Ne reste pas dehors petit chaton

avatar
Policier en formation
Date d'inscription : 29/06/2016
Messages : 62
Age (du personnage) : 35
Orientation sexuelle : Asexuel - Panromantique
Etudes/Métier : 2ème année, police
Pounds : 955
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Déc - 16:19
Une ombre marchait dans le soir, à cette heure charnière entre le jour et la nuit. Soudain, elle passa sous la lumière vive d’un réverbère à peine allumé. Robin, s’arrêta, il sortit de sa poche un paquet de cigarettes et en ôta un bâton de nicotine, qu’il alluma. Une légère fumée brilla sous l’éclaira électrique, seul, Robin était déjà partit. La journée avait été épuisante pour le vieux stagiaire : il avait encore du conduire une voiture, ce qu’il détestait et le commissariat était débordé. C’était ce genre de journées qui le rendait nostalgique et qui amenait ses pas dans les parcs, seuls coins de verdure de la capitale. Cependant, il ne fallait pas qu’il tarde, l’hivers approchait à grand pas, et s’il faisait encore bon, le fond de l’air était frais. L’homme frissonna, rien qu’en pensant au savon que lui passerait Eve, s’il tombait malade à cause de quelque chose d’aussi futile qu’il balade. Il sourit doucement, les gens de la ville étaient toujours si préoccupé et si pressé, mais au fond, il les aimait bien. Il décida finalement de finir sa clope avant de rentré, après tout, il n’habitait pas loin.
Soudain, entre deux arbres, le barbu cru voir quelque chose sur un banc. Ce n’est qu’en s’approchant, qu’il distingua une forme humaine. Etrange, il ne croisait jamais personne à cette heure-ci d’habitude. A moins que… Robin, avait déjà entendu ses collègues en parler : des personnes sans maisons qui faute d’endroit venaient dormir, la nuit dans les parcs. Apparemment, ces personnes posaient quelques problèmes à la police. Sous son grand chapeau, ses sourcils se froncèrent. Il n’y avait pas cru sur le coup. Qui donc laisserait quelqu’un dehors, la nuit, dans le froid ? On lui avait expliqué qu’inviter ce genre de personne chez soit relevait de l’inconscience. Ils buvaient, faisaient leurs besoins partout et en laisser rentrer un, c’était transformer sa maison en repaire pour ‘sdf’. Comme d’habitude lorsqu’on lui faisait des reproches sur sa gentillesse, il fit le sourd d’oreille, ne demandant même pas ce que signifiait ‘sdf’. Mais maintenant qu’il en voyait un de ses propres yeux, tous les reproches et les mises en gardes des policiers, semblaient futiles et infondés.
Sur le banc, était recroquevillé un jeune garçon. Il devait avoir moins de vingt ans, des cheveux noirs tombes sur ses paupières et de la buée sort de sa bouche entrouverte. Robin sourit, comme ça, on dirait presque un enfant qui dort. Mais se n’est pas un enfant, il n’est pas dans un lit entouré d’un famille et il y à cette petite cicatrice sur sa joue. Qui à bien put laisser quelqu’un de si jeune dans le noir. L’homme regard part terre, aucun cadavre de bouteille, ce n’était donc que des rumeurs ? Il à presque honte de fumer près d’un être si innocent. Il écrasa sa cigarette contre l’accoudoir du banc et la jeta dans une poubelle proche. Puis, délicatement, en faisant bien attention de ne pas réveillé l’adolescent, il le pris dans ses bars et l’emporta.


L’appartement de Robin était un vrai bordel. Le sol était jonché de petits bols d’eau ou de lait à l’intentions des chats et divers petits animaux qui venait régulièrement chez lui. On pouvait mêmes voir des pelotes de laines et de plumes. Seuls sa cuisine était intacte, Robin veillant au grain. Sur son vieux lit clic-clac, sous une tonne de couverture et une bouillotte était allongé le jeune garçon qu’il avait recueilli plus tôt. Ca n’avait pas été une mince affaire de le ramener ici, surtout pour ouvrir la porte de son appart. Heureusement, il ne la fermait quasiment jamais à clef.
Assis en face du lit, sur une chaise en osier, caressant un vieux chat, Robin réfléchissait. Il avait agit sur un coup de tête, encore. Il aurait sans doute du réveiller le jeune homme et lui demander son avis. Mais il n’avait pas eu le coeur à ça. Qu’aurait fait Eve à sa place ? Elle l’aurait amener au commissariat, pour sûr. Il avait déjà visiter les cellules, elles semblaient encore moins confortable qu’un banc et il était certains qu’on ne l’aurait pas laisser ramener un matelas ou une couverture. Il secouât la tête en soupirant, non, ce n’était surement pas une solution.
Le vieux chat redressa la tête avant de s’enfuir par la fenêtre entrouverte. Robin sourit à son invité à peine réveillé et se leva pour préparé un verre de lait chaud.


avatar
Senior
Date d'inscription : 02/12/2016
Messages : 83
Age (du personnage) : 17
Orientation sexuelle : Homosexuel
Etudes/Métier : Math, histoire, sport
Pounds : 929
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Déc - 18:35
Catnapping
feat ● Robin John
"Tu pourrais faire un effort quand même! Tu te rends compte de la chance que nous avons d'avoir Dermot? Ton attitude pourrait très bien nous coûter cette chance"

Il serre les dents avec hargne alors que la voix de sa mère résonne encore dans sa tête. Une boucle incessante de plaintes et d'accusations.

"Qu'est-ce que les gens du quartier vont penser à te voir toujours couverts de blessures? Tu pourrais au moins réfléchir aux conséquences de tes actions pour nous!"

Comme d'habitude, il n'y a que de l'hypocrisie dans ses mots. Pas d'inquiétude pour la santé de Luke mais juste la peur de perdre un statut qui ne correspond de toute façon pas à ses origines.

"Tu veux ruiner ma vie? C'est ça que tu veux?"

"La ferme!" rugit-il soudain, donnant un violent coup de pied dans une poubelle.

Son accès de colère passe inaperçu dans la rue déserte. Avec un regard irrité aux alentours Luke se remet en marche. Il n'a pas vraiment de destination précise. N'importe quel endroit où cette femme n'est pas fera l'affaire.

Ce sera la deuxième nuit de suite qu'il passera à la belle étoile. La nuit dernière déjà il avait préféré un banc du parc à cette maison oppressante. Cette nuit s'annonce similaire. Il est déjà proche du parc et tant qu'il ne fait pas encore trop froid un banc vaut toujours mieux que le sol.

Il ne met pas longtemps à se trouver un coin tranquille. Il s'allonge sur le banc et s'emmitoufle du mieux qu'il peut dans son sweat, rabattant la capuche sur sa tête pour plus de confort. Il expire par la bouche regardant la buée qui se forme avant de fermer les yeux avec un soupir. Il espère juste que les flics ne vont pas rappliquer en plein milieu de la nuit, il les a déjà assez vu comme ça ce mois-ci.

Il ne met pas longtemps à sombrer dans le sommeil, la fatigue de ses deux jours d'errance se faisant ressentir.

Lorsqu'il rouvre les yeux c'est pour se retrouver en territoire inconnu. Il met un moment a enregistrer le changement de paysage. Un lit, des couvertures chaudes, clairement l'intérieur d'un appartement. Il se relève brusquement repoussant les couvertures et examinant la pièce d'un regard perplexe.

Quelqu'un l'aurait kidnappé? Mais il avait du mal à s'imaginer quel genre de kidnappeur le laisserait dormir dans un lit confortable, sans aucune sorte d'entrave et en laissant la fenêtre ouverte. A moins qu'il ne soit au cinquième étage ou quelque chose du genre...

"C'est quoi ce bordel?" murmure-t-il en se levant.

Il a du mal à s'imaginer les pensées de son kidnappeur. Il avance silencieusement vers la fenêtre et jette un œil au dehors pour juger de son potentiel comme issue de secours. Il s'apprête à l'ouvrir un peu plus grand lorsque se sentant observé, il se retourne précipitamment.
Code by Frosty Blue

HRP:
 
avatar
Policier en formation
Date d'inscription : 29/06/2016
Messages : 62
Age (du personnage) : 35
Orientation sexuelle : Asexuel - Panromantique
Etudes/Métier : 2ème année, police
Pounds : 955
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Déc - 15:50
Lorsque Robin revient de la cuisine, deux verre à la main, son invité est bien réveillé. Celui-ci semble observer quelque chose à travers la fenêtre. A vrai dire, le stagiaire se demande bien ce qu’il regard, à part la cour à quelques centimètres du rebord, il n’y à rien. Soudain, son invité se retourne. Qu’est-ce qu’il avait fait ? De quoi avait-il l’air ? Sa taille imposante, sa grosse barbe et sa mèche dissimulant son regard, ne devait pas joué en sa faveur. Il essaya de sourire, mais seul une grimace agita sa bouche. C’était stupide, risible même. Au moment le plus important, celui où il aurait besoin de tout son calme, voilà qu’il avait le traque. Il en aurait presque rit.
Doucement, comme lorsqu’un animal blessé vient trouvé refuge chez lui, il s’approche de la table basse, dépose un verre de lait et s’éloigne. Puis, avec la même lenteur, il va s’assoir sur le lit, à une certaine distance de son invité.
L’homme n’a jamais fait de théâtre, mais il à l’impression qu’une salle entière de curieux le fixe et qu’il à oublié son texte. Il triture sa barbe en jetant des regard furtif à son invité, priant pour que celui-ci ne saute pas dans la cour et s’enfuit. Il finit par boire un gorgé de son propre verre. « Bonjour. »  Dit-il de sa voix grave et profonde. Tout en improvisation , aucune répétition. En même temps qui aurait put prévoir ce genre de situation. ‘Bonjour’ lui semblait un bon début, mais il sait qu’il va devoir s’expliqué, lui qui déteste parlé. Il se gratte le cou, gêné. Que dire ensuite, si au-moins on lui avait donner un texte à récité, il l’aurait fait. Bon, dans ce cas, le mieux c’est de dire ce qui nous vient à l’esprit :
« Ne part pas. »
Hum… Ca ressemble un peut trop à un ordre. « S’il te plaie ? » C’est mieux déjà. Robin laisse échapper un soupir, ses doigt le démange, il à besoin de fumer, mais il ne le fera pas. Pas dans cette situation. Quel con vraiment, dans quoi il c’est encore embarqué ? Lui qui était si content d’être enfin utile dans cette ville. Aller, un peut de courage, bon dieu, où sont passé tes principes et ton éducation ?
« Bonjour, je… Je m’appel Robin, je suis de la police. » Il fait un signe de menton vers sa carte qui traine sur une table. Il n’a pas précisé qu’il n’était que stagiaire. Peut-être parce que ça aurait moins bien sonner.
« Ne t’inquiète pas, je vais pas t’emmener au commissariat. » Il reprend une gorgé de lait. Sa voix est sèche et sa gorge compressé par l’appréhension. « Je ne pouvais pas… te laisser tout seul… dans le froid. »Il fit un pause, n’osant pas lever les yeux. « J’aurais pas réussi à dormir. » Conclu-t-il dans un murmure. Pas qu’il n’ai beaucoup dormi à vrai dire, il avait passer la nuit sur la chaise à veiller sur son invité. Assis au bord du lit, à fixé ses chaussures, un verre de lait à moitié vide, Robin devait avoir l’air d’un grand enfant qu’on venait de gronder.
De mémoire de stagiaire, personne ne l’a jamais vu comme ça depuis qu’il est arrivé en ville. Robin Jhon, le vieux stagiaire, droit dans ses pompes, sévère qui ne parle pas pour rien dire. Mais au fond, ce n’était qu’un gosse de la campagne peut sur de lui. Il aurait presque préféré ne pas être là quand l’autre se réveillerait.


HRP:
 


avatar
Senior
Date d'inscription : 02/12/2016
Messages : 83
Age (du personnage) : 17
Orientation sexuelle : Homosexuel
Etudes/Métier : Math, histoire, sport
Pounds : 929
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Déc - 16:31
Catnapping
feat ● Robin John
"Un mafieux?", est la première pensée de Luke en posant son regard sur son hôte.

Il faut dire que le bougre a la tronche de l'emploi. En même temps c'est difficile de s'imaginer un criminel endurci qui mettrait sa victime dans un lit confortable avec une fenêtre ouverte donnant sur une cour à quelque pas. C'est presque une invitation à la fuite...

"Bonjour." dit l'homme avec un rictus difficile à placer.

La voix grave et l'expression inquiétante ne font rien pour rassurer Luke sur sa situation et presque inconsciemment il jette un coup d'oeil par la fenêtre. Ils sont visiblement au rez-de-chaussée. Le sol est tout proche, il pourrait être dehors en quelques secondes.

"Ne part pas." ordonne l'homme avant d'ajouter un 's'il-te-plaît' hésitant.

Décidant de donner à l'homme le bénéfice du doute, Luke fait un pas de côté, montrant qu'il est à l'écoute tout en restant à proximité de son issue de secours.

"Bonjour, je… Je m’appelle Robin, je suis de la police. Ne t’inquiète pas, je vais pas t’emmener au commissariat." les mots ne rassurent que très peu Luke, là où il est concerné, être un compagnie d'un flic est déjà un malus en soi. "Je ne pouvais pas… te laisser tout seul… dans le froid. J’aurais pas réussi à dormir."

Il y a moment de silence avant que Luke pousse un soupir semi-exaspéré. Il a l'air d'avoir été ramassé par un type sacrément farfelu. Pas qu'il puisse vraiment parler mais bon...

Quittant définitivement ses positions défensives, Luke retourne vers le canapé et s'y laisse tomber lourdement.

"Je gagne au change alors je suppose que je vais pas me plaindre mais je suis habitué tu sais. Il y a pas de quoi perdre le sommeil." dit-il sans préambule. "Enfin, je suppose qu'un flic doit avoir un grand sens de la justice et tout ça..."

Luke pose son menton dans la paume de sa main et regarde son interlocuteur avec une moue dubitative.

"Robin c'est ça? Je suppose que t'es adulte et tu peux faire ce que tu veux mais...des gens à la rue il y en a des pelles alors si tu perds du sommeil pour chacun d'eux tu va finir insomniaque."

Il suppose que l'on pourrait interpréter ses mots comme une provocation - peut-être un résultat de tous ces moments passés à chercher la confrontation avec d'autres - mais ce n'est pas vraiment son intention première. C'est toujours un peu la même chose avec la flic, quelque part il a ce besoin de les tester, de voir ce qu'ils ont à dire, de révéler leurs intentions. Il manque probablement de confiance envers autrui.

A regarder cet espèce de gros nounours boire son lait en silence, Luke se sent presque coupable d'avoir été aussi brusque dans ses propos.

"Mais enfin...Merci. Un lit est toujours plus confortable qu'un banc." dit-il avec un sourire.  
Code by Frosty Blue


avatar
Policier en formation
Date d'inscription : 29/06/2016
Messages : 62
Age (du personnage) : 35
Orientation sexuelle : Asexuel - Panromantique
Etudes/Métier : 2ème année, police
Pounds : 955
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Déc - 23:41
Le silence était pesant. Robin n’aurait jamais penser qu’une telle absence de son puisse le dérangé à ce point. Lui qui, au contraire, aimait le calme. Mais le pire, fut le soupir. Un souffle de vent, qui emporta tout ses espoirs. Il s’empressait a se lever, pour raccompagné son invité quand ce dernier s’assis lourdement sur le canapé-lit. Hein ? Son regard passa du garçon à la fenêtre, en passant sur le verre de lait posé à l’intention de son invité. Il restait ?
"Je gagne au change alors je suppose que je vais pas me plaindre mais je suis habitué tu sais."
Le plus vieux lui fit les yeux noirs. Une habitude dormir dehors ? Qui était responsable de ce gamin ? Haaa, les jeunes de nos jours, si irresponsable. Il le fixa, essayant de deviner ce que pensait le garçon. Après tout, il devait avoir ses raisons pour rester dehors, même s’il faisait froid. Il n’avait pas de sac lorsqu’il l’avait trouver, il avait donc surement un endroit ou revenir. Des problèmes familiaux ? Un locataire peut aimable ? Ou juste un esprit rebelle ? Ha, c’était bien des concepts de la Ville ça. Chez lui, ça aurait finit avec une taloche derrière le crâne et une journée supplémentaire au champs.
« Il y a pas de quoi perdre le sommeil. Enfin, je suppose qu'un flic doit avoir un grand sens de la justice et tout ça… »
Il soupira. Ouais… la Ville. Ou bien c’était son village qui était trop gentil ? Qui était donc ces gens pour juger que seul un ‘flic’ pouvait avoir un ‘sens de la justice’. Ca, gamin, ça s’appel ‘prendre soin de son prochain’ et y’a pas que la religion qui devrait en parler. Il se leva.
Ce gamin… C’était pour ça qu’il était rentré dans la police. L’autre n’avait pas totalement tord. C’était comme si la personnification de se pourquoi il combattait c’était retrouvé chez lui. Et le pire, c’est qu’il n’osait pas le rassurer. Où pour être exacte, il ne savait pas quoi lui dire pour lui faire comprendre que non, il méritait bien mieux qu’un banc. Il fallait qu’il se reprenne.

"Robin c'est ça?"
Oui, c’est ça Robin, le mec qui fait peur à tout les passants et qui pense pouvoir changer le monde à lui tout seul…
"Je suppose que t'es adulte et tu peux faire ce que tu veux mais…"
Mais ? Le policier se retourna vers le plus jeune, le fixant, attendant la suite.
"...des gens à la rue il y en a des pelles alors si tu perds du sommeil pour chacun d'eux tu va finir insomniaque."
Il lui sourit. « C’est vrai. Mais, je ne rencontre pas souvent de gens qui dorme sur un banc. Encore moins d’aussi jeune »
C’était sortit comme ça. Pour le coup il se sentait pas du tout adulte. Plutôt comme un gosse qui vient de répondre à la maitresse. D’un pas, il traversa son appartement jusqu’a son armoire et en sortit un vieux pull.
« Tient, fit il en le passant à son invité. Pour tes ‘habitudes’. »
Bon, le dernier mots était un peut sec, mais il avait pas fait exprès, juré. Et ses yeux, fixé sur le jeune hommes criaient presque « que j’te retrouve pas mort de froid un jour dans mon parc. » Robin n’aimait pas beaucoup ses yeux, ils étaient trop expressif. Cependant, parfois, c’était pratique.
L’autre le remercia pour la nuit. Le brun lui répondit d’un signe de tête et rajouta même un geste de la main qui pouvait signifier « fait comme chez-toi. »
Robin se rassit sur le lit, plus proche du garçon cette fois. Il semblait être perdu dans ses pensées. Pluis soudain, il redressa la tête, comme pris d’une illumination :
« Tu t’es pas présenté. »


avatar
Senior
Date d'inscription : 02/12/2016
Messages : 83
Age (du personnage) : 17
Orientation sexuelle : Homosexuel
Etudes/Métier : Math, histoire, sport
Pounds : 929
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Déc - 9:40
Catnapping
feat ● Robin John
"C’est vrai. Mais, je ne rencontre pas souvent de gens qui dorme sur un banc. Encore moins d’aussi jeune."

La réponse est immédiate et fait lever un sourcil à Luke. Son jeune âge, hein? C'est sûr que voir un gosse à la rue c'est vachement plus tragique qu'un soixantenaire alcoolique. Genre. Il est probablement le moins à plaindre de tous ceux qui ont dormi dehors la nuit dernière, parce que lui il est là par choix et pas par obligation.

"Tient, fit il en le passant à son invité. Pour tes ‘habitudes’."

Pendant que Luke en est à ses réflexions narquoises, Robin s'est levé et lui a jeté un pull en même temps que sa remarque sèche. Le pull est immense pour le petit gabarit de Luke mais il a l'air de tenir chaud.

"Tu t’es pas présenté." continue l'homme.

"Luke." répond l'adolescent sans hésitation.

Il présume qu'après toute l'aide de Robin il peut au moins lui donner ça. Il ne lui en donnera pas plus par contre. Tout à ses limites.

"Merci pour le pull mais j'en aurai pas besoin." enchaine Luke. "Je dormirai plus dehors, il fait trop froid maintenant. J'attendrais qu'il fasse meilleur."

Déposant le vêtement à côté de lui sur le canapé, Luke pense soudain à Dermot. Il a oublié de lui envoyer un texto hier soir. Il tapote les poches de son jean et de son sweat. Où est passé son portable?

"Dit, j'avais pas un téléphone portable sur moi?" demande-t-il à son hôte en regardant autour de lui au cas où l'objet serait tombé de sa poche pendant qu'il dormait.

Il soulève les coussins du canapé un par un, avant d'enlever la couverture pour regarder en dessous. Lorsque cela ne donne rien il se met à genou sur le sol et commence à chercher là.

"Il faut que je prévienne mon..." le mot qu'il essaye d'attribuer à l'homme ne vient pas. "Dermot."

Même après tout ce temps, ou peut-être parce que c'est après tout ce temps à vivre avec l'homme, il n'arrive pas à lui imposer un fils comme lui. Dermot est bien trop gentil, il accepte tout avec un sourire et beaucoup de tendresse et Luke n'en vaut vraiment pas la peine. Cela aurait été tellement plus simple s'il avait été aussi détestable que sa mère. Si cela avait été le cas, il n'aurait pas eut de remords.
Code by Frosty Blue


avatar
Policier en formation
Date d'inscription : 29/06/2016
Messages : 62
Age (du personnage) : 35
Orientation sexuelle : Asexuel - Panromantique
Etudes/Métier : 2ème année, police
Pounds : 955
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 18 Fév - 0:44
« Merci pour le pull mais j'en aurai pas besoin. » enchaine Luke. « Je dormirai plus dehors, il fait trop froid maintenant. J'attendrais qu'il fasse meilleur. »
Robin haussa un sourcil, ne sachant pas si c’était une bonne ou une mauvais nouvelle, il préféra l’ignorer.
Soudain, le plus jeune commença à s’agiter. Son… Portable ? Ha oui, ces machins diabolique avec beaucoup trop d’écran pour son propre bien. C’était si important que ça ? Si ce Luke voulait parler à quelqu’un il lui suffisait de se déplacer et s’il voulait prévenir sa famille, il aurait du le faire la veille avant de partir pour le parc. Ha décidément les jeunes, ils ne savent vraiment plus se débrouiller.
Robin commença, de mauvaise grâce à aider Luke, mais il fallut bientôt se rendre à l’évidence : le téléphone ne se trouvait nul part.
Le stagiaire laissa échapper un petit bruit contrarier :
« Il à du tomber quand je t’ai ramener. J’ai pas de téléphone, je déteste ça. » Il marqua une petite pose et regarda sa montre, presque dix heures.
Il pouvait quand même pas laisser le gamin comme ça, non ? Bon, il savait que peut de personnes passaient par ce parc la nuit. Enfin, il supposait plutôt…
Robin retint un soupir. D’un geste ample, il attrapa son manteau et le jeta sur ses épaules dans un geste digne des meilleurs inspecteur de série B. Il posa sa main sur la poignée de porte, fit un pose, se retourna et d’une voix grave :
« Tu viens ? Il nous reste une chance. »
Il réussit à attraper son chapeau du bout des doigts avant de sortir sans se retourner. Après tout, il ne fermais jamais la porte de chez lui. Arrivé dehors, il inspira un grand coup. Ha l’air frais du matin, ça lui avait manqué tient. Le soleil pointait timidement le bout de ses rayons, après tout l’hivers approchait à grand pas et les jours raccourcissaient de plus en plus. Il sortit une clope en attendant le gamins. Bon certes ce n’était pas bien de fumer, mais hé, il se retenait depuis plusieurs heures déjà !
Qu’est ce que Luke faisait ? A vrai dire, il n’avait pas trop écouter sa réponse. Hum, s’il protestait, il pouvait toujours le raccompagner chez lui… Quoique il n’était pas sur que le plus jeune soit d’acore… Comme qui dirait : qui vivra verra.


avatar
Senior
Date d'inscription : 02/12/2016
Messages : 83
Age (du personnage) : 17
Orientation sexuelle : Homosexuel
Etudes/Métier : Math, histoire, sport
Pounds : 929
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 18 Fév - 15:08
Catnapping
feat ● Robin John
"Il à du tomber quand je t’ai ramener. J’ai pas de téléphone, je déteste ça."

Luke s'immobilise alors même qu'il s'apprête à remettre un coussin à sa place. Mise à part le fait que son hôte vient de lui annoncer une très mauvaise nouvelle, il ne sait pas comment réussir à la seconde partie de la déclaration de l'homme. L'adolescent jette un regard au policier. Se pourrait-il qu'il soit l'une de ces personnes qui rejettent la technologie comme ces vieux de la vieille qui regrettent le temps où la famille se rassemblait autour du scrabble.

Tout commentaire possiblement insultant est arrêté par le mouvement ample de Robin enfilant son manteau, montrant clairement qu'il a l'intention de sortir. Luke s'empresse de suivre le mouvement en cherchant le sol pour ses chaussures.

"Tu viens ? Il nous reste une chance."

"Ouais, ouais, minute papillon." grommelle Luke en bataillant avec ses baskets.

Il entend la porte claquer et redouble d'effort pour attraper l'ensemble de ses affaires. Il n'a pas particulièrement l'intention de remettre les pieds dans l'antre de l'ours à forme humaine et préfère mettre toutes les chances de son côté pour que ce ne soit pas le cas. Une fois qu'il s'est assuré tout avoir il se précipite hors de l'appartement, claquant la porte derrière lui et se dépêchant de rattraper le policier.

"T'es pas besoin de fermer la porte à clé?" demande-t-il histoire de une fois qu'il arrive à la hauteur de l'homme.

Il s'attend à ce que la réponse soit non et ne prête donc que peu d'attention à la réponse de l'homme. Il se retrouve à penser à Dermot une nouvelle fois. Ils ont intérêt à retrouver son portable parce qu'il se voit mal expliquer à cet ange en costume de quarantenaire qu'il a perdu son portable. Il se voit encore moins expliquer qu'il dormait sur un banc et qu'il s'est fait ramasser par l'incarnation humaine d'un bisounours.

Ses pensées finissent par revenir à Robin et il remarque pour la première fois que l'homme à la clope au bec.

"J'aurais pas penser que t'étais fumeur." remarque-t-il à haute voix.
Code by Frosty Blue


avatar
Policier en formation
Date d'inscription : 29/06/2016
Messages : 62
Age (du personnage) : 35
Orientation sexuelle : Asexuel - Panromantique
Etudes/Métier : 2ème année, police
Pounds : 955
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Juil - 23:48
Robin avait toujours aimé l’air frais du matin, souvent synonyme d’une bonne journée de travail qui commence. Rien ne vaut un levé au aurore pour aller aider dans une ferme ou un champs. En plus, bien que peut sujet au stresse, il pouvait sentir l’anxiété du gosse et fumé le détendait. En parlant du gamin, il en mettait du temps… Avait-il encore perdu quelque chose ? Le vieux barbu était sur le point de faire demi-tour lorsque Luke émergea de l’immeuble :

"T'es pas besoin de fermer la porte à clé?"

Robin haussa les épaules:

« Je le fait jamais. »

De toute façon il avait assez confiance en ses voisins pour pas fermer et il n’y avait rien à voler chez lui à par de lourd meubles fait main.

"J'aurais pas penser que t'étais fumeur. »

Ha les jeune toujours le mot qui fâche. Robin tira une bouffé :
« Une mauvaise habitude. Tout le monde a ses faiblesses, hein… »

Sur ce, un peut vexé, Robin se mis en marche. Il fallait environ une quinzaine de minutes de l’appartement du brun jusqu’au jardin. Sur le chemin, il n’avaient croisé personne a part quelques voitures. Il faut dire que les lampadaires étaient encore allumé et peut de gens se levaient aussi tôt. Ils arrivèrent donc sans mal au parc. Celui-ci, a cause du manque d’éclairage avait des couleurs un peut grisâtre et certains coins puaient l’alcool ou la pisse, rien a voir avec le jour. Le weekend, lorsque le soleil était haut, cette endroit était envahis par de jeunes coureurs ou des familles désirant fatiguer leur progéniture pour profiter d’un peut de calme plus tard. Actuellement, l’ambiance glauque avait totalement dissiper les images de landau ou d’enfants courant entre les arbres. Sur certains bancs, des forment remuaient doucement. C’est d’ailleurs de ces bancs là qu’émanaient les plus fortes odeurs. Jamais Robin n’avait vu de telle spectacle. Ils passèrent silencieusement à coté d’un clochard, on voyait a peine son visage, mais le peux qui était visible avait été abimé par la vie et l’alcool. Le stagiaire commençait à comprendre les mises en gardes de ses collèges, néanmoins, c’était pour c’est êtres perdu qu’il c’était engager, pas question de leur tourner le dos.
Pourtant il ne s’approcha d’aucun banc, il avait promis au gamin de l’aider et n’allait pas faillir à sa mission maintenant.
Au bout de quelques minutes, Robin désigna un des siège, faiblement éclairer par un lampadaire.
« C’est celui là, je crois. » murmura-t-il.
Heureusement pour eux, personne n’avait élu domicile à cet endroit. Ils s’approchèrent et Robin craqua une allumette pour mieux voir le sol.


Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A vendre: petit chaton très mignon
» Ooooh un mignon petit chaton !! (PV Estelle Tsuky)
» Présentation d'un tout mignon petit chaton ~
» Un petit chaton rêve, et rêve, et rêve...
» [TERMINE]On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on reste toujours un petit enfant - Anna W. Palmer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Centre-ville :: Appartements :: Studio de Robin John-