Flagrant délit. { eve }

avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Fév - 4:45

« À force de faire des bêtises, tu vas te faire attraper Jos ! J't'aurai prévenu ~ »

Elle lui avait dit ça, au moins quatre ou cinq ans auparavant. Qui ? Amber, sa meilleure amie. Elle l'avait prévenu, mais sur son ton c'était bien plus des conneries qu'une véritable mise en garde. Après tout, elle n'était pas sa mère, et cette dernière était bien loin aujourd'hui pour réprimander les bêtises de son fils. Alors il ne l'avait pas prise au sérieux, d'ailleurs elle ne se prenait elle-même pas au sérieux. Ainsi, il avait continué ses bêtises et en 26 ans de vie on ne l'avait jamais attrapé.

Il était libre de faire ce qu'il voulait.


* * *

Cette nuit là, ce qu'il voulait c'était sortir et faire ce qu'il faisait le mieux. Il avait remarqué cet emplacement, en haut d'un bâtiment, qu'on voyait bien de la rue et qui lui semblait vide et parfait pour quelques couleurs. Sans s'en rendre compte il y avait repensé plusieurs fois durant la semaine et voilà qu'il craquait enfin. Il allait faire de ce petit bout de mur sa toile pour cette nuit.
Il avait enfoncé dans son sac à dos toutes ses canettes de peinture, d'autres conneries essentielles, son téléphone et son casque sur sa tête. Avant de partir il voulu annoncer à son colocataire qu'il sortait pour une bonne partie de la nuit, mais en s'approchant de la porte de la chambre il comprit bien que Lilian était occupé. Pas d'humeur chiante, Josiah ne l'emmerda pas en ouvrant la porte toute grande pour l'interrompre et sortit sans y penser plus longtemps.

Ses pas étaient nonchalants, il marchait sans se presser en profitant de la fraîcheur de cette nuit de fin février. Il devait bien être déjà une heure et demi du matin et les rues étaient vides. Tant mieux. Pas de foule, pas de regards, pas de questions sur des visages inconnus et personne pour bloquer son chemin. Sortir la nuit, y'a rien de mieux. Enfin, il vivait tout de même tout près du centre ville et il croisa tout de même quelques âmes vivantes dans ce désert de béton, des veilleurs, des jeunes qui rigolent un peu trop fort, des gens qui rentrent d'un boulot parfois un peu louche et des vieillards torchés qui cherchent leur chemin. La nuit en ville et lui en plein centre de tout ça, tout en noir avec cet air de voleur, qui a les yeux levés et qui cherche ce petit endroit qu'il avait remarqué plus tôt dans la semaine.

Lorsqu'il le vit, il eut un petit sourire en coin et s'approcha alors du bâtiment. C'était, à vue de nez, un commerce plutôt banal au rez-de-chaussée, puis il y avait quelques logements sur quatre étages au dessus. Le bâtiment était mitoyen avec un autre et il le dépassait de presqu'un étage en suivant la pente de la rue elle-même. C'était le genre d'endroit parfait pour lui ; Un mètre cinquante d'espace vierge à combler, pas une seule fenêtre pour l'emmerder et... où étaient donc les escaliers de secours ? C'était tout ce qui l'intéressait pour le moment, car c'est par là qu'il atteindrait le toit.
Il avait l'habitude de cela, grimper sur une benne à ordure pour attraper l'échelle en hauteur c'était la base, puis monter jusqu'en haut sans déranger les gens endormis à l'intérieur, atteindre le dernier étage et monter sur la rambarde pour atteindre le toit. C'était ça le plus difficile. S'il avait quelques centimètres de plus il pourrait sans mal se glisser sur le toit, mais 1m76 c'était loin d'être très grand. Il y avait aussi la hauteur de quatre étage qui le séparait du sol et l'instabilité de son perchoir, les pieds posés sur une petite rampe. Mais là était tout le charme, après tout, non ? L'adrénaline, savoir que si tu te foires tu tombes de haut et si tu tombes tu risques pas de te relever... Jouer avec sa vie, c'était loin d'être la première fois. Loin d'être la dernière.

Il se redressa une fois sur le toit, profitant de la vue assez agréable sans être époustouflante. Il avait vu mieux, il avait escaladé plus haut aussi. Mais il ne venait pas pour la vue. Ses pas lents le menèrent jusqu'à son petit emplacement de choix et il s'alluma d'abord une cigarette avant de commencer. C'était si bon d'être là et il en profitait pleinement.

Le temps passa rapidement et bientôt il aurait écrasé son cinquième mégot sur le mur. La nuit n'avait pas changé, toujours aussi noire, toujours aussi calme. Son casque toujours sur la tête, il ne sentait même plus le froid, comme s'il s'y était adapté sans le moindre mal. La cigarette brûlait, coincée entre ses lèvres, son visage paraissant bien concentré sur ses gestes habiles. Son graffiti, qu'on pouvait appeler au choix art ou vandalisme, avait bien avancé. Au début, il regardait toujours un peu frénétiquement en bas pour voir si quelqu'un passait, pour voir s'il se faisait prendre en flagrant délit, mais maintenant qu'il devait bien être trois heures du matin il n'y faisait plus vraiment attention. À cette heure, il n'y a que les saoulons qui rentrent chez eux après avoir fait la fermeture des bars, rien de plus...
avatar
Policière
Date d'inscription : 27/09/2015
Messages : 324
Age (du personnage) : 23 ans
Etudes/Métier : Policière
Pounds : 2486
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Mar - 7:56
 
Flagrant Délit

Eve Clayton - Josiah Miller
Qui dit weekend, dit plus de volontaires pour des gardes de nuit ! Que ce soit pour arrêter pleins de jeunes en état d'ivresse ou dans leurs petites délinquances. Forcément ! Le samedi soir les étudiants n'avaient pas cours, ni les travailleurs. Hormis des gens comme nous indispensables à la population, le personnel hospitalier étant un autre exemple du même genre. Comme eux, nous pouvions avoir des moments plaisants comme extrêmement fatiguant la nuit, avec comme seul désir de s'effondrer de fatigue sur notre lit en rentrant. Aujourd'hui j'étais l'une de ces personnes au boulot nocturne donc au fond de moi j'espérais avoir assez d'action pour pas m'endormir mais pas de trop car j'enchainais mes heures de nuit en plus de mon travail quotidien... Malheureusement ces petits voyous pouvaient l'oublier et c'était avec une grande joie qu'on intervenait auprès de ceux croyant que le dimanche matin laissait place en plus du repos, à la fête et à toutes les permissions inimaginables ! Tandis que certains se plaignaient d'être bien torchés le lendemain, moi je devais subir leur négligence. Fort heureusement qu'il y avait une prime à la clé car je ne sais pas si je pourrais me motiver suffisamment pour des gardes le samedi soir. Pas que mon boulot ne me plaisait pas, je l'avais choisi mais ce jour-là à ce moment de la journée pouvait juste être déprimant à souhait !

Bon aller Eve, plus que quelques heures à boucler et tu pourras dormir pour une bonne partie de la journée. C'était là que j'étais soulagée à l'idée que je ne sois pas mère sinon je serais probablement réveillée par les bruits d'éventuels enfants, de mauvaise humeur et encore plus crevée qu'avant ! Même s'ils seraient des anges, je tenais à mon moment de repos bien mérité ! Être célibataire avait du bon et de toute façon, jamais je n'avais connu le véritable amour. Au sens propre comme au figuré. Bien sûr que cela pouvait paraître étonnant puisque j'étais l'objet de convoitise de nombreux jeunes hommes en étant une policière audacieuse, sensible, finement musclée, parfois avec une grande gueule... *rire* Cependant j'ai toujours éprouvé une certaine gêne envers eux et à part quelques échanges sympathiques, ce n'était jamais allé plus loin. La flamme ne s'était jamais allumée et je n'avais pas l'envie qu'elle le soit. Peut-être qu'un jour je changerai d'avis lors d'un coup de foudre, qui sait ?

La tête plongée dans ce beau mélange de pensées, je m'avançais toujours dans les rues désertes du centre-ville. Après quelques bonnes heures je me décidai d'aller un peu à l'extérieur de celui-ci afin de trouver quelques autres jeunes à contrôler. Aussitôt repérés saoulés, aussitôt testés à l'éthylotest. J'envoyai les plus bourrés au commissariat, tandis que la majorité je les laissai en liberté à condition que je ne les surprenne plus dans la rue et qu'ils rentrent directement chez eux, si possible avec un ami non malade. Comme prévu, la journée allait être longue. TRÈS longue. Après ces innombrables rencontres, voilà que l'heure de 3h40 s'affichait sur mon portable de fonction. Aller, je m'oriente vers un endroit un peu plus calme. Ce dernier étant beaucoup plus susceptible d'être le foyer d'affaires illégales. Alors que je passai à côté d'un commerce, voilà que quelques bruits métalliques me parvinrent. Curieuse, je levai ma tête pour voir ce qu'il en était.

Je n'avais pas tord sur ce que j'avais dis précédemment puisque je repérai un malin...à quatre étages au dessus de ma tête. Ah voilà quelque chose de pas commun allait me réserver un bon nombre de surprises. Pas forcément agréables. Il s'agissait vraisemblablement d'un jeune homme qui profitait de son weekend et du silence régnant par ici pour s'emparer d'un mur uniforme. En termes plus compliqués, le vandalisme. Bien que certains dessins pouvaient être révélateurs d'un certain talent, la liberté d'expression avaient des limites et ne devait pas empiéter sur l'espace public ! Il aurait pu s'acheter des toiles de peinture, se rendre dans des locaux dédiés mais non ! Même si celui-ci savait que c'était interdit il fallait qu'il le fasse quand même jusqu'à temps que quelqu'un le repère. Le pire étant que rien que le fait qu'il aie des casques sur les oreilles semblait indiquer que j'allais m'attaquer à un je m'en foutiste. Bon... Fallait que je me calme et que je trouve un moyen de l'interpeller ! Au moins je devrais être heureuse d'avoir une activité un peu plus diversifiée que tout à l'heure.

Je commençai à ouvrir ma bouche pour lui hurler de descendre mais à temps je la fermai. En effet, la musique dans les oreilles et les habitants qui dormaient faisait que de crier allait être inefficace dans ce cas de figure. Je n'allais pas avoir le choix.... Il fallait grimper ! Je vis des échelles de secours. Enfin je compris à quoi les épreuves physiques lors du concours policier pouvaient servir et là je ne pouvais qu'admettre l'utilité de tout mon entraînement physique ! Alors telles que dans les conditions de celui-ci, je me concentrai pour bien m'y prendre tout en faisant attention à ne pas tomber. Bien évidemment, le tout rapidement. Une fois sur le toit je m'approchai de l'individu à l'allure d'un délinquant. Si ça se trouvait il était déjà fiché par les services policiers. Haha, la bonne blague. Je ne l'espérais pas ! Je restai à distance pour l'observer faire et ainsi le prendre en flagrant délit, photos à l'appui au cas qu'on me demanderait des preuves sur sa culpabilité. Après avoir rangé mon téléphone, mes pas se dirigeaient en direction de l'artiste et je le surpris non sans garder une certaine distance afin d'éviter un quelconque geste de violence si ça devait arriver. Enfin je pris la parole et mon ton se fit volontairement sévère pour ne pas me laisser impressionner ni me faire marcher sur les pieds.

▬ Je ne sais pas comment vous vous appelez jeune homme mais vous allez tout de suite arrêter votre petit manège. Je vous observe depuis plusieurs instants donc j'aimerais un peu discuter avec vous par rapport à ce que je suis en train de constater de mes propres yeux.

Tu n'avais pas intérêt à m'embêter car franchement, il était déjà 4h15 du matin et je n'avais pas envie de jouer au chat et à la souris trop longtemps, même si j'aimais les affaires un peu plus pimentées !

code by LVH




Spoiler:
 
avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Mar - 0:22

Il s'était alors reculé de quelques pas, observant son petit bout de mur coloré avec un satisfaction à peine dissimulée. Il était fier ce petit con, ça prenait forme et d'ailleurs il avait presque terminé. La cigarette encore coincée entre les lèvres, il contemplait son art, se sentant tout simplement libre et bien pour une fois. Il revenait alors vers le mur, agitant la canette de peinture sans sa main, prêt à continuer pour ajouter quelques détails sans jamais remarquer la policière à l'autre bout du toit. Comment aurait-il pu la remarquer de toute manière, son casque sur ses oreilles crachait on son fort qui couvrait tous les bruits environnants et elle était toute petite, dans la nuit noire alors que le regard de Josiah était concentré sur son art. C'était ça le plus terrible. Il ne la vit pas arriver.

Alors qu'il arrêtait un instant ses gestes pour tirer une dernière fois sur son mégot, prêt à le jeter, il entendit un bruit, une voix qui traversait la barrière sonore de son casque. Sans réfléchir il baissa le casque qui vint entourer  son cou, captant les paroles de la jeune femme plus clairement à partir de « jeune homme ». Il avait tourné les yeux vers lui, un peu dans le cirage, ne comprenant qu'après une seconde ce qu'il avait en face de lui. Il figea, son mégot dans la main droite et la bombe de peinture dans la gauche, les deux recouvertes des couleurs qu'il appliquait sur le mur depuis quelques temps déjà.

« Fuck.. »

Le murmure s'échappa de ses lèvres entrouvertes alors qu'il réalisait ce qui était en train d'arriver. Les paroles de la jeune policière vinrent à peine à son cerveau qui allait à toute vitesse. Là, il paraissait presque calme, mais mentalement c'était le bordel. Logiquement, il aurait dû réagir calmement, après tout elle disait vouloir simplement discuter, sûrement le gronder, lui filer un avertissement et une corvée de nettoyage, mais le cerveau humain n'est pas toujours logique. Là, dans sa tête il voyait une flic, et c'était la panique. Réflexe de voyou, certainement, dans tous les cas il la laissa à peine finir qu'il partit à toute vitesse. Il avait laissé tomber son mégot et la canette de peinture au sol, abandonnant son sac à dos et toutes ses affaires, comme dans les séries policières comme dans les films il était parti comme un voleur.

Pourquoi s'enfuyait-il ? Pff, aucune idée. Il n'aurait pas su l'expliquer, simplement il avait eu comme un instinct. Il devait courir. Ses enjambées étaient plutôt larges pour des jambes courtes comme les siennes et il partit sans hésitation vers le bord du toit le liant aux escaliers de secours. Sans se retourner il pouvait deviner qu'elle allait courir derrière lui et l’adrénaline prit le dessus. Il enjamba le toit avec une aisance inhabituelle, sautant presque celui-ci pour atterrir lourdement sur l'escalier de métal. Sans perdre de temps il commença à les descendre, sautant les marches, s'accrochant à la rampe en montrant une certaine agilité insoupçonnée. Grimper et descendre, c'était son fort. Néanmoins une fois au sol, il savait que la policière n'était pas loin derrière lui et courir, ça, c'était tout de suite beaucoup moins sa tasse de thé.

Pourtant, il ne fit pas le raisonnement logique. Il était trop tard pour le faire de toute manière. S'arrêter et s'avouer vaincu après être parti en plein délit de fuite c'était vraiment pas très crédible. Alors dès que ses pieds touchèrent l'asphalte de la rue au pied de l'escalier, il entreprit de sprinter vers dieu sait où. Il pouvait clairement entendre la femme derrière lui et elle ne comptait pas le laisser s'enfuir aussi facilement, c'était certain. Quoi, même à 4h du matin ils sont tenaces, les flics ?

Ayant encore assez d'énergie il couru aussi vite que son corps lui permettait d'aller, déviant dans la première ruelle qu'il croisa pour tenter de semer la policière. Il avait à peine fait un coin de rue qu'il sentait déjà son souffle se faire plus fort, plus rauque et bruyant, perdant en vitesse, son corps atteignant sa pauvre limite. Josiah était, en effet, plutôt agile et doué pour retomber sur ses pieds comme un chat, mais son endurance frôlait le zéro. D'ailleurs son médecin lui avait déjà fait la remarque qu'il aurait sûrement très tôt des problèmes de santé, mettant tout sur le dos de la cigarette. Quoi ? Il fumait trop, ouais, parfois plus d'un paquet par jour, mais dans une situation normale ça ne le dérangeait pas... Sauf quand il fallait fuir à toutes jambes pour ne pas se faire arrêter. Là, c'était tout de suite plus embêtant...

« Eh merde..! »

Juste pour jurer il avait souffert de son souffle court et de sa voix rauque. Alors qu'il arrivait au bout de la ruelle il eut le malheur de tourner le visage pour voir où la policière se trouvait derrière lui. Dans une certaine fantaisie, il avait espéré qu'elle serait loin loin derrière lui, car il avait pu prendre quelques mètres d'avance avec la partie de l'escalier, mais elle était juste derrière lui. Elle avait, à la course, rattrapé toute la distance entre eux. À peine avait-il tourné la tête vers elle une seconde qu'il avait eu le temps de voir l'expression sur son visage. Elle était loin, très loin d'être contente de devoir courir à 4h du matin la petite dame. Juste penser à ce qu'elle lui ferait en l'attrapant et Josiah avait mal aux fesses, si on me permet l'expression. Il était mal, dans le très mal même.
Dans un dernier espoir il tourna le coin de la ruelle, tentant de se surpasser et de courir plus vite mais c'était loin d'être un succès. C'était la fin et comme dans les films et les séries policières le voyou allait se faire attraper ~
avatar
Policière
Date d'inscription : 27/09/2015
Messages : 324
Age (du personnage) : 23 ans
Etudes/Métier : Policière
Pounds : 2486
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 30 Mai - 6:51
 
Flagrant Délit

Eve Clayton - Josiah Miller ( 1112 mots )
À peine s'était-t'il rendu compte de ma présence que le jeune homme avait pris la fuite ! Putain ! Il aurait pu au moins me laisser finir ce que j'avais à lui dire ! Je doute même qu'il ait vu mon visage et que celui-ci s'est uniquement focalisé sur mon emblème de flic. J'aurais du m'y attendre je pense, les gens m'assimilent souvent comme une menace dont il faut à tout prix s'échapper. Ils craignaient pour des amendes ou leur liberté. Certes pour quelques cas cela s'avérait indispensable de leur retirer, notamment avec un casier judiciaire bien chargé mais la plupart du temps il ne s'agissait que d'un avertissement. De plus, nous n'avions aucun pouvoir sur la décision judiciaire qui relevait des magistrats.

Souvent les jeunes pouvaient faire des conneries mais cela ne faisait pas d'eux des criminels pour autant ! Pour preuve, regardez toutes les personnes que j'ai interpellé cette nuit...Une grande majorité de fêtards qui ne pensaient qu'à s'amuser et avaient besoin d'un rappel à la loi pour éviter tout trouble public. L'homme aux casques ne devait pas avoir de mauvaises intentions non plus. Il semblait même fier de son art ! Pourtant j'étais tout de même obligée de lui parler et ça n'allait pas être un moment agréable pour nous deux. Seulement...Se doutait-t'il que je voulais simplement une discussion avec lui ? Dommage...

D'ailleurs, il était temps que je rattrape la personne en question avant qu'elle n'envisage de vouloir me désorienter ! Maintenant je ne connaissais que trop bien le mode d'action des malins en mes quelques années d'expérience... Tu voulais participer à un jeu où tu croyais pouvoir t'en sortir vainqueur ? Voilà que mes membres inférieurs commençaient à se mouvoir en même temps que mes bras dans le seul but de t'intercepter ! J'ose espérer que tu avais un certain entraînement physique pour pouvoir prétendre à la possibilité éventuelle de me causer des difficultés.

Ainsi après m'être élancée j'étais en pleine course et j'empruntais le chemin inverse de tout à l'heure, à savoir les escaliers. Toutefois je ne voulais pas m'amuser à sauter trop de marches car si jamais je tombais ça peut arriver ça en serait pour moi. L'agilité n'était pas mon point fort comme pouvait l'être la course car dans ce dernier cas, je m'y entrainais tous les jours ! Que je donne l'illusion à ce voyou qu'il peut fuir, la suite de l'histoire ne promet pas d'être des plus joyeuses à vivre.

Comme prévu, ce n'était qu'une fois les pieds posés sur une surface plane que je pus déployer l'ensemble de mes meilleures capacités physiques. J'accélérais d'autant plus mes enjambées tout en maintenant mon allure. Ça faisait tout drôle de sentir tous ces afflux hormonaux et sanguins croissants à quatre heures du matin ! J'étais pleinement réveillée même si j'aurais voulu qu'il ne soit pas aussi brutal. J'avais trop espéré ! Bon aller, reprends-toi. Au moins tu seras bien crevée en rentrant à l'appartement non ?

Qu'en était-t'il pour toi? À en juger par ton souffle, je pouvais deviner que tu avais du mal à maintenant ton effort. Bien ! Voilà qui m'arrangeait. 1ère erreur Penser qu'un fumeur peut aisément se défaire d'une personne qui ne consomme aucune substance nocive est aussi irréaliste qu'une tortue dépassant un lièvre.
Par la suite tu pensais que les ruelles proches de toi allaient te sauver puisque je dus en rejoindre une ! 2ème erreur Ta démarche ne faisait que de te fatiguer davantage et me permettre de prendre de l'avance sur toi. Tu n'étais que trop proche de moi et tu t'étais même retourné pour voir où j'en étais ! Haha, au moins un peu de plaisanterie malgré cet agacement grandissant. Après tout je m'attendais à un peu plus de challenge venant d'un délinquant, pas à un malade des poumons pouvant mourir à tout moment ! 3ème erreur Admettons que tu arrives à t'échapper sans problème. Qu'est-ce qui se passe concernant tes affaires que tu as laissé tomber en haut de cet immeuble ? Autant de traces que possibles pour te traquer surtout s'ils contiennent des papiers importants. Dans ce cas là, pas sûr que d'autres policiers soient contents d'apprendre qu'ils doivent chercher une personne en plein délit de fuite... Ça n'arrangerait pas ton cas de t'enfuir et cela serait l'amende assurée !
De toute façon, dans tous les cas de figure tu étais coincé et tu ne semblais même pas t'en rendre compte tu sais ?

L'ultime détournement de ruelle signait ton ultime chance de pouvoir prendre de l'avance sur moi. Hé oui ! Maintenant qu'on s'était montré chacun nos visages, pourquoi pas ne pas faire plus ample connaissance ? Au lieu d'user de la violence j'allais plutôt tenter de te dissuader de t'arrêter tout seul. Plus économe en énergie pour toi comme pour moi !

▬ Inutile d'insister ! N'allez pas vous détruire la santé alors que la partie semble déjà jouée. Il serait bête de faire un malaise par dessus le marché non ?

Par contre, tu ne semblais pas vouloir partager mon approche puisque je t'observais toujours en train de te surpasser. 4ème erreur Si on perdait en allure, on perdait en vitesse et en efficacité !

Finalement, je finis par te saisir grâce à l'un de ses bras. Décidément, du début à la fin tu ne m'as pas fais de cadeaux ! Je pouvais être gentille mais là, je devais sévir histoire que tu comprennes qu'il ne fallait pas que tu fasses n'importe quoi en ma présence.

▬ Pourquoi vouloir fuir alors que rien ne vous a été prononcé ? J'ai constaté une infraction qui méritait discussion mais vous avez préféré choisir la pire option.

Ma poigne se raffermit davantage sur ton bras, parlant d'un ton relativement sec quand j'abordais le sujet sensible.

▬ Soit vous restez avec moi et on aura une discussion, soit j'appelle le commissariat histoire qu'on règle tout ça entre collègues. Vous comprenez ?

Je gardais mon sang froid malgré mon énervement qui était déjà un peu descendu car maintenant, il ne s'agissait que de contrôler la situation. Enfin, je l'espérais...
code by LVH




Spoiler:
 
avatar
Maître du [hide]
Date d'inscription : 13/02/2016
Messages : 173
Age (du personnage) : 27
Orientation sexuelle : homosexuel
Etudes/Métier : Première année en philosophie
Pounds : 1238
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Juin - 21:11

Ses enjambées étaient aussi rapides que son corps le lui permettait, il courrait à toute vitesse mais ne semblait pas réussir à distancer la jeune policière. Au contraire, elle se rapprochait, toujours plus à chaque pas et la fin de cette course-poursuite était inévitable. Cela n'empêchait cependant pas Josiah d'essayer du mieux qu'il pouvait de la semer, malgré ses poumons de fumeur bien peu adaptés à un tel effort, malgré ses jambes épuisées après si peu de temps il ignora les paroles de la femme, continuant toujours avec autant d'énergie qu'il le pouvait. N'empêche, elle n'avait même pas l'air à bout de souffle, comme si elle pouvait courir ainsi durant une heure entière. Sa voix n'était pas aussi rauque que la sienne, elle arrivait à prononcer autant de mots sans souffler et c'était de bien mauvaise augure pour le jeune homme. Cependant, sa phrase ne donna pas du tout envie à Josiah de s'arrêter. Au contraire, elle le motiva à enjamber un peu plus vite, au moins pour une seconde ou deux. La partie semble déjà jouée.. C'était suffisant et arrogant à un point où il ne pouvait qu'en être énervé. Certes elle avait raison, certes la partie était effectivement déjà jouée, mais pas la peine de le dire à voix haute c'était désagréable au possible. Elle sous-entendait en plus qu'il était suffisamment peu en forme pour faire un malaise, non mais quelle connasse ! Bon... Il ne risquait certes pas de faire un malaise, mais par contre il n'en pouvait vraiment plus, son corps était bien lâche pour un jeune homme de vingt-sept ans et pourtant... Ça ne l'avait pas empêché de fuir comme un voyou. Ça ne l'empêcherait jamais de fuir comme un voyou d'ailleurs, mais bon. Fuir et réussir à fuir c'était deux choses bien différentes.

Alors qu'il allait encore ralentir un peu plus sa vitesse, son souffle étant bruyant et anarchique, elle mit fin à ses souffrances en l'attrapant par le bras. Il ne résista pas plus que de raison, ralentissant, se laissant arrêter sans opposer de résistances physiques. Il en profita pour reprendre son souffle, respirant par la bouche, les lèvres entrouvertes, se penchant même un peu pour poser ses mains sur ses cuisses, les empêchant de trembloter et se stabilisant un peu. Merde, il devait vraiment se mettre au sport quand même...
Il écouta donc distraitement les paroles de la jeune policière, se redressant doucement une fois un peu calmé, son corps étant définitivement au bout de ses forces. Il posa les yeux sur elle, comprenant bien avec ses paroles qu'il avait été con de fuir. Con mais tout de même, ça avait été un réflexe, un instinct. Plus fort que lui. Elle tenait toujours son bras et il n'aimait pas vraiment ça, d'ailleurs c'était le genre de chose qui titillait encore un peu son instinct. Il avait envie de se casser, il n'aimait pas cette situation mais tout de même il resta assez calme, sachant bien que s'il courrait encore elle le rattraperait et que c'était une perte de temps et d'énergie. De plus, comme elle venait de le souligner, il avait le choix entre subir la discussion maintenant avec elle ou finir tout ça au poste et la première option était tout de même bien plus alléchante. Il soupira donc finalement..

« Ouais... C'bon t'inquiètes j'te ferai plus courir. »

Il le dit surtout pour récupérer son bras, n'aimant pas du tout la poigne ferme de la policière. Il remua donc vivement le bras, le tirant d'un geste brusque, pour qu'elle le lâche. Il l'avait d'ailleurs tutoyée sans y réfléchir, par habitude très certainement. Il ne vouvoyait jamais personne et à en juger par le visage de la jeune policière elle n'était probablement pas plus vieille que lui. Malgré son titre de gardienne de la paix et, qui plus est, d'inconnue, il ne se sentait pas obligé de la vouvoyer. Enfin, rien de bien étonnant venant de Josiah après tout. Une fois son bras récupéré il replaça un peu sa veste, détaillant un peu la policière des yeux, nerveux malgré tout l'air de rien. C'était pas très agréable de se faire prendre la main dans le sac comme on dit.

« Alors tu veux juste discuter ? Ok. Tu vas m'dire quoi ? Que c'pas bien c'que j'fais ? Ouais j'sais. Faut j'dise quoi ? Pardon j'recommencerai plus ? »

Il lâcha un petit ricanement, ne réalisant pas à quel point il manquait de respect. C'était son état habituel après tout, il ne respectait jamais vraiment personne et c'était naturel chez lui d'être un connard. Alors il disait donc des choses comme ça sans trop y penser, alors que son esprit se concentrait sur autre chose : Son sac. Il était parti en vitesse sans y songer, mais en y repensant heureusement que la policière l'avait suivi car si elle s'était attardé sur son sac elle y aurait trouvé premièrement son porte feuille, contenant ses identifiants. Il aurait été fort probablement bien mal de la voir débarquer chez lui après ça. Puis elle aurait aussi trouvé les "preuves du crime" soit les bombes de peinture, puis finalement ses cigarettes et dans son paquet il devait bien avoir un petit joint roulé un peu plus tôt chez lui avant de partir. Ça aurait été sa petite récompense pour avoir accompli une nouvelle fresque sur un nouveau mur, sa petite manière de fêter ça et de rentrer bien calme chez lui pour dormir paisiblement. Avec tout ça, il y avait probablement de quoi lui causer des ennuis. Ça le tracassait, car forcément si elle mettait la main sur ce petit joint elle ne risquait pas d'être bien heureuse. À quel point la loi était sérieuse à ce sujet ? Il l'ignorait, comme le grand con qu'il était. Pour un joint ça pouvait pas être si terrible ? Bon, elle ne risquait pas de le fouiller après tout, elle n'avait aucune raison de le faire non ? Elle disait ne vouloir que discuter alors il ne ferait que discuter et tout irait bien.

« J'suis désolé au fait... euh... d't'avoir fait courir. C'la première fois que j'me fais interpeller par un flic et j'ai flippé. »

Dans un registre bien moins désagréable que sa précédente phrase maladroite et irrespectueuse au possible, voilà qu'il s'excusait et expliquait sa réaction un peu stupide. Au moins il était honnête, pour une fois. C'était la vérité, il avait simplement eu un réflexe craintif devant une policière, ne sachant pas ce qu'elle pourrait tenter de lui faire, ne voulant pas vraiment répondre de ses actes et être accusé de quoi que ce soit. C'était plus facile de courir, dans sa tête. Idée de con, fallait bien l'avouer, mais bon. Elle l'avait rattrapé, il s'était calmé... ils pouvaient bien discuter un moment tout irait bien. Tout irait bien sauf si elle venait à vouloir retourner sur "les lieux du crime" et qu'elle fouillait son sac et... non, vaut mieux pas y penser...
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» La Kouche en flagrant délit d'islamophobie
» Prise en flagrant délit [pv] [terminé]
» Pris en flagrant délit [Rachelle-William-Irving]
» Prise en flagrant délit [PV Diane Flores]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Centre-ville-