Une vie sans moi c'est comme un bloody mary sans tabasco || Keira

Invité
Invité
Mer 4 Nov - 15:08


Keira Hagey


Nom : Hagey
Prénom(s) : Keira
Âge : 17 ans.
Sexe : Féminin.
Nationalité : Anglaise par son père et Turc par sa mère.
Orientation sexuelle : C'est une chose encore flou pour Keira.
Groupe : Lycéens.
Année/Métier : Deuxième année - Sciences (physique-chimie), sport et anglais.
Situation amoureuse : Disons que la demoiselle a un crush pour une jeune fille qu'elle a aidé une fois et qu'elle recroise souvent dans son établissement.
Avatar : Korra - The Legend of Korra


You see me but you don't know me


Ah Keira, que dire sur Keira ? Elle est assez difficile à comprendre pour certains, dur à cerner pour d'autres. Pourtant, ce n'est pas si dur en la connaissant. La demoiselle est pour le moins atypique, elle a du caractère, elle n'a peur de rien - ou si peu de choses -. Elle est originale, unique, il n'y en a pas deux comme elle, ça non. C'est la fille qui s'amuse à se faire peur en regardant des films d'horreurs seule dans le noir ou devant un bon horror game tout en grignotant quelques cochonneries, elle ne criera pas, elle ne jurera pas, juste un petit sursaut de surprise mais ça ne l'empêchera pas de dormir la nuit parce que ce genre de choses n'arrive jamais dans la vraie vie, tout le monde sait ça. Elle a toujours ce drôle d'air quand elle joue, c'est amusant, ça lui donne un petit charme... Ou pas. La demoiselle peut passer de longues heures devant son écran d'ordinateur à jouer à toutes sortes de jeux - surtout les horrors games dont elle est friande - mais elle peut aussi dévorer la saison d'une série en une journée ou se faire la trilogie du Seigneur des anneaux pendant un weekend pluvieux ou traîner sur les forums rp. Elle se fiche de ce que les gens pensent des filles qui jouent et qui bloquent devant les "trucs de nerds". Ce qui est le plus surprenant pour une geekette assumée, c'est qu'elle aime le sport. Tous les mercredi soirs elle va faire sa séance d'une heure et demi, ça lui permet d'évacuer autrement que devant ses jeux vidéo, ça lui permet de se sentir bien dans sa peau. Une drôle de fille cette Keira.

La demoiselle cache bien son jeu sous ses airs de geekette. Elle est dotée d'une curiosité débordante. Une vraie touche à tout. Elle aime les cours de chimie parce que l'on peut jouer aux savants fous. Elle aime beaucoup les sciences pour pouvoir essayer des expériences amusantes, pour mélanger des substances pour que ça fasse boom. Il y a toujours un peu d'euphorie mélangée à de l'excitation au moment où elle fait une expérience, une sensation qui la rend si attachante lorsqu'elle se retourne vers vous avec son regard d'enfant émerveillé lorsqu'elle réussit. C'est aussi une jeune fille doté d'un sacré franc parlé. N'y voyez rien de personnel mais quand elle se braque, elle répondra toujours sèchement, même quand elle parle simplement avec vous, elle dira toujours ce qui lui passe par la tête à ce moment. Ce n'est pas sa faute, elle tient ça de sa mère. Elle a beau essayer de ne pas le faire, elle n'y arrive pas. Malgré sa langue bien pendue, la belle est douce et attentionnée. Elle accorde beaucoup de temps, d'attention et d'affection à ses amis, ses deux parents et surtout à son gecko vert qu'elle a surnommé Alduin - encore une petite référence de geek -. C'est comme ça que la brunette a été élevée, toujours être là pour ses proches, c'est une chose essentielle et tout à fait banale pour elle. Parfois elle mélange un peu des deux et n'hésite pas à pousser une gueulante quand un ami un peu trop discret se fait ennuyer par des lourdaud, elle n'a pas peur qu’ils s’en prennent à elle après, elle veut juste que ses amis soient tranquilles. Elle est aussi très sociable et n'hésitera pas à accoster une personne qu'elle croiserait à une soirée entre amis ou en allant se promener. Elle aime se faire des amis et croiser de nouvelles personnes, ça fait partie de sa nature.

Keira c’est aussi la fille qui est un peu garçon manqué sur les bords, pas que par son physique forgé par les séances de sport et son manque de féminité. Parce qu'elle joue à des jeux qui sont considéré comme étant des jeux pour garçon, voyons, tout le monde a le droit de jouer à des RPG, des jeux d'actions, des horrors game ou de bons FPS - pourquoi les filles auraient un genre de jeux en particulier ? Mais aussi parce que la miss est un peu brute. La demoiselle vous tapera toujours doucement l'épaule lorsqu'elle rit ou quand vous dites une ânerie, elle vous frappera souvent lorsque vous ne serez pas respectueux envers quelque chose. Keira est cette fille qui pourrait se battre si on la cherche, qu'importe si elle se prend un coup, elle en remettra un plus fort. Malgré son tempérament de feu, elle prend le temps de soigneusement réfléchir à ses faits et gestes. Quand cela peut avoir de graves conséquences, elle va se contenter de ne rien faire pour éviter d'y être impliquée à l'avenir. Keira n'est pas bête, au contraire.

C’est une battante la miss, elle n’a peur de rien, elle avance du mieux qu’elle peut dans ce monde qui peut se montrer cruel. La brunette reste forte, elle sait surmonter les choses du mieux qu'elle peut. Elle a appris à profiter du moment présent, de ne pas se soucier de petits tracas puisque la vie ne dure pas, elle est fragile, éphémère. Elle s'en est pris des coups, elle est tombée maintes fois mais elle s'est toujours relevée pour réussir. Elle n’abandonnera pas ce qu’elle aime et ce qu’elle veut vraiment faire, Keira poursuivra toujours ses rêves, quelques soit les obstacles.

Du haut de son mètre soixante-seize et de son teint halé, la jeune femme se contente de rester elle-même, naturelle et sans chichi. Contrairement à beaucoup d'anglaises de son âge qui se cachent sous des couches de maquillage. Elle se maquille très peu, par contrainte de temps - eh oui, on perd du temps de sommeil pour se faire belle avant d'aller en cours - et parce qu'elle ne veut pas dépenser des sommes astronomiques dans les produits cosmétiques, un mascara et un simple rouge à lèvre nude lui suffisent, même en soirée elle ne prendra pas la peine de trop se farder. Elle a parfois un visage d'enfant avec ses grands yeux bleus, mais elle a parfois un visage de femme avec la forme allongée de son visage et ses longs cils. Certains diraient qu'elle est mignonne, d'autres diraient qu'elle est belle malgré la banalité qu'elle dégage, ceci l'importe peu, tant qu'elle est elle-même. L'anglaise ne coiffe pratiquement pas sa crinière, elle se contente de les démêler rapidement le matin qu'elle dompte avec un bonnet lorsqu’ils sont fraîchement coupés ou en queue de cheval lorsqu’ils sont trop longs et de les attacher en chignon ou en tresse quand elle traîne chez elle. Sous ses vêtements un peu grungy, la brunette cache ses formes naissantes et sa musculature assez voyante. Pas qu'elle en ai honte, elle n'aime juste pas les vêtements trop féminins, les robes près du corps ou les jupes trop courtes, elle préfère se réfugier dans des jeans ou les shorts/collants avec chemises type bûcheron et des hauts aux imprimés foufous ou des sweats. Les talons haut, très peu pour elle, elle préfère les bottes et bottines plates ou les converses dans lesquelles elle se sent le mieux. Disons que physiquement c'est une fille lambda, elle se fond dans la masse, elle est invisible aux yeux des autres, elle se perd dans la foule.

Je ne saurais pas comment décrire la belle autrement, pour faire simple, disons juste que c'est... Keira.




Every life begins with a breath


Je vais vous raconter tout ce que j’ai vu du petit bout de vie de ma chère Keira. Qui suis-je ? Peu importe, concentrons-nous plutôt sur l’anglaise et ses petits malheurs qui ont forgé son caractère et ont fait d’elle une battante au grand cœur.

La mère de Keira, ou plutôt Dilara, était infertile et avait donc des difficultés à avoir un enfant. C’est un détail pensez-vous. Mais il deviendra important par la suite. C’est au bout de quelques temps qu’elle avait enfin un résultat positif, je ne comprends pas les humains et leur façon d’agir lorsqu’ils attendent une chose fragile en eux. Dilara l’aimante - un petit surnom dont je l’ai affublée – caressait sans cesse son ventre en murmurant des petits mots doux, elle laissait son mari Lester embrasser son ventre, y poser son oreille ou lui parler. Je ne comprends vraiment pas les humains. Après sa naissance, rien de bien exceptionnel pour la petite Keira lors de ses premières années à part que c’était l’enfant tant attendu.

Il y a eu un incident qui aurait pu coûter la vie de la petite anglaise s’il s’était passé autrement, elle a eu beaucoup de chance. C’était à ses six ans, lors d’un départ en vacances. Tout allait bien, son père conduisait tranquillement, sa mère feuilletait un magazine et la petite s’endormait en serrant sa peluche de son personnage préféré contre elle. Quoi de plus touchant qu’un peu d’innocence ? Alors que le père Hagey regardait dans le rétroviseur pour surveiller si une voiture arrivait derrière, il n’avait pas eu le temps de voir celle qui arrivait de face, vite, un peu trop vite, beaucoup trop vite. Elle percutait de plein fouet la voiture de la famille Hagey. La seule chose qui réveillait la brunette était le cri de son père « Keira ! » et puis plus rien. Elle ne bougeait plus, ce qui faisait paniquer les parents de l’enfant. Lester n’arrivait pas à se retourner pour voir son enfant, il se contentait donc de regarder par le rétroviseur tout en geignant le prénom de sa petite protégée, craignant que celle-ci y ai laissé une partie de son corps ou bien plus. Ils ne voulaient pas perdre leur unique enfant qui fut un énorme miracle pour eux.
C’est plus tard que les résultats tombèrent. La petite Keira n'avait rien de grave, seulement quelques fractures. Seulement, il y avait un mais. Le mais, c'était son père, il l'avait senti le craquement dans son dos lors de l'accident. Le craquement qui l'a réduit à utiliser un fauteuil le restant de sa vie. Le bilan a été dur pour les Hagey. Lester se sentait obligé de trouver une solution pour ne pas laisser sa douce cumuler deux à trois emplois pour les nourrir, se tuer la santé pour qu'ils puissent vivre confortablement dans leur maison héritée.

Malheureusement avec cette histoire, une autre arrivait pour la pauvre anglo-turc. J'ai appris avec le temps combien les jeunes personnes sont mauvaises, viles, sournoises entre elles. De la méchanceté purement gratuite pour des jeunes qui n'avaient rien demandé et Keira faisait partie de ces personnes qui n'avaient rien demandé. Elle subissait sans cesse les moqueries de certains au sujet de son père bloqué en fauteuil, ils n'avaient aucune raison d'en rire mais c'est facile de se moquer des autres dès qu'ils ont une légère différence physique ou bien s’il y a un souci dans leur famille. Au début, la brunette les ignorait, elle passait outre les moqueries. Seulement c'était cela à longueur de journée, toujours par le même garçon. Le caïd de l'école. Il faisait le malin en rabaissant les autres pour se sentir supérieur, enfin, il se pensait supérieur aux autres parce qu'il avait redoublé. Mais une fois, ce fut la fois de trop. Keira saturait de ses remarques incessantes, pour avoir sa petite revanche elle l'attrapait par les cheveux avant de le tirer de toutes ses forces vers le sol et lui donner des coups. Elle appréciait ce moment où il lui était inférieur et gémissait sous chacun de ses coups, la suppliant d'arrêter. J'étais surprise de voir cet étrange comportement venant d'elle, c'est fou ce que cette gamine a pu me fasciner, me montrer qu'elle était capable de tellement de choses dont je la pensais incapable. Pourtant elle n'était pas une brute, elle était aussi douce qu'un agneau, une vraie perle, incapable de faire du mal à quelqu'un, tout comme Dilara. Pourtant ce jour-là, quelque chose semblait avoir changé en elle, une sorte de violence refoulée ressortait à ce moment. Elle revenait à elle lorsqu'un professeur l'attrapa par le col de sa robe pour la traîner dans les bureaux. La jeune fille se sentait bien honteuse face au professeur et au directeur de l'école, elle ne savait pas comment expliquer cet accès de violence, elle qui était pourtant si douce, si souriante, chaleureuse et adorable avec tout le monde, la voilà qui frappait un jeune garçon. Oh Keira, pourquoi ?

"Pourquoi avez-vous fait cela Mademoiselle Hagey ?"

Aucun son ne sortait de ses lèvres, elle restait interdite. Incapable d'expliquer à ses interlocuteurs et à elle-même ce qu'elle avait fait et surtout pourquoi. Le pire, c'était quand elle rentrait chez elle et qu'elle sentait le regard de son père posé sur elle. C'était la pire des hontes. Elle se contentait de baisser la tête et de se faire petite pour aller dans sa chambre. Assise sur son lit, elle ne faisait rien, elle était ailleurs, c'est son père qui entrait difficilement dans sa chambre qui la ramenait à la réalité, ce dernier poussa son siège  face à elle et lui caressait le dos de la main.
"Tu ne dois pas faire ce genre de choses, ce n'est pas bien, si on t'ennuie tu le dis à quelqu'un, si on te fait du chantage, dis-le aussi à quelqu'un mais ne vas surtout pas régler ça par la violence ma chérie. Ce n'est pas ce que nous t'avons appris." Il soupirait légèrement en se passant une main sur le visage avant de reprendre.

"Sur ce point tu es comme moi, j'aurais préféré que tu sois comme ta maman, tu es forte comme elle, certes, mais tu frappes pour un rien comme moi. J'aimerais que Dilara n'ai plus à venir te chercher pour ce genre de comportement, s'il te plait ma chérie, promets le moi."

Elle ne disait rien, elle se contentait de regarder ses pieds, honteuse. Elle ne pouvait se sentir mieux. Ah Keira m'a toujours surprise, passer d'un accès de violence à un silence empreint de honte, il n'y en a pas deux comme ça. Je ne saurais pas dire ce qui m'a plu chez cette jeune fille, peut-être son caractère ou bien son amour pour son père qui semble tellement fort. Je ne l'ai jamais vu se fâcher avec lui sans aller s'excuser aussitôt en le serrant dans ses bras.

Passons un peu plus loin dans le temps pour parler d'une autre chose importante dans la vie de la demoiselle. Sa rencontre avec la petite Grace, la douce et fragile Grace, la faible Grace. C'était lors de son année suivant celle de la bagarre, l'anglo-turc avait onze ans, comme le temps passe vite. Je l'ai vue en faire des choses la petite, je l'ai vue se lier avec des gens mais elle n'avait pas eu de lien aussi fort avec quelqu'un que son amie Grace. Elles en ont traversé des choses ensembles. Entre le moment où la petite anglaise l'invitait en vacances en Irlande où elles s'étaient prises pour des héroïnes qu'elles adulaient et en faisant des balades mouvementés avec des chevaux. Ou quand elles faisaient semblant de dormir pour se lever plus tard en douce afin de regarder un film ou jouer à la console. Je l'ai vue sous ses plus beaux jours lorsqu'elle était aux côtés de son amie. Malgré la promesse faite à son père, il lui arrivait parfois de se battre avec les garçons qui ennuyaient sa meilleure amie qui était incapable de se défendre seule. La chose que je trouvais amusante, c'est que Keira finissait par leur faire peur. Je n'ai pas souris mais j'ai trouvé ça inhabituel.

Je crois bien que le moment où je la trouvais la plus étonnante c’était lors de sa première année de lycée. Elle avait réussi à me surprendre un peu plus que d'habitude la demoiselle, à me toucher alors que je suis pourtant insensible face à la faiblesse des humains. Que s’est-il passé ? Eh bien Keira n’était plus dans le même établissement que sa meilleure amie. Tristesse. Elles n’avaient plus trop le temps de se contacter, entre les cours et les sorties avec les nouveaux amis, elles se voyaient de temps en temps certains weekends. Tout était parfait malgré la distance se disait la brunette, qu’elle était naïve. Pourquoi ? Elle ne se doutait pas que sa meilleure amie pouvait lui mentir sur son humeur et son état quand elles se voyaient, qu’elle pouvait lui cacher des choses importantes. Disons que Grace se faisait harceler par les gens de sa classe et quelques autres personnes de l’établissement, elle n’était pas forte, elle était faible, elle était misérable. Grace les laissait dire, elle ne bronchait pas quand elle se faisait cracher dessus ou bousculer dans les couloirs, elle errait tête basse en essayant de disparaitre aux yeux des autres mais c’était peine perdue. Et elle n’osait pas parler de tout ça à Keira pour ne pas l’ennuyer avec ses problèmes, en fait elle se berçait de la douce illusion qu’elle pourrait résoudre ce problème seule. Oh oui elle l’a résolu, mais pas de la bonne façon. Comment ? Quand elle a décidé de se tailler les veines après avoir pris quelques somnifères lors de l’absence de ses parents. Je l'ai doucement embrassée avant qu'elle ne se jette dans mes bras la chère Grace. Elle avait pris soin d’écrire une lettre pour chacun de ses proches auparavant, pour expliquer pourquoi elle avait franchi le pas, pourquoi elle avait décidé de rejoindre l’étreinte froide de la faucheuse. Je peux vous assurer que ce fut la crise de larme lorsque la pauvre Keira ouvrait la lettre de sa meilleure amie. Elle s’en voulait de ne pas avoir su lire entre les lignes, de ne pas avoir pu savoir ce qui n’allait pas. Que disait la lettre ?

« Keira,

Je suis vraiment désolée de toute la peine que j’ai pu te faire endurer après cet évènement. Je ne voulais pas le faire, enfin… Je ne voulais pas en arriver là. Je voulais essayer d’être forte comme toi, de savoir pouvoir faire face aux autres qui se moquaient de moi, qui s’acharnaient sur moi. Je n’ai pas su le faire. Je baissais la tête quand je les voyais arriver, je croyais qu’en baissant la tête, ils ne me verraient plus, quelle douce illusion. J’ai été si stupide de croire ça. Toi tu les aurais fait fuir en les frappant ou en haussant la voix, moi j’étais juste faible. Je n’ai pas eu la force de lutter, je n’avais plus le courage de supporter tout ça. Je n’ai pas osé t’en parler, j’ai fait la lâche je sais. J’ai préféré mettre fin à mes jours pour ne plus endurer ça, j’ai perdu toute foi en l’humanité à cause d’eux, tu étais ma lueur d’espoir mais tu étais trop loin Kei et je n’ai pas su t’en toucher deux mots, te demander de l’aide et voilà comment ça se termine. S’il te plait Kei, quand tu liras cette lettre, promets-moi de ne rien faire de mal après, il y a trop de personnes qui tiennent à toi et ça leur briserais le cœur que tu fasses la même erreur que moi. Ne m’en veux pas Kei, je suis faible et lâche, j’ai déconné et j’ai vraiment foiré.

Pardon. »


Je n’avais jamais vu la miss aussi effondrée. C’est comme si elle avait perdu une partie d’elle-même, comme si quelque chose d’important manquait, comme si quelque chose s’était brisé en elle, j’aurais presque pu entendre le son de cette brisure. Je ne saurais pas dire ça autrement, je ne comprends rien à la nature humaine et pourquoi ils pleurent à la mort d’un être précieux. Je peux cependant vous dire que comme tout humains, elle a cessé de toucher à tout ce qui pouvait lui rappeler sa meilleure amie, elle a mis la console, les jeux auxquels elles jouaient et les dvd qu’elles regardaient dans un carton qu’elle a pris soin de mettre au grenier pour ne plus le voir. Keira se renfermait un peu sur elle-même le temps de faire le deuil, ça a duré quelques mois avant qu’elle essaye de passer à autre chose. Le fait de voir Keira sans sourire, le visage vide d’émotion était étrange, ça ne lui ressemblait pas. Puis elle a fini par trouver le réconfort dont elle avait besoin dans les jeux en lignes, elle y restait des jours entiers pour s’échapper un peu de la réalité. Je voyais bien Dilara qui la regardait d’un air désolé à chaque fois que Keira se connectait, elle savait que c’était sa façon de faire son deuil, seulement c’était dur pour ses parents de la voir se mettre dans un tel état. Et un beau jour, alors que la jeune fille jouait, elle avait arrêté toute action en relisant le nom d’un personnage qui se trouvait face à elle. C’est à ce moment qu’elle se souvint de l’article sur le deuil numérique qu’elle avait lu, elle ne pensait pas que c’était vraiment possible, elle ne pensait pas qu’avoir entré Grace Quincy aurait généré un personnage avec son nom. Et puis je l’ai vu ce sourire se dessiner sur les lèvres de l’anglo-turc, ce sourire que je n’avais pas vu depuis des mois, celui d’un dernier adieu, comme si c’était vraiment sa meilleure amie face à elle.

"J’espère te revoir très bientôt Grace."

Elle a refermé son ordinateur avant de descendre voir ses parents. C’est comme si quelque chose s’était soudainement améliorées. Je l’ai vue serrer ses parents dans ses bras en s’excusant de les avoir peinés. Qu’elle est mignonne Keira quand elle veut.

Et puis Keira a commencé à oublier, elle a recommencé à faire les choses normalement, elle a difficilement ressorti sa vieille console et ses vieux films. Elle y a rejoué en prenant soin de ne pas effacer les scores de Grace pour conserver une trace de son passage mais elle n’éprouvait plus autant de tristesse que lors du suicide de sa meilleure amie.

Et vint le moment où Keira entrait en seconde année, ah c’était quelque chose sa rentrée. Mais là nous sommes le weekend après sa rentrée, un samedi matin, il faisait bon d'ailleurs. Elle visait ses écouteurs dans ses oreilles et c'est en prenant le métro que ce fut une autre histoire. Elle s'asseyait face à une blondinette, quelques places plus loin. C’était la petite Alexandra qu’elle croisait souvent en classe d’anglais, elle ne la connaissait que de vue, elles ne fréquentaient pas le même genre d’amis donc elles ne s’étaient jamais vraiment adressées la parole. Keira avait pris la peine de lui sourire avant de poser les yeux sur son livre. Elle surveillait de temps en temps les arrêts en balayant le métro regard pour voir un peu les gens. La blonde à qui elle avait souri n'était plus seule. Keira fermait son livre pour observer un peu les deux garçons qui l'entourait. Ils avaient quand même une sale dégaine qu'elle pensait, tout sec et mal habillés. La brune baissait le son de sa musique pour tenter d'écouter ce qu'ils disaient mais c'était impossible d'entendre à cette distance et surtout avec les autres personnes qui parlaient à côté, elle remarquait juste qu'ils n'avaient pas l'air de connaître la pauvre jeune fille. Elle tentait tant bien que mal de refuser tout ce qu'ils proposaient. Keira fronçait les sourcils et fourrait son livre dans son sac avant de le jeter sur une de ses épaules pour se diriger vers la demoiselle en détresse. Elle lui fit un sourire qui voulait dire "Ne t'inquiète pas, je viens juste t'aider." puis en attrapa un par le haut du t-shirt.

"T'as pas honte d'emmerder une jeune fille qui était tranquille ? Tu t'es vu en plus ? Tu crois vraiment qu'une fille aussi charmante accepterait tous les trucs sales que tu lui proposes ? Mais mon pauvre, t'as vraiment une case en moins, une fille ça se traite pas comme ça. Allez, tirez-vous ou j'en prends un pour cogner sur l'autre et je plaisante pas."

Elle le lâchait en le repoussant un peu vers l'arrière puis passa un bras autour de l'épaule de la petite Alexandra en la serrant doucement contre ses côtes comme pour la rassurer ou pour la protéger. C'était tout de suite plus humiliant pour eux de se faire reprendre par une fille qui avait une musculature presque plus développée qu’eux deux. Ils sont repartis aussi vite qu'ils sont arrivés mais dans le fond je pouvais sentir leur envie de chercher Keira, ce qu'ils étaient naïfs, je l'ai vue à l'œuvre la gamine. Elle a de la force et elle n'aurait pas mis bien longtemps pour en coucher un. Je pense malgré tout qu'elle avait agi comme ça non pas pour se donner bonne conscience mais sûrement pour éviter à quelqu'un de se faire harceler comme Grace, elle voulait sûrement éviter à quelqu'un de saturer et de finir par se jeter dans mes bras, quelle brave fille cette Keira mais elle ne pourra pas tous les sauver. Tu n'es pas un ange gardien Keira, tu es juste toi. Une simple personne qui peut aussi se briser comme tous les autres à un moment.

Elle souriait à la blondinette qui l'avait remerciée avant de sortir à son arrêt. Quelque chose s'était créé entres elles, sans qu’elles le sachent. C'était un lien qui les forçait à se recroiser à l'avenir, un lien fort, un lien qui marquait Keira. La brune se souvenait très bien des traits de la jeune fille, elle se souvenait très bien de son sourire gêné et son timide remerciement lorsqu'elle l'avait aidée. Elle espérait juste la revoir assez vite, mais tu sais Keira, tu la recroisera la semaine prochaine et la semaine d’après. Tu es vouée à la recroiser régulièrement ma petite.

Et maintenant ? Je n'ai plus grand chose à vous dire sur elle. Je me contente d'observer.



Big Browser is watching you


∵ Pseudo : PFU, again, je ne vous lâcherais pas. 8D ∵ Âge en vrai j'ai 19 ans.∵ Comment avez-vous connu le forum ? De la même façon qu'avec Ash. ∵ Code du règlement ◣Minuit sonne, c'est l'heure du crime, Bienvenue à Halloween!◢ J'vous aime, voilà. ♥

©Riva


Invité
Invité
Mer 4 Nov - 15:35
KORA.
J'AIME.
OWI.
RE-BIENVENOUILLE
KEUR ♥
avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 29/09/2015
Messages : 383
Age (du personnage) : 30 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Etudes/Métier : Chef de gang
Pounds : 4354
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Nov - 15:36
Bienvenue ! :)
Invité
Invité
Mer 4 Nov - 17:23
Re-bienvenue !
Invité
Invité
Mer 4 Nov - 18:49
Cœur sur toi ! ♥
Je sais déjà que Kei est géniale, mais hâte de lire la suite ! ;3
avatar
Sophomore
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2122
Age (du personnage) : 17 ans
Orientation sexuelle : Ace.
Etudes/Métier : Lycéenne.
Pounds : 10737
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Nov - 21:16
Keira, ou l'expression du naturel.
I love you.

Rebienvenue ma belle, j'ai hâte de lire ton histoire. ~



Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
Invité
Invité
Mer 4 Nov - 22:11
Bienvenue **
Invité
Invité
Mer 4 Nov - 22:50
Bienvenue ! ♥
Invité
Invité
Jeu 5 Nov - 9:40
Caleb : Mouhéhéhé, je savais que j'avais bien fait de prendre Korra finalement. 8D
Merci cutie. ♥

Xandy, Zack et Ervin : c'est rebienvenue, je suis le DC d'Ashleigh mais merci. ;3

Glenn : merci ! :>

Vicky : amour sur toi. ♥
Don't worry babe, ça arrive. :>

Cath : oui, pour changer un peu d'Ashleigh et son maquillage puant la femme fatale. :p
Elle arrivera dans la journée sa petite histoire et merci. ♥
Invité
Invité
Jeu 5 Nov - 14:59

Validation
Bon eh bien... J'ai rien à redire sur ta fiche ! Quelle cutie cette Keira. <3

Du coup, je te valide ! Maintenant que tu as ta couleur et ton rang, tu vas pouvoir t'acquitter de tâches administratives ! (Youhou, Ô joie !)

♙ Aller recenser ton avatar ;
♙ Créer ta fiche de relations ;
♙ Demander un rp ;
♙ Demander un logement ;
♙ Créer ton téléphone et ton Twitter si tu le souhaites ;
♙ Rejoindre un club si tu es lycéen ou étudiant.

Bon jeu à toi et surtout : HAVE FUN !
©Riva
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Anne ¤ Un homme sans passé est plus pauvre qu'un homme sans avenir. [Terminé]
» (alys) une vie sans amis c'est comme une tartine sans nutella.
» Tu me manques, je sens un vide sans toi[Hugo]
» rp - formulaire de régularisation d'un sans papier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Zone de détente :: Archives :: Fiches membres supprimés-