Abel ▲ Young

avatar
Professeur de mathématiques
Date d'inscription : 28/02/2016
Messages : 51
Age (du personnage) : 32
Orientation sexuelle : Bisexuel
Etudes/Métier : Professeur de mathématiques à l'université / suppléant au Lycée.
Pounds : 1168
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Fév - 23:35


ABEL YOUNG
NOM : Young
PRÉNOM : Abel
ÂGE : 32 ans
SEXE : Masculin
NATIONALITÉ : Anglais
ORIENTATION SEXUELLE: Bisexuel
SITUATION AMOUREUSE : Célibataire
GROUPE : Personnel
MÉTIER : Professeur de Mathématiques à temps partiel à l'université / suppléant au Lycée pour combler.
AVATAR : Kuroo Tetsurou
IN REAL LIFE
PSEUDO : Maman Chat
ÂGE : 20 (21 soon)
CODE : ☆ Gobé par Sasha. ☆



PHYSIQUE

1m92 - 85 kg - musculature sèche - peau claire - grains de beauté nombreux - cheveux noirs - yeux noisette clair presque ambrés - nombreuses cicatrices datant de sa vingtaine - quelques tatouages et piercings datant de la même époque.

▲▼▲

Le regard aux accents ambrés fixait la glace encore un peu embuée de la salle de bain ainsi que le reflet qui s'y dessinait. S'il avait été de bonne humeur ou en bonne compagnie, il se serait certainement mis à faire des bêtises devant le miroir, prenant des poses de culturiste ou s'amusant à se draguer lui-même. Néanmoins, lorsqu'il était seul c'était une toute autre histoire. Il observait l'homme qu'il voyait dans la glace, reconnaissait ses propres traits sans vraiment s'y voir. Abel se reconnaissait dans les photos où on le prenait à sourire bêtement, il se reconnaissait dans les regards curieux des jeunes lycéennes à qui il enseignait, mais lorsqu'il était seul à seul avec lui-même il se sentait face à un inconnu.

Son visage, en vieillissant, n'avait pas tant changé. Certes il avait prit quelques accents de maturité par ci par là, mais grossièrement il était resté le même. Cette tête d'idiot était bel et bien sienne et pourtant on voyait que son regard avait vécu bien plus qu'il n'acceptait de l'avouer. On y lisait une certaine fatigue dans les cernes sous ceux-ci et parfois, sous certaines expressions, on pouvait comprendre qu'il avait traversé plus d'une épreuve. Pourtant, il restait très souriant, le genre d'homme qui s'amuse d'un rien et qui ne craint pas le ridicule. Voilà celui qu'il voulait reconnaître dans la glace.

Pourtant, seul à seul avec son reflet, il ne pouvait que voir tout ce qu'il ne voulait pas voir. Son corps d'adolescent était bien loin, l'époque où il était trop grand et trop maigre, où ses cent-mille grains de beauté l'agaçaient... Il s'en souvenait comme si c'était hier, mais aujourd'hui c'était différent. Il avait commencé à entretenir sa forme physique en prison et depuis, il n'avait jamais arrêté. Sans devenir un accro, il allait tout de même au gym deux ou trois fois par semaine sans compter la natation en été et le jogging en toute saison. C'était une manière efficace qu'il avait trouvé pour s'occuper l'esprit, pour dépenser un peu d'énergie et se vider de toutes les choses négatives auxquelles il ne voulait pas penser. Aujourd'hui il arrivait à entretenir un corps plutôt agréable, quoi qu'il restait assez élancé plutôt que large mais il s'appréciait ainsi. Fini l'âge du manque de confiance en soi, même son teint digne d'un rouquin et ses grains de beauté ne l'embêtaient plus. Enfin... Il aimait presque tout de lui.

Presque tout en effet, car certains détails lui rappelaient de mauvais souvenirs. Les cicatrices sur son corps étaient toutes liées à des moments désagréables et lorsqu'il les voyait il ne pouvait qu'y penser. La plus évidente était notamment celle sur son flanc gauche, une courte entaille bien cicatrisée qu'on lui avait faite en prison avec un couteau improvisé sorti de dieu sait où. On pouvait aussi voir sur son corps quelques ecchymoses à des endroits communs, sa peau marquant beaucoup trop facilement à son goût. Enfin, il s'y était fait, ça faisait partie de lui après tout.

Enfin, dans l'ensemble... Abel savait reconnaître ses qualités physiques, mais connaissait aussi ses défauts. En général, les gens ne remarquaient que le positif. Cet air de bad boy, d'adulescent un peu attardé et d'apparence négligée, mal habillé et ce sourire d'idiot. Les tatouages sur son corps, les piercings à ses oreilles et à sa langue, c'était ce qui faisait parler les gens en général. On voyait sa grande taille, ses mains immenses et veineuses, ses cheveux noirs en bataille et cet air léger. Pourtant, ce qu'il inspirait en général, c'était un mystérieux mélange entre le confort d'un abri, la douceur et la légèreté d'un vent frais d'été et, quelque part, la crainte de l'inconnu et ce sentiment persistant que ces yeux ambrés étaient ou avaient un jour été ceux d'un serpent.




MENTAL

Qualités principales : Souriant - Rieur - Léger - Moqueur - Protecteur envers ceux qu'il aime - Familier - instinctif - intrépide - Fonceur.

Défauts principaux : Peut se retourner facilement contre vous - Vicieux - Mesquin - Quand il n'aime pas quelqu'un il sait se montrer très sale - Immature - Imprévisible.

▲▼▲

Abel pourrait sembler complexe, mais en vérité son esprit est très simple à comprendre. Pour vous l'illustrer, imaginez qu'un serpent voudrait se faire passer pour un gentil chien. Quoi ? Ça vous semble plutôt improbable ? Eh bien, c'est exactement ça, Abel.

Aux premiers abords, il est souriant, il est facile d'approche et sympathique. C'est quelqu'un de rieur et d'enjoué, quelqu'un avec qui on a envie de passer ses samedis soirs. Les gens pensent en général qu'il, n'y a rien de plus à voir, sous cette personnalité positive on ne cherche généralement pas la petite bête noire. Pourtant, les plus instinctifs le sentent. Comme un mauvais pré-sentiment, comme un goût étrange au fond de la gorge. Parce que Abel, plus on apprend à le connaître, moins on voudrait l'avoir connu.

Il le fera sans s'en rendre compte, parce que c'est naturel, parce que c'est sa nature. Ce sera une simple remarque au début, un ricanement un peu trop méchant et une moquerie un peu trop basse. Il sera facile de ne pas y porter attention, surtout lorsqu'on est pas visé par lesdites moqueries. Il ne s'en prendra jamais aux gens qu'il aime, il n'est pas comme ça. Mais ceux qu'il n'aime pas par contre...
Les moqueries, les remarques, c'est une chose, mais Abel est destructeur. Sifflant entre ses dents le serpent sait se glisser dans les endroits où vous ne voulez pas le retrouver. Il trouvera votre point faible et il s'y enfoncera sans la moindre hésitation. C'est ainsi qu'il se dévoilera dans toute son entièreté.

Abel est de ceux que l'on veut avoir en ami, mais surtout pas en ennemi. L'ennui c'est qu'avoir un ami qu'on sait aussi mauvais, c'est toujours un peu plus compliqué qu'il n'y paraît. Après tout, et s'il se retournait contre vous ? Ses proches le savent très bien, il en est capable. Abel et traître, Abel aurait dû s'appeler Judas. Difficile à contenir, difficile à prévoir. Pourtant, malgré le doute toujours présent, ses proches ne le craignent pas vraiment. Parce que ceux qu'il aime il ne leur fera jamais de mal. Il les protégera de ses bras immenses, il sera bouclier, arme et tendresse aussi. Il sera un abri pour les victimes et portera sur son dos les plus faibles.

À vrai dire, craignez le uniquement s'il ne vous aime pas.

Outre le sujet des relations sociales, Abel est beaucoup plus un chien qu'un serpent. Il est intrépide et aventureux, il est celui qui sautera le premier du haut de la falaise pour faire un plongeon de quelques étages dans la mer. Il est celui qui ne craint pas la mort, qui vit pour toutes les années où il n'a pas pu vivre. Ça lui donne un air immature, insensé et en même temps beaucoup de charme. Abel est celui qu'on veut suivre jusqu'à la folie, qui y court sans regarder derrière, qui attrapera votre main pour vous faire courir plus vite et sauter avec lui. Il voudrait trop vivre, jusqu'à en mourir, parce que c'est tout ce qu'il lui reste de sa vie d'avant. C'est tout ce qu'il a gardé de son passé en ruine. Maintenant il goûte pleinement à la vie et sans substances pour s'y aider il prend un malin plaisir à défier le destin avec la tête un peu trop claire. À croire qu'il n'a jamais arrêté la drogue mais il est aujourd'hui plus sobre que le pape. C'est bien ça le pire, non ?

C'est lorsqu'il fait les pires bêtises que son regard brille le plus. Enfin, ça et lorsqu'il laisse le serpent montrer le bout de son nez. La lueur au fond des iris ambrés est bien différente. Celle du chien et celle du serpent. Entre l'amusement, mêlé d'une douce euphorie - et le sentiment vicieux et la satisfaction malsaine d'avoir détruit quelqu'un. Abel, c'est tout cela dans une simplicité douteuse.




HISTOIRE
DON'T GET TOO CLOSE, IT'S DARK INSIDE.

1
C'était une chaude journée d'été comme bien d'autres, bientôt 12 ans avant aujourd'hui. Le soleil était, comme toujours, beaucoup trop chaud alors que l'horloge du salon n'indiquait que 11h30. Toutes les fenêtres de l'appartement étaient ouvertes, tout comme la porte avant et arrière, pour tenter désespérément de créer un courant d'air sans réel succès. C'était une de ces journées, beaucoup trop humides, une journée pour aller à la plage. Mais Abel n'était pas à la plage. Il était là, affalé sur le canapé de cette femme un peu plus vieille que lui qu'il voyait trop souvent ces derniers temps. Du haut de ses 20 ans, il avait l'âge d'accomplir des choses, de mordre dans la vie, de vivre à 100km/h, mais il n'était pourtant qu'une loque. Son corps trop long traînait et dépassait du canapé, son regard ambré semblait se perdre dans la contemplation du plafond trop bas et taché par la crasse. 11h30 à peine et pourtant il était déjà destroy, déjà déchiré, plus haut que haut et c'était pas nouveau.

À peine avait-il 17 ans lorsqu'il avait tout plaqué et depuis sa vie n'avait été que cette suite pathétique, jour après jour un peu plus enfoncé dans une demie-vie. Une vie à moitié vécue, parce qu'il n'était jamais vraiment conscient de la vivre. Il allait et venait, comme un fantôme dans la ville, il avait un appartement, mais parfois il oubliait où ce dernier se trouvait. Il dormait chez l'une et chez l'autre, chez un pote ou chez une copine, dieu sait où voire dans la rue. Il ne travaillait qu'à moitié, vivant de l'aide financière du gouvernement et de petits boulots un peu sales. Un peu sales... tout comme lui, tout comme cette vie. Si on lui avait dit, ce jour là, qu'il serait un jour quelqu'un d'autre, qu'il serait un jour quelqu'un de mieux, il aurait certainement ricané.

Le regard ambré s'était alors vaguement tourné vers un bruit qui lui semblait lointain. Les cris résonnaient dans sa tête, faisant écho sans qu'il n'arrive à comprendre de quoi il s'agissait. Son regard fut plutôt happé par la vision de la femme étalée contre la table basse dans le même état que lui. Était-elle au moins belle ? Elle avait un certain charme, mais ses yeux étaient bien plus fatigués que les siens et la vie semblait avoir déjà commencé à la dévorer toute crue. Il ne l'aimait pas, ce n'était pas ce genre de relation. Ils s'amusaient ensembles, c'est tout.
Il plissa alors un peu le nez, car les cris semblaient persister. L'écho devenait de plus en plus fort et il finit par lâcher un grondement. Elle rit en l'entendant, mais il ne riait pas. Sa voix un peu rauque s'était alors fait entendre à l'intention de la femme.

« Fais-le taire... Si t'y vas pas j'vais le jeter par la fenêtre.. »

Le ton de sa voix était beaucoup trop sérieux pour les paroles qu'il prononçait. Le pensait-il ? Un peu trop. Beaucoup trop. La vérité était qu'il ne pensait plus tout court, mais à cet instant, dans cet état, ses bras trop longs et trop fins tachés d'ecchymoses dans le creux des coudes, il y avait pensé, juste une seconde.

Encore aujourd'hui cette pensée le hantait.

Elle n'avait pas répondu, il n'avait pas insisté. Les cris persistaient mais l'euphorie les étouffait. Il n'avait eu qu'à fermer les yeux et s'était laissé glisser, juste un instant un peu plus dans sa douce perdition. Mais cet instant n'avait pas duré. Par la porte ouverte deux agents de police étaient entrés, découvrant l'état pitoyable de la mère et d'Abel. Ils furent emmenés, l'enfant ne fut pas jeté par aucune fenêtre ce jour là. La vieille dame de l'appartement du dessous s'était affolé en entendant les cris du bambin qui perçaient tout le voisinage depuis des heures. Elle avait craqué, elle avait appelé la police.

C'est ainsi qu'une vieillarde vivant dans un appartement subventionné pour faibles revenus, une dame quelconque, avait mit fin à sa vie débauchée de jeune adulte.

Encore aujourd'hui, il la remerciait pour cela.



2
Les pires années de sa vie suivirent cet événement. Le mot regrets n'était pas assez fort pour décrire son sentiment d'amertume. La vie le punissait pour toutes ces choses qu'il avait fait et, tout en sachant le mériter, il en souffrait tout de même. La prison. C'était loin d'être un endroit accueillant, encore moins pour un jeune homme de 20 ans. Toxicomane depuis le début de son adolescence, il avait souffert du manque, devant passer par la case désintoxication. La première épreuve fut la pire, semblant durer éternellement. Puis il avait été condamné à cinq ans de prison pour possession et consommation de drogues illicites et négligence d'un enfant. C'était même pas le sien, ce gamin... Mais quelque chose comme « non-assistance à personne en danger » avait été évoqué. Enfin, dans tous les cas ce n'était pas sa première offense. Lorsqu'il était mineur il s'était fait attraper quelques fois pour des motifs semblables et voilà qu'on le trouvait dans cet état. Mais aujourd'hui il avait 20 ans. Il était adulte. Il devait subir les conséquences comme tel.

En prison, tout était différent. Ce qu'il avait connu jusqu'à maintenant, la misère dans laquelle il s'était jeté corps et âme, tout cela n'avait rien à voir avec ce milieu. C'était comme renaître, mais dans un monde cruel et sans pitié, dans lequel il était sans défense et sans la moindre expérience. Autant dire qu'il en avait bavé, mais quelque part il s'était endurci avec le temps. Il passait le temps comme il pouvait, lisant les quelques bouquins de la bibliothèque de la prison, suivant des cours offerts aux détenus et s'entraînant. Il s'occupait l'esprit, il ne craquait pas. Craquer ça aurait été trop facile, craquer sans pouvoir se shooter, craquer sans pouvoir oublier. Mais il ne le fit pas.

Il prouva sa force. Il en sortit la tête haute.

Au bout de trois ans on lui accorda la liberté. Bonne conduite, progrès visibles et une volonté évidente à reprendre sa vie en mains. Sans parler de l'encombrement des prisons, mais ça c'est la base. Faites sortir les toxicomanes et les autres petites frappes, faites de la place pour les violeurs et les meurtriers. Enfin, il n'allait pas s'en plaindre. Il pouvait enfin respirer, il pouvait enfin lever la tête et voir autre chose que le plafond de sa cellule minuscule. Ces trois années furent les plus longues de sa vie et après cela il se promit de ne jamais y retourner. La liberté avait beaucoup trop  bon goût pour s'en priver à nouveau.



3
Après la prison, tout était différent et en même temps tout était pareil. Il avait changé, il n'était plus le même et pourtant le monde extérieur était resté inchangé. Avant, on le regardait avec du mépris dans le regard parce qu'il n'était qu'une loque, parce qu'il ne valait rien, mais ça non plus ça n'avait pas changé. Il avait l'impression d'être tellement mieux que ça, de valoir autre chose, mais les regards étaient toujours les mêmes. On le voyait comme un raté, il sortait de prison après tout. Les gens étaient méfiants, ses anciens proches ne voulaient plus le voir. D'ailleurs, sa famille c'était encore pire. La vie qu'il menait avait avait tôt fait de dégoûter ses parents et sa grande soeur, mais ces derniers gardaient espoir en lui... Jusqu'à ce qu'il se fasse arrêter. À ce moment, il avait été comme renié et exclu. Au départ ça ne le dérangeait pas vraiment, mais après sa sortie il avait voulu revenir vers eux, demander de l'aide pour remettre sa vie en ordre et tout ce qu'il avait reçu à ce moment c'était des reproches. Ils ne croyaient plus en lui. Ils ne voulaient pas l'accueillir chez eux, ni ses parents ni sa soeur. Il ne méritait, alors, plus aucune confiance.

Malgré la douleur, il ne pouvait que leur donner raison.

Il s'était donc retrouvé seul dans ce monde plutôt hostile qui semblait ne plus vouloir de lui. Difficile de se reprendre en main et pourtant il l'avait fait. Après la prison, plus rien en lui faisait peur. Pas même les reproches, pas même les regards méfiants et les jugements hâtifs. Il savait maintenant qui il était et qui il voulait être.

Alors il trouva un petit emploi, rien de bien extravaguant mais travailler dans l'entretien ménager c'était mieux que rien. Cependant,  c'était loin d'être son but. Il ne se voyait pas finir ses jours ainsi, à bosser le soir et parfois la nuit, nettoyant des bureaux divers après le départ des employés. Ce n'était que passager. Ce n'était que le début.
En effet, alors qu'il conservait son emploi il commença à suivre des cours universitaires. Il avait eu la chance de pouvoir faire l'équivalent de sa dernière année de Lycée en prison, ce qui le mettait en position favorable pour se projeter dans un avenir meilleur. De manière plutôt étonnante, il passa l'examen d'entrée avec brio et fut accepté pour des études en mathématiques avancées. Il avait commencé à s'y intéresser encore une fois en prison et maintenant ça lui semblait être le meilleur chemin à emprunter.

Huit années s'en suivirent. Il eut parfois du mal à concilier ses études pour devenir professeur de mathématiques et son travail, mais au bout du chemin ses efforts furent récompensés. Durant ces huit années, il rencontra des gens, arrivant à se faire accepter sans mal par ceux qui ignoraient son passé. Son sourire était contagieux et sa bonne humeur aussi. Il était positif et toujours partant pour des bêtises. C'était un bon vivant et on l'aimait ainsi.
Il avait aujourd'hui accumulé de nombreux souvenirs de cette époque, ces derniers prenant place pour tenter d'écraser les souvenirs malsains dans son cerveau. Il se rappelait des vacances d'été passées en compagnie de sa copine de l'époque et d'un groupe d'ami, des road trip interminables, de la plage et du soleil un peu trop chaud. C'était des souvenirs heureux et il espérait ne jamais en arriver à les embrouiller. Ne plus jamais embrouiller, plus jamais.

Ainsi, il obtint son diplôme à l'âge de 31 ans et quitta l'université avec un puissant sentiment d'accomplissement. Il avait gagné, il était devenu quelqu'un de meilleur.



4
Après l'obtention de son diplôme, il se mit à rechercher un emploi dans son domaine. Pas toujours évident, surtout avec un dossier criminel, il fut refusé à quelques endroits et finalement une université de Londres accepta sa candidature. Il fut donc engagé à Millenium comme professeur de mathématiques avancées à temps partiel, prenant la place d'un professeur ayant prit sa retraite cette année là. Il se fichait bien du nombre d'heures quelque peu dérisoire qu'il avait réussi à gratter, simplement heureux de pouvoir exercer son métier et commencer quelque part. Chanceux, il postula pour remplacer dans ses heures libres au Lycée tout près de son lieu de travail et fut accepté. Il pouvait donc ainsi accumuler les deux salaires et l'expérience de travail en double, ce qui l'arrangeait bien.

Il emménagea donc à Londres, trouvant un appartement sans trop de mal. Malgré le nouvel environnement quelque peu inconnu, il n'avait peur de rien. Il ne craignait pas et n'avait jamais craint la nouveauté et le changement. C'était une nouvelle étape et il se sentait prêt à la franchir la tête haute.

Elle était loin maintenant, l'époque où il n'était qu'une loque sur le canapé du salon d'une presque-inconnue. Il n'avait jamais retouché à la drogue depuis sa sortie de prison et, bien que cela lui traverse encore parfois l'esprit, se considérant à tout jamais comme toxicomane, il résistait toujours à la tentation. La vie lui avait offert une seconde chance et il n'était pas assez hautain pour lever le nez sur une telle clémence du destin.

Aujourd'hui, il allait de l'avant.


avatar
Sophomore
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2122
Age (du personnage) : 17 ans
Orientation sexuelle : Ace.
Etudes/Métier : Lycéenne.
Pounds : 10737
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Fév - 2:53
J'aime ton job, you.
Et ton avatar aussi, ofc.

Bienvenue ici, sweetie. ~♥
J'ai hâte de lire ta fiche terminée, bon courage pour la finir. :wink wink:



Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
avatar
Policière
Date d'inscription : 27/09/2015
Messages : 324
Age (du personnage) : 23 ans
Etudes/Métier : Policière
Pounds : 2486
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mar - 20:49
Comme dit sur la chatbox, re-bienvenue !
Courage pour finir ta fiche <3



Spoiler:
 
avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1463
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24303
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mar - 22:49
Non mais disons le clairement que tu fais trop de BONS personnages, dans tous les sens du terme, hein.

En tout cas, hâte de voir ta fiche, fuuh. ♥


avatar
Professeur de mathématiques
Date d'inscription : 28/02/2016
Messages : 51
Age (du personnage) : 32
Orientation sexuelle : Bisexuel
Etudes/Métier : Professeur de mathématiques à l'université / suppléant au Lycée.
Pounds : 1168
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Mar - 1:45
Hehe merci <3
Me manque plus que l'histoire :D !


Invité
Invité
Mer 2 Mar - 11:12
Rebienvenue sur Millenium et bonne chance pour la rédaction de l'histoire :happy: Je suis happy de voir un collègue (l)
avatar
Professeur de mathématiques
Date d'inscription : 28/02/2016
Messages : 51
Age (du personnage) : 32
Orientation sexuelle : Bisexuel
Etudes/Métier : Professeur de mathématiques à l'université / suppléant au Lycée.
Pounds : 1168
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Mar - 19:18
LA FINITATION <3

- love -


avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1463
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24303
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Mar - 22:41


VALIDATION
Bon, bon, bon. Je pense que je n'ai vraiment pas grand chose à dire si ce n'est que j'adore ce petit Abel et la manière dont tu écris. En plus, tu as très bien décrit sa descente et sa remontée, donc je n'ai aucun souci avec ça. Je te valide donc avec plaisir ! ♥ Et maintenant, hop hop hop, passons aux tâches administratives, courage !

♙ Aller recenser ton avatar ;
♙ Créer ta fiche de relations ;
♙ Demander un rp ;
♙ Demander un logement, mais uniquement si tu penses en avoir besoin pour rp,
♙ Créer ton téléphone et ton Twitter si tu le souhaites ;
♙ Rejoindre un club si tu es lycéen ou étudiant.

Bon jeu à toi et surtout : HAVE FUN !


Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06. Let's be young folks together - PV Santana
» IF I DIE YOUNG
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)
» The Young And The Hopeless
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Pour commencer :: Présentation :: Fiches :: Validées-