Saint trou du cul | Steeeeeeh'Bé Fitzeouiilliamesse

Invité
Invité
Mar 22 Déc - 19:41


⌊ Seth B. Fitzwilliams ⌉


Nom ∠ Fitzwilliams
Prénoms ∠ Seth Brooke
Âge ∠ 21 ans (et trois minutes de plus que Silas)
Sexe ∠ Oh boi
Nationalité ∠ Anglais
Orientation sexuelle ∠ Hétérosexué
Situation amoureuse ∠ Je m'sens si seul ♫
Groupe ∠ Étudiant
Année/Métier ∠ Miraculeuse 1ère année de Master - Cursus musical
Option(s) ∠ Noes
Avatar ∠ Jean Kirschtein Shingeki no Kyojin



« You see me but you don't know me »




❝ L’enfant de salaud ! Il m’a volé mon froc !

Seth, c’est un sale gosse. Même s’il n’a jamais manqué de rien et s’il possède tout ce dont il pourrait rêver, tout est mieux chez les autres. Ainsi, il est rare de le voir porter ses propres habits et il préfère aller passer une tenue de son jumeau et l’entendre lui pester après. De même pour la nourriture. Comme le goût du pain volé à bien meilleur goût selon lui, manger dans l’assiette de son frère ou de ses amis est devenu une habitude pour lui. Cette taquinerie excessive et immature est sa manière à lui de manifester son affection pour un tiers. Celle-ci est décuplée lorsqu’il est en présence de sa famille, même s’il n’est pas aussi gâteau que Silas puisse l’être. Seth reste dévoué aux siens et prend très à cœur son rôle de frère aîné. Enfin, il est dévoué à tous ceux qu’il aime, plus généralement.

❝ Je t’achèterais pour te mettre des baffes.

Seth est chiant, vous l’aurez compris, mais Seth est aussi nerveux. Un mot de travers sur son frère, sur lui ou sur quelqu’un qu’il estime et il s’enflamme. Pour lui, l’irrespect est tout simplement intolérable et veille lui-même à s’y tenir. On confond bien souvent ses conneries pour de actes de pure provocation et ses moqueries pour du manque de respect, mais lui n’y voit aucun mal. C’est sa façon à lui de tromper l’ennui et de s’amuser, tout bonnement.
Pour en revenir cela dit à son côté tête brûlée, s’il ne fait pas immédiatement embrasser l’asphalte à son adversaire ou s’il n’obtient pas rapidement réparation, il finit bien souvent par régler ses problèmes à coup de poing plutôt qu’essayer de faire marcher son cerveau.

❝ Quel cerveau ? T’es con comme un manche à balai.

Expression qui le sied avec raison. Modérons cela dit un peu ce propos. Seth, plus que con, est lent. Il n’arrive pas à comprendre les cours aussi vite que son frère ou que tous les autres. Alors, à force de prise de tête, il abandonne. Adepte de la procrastination, il n’attend que le dernier moment pour demander de l’aide lorsque les examens approchent. Plutôt chanceux de nature et chanceux d’avoir un jumeau pédagogue, il s’en sort toujours miraculeusement avec des notes suffisamment satisfaisantes pour se maintenir à niveau.

❝ Putain, tu fous quoi encore?

Seth, c’est ce mec qui vous dit qu’il est prêt et qu’il arrive alors qu’il est encore en boxer dans son lit. Ce mec qui vous fait poireauter parce qu’il est pas foutu de se réveiller. D’ailleurs, il a bien du mal à se sortir du lit pour aller poser ses miches dans les salles de cours le matin et si jamais il y arrivait, il finit bien souvent sa nuit dans la matinée. D’ailleurs, Seth n’aime pas dormir seul. Alors il n’est pas rare de le retrouver dans le lit de son frère, tout simplement.

❝ Toi, t’es grave un rebelle de la forêt!

Si par rebelle il faut entendre, cracher à la gueule de tout le monde et péter plus haut que son cul, alors Seth ne l’est pas. On dira qu’il est plutôt incompris et que sa maladive tendance à chercher à s’amuser par le biais de diverses conneries et à toujours rire de ce qui lui arrive, lui donnent l’air d’un parfait je-m’en-foutiste. Qu’il est, d’une certaine manière. S’inquiéter des conséquences de ses actes ? Pour quoi faire ? S’il agit d’une certaine façon, ce n’est que pour répondre à un besoin. S’il ne se lève pas pour aller en cours, c’est parce qu’il sait qu’il ne pipera rien et qu’il préfère, à ce train-là, continuer sa nuit dans son lit. S’il défigure quelqu’un, c’est que celui-ci l’aura cherché. L’incompréhension et la mauvaise interprétation de ses paroles et de ses actes lui passent au-dessus, car il n’a tout simplement pas le sentiment qu’il est nécessaire pour lui de s’expliquer sur ses moindres faits et gestes. Il fait ce qu’il veut et se moque des quand dira-t-on, tout simplement.

__________

Que dire de lui ? S’il se sait sculptural et pourvu de maints et maints bienfaits pour la rétine, Seth n’est pas enclin à essayer d’épater la galerie s’offrant en spectacle. Dans l’ensemble, le jeune homme est élancé et a toute simplement fière allure. Plus grand que son frère, il cessa de se focaliser sur sa taille et ne pris plus la peine de se mesurer. Il évalua de manière approximative qu’il devait s’approcher du mètre quatre-vingt. Ses épaules, bien plus larges que son bassin pour le coup étroit, lui donne l’aspect de quelqu’un de fort, malgré son poids plume. N’étant pas moralement prédisposé à se faire lui-même endurer de laborieuses séances de musculation toute la sainte journée, ses muscles ne sont que légèrement dessinés. Sur son ventre sont ébauchés les prémices d’abdominaux et du haut de son torse naissent deux clavicules pour le moins apparentes conduisant jusqu’à ses bras, eux aussi presque naturellement dessinés.

Son visage quant à lui est d’une forme ovale. Son teint lui est frais, éclatant. Au milieu trône un nez parfaitement droit et de part et d’autre de ce dernier, des yeux rieurs d’une teinte noisette. Ceux-ci sont surmontés de deux sourcils assez fins et naturels. Ses joues quant à elles sont lisses, rarement empourprées. Pour ce qui est de ses lèvres, elles n’ont rien de pulpeuses. Plutôt fines, elles sont bien trop souvent arquées en un narquois sourire. Enfin, ses cheveux, d’un châtain clair, sont toujours tenus courts. Pour un peu, la coiffure pourrait presque paraître militaire et lui confèrent certainement un air sévère, mais Seth s’en contre balance. Infiniment plus courts sur les côtés, il laisse toutefois un peu plus de masse sur le dessus, qu’il s’amuse à coiffé ou non, selon sa tenue du jour. Sur son visage est presque toujours peinte une expression mutine, à mi-chemin entre malice et air enfantin. Les rares fois où il revêt cela dit une expression plus froide, elle lui confère un air pour le moins autoritaire.

Dans l’attitude, Seth est une personne à la démarche dynamique et rapide. Sa posture est naturellement droite sans pour autant avoir l’air de s’être mis un balai dans le fondement et demeure toutefois détendue. Pour ce qui est de son style vestimentaire, tout dépend de son humeur et d’où il doit se rendre. Il peut allégrement troquer ses perfectos pour une veste simple veste comme il peut porter aussi bien un jean troué qu’un pantalon à bretelles, qu’il laisse pendre évidemment. N’ayant jamais eu l’habitude de se parer de milles et un accessoires, il est rare de le voir porter plus d’un collier ou d’un bracelet.





« Every life begins with a breath »




Je n’ai pas dérogé à cette règle ancestrale de l’arrivée dans ce bas monde en chialant, mais à la différence d’un bon nombre de gens, je n’y suis pas venu seul. A Quelques minutes après moi, trois pour être tout à fait exact et j’y tiens, Silas est né. A cet âge-là, il y avait pas moyen de pouvoir réellement nous différencier. Nous n’étions que deux pauvres crevettes rouges de la tête aux pieds et si nous n’avions pas chacun eu notre propre bracelet, nous aurions facilement pu être confondu. Parlons maintenant de la légendaire complicité entre jumeaux. Pour ce qui était de Silas et moi, c’était un fait avéré. Pour dire, à la clinique lorsqu’on nous a posé côte à côte juste après l’accouchement, on nous a raconté que nous nous sommes naturellement tenus par la main. Même si je ne suis pas du genre à glousser ou à rabâcher ce genre de souvenir, il reste et demeure l’un de mes plus précieux et ce malgré le fait que je n’en garde aucune réminiscence.

On peut ensuite dire qu’on a vécu une enfance tout ce qu’il y a de plus normale au détail près que nous sommes nés dans une famille on ne peut plus riche. Les parents étaient souvent en déplacements et nous laissaient aux soins des nourrices et autres domestiques. Je pense qu’hormis avoir essayé de bouffer chacun de mes jouets un à un, gribouillé d’horribles dessins et avoir gambadé un peu partout dans la maison avec Silas, je n’ai rien accomplis d’exceptionnel. J’étais c’la dit étrangement serein et posé comme lardon à l’époque

A notre entrée au collège, je m’étais déjà forgé une bonne bande d’amis et bien sûr, je restais assez souvent avec Silas. Je parlais fort, je riais tout autant et je commençais à faire mes conneries. Je me souviendrais toujours, je pense, de la fois où j’ai supplié Silas de prendre ma place pour faire mon interro de maths. Parce qu’il faut le dire, dans certaines matières, j’avais toujours été con comme un manche à balai. Pas foutu de comprendre les formules de maths ou les lois de physiques, je m’accrochais désespérément à mon jumeau pour qu’il m’aide à m’en sortir. Et puis de toute manière, je ne voyais pas l’intérêt d’apprendre milles et unes formules. Comme si j’allais me servir du fait que la route est un vecteur pour me rendre à pattes au supermarché du coin pour m’acheter un paquet de pâtes. Alors, malgré ma sempiternelle mauvaise foi quant aux cours, j’arrivais toujours à m’en sortir quand venait l’heure des exams, grâce à Silas notamment.

A cette époque, on ne m’avait jamais demandé de prendre le rôle d’aîné tant à cœur, mais il s’était imposé à moi. J’étais l’aîné et je me devais d’être fort et de prendre soin de mon frère, non l’inverse. Alors je ne me permettais jamais de paraître triste ou déprimé. Dans ces moments-là, je me cachais derrière un sourire ou je faisais une connerie pour le faire rire, le distraire. Parce qu’on ne se doute jamais qu’une personne enchainant conneries sur conneries avec un sourire narquois peint sur le visage et qui semble se foutre d’à peu près tout puisse avoir des bas. Je me souviens même de cette fille qui a été mon premier amour. Sans que ça ne m’étonne, Silas aussi l’avait trouvée à son goût et sans que cela ne crée aucune tension entre nous, nous avons tous les deux abandonné l’idée de sortir avec elle. Si c’était à refaire, c’est sans hésiter que je laisserais tomber. Parce qu’entre une meuf et mon bro, il y a pas de réflexion à avoir. Bros before hoes, comme on dit. Il n’empêche que Si’ n’a jamais su à quel point j’ai pu pleurer quand je me retrouvais seul un moment en pensant à elle. Parce que j’ai beau faire le fier, le type invincible, tête brûlée et détaché, toujours à rire à gorge déployée comme un con, il est peut-être possible que je sois plus sensible de nous deux. A défaut que je ne le montre pas.

Mon adolescence, ça a été comme une longue route cabossée dans un désert. Si on continue sur ces magnifiques métaphores, on pourrait dire que ma famille, c’était mon oasis et le reste n’était qu’un chemin escarpé et pénible. Je me suis beaucoup battu, plus que de raison j’dirais. Je ne compte plus le nombre de fois où je suis revenu avec la gueule cassée à la baraque. Au début, je prétextais des tombées de vélos. Mais je me suis bien vite fait gaulé quand ils ont vu que je ne prenais même plus la peine de sortir avec. Mais j’avais toujours une raison pour me battre. Un regard de travers, un mot de trop ou une main déplacée sur une de mes copines. Si Silas lui est plutôt grande gueule et n’agit pas souvent, moi je préfère refaire la face de mes adversaires façon Picasso. Et en y pensant, je me suis souvent battu pour prouver quelque chose à mes copines notamment. Que j’étais fort, celui qu’il leur fallait. Il faut dire que je ne choisissais pas forcément bien mes copines. Rencontrées dans des bars, dans des boites en train de fumer ou de tiser, un bédo coincé entre leurs lèvres peinturlurées d’un rouge profond ou portant peut-être un coquet buvard sur la langue, il devait y avoir mieux comme fréquentations. C’était le genre de nanas à abuser du trompe couillon, tout bonnement. Mais en tant que jeune mâle en pleine découverte de sa sexualité, ça ne m’avait pas plus dérangé que ça. D’ailleurs, en comparaison à mon jumeau, je ne me suis jamais tourné vers mes semblables. Je me souviens encore de la fois où j’ai effleuré mon premier sein. Telle une révélation divine, je m’étais comme fait frapper de plein fouet par un coup de foudre qui m’électrisa tout entier. Ou plus précisément dans mon bas ventre. D’ailleurs, à l’âge con, Silas et moi en étions venus à comparer les tailles respectives de nos chibres. Il aura beau dire ce qu’il veut, je considère que c’est moi qui possède la plus grosse

J’ai vécu des histoires complétement différentes avec et sans mon frère et contrairement à ce qu’il peut penser, car j’essaie toujours de rendre mes récits les plus drôles possibles pour qu’il ne se doute de rien, je lui cache bien des choses. Pour le protéger d’une manière. Ou peut-être pour me protéger moi, j’en sais rien.

Une fois l’heure des admissions universitaire, on s’est tous les deux orientés vers la fameuse Millenium University. Soyons clair, ça n’a pas été un pique-nique pour moi d’y rentrer. Mais comme je ne voulais pas avoir l’air d’un abruti à être le seul à ne pas pouvoir y entrer,  j’ai donc travaillé d’arrache pieds avec mon bro. Ça n’a pas dû être mince affaire d’essayer d’inculquer quelque chose à une pine d’huître comme moi mais, j’ai fièrement décroché mon ticket d’entrée dans le cursus le moins chiant de tous, le cursus musical. Ce qui m’a plutôt étonné, je dois admettre. Enfin, avec mon frère en soutient, je craignais pas grand-chose.

Nous v’là maintenant en première année de Master. Comme on dirait, le tampax vite. Et comme je suis encore plus tête brûlée que jamais, j’hésite à bientôt passer chez le dirlo. Après tout, avec le pourcentage de Fitzwilliams dans l’établissement, je pense qu’il ne serait pas con de renommer l’Université,  « Fitzwilliams University ».





« Big Browser is watching you »


Pseudonyme ∠ Saint Poué
Âge ∠ u wish u knew
Comment avez-vous connu le forum ? Somewheeeere, over the rainbow ♫
Code ∠ C'moi qui les invente, lel.
Encore un mot ? MEH.


©Riva - Andrew


Invité
Invité
Mar 22 Déc - 20:08
.........J'te dit quand même bienvenue même si t'invente les codes ! *pas rapport*

:gniiik:
Invité
Invité
Mar 22 Déc - 20:14
BRO.
IN MAH ARMS.
I WUV U 4 A 1000 YRS.
Invité
Invité
Mar 22 Déc - 21:13
Jean.
T'es bo toi.
Re-bienvenue.
J't'aime tellement ;; ♥ :die:
Invité
Invité
Mer 23 Déc - 1:29
*pleure*
Toujours autant de classe peu importe où je te vois TwT
SALUT MEC PHYSIQUEMENT INTELLIGENT.

Et pis bah bon courage de rien du tout, t'as tout fini et ça va être très certainement validay vu la qualitay tout ça tout ça **

Rebienvenu quand même u_u
Invité
Invité
Mer 23 Déc - 1:47

Validation
Salut jeune mâle ~
Seth est amusant. Seth a un prénom que j'aime énormément. Seth on a envie de le câliner en fait -fin moi en tout cas- Il a un petit côté "triste" à sourire même quand il ne va pas, mais Tata Rubis va le réconforter :oupas: Bref, je l'aime bien ton bonhomme !! Je n'ai rien à redire sur ta fiche, j'ai pris grand plaisir à la lire, vraiment. Donc va beau mâle ♥

Du coup, tu es validé ! Maintenant que tu as ta couleur et ton rang, tu vas pouvoir t'acquitter de tâches administratives ! (Youhou, Ô joie !)

♙ Aller recenser ton avatar ;
♙ Créer ta fiche de relations ;
♙ Demander un rp ;
♙ Demander un logement ;
♙ Créer ton téléphone et ton Twitter si tu le souhaites ;
♙ Rejoindre un club si tu es lycéen ou étudiant.

Bon jeu à toi et surtout : HAVE FUN !
©Riva
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joli-Trou, une localité succulente
» ROCKY - 11 ans - SPA Saint-Etienne Loire (42)
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain
» Clergé de Saint Bertrand de Comminges
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Zone de détente :: Archives :: Fiches membres supprimés-