle et bienveillante... De l'envie. Comment ? Pourquoi ? Que Dacian l'ait charmé, à sa manière, c'est un fait. Mais de là à céder à la tentation aussi facilement... Trahissant la promesse qu'il avait fait à Marius par dessus le marché, lui qui a toujours prôné l'honnêteté et la loyauté. Se sentir coupable ? Jamais il ne l'a autant été qu'aujourd'hui, que ces derniers jours. Il se déteste d'être aussi lâche et libidineux. Se sentir pourri de l'intérieur est indescriptiblement affreux. Et pourtant...

Et pourtant comment résister ? Comment résister à ce visage si délicatement défini, dissimulé derrière cette moue boudeuse et je-m'en-foutiste ; comment résister à cette étrange candeur indéfinissable qui ne se manifeste que lorsqu'ils sont seuls, en tête à tête ; comment résister à cette désinvolture et cette témérité qui lui semble si charmante ; comment résister au parfum discret de cette tête blonde ; Comment résister à l'envie dévorante de le posséder tout entier, rien que pour lui...? De le conserver, comme un diamant, pour qu'aucune autre personne ne s'en approche de trop près... Le préserver derrière sa propre cage en verre, sa propre vitrine. En carreaux, jaunis par le temps et la poussière... Il secoue la tête, écrasant sa cigarette dans un cendrier près de la fenêtre. Pourquoi est-ce toujours ainsi ? Pourquoi est-ce que son désir incontrôlé finit toujours par prendre le dessus sur ses élans de culpabilité ? Un pourri, tout simplement. Mais pour l'heure, il est temps de rejoindre ses appartements. La paperasse est terminée, c'est une bonne chose de faite. Il attend encore un peu, histoire que chacun regagne son chez lui. Discret, il se faufile jusqu'au deuxième étage et se presse rapidement jusqu'à la porte de son appartement. Arrivé sans encombre, il ne se fait pas prier pour rentrer et refermer la porte à clé, comme à son habitude. Il ne ferme jamais en sortant, seulement quand il est présent en fin de compte.

Se retrouver enfin chez lui est une sorte de soulagement. Il ne craint plus rien et peut enfin se reposer plus tranquillement que dans l'effervescence du QG. Il soupire longuement, s'étirant avant de poser ses clés sur un meuble à l'entrée. Il n'inspecte même pas son appartement, il sait qu'en règle générale personne ne s'introduit chez lui. Toujours dans l'entrée, déchaussé, il commence déjà à retirer son haut, bien heureux d'être tranquille, retirant également son bas. Il n'est jamais aussi bien qu'en calbute ou à poil de toute façon extirpant une nouvelle cigarette de son paquet, il l'allume tout en se traînant jusqu'au coin salle de bain. Un coup d'eau sur le visage et il active le robinet de la baignoire histoire de pouvoir se détendre. D'habitude il n'est pas très bain, mais autant en profiter quand on est contrarié. Il ne manque que sa serviette. Il finit donc par se retourner, dans l'optique de récupérer son manque, mais voilà qu'il se stoppe aussi net. Ça serviette n'est pas la seule chose qu'il a oublié ce soir. A force de retourner son soucis, voilà qu'il oublie de comptabiliser les recettes de sa journée et maintenant qu'il y pense, il est vrai qu'il ne lui manquait qu'un retour... C'était d'ailleurs la raison pour laquelle il s'était mis à remuer tout ça.

Ce fauteuil. Ce fauteuil dont le dossier dissimulait son contenu depuis l'angle de vue de l'entrée, voilà qu'il le dévoile à la lueur d'un soleil mourant dont les derniers rayons traversent les vieux carreaux pour venir caresser le visage lisse et parfait d'une petite tête blonde... Il était là, assit, son portable à la main, les yeux rivés vers le chef de gang, le visage adorablement ponctué d'un rictus souriant, probablement à cause du "spectacle" qui s'offrait devant lui et qui devait bien l'amuser. Il avait attendu là, bien sagement, le retour d'Abraham. En règle générale, personne ne s'introduit chez lui... Sauf lui. Probablement qu'il était revenu ici dès que son stock fut écoulé, qu'il avait une fois de plus séché les cours et qu'il s'était posé ici en attendant. Peut-être même qu'il avait joué à la console histoire de passer le temps avant d'installer le fauteuil face à la grande fenêtre pour regarder le soleil se coucher, comme il lui arrive de le faire parfois. Abraham garde le silence quelques secondes, la surprise ayant tendu ses muscles. Le peu de culpabilité qui était née de cette surprise laissa bien vite place... au reste. Son corps se détend de nouveau et un léger sourire se laisse aller sur ses lèvres qui pourtant sont habituellement si inexpressives. De la gêne ? Aucune. Après tout ce n'est pas la première fois que la tête blonde surprend le grand brun dans une tenue aussi légère.

« Dacian... Tu es arrivée en avance n'est-ce pas ? Depuis combien de temps tu attends là ? »
awful pour Epicode


U.C
avatar
Junior
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 15 ans
Orientation sexuelle : Plutôt attiré par les hommes.
Etudes/Métier : Lycéen (Philosophie, Sciences humaines et Anglais), dealeur
Pounds : 241
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Avr - 7:34
dacian & abraham
dangerous game
Ses pas étaient rapides, il courrait sans regarder derrière lui en tentant d'attraper le bus qui passerait dans moins d'une minute au coin de la rue ; Il fuyait. Il fuyait ses responsabilités, il fuyait ses devoirs de jeune étudiant, de lycéen qui ne voulait rien apprendre, rien faire de bon. Son sac à dos glissait sur l'épaule frêle qui le tenait alors que ses pas s'accéléraient un peu plus. Le vent était encore frais, mais le soleil réchauffait sa peau claire alors que ses cheveux lui fouettaient le visage. Il avait comme cette impression de liberté, cette impression de faire ce qu'il devait, ce qu'il voulait, comme si les conséquences n'existaient pas. Son lycée appellerait certainement Marius ce soir et il aurait droit à l'engueulade habituelle, les gros mots, les menaces aussi. Il entendrait parler de son avenir, celui que Marius aimait lui imaginer et toutes ces grandes choses qu'il pourrait faire. Comme toujours, il l'ignorerait et recommencerait, bien entendu.

Lorsqu'il arriva au coin de la rue, le bus était tout près et son souffle un peu court cacha un fond de soulagement ; Il n'avait pas envie d'attendre une demi-heure de plus avant de pouvoir fuir cet endroit. Il avait une idée bien précise de ce qu'il voulait faire de son après midi, de l'endroit où il irait passer toute sa journée et aussi probablement la soirée aussi ; À l'entrepôt du gang, où il s'était toujours senti autant chez lui que à l'appartement où il vivait. Dans cet endroit rempli de gens peu fréquentables et qui, pourtant, ne lui voulaient aucun mal à lui. Il pouvait aller et venir dans cet entrepôt comme un courant d'air, sa petite tête blonde connue de tous les membres du gang et, surtout, du chef. Abraham l'attendait aujourd'hui, mais bien plus tard en soirée pour rendre compte de ses ventes et lui donner une partie de l'argent qu'il avait fait cette semaine. Cependant il irait probablement traîner dans ses appartements bien avant l'heure prévue, juste pour échapper à un après-midi d'ennui profond au lycée.

Le trajet était plutôt long, son lycée ne se trouvant pas exactement dans la même partie de la ville, cependant c'était loin de le déranger. Il sortit du bus après un peu plus de trente minutes et profita un instant de l'air frais du bord de l'eau, du vent un peu plus fort et du calme de cet endroit. Ses pas étaient lents désormais et il s'avançait, mains dans les poches, vers l'entrepôt qui ne payait pas de mine de l'extérieur, mais qu'il savait très actif à l'intérieur. Il y entra, salua quelques types au passage, sans cependant devoir rendre de comptes à personne ; Il espérait ne pas croiser son frère, qui l'engueulerait certainement en live devant tout le monde s'il le voyait à cet endroit et à cette heure. Son idée première était de se pointer dans le bureau d'Abraham, histoire de le surprendre un peu, sachant bien qu'il n'était pas du genre à lui prendre la tête ; Une petite remarque peut-être, mais il n'était pas en position de lui faire la morale non plus. Après tout, c'était lui le chef de gang, le sale type, lui qui brassait de l'argent sale, lui qui était craint de bien des hommes pour son tempérament, mais c'était aussi lui qui avait posé les mains sur lui. Il ne valait pas mieux qu'un autre, et il savait probablement trop bien que s'il cherchait à faire la morale à l'adolescent celui-ci n'hésiterait pas à remettre ces choses-là sur le tapis. Enfin, alors qu'il allait le voir dans son bureau il hésita, puis eut une autre idée. Il irait plutôt l'attendre à l'étage, histoire de pouvoir se détendre tout l'après midi et passer la soirée en sa compagnie. S'il allait le voir tout de suite, il le dérangerait probablement en plein travail et Abraham ne pourrait pas s'occuper de lui ; Ennuyeux. Sa seconde idée était bien mieux alors il changea de direction et alla vers les escaliers.
Il traversa un couloir et se dirigea aussitôt dans l'appartement du chef une fois à l'étage. L'endroit était évidemment vide, ce qui plaisait assez à Dacian qui délaissa sa veste et ses chaussures dans l'entrée, gardant cependant son sac à dos sur une épaule en pénétrant un peu plus dans le grand loft. L'odeur lui était familière, rassurante, comme celle qu'on retrouve chez soi. Satisfait par la tournure des événements, il s'était dirigé vers la cuisine pour commencer, fouillant le frigo comme s'il était chez lui, en sortant une bière qu'il boirait sans permission bien entendu ; C'était probablement ce qu'il y avait de mieux dans sa situation toute entière. Il n'avait certes pas de réel parent et malgré toutes les bonnes intentions de Marius, celui-ci restait son frère et non son père, alors il faisait un peu ce qu'il voulait. L'autorité de son frère coulait sur lui, imperméable à toute cette bonne volonté qu'il avait de faire de lui un bon être humain. C'était trop tard pour ça, se moquait-il souvent, c'était trop tard pour lui.

Il avait ensuite pris ses aises, s'installant dans le canapé pour jouer un peu à la console, profitant de l'absence du chef de gang pour abuser un peu de son hospitalité involontaire. Il but sa bière tranquillement au cours de l'après midi, fuma une cigarette, puis s'endormi un moment sur le canapé ; Tel un chat, Dacian était capable de trouver le sommeil à peu près n'importe où et n'importe quand. Pas forcément d'un naturel lâche ou flemmard, il était simplement du genre à dormir beaucoup, appréciant le royaume des songes tout autant que celui du réel. Il s'était réveillé une fois le soleil déclinant, surpris de ne pas voir déjà Abraham dans l'appartement. Celui-ci travaillait toujours trop, bien évidemment, cependant c'était quelque chose que le jeune adolescent admirait. Il avait construit ce qu'il avait, il s'était fait sa place et il la méritait amplement ; C'était, du moins, ce que Dacian pensait de lui. Malgré son manque de respect parfois involontaire, sa fougue, son apparence quelque peu trop ardent, rebellé contre les règles, Dacian était capable de respect, d'un respect même immense envers ceux qui le méritent. À sa manière du moins il l'était. Envers son frère, envers Abraham. Envers ceux qui ont du mal, ceux qui se battent... il admirait bien des gens, du haut de ses quinze ans, bien des gens plus forts que lui, des gens qui avaient vécu plus que lui aussi. On croyait souvent trop facilement qu'avec son impétuosité, il était incapable de respect, cependant ce n'était pas exactement le cas. Certes il était présentement avachi sur le canapé d'un appartement où on ne l'avait pas invité, buvant la bière de son chef, n'obéissant pas à son frère, cependant... malgré tout ça, il y avait du respect... au fond de lui. Loin. Parfois imperceptiblement, mais c'était là et bien là.

Enfin il s'était relevé du canapé, allant plutôt s'asseoir dans le fauteuil, son téléphone entre les mains, observant les messages qu'il avait reçu. Parmi ceux-ci, un de son frère, qui avait visiblement reçu l'appel du lycée et qui lui promettait une sale soirée lorsqu'il daignerait rentrer chez eux. Oups. Même pas peur. Ignorant le message, il avait plutôt calé son dos dans le fauteuil, observant silencieusement le soleil déclinant, déjà presque disparu derrière l’horizon. Un spectacle plutôt agréable qu'il admirait silencieusement de son regard encore si facilement captivé par si peu. Un vague sourire s'était dessiné sur ses lèvres, sans qu'il ne s'en rende compte, puis, d'un coup, il avait entendu la porte s'ouvrir. Retenant son souffle, dos à ladite porte, il attendait qu'Abraham le remarque pour réagir. Cependant ce dernier semblait l'ignorer, ou plutôt ne pas le percevoir encore, malgré sa présence plutôt évidente dans les lieux ; Il avait laissé le cadavre de bière sur la table basse, son sac à dos et ses affaires un peu partout sur le canapé et sa veste en boule avec ses chaussures dans l'entrée. Abraham n'avait rien vu, mais Dacian, lui, voyait tout. Il restait silencieux, immobile, détaillant le corps désormais quasiment nu du chef de gang, son dos, ses muscles et ses tatouages. C'était comme quelque chose de fascinant pourtant sans être nouveau, quelque chose qu'il ne se laissait pas d'observer, d'admirer. Le corps de l'homme était agréable, d'une certaine beauté tout comme son visage et Dacian ne se gênait pas vraiment de se rincer l'oeil dès qu'Abraham avait le regard ailleurs ; C'était une belle occasion de le faire sans retenue.

Alors qu'il allait faire acte de présence, il vit l'homme se retourner lentement, comme s'il venait soudainement de réaliser sa présence. Le sourire de l'adolescent était immanquable, son regard espiègle trahissant un petit côté amusé devant la situation. Sourire qui fit écho chez Abraham qui, en retour, avait haussé discrètement le coin de ses lèvres ; Des sourires rares, Dacian le savait, alors il en profitait. La question qui vint ensuite le fit hausser ses frêles épaules, sans qu'il n'ait envie de mentir.

« Un petit moment. » Puis, un léger silence suivit ses mots, cherchant une manière de préciser un peu sa réponse. Il en profita pour se relever en même temps, s'avançant lentement vers le brun, son regard bien moins osé que précédemment se contentant de se plonger dans celui d'Abraham. « Tout l'après-midi, à vrai dire. Les cours m'ennuyaient, alors je suis venu traîner ici. »

Il était honnête, bien entendu, un peu trop parfois, cependant il ne voyait pas l'intérêt de lui mentir. Abraham savait très bien qu'il séchait régulièrement les cours et, s'il n'était pas totalement con, il comprendrait qu'il avait passé un bon moment à son appartement en voyant les choses déplacées dans le salon. Son esprit de déduction n'était plus à prouver et Dacian le savait très bien, alors il préférait simplement s'avouer coupable de ses petites fautes ; Coupable d'être un adolescent en manque de liberté, entre autres.

« Longue journée..? Si tu veux.. Je peux te filer le compte de la semaine et rentrer chez moi.. »

Sans le connaître on pourrait croire qu'il montrait là un côté sage, de peur de déranger, craignant de ne pas être le bienvenue dans cet appartement, cependant ce n'était que l'introduction à son arrogance ; Il savait très bien qu'il était le bienvenue ici, et même s'il ne l'était pas il n'avait pas envie de partir. Il n'y avait aussi déjà plus que deux ou trois pas le séparant d'Abraham et qu'une fois un peu trop près il ne risquait pas de le laisser partir. D'où l'arrogance :

« ... Mais j'aime beaucoup ta baignoire. »

Se jouer de lui ? Pas tellement. Abraham était bien trop conscient, bien trop lucide pour le laisser faire. Ce n'était pas une tentative d'avoir le dessus sur lui, de contrôler ses envies et ses pensées ; C'était de la pure arrogance, c'était lui montrer qu'il connaissait déjà bien assez ses désirs pour ne plus jouer les innocents, c'était lui montrer qu'il ne l'était pas non plus. Ainsi, il faisait référence à la baignoire que le chef de gang remplissait, à l'idée d'en profiter lui aussi, sans vraiment y penser à deux fois. Il avait ensuite lentement continué ses pas lents vers l'homme, s'approchant assez pour être à sa portée, sans vraiment le toucher ni même l'effleurer. Il s'amusait à croire qu'il avait un quelconque contrôle sur ce jeu dangereux auquel ils jouaient tous les deux depuis un petit moment déjà.
Distraitement, il passa quelques mèches blondes derrière son oreille, dégageant un peu mieux son visage fin, avant de replonger ses yeux dans ceux d'Abraham. Il lui souriait plus faiblement, cette fois sans vraiment se rendre compte de son propre charme ; Il y avait ce côté innocent, toujours, ce côté de lui qu'il ne voyait pas lui-même, préférant s'imaginer gorgé de confiance et en pleine connaissance de soi. Abraham, lui, pouvait probablement en discerner chaque détail bien plus clairement que lui.
avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 16/03/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 28 ans
Orientation sexuelle : Bisexuelle à tendance homo pas assumée
Etudes/Métier : Chef de Gang
Pounds : 195
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 20:48


You'll find the shame is like the pain, you only feel it once.

ft. Dacian M. Ionescu


Une question. Inutile, rhétorique ou presque. Arrivé en avance, la réponse était clair, sous ses yeux. Depuis combien de temps ? Toute l'après-midi supposément. Dacian avait la vente facile avec son petit minois, sa gueule d'ange comme on dit. Quelques pirouettes oratoires et le tour était joué. Puis il était facile de deviner que le jeune homme n'était pas fraîchement arrivé en vue de l'état de l'appartement. Abraham ne le remarqua que maintenant. Maintenant qu'il était revenu sur terre, ancré dans la réalité de cette situation pourtant si irréel. On pourrait croire à un songe. Son fantasme, recroquevillé là dans son fauteuil, chez lui, dans son appartement, qui l'attend sagement et lui offre un sourire espiègle à sa vue. Le portrait était charmant... Une belle peinture, un beau rêve pourtant si dangereux. Mais il n'est pas l'heure pour penser aux conséquences, cela serait trop douloureux. Le grand brun observa le petit blond, ne manquant pas de capter son regard faussement innocent. Il savait très bien qu'il venait de se rincer l'œil, il l'avait déjà surpris. Et puis l'occasion était trop belle, il en aurait fait de même... Il haussa un sourcil à la réponse du jeune homme et laissa échapper un rictus de rire non sans ironie.

« Ooh tu t'ennuyais...? Me prends pas pour un con, est-ce que même t'es allé en cours ? Non en faite, ne réponds pas j'préfère pas savoir. »

Le chef n'était pas d'humeur à lui faire une pseudo-morale. Il savait que Marius le ferait bien mieux que lui, même si cela n'aura pas d'impact sur le garçon. Ça aussi il le savait, alors à quoi bon. Il préféra donc le charrier avant de venir lui faire une pichenette bien mesurée sur le front, un geste pas vraiment très doux mais néanmoins affectueux. Il se détourna pour aller prendre sa serviette en s'étirant, passant l'éponge sur le bordel visible de l'appartement. En temps normal il l'aurait réprimandé au moins là-dessus, en insistant sur le cadavre de bière qui se trouvait sur la table. Mais pas cette fois. Il était trop las, il avait l'esprit ailleurs il fallait bien l'admettre. Il commençait à bien connaître le garçon, ainsi il ne prit pas au sérieux ses paroles, se contentant d'un soupire un peu moqueur. Se redressant, il revient un peu vers le jeune homme qui termina de mettre fin à leur distance en s'approchant à son tour, tout juste après avoir signalé son intérêt pour la baignoire.

Abraham voyait très clair dans le jeu du jeune homme, un peu trop clair peut-être. Et même s'il ne souriait pas, ça l'amusait. Ce jeu entre eux l'a toujours amusé depuis qu'il ne culpabilise plus quand ils sont ensemble. Il le laisse donc faire, ne réagissant pas tout de suite, profitant seulement de le voir jouer de ses charmes sans le vouloir. C'est probablement ce qui l'attire le plus chez lui. Cette façon qu'il a de se mettre en valeur, d'être sensuel involontairement en prenant ça pour de l'arrogance. De l'arrogance il en a, mais ce n'est pas tout à fait la même chose que ce moment précis. Le chef n'hésite pas à plonger son regard dans celui du garçon, à le sonder par le biais de ses yeux et des siens. Puis il sourit.

« Tu aimes ma baignoire ? C'est vrai qu'elle est... »

Souffle-t-il d'un ton bas et grave, venant glisser ses doigts dans le coup du garçon, effleurant sa peau jusqu'à son menton qu'il redresse légèrement vers lui.

« Bien faite de sa personne. Et très pratique. Et plutôt spacieuse. Assez... Grande pour deux. »

Ajouta-t-il sans remord. Il n'était pas vraiment du genre très subtile et il n'en avait pas honte, pas du tout même. Sa main glissa jusqu'à l'épaule du jeune homme, la caressant doucement... Avant de le saisir sans prévenir, le soulevant pour le placer sur sa propre épaule, pas plus difficilement qu'un sac à patate et avec autant de délicatesse qu'un camionneur. Sans plus attendre il s'approcha de la baignoire et le plongea à l'intérieur, avec bien plus de précaution cette fois. Il s'y glissa tout aussi vite, venant le surplomber non sans un rictus mesquin sur les lèvres.

« Tiens, comme c'est dommage ! Tu étais encore tout habillé. Toi qui voulais t'casser d'ici il va d'abord falloir que tu sèches tout ça, n'est-ce pas ? Et pour que ça sèche il faudrait peut-être que tu les enlèves, pour commencer... »

Il avait pris soin de murmurer ça tout près de son oreille, presque pressé contre lui. Mais il se redresse, à genoux au dessus de lui, et l'observa de toute sa hauteur. Il gardait le silence, venant croiser les bras en attendant que le blond s'exécute. Abraham c'était découvert très joueur avec lui, chose qu'il n'avait jamais été auparavant. Ce n'était pas faute d'avoir eu l'occasion pourtant. Il en avait croisé des personnes qui jouait de leurs charmes pour essayer de finir dans son lit, pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Ça l'avait toujours blasé. Il n'aimait pas ça, qu'on essaie de le duper en le charmant par quelques pirouettes factices. Dans ces moments-là il se faisait très ferme et prenant un malin plaisir à les envoyer chier. Dacian... C'était autre chose. Le charme est naturel, il ne force rien, il se contente d'être lui, là est toute la différence et c'est ce qui plaît beaucoup à Abraham. S'il voulait jouer, alors ils allaient jouer...
awful pour Epicode


U.C
avatar
Junior
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 15 ans
Orientation sexuelle : Plutôt attiré par les hommes.
Etudes/Métier : Lycéen (Philosophie, Sciences humaines et Anglais), dealeur
Pounds : 241
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 7:03
hide.

avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 16/03/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 28 ans
Orientation sexuelle : Bisexuelle à tendance homo pas assumée
Etudes/Métier : Chef de Gang
Pounds : 195
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 22:34
Hide.




U.C
avatar
Junior
Date d'inscription : 17/02/2017
Messages : 14
Age (du personnage) : 15 ans
Orientation sexuelle : Plutôt attiré par les hommes.
Etudes/Métier : Lycéen (Philosophie, Sciences humaines et Anglais), dealeur
Pounds : 241
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Juin - 20:41
hide.

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Playing a dangerous game [Elyos]
» MAGGIE ♔ Love is a dangerous game to play. Hearts are made for breaking and for pain.
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Eyeshield 21 saison 2 Sur Game One en mai
» Game of Thrones

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Les rues :: Entrepôt "BH&Co" :: Appartement du chef-