I love my world. [PV : Albator ~] {Terminé}

avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2115
Age (du personnage) : Twenty six years old.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Etudes/Métier : Informaticien à temps partiel. ... Officiellement. En vérité, c'beaucoup plus compliqué, héhé.
Pounds : 10728
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Sep - 8:47
H.R.P:
 

The name's world is Suffering. Or Pain, maybe, I really don't know at that time. I try badly to stop to bleed out, but it's hopeless. I think about the rain to stop bleeding, 'cause now it's raining fucking cats and dogs, but I don't want to catch a cold and be soaked at the same time. I'm suffering enough, here. I look above me, at the tree which shield very well against the rain. I cannot cry because of the pain, I remember when my mother was asaulted ; compared to her, I'm safe actually. No need to cry, so. I scan my wounds, which are deep. All of them. Bloody hell. I think in suturing them, even knowing my bad, bad, bad, very bad skills ; i can't leave them and die of external haemorrhage. That shit please.

Wow, you think very well. Now's the time to speak up, indeed.
You're so slow, like your lingering pain, dear.
What a bastard you are, even unable to heal himself.
Just suture them, at least you just won't die today.

- Yeah, I don't have any suture thread. What a time to pick in suturing, wanker mind.

... I cannot bare my injuries. I open my bag and search a random thread and a random needle. Oh my god, I will suffer.


Well, you're suffering actually. A pain either way, what difference does it make...

- Shut up, wanker mind.

I finally find what I want. ... Well... Not exactly, but I've said a random thread and a random needle, right ? Even if that... thing isn't a needle... Oh, just a matter of details. I suture my injuries, mangled my lip because of the immense pain - and the wrong technique of my fingers, too -, and this huge pain ended thirty minuts later. I press my head at the trunk behind me and take my phone. Yeah, I've already called my father, but he was on business and he can't discard his job. Not during a few hours.

I brutally screw up around me and... I slap my forehead.
Oh my god.


Shock your head on the trunk, it'd be better.

Shut up, wanker mind, just shut up. I grumble and breath deeply. ... How much time ? How much time he was here ? He see you since the last ten minuts. Ten fucking minuts. Shit. I slip my hand on my face and close my eyes.

I don't know who you are, but please, get out of my view.
Get out now.


Oooooh... Poor thing...

- Shut. The. Hell. Up. Wanker. Mind., I whistle discreetly with my childlike soprano.

©Riva




Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1462
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24302
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Sep - 23:02
HRP:
 


I love my world
CATHERINA FEAT CLEANTHE


Today is a rainy day. You didn’t know at the debut of the day that it will be rainy, so you didn’t bring any umbrella with you. And you regret it, now. Really regret it. Classes are over, and the rain is here, blaming you, tempting you, saying you’ll regret to not have brought any umbrella or jacket with you. You are in a simply shirt and jeans, without anymore clothes, just your bag, and that’s all. And you are damned. Or, more than that, you wanted to believe you were, just damned, or fucking unlucky. You hated it. This sensation that the world is against you, all the time. Eyes shut, sighting once again, like always. Clouds are laughting at your miserably existence under them. You hate this world. You hate this people who’s looking at you, soaked. Then you run. You run under the rain, your steps resonating in the little street. You stop, get a breath, calm down. Hand in the air, putting them in the back, totally soaked. The rain is still here, she doesn’t want to stop, it seems. Shit, really. Damn rain. You hear a voice, behind you, behind the street where you stop. Coming closer to the voice, you cast a glance at the person, alone, who speaks. At the phone ? Or is he speaking alone ? To himself ? Frowning, it seems weird. Really weird, but you say nothing. Just listening to his strange high voice. Like a girl, like a little girl, like a child. Peeking again, you observe the spot, and you can be formal ; nobody beside this person is here. So she’s really speaking to her-self, or she’s really, really weird. A glance at you, and you’re spotted. Oh god. Can I be lucky today ? Or can I fuck myself ? You don’t know what to do. Leave ? Rest ? Go say “hello, how are you ?” You don’t fucking know, you’re lost, lost in your mind, in your thought.

Taking a breath, you move, approach this person. Long hair, blond. Bloody. Fucking bloody, everywhere on her body, luminescent red. It won’t go away, not right now. And more than this, this person… You don’t know if it’s a girl or a boy. Long hair, girly voice. But something is off, to be a girl. You don’t really know what, but knowing a girl’s body, you see that something isn’t okay with this person to be a girl. Then.. A boy ? Really ? With a high pitched voice, really, really long hair, and a poor body ? Oh god, why can’t it be more easy to found out the sex of a person, seriously. Unlucky day, my dear Cléanthe, unlucky day. “Hey, you. You’re a girl, or a boy ?” As if this is the most important thing to ask right now. Are you stupid ? Oh, you don’t really care about the image you’re sent, you just want to know. And right now, at this exact instant, you want to know the sex of this person. The blood ? Pff, you don’t care now. After, just after. You promise.

©雲


avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2115
Age (du personnage) : Twenty six years old.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Etudes/Métier : Informaticien à temps partiel. ... Officiellement. En vérité, c'beaucoup plus compliqué, héhé.
Pounds : 10728
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Sep - 5:17
Well, I'm a brat to have sutured my wounds. I'm just suffering more, now. I close my eyes, pressing more my body at the trunk ; I know very well I could fall if there is not something supporting me. Yeah, something, I don't want that somebody take me in pity. When a spot appears in my eyes, I already know somebody is approaching. Brilliant coordination with my mind, boy. I slap my face, my fingers slipping on it, and I lift up my head in order to see my new companion of talking. Well, he is all alone, he is not twelve. It's something, at least.

A single man can't be twleve people, bastard.
Do you learn mathematic sometimes ?

- Shut. The. Hell. Up. Wanker. Mind., I whistle discreetly with my childlike soprano.

And of course, the man doesn't get out of my view, he is fucking going near me. My fingers are always in my face, and I spread them in order to see better the... Hey, he is too closer. What ? He is only at one meter of me ? It's too closer I said. I sigh and leave my fingers on the grass. The blue of his voice remember me my fucking waking and a light ironic smile paints my lips. Ironie and sarcasm are all I have, right now.

- If I say my name is Catherina, is it helping you more than your eyes ?

I answer with my childlike soprano - an a little bit amusement ( and pain ) in my voice too.


What a luck, it seems like he doesn't see your assholness, bastard.
Oh, I will see that in you.
If he's not one himeself.

Leave me alone, wanker mind. Shut up, shut up, shut the fucking hell up bloody git.

I feel blood in my chin, and I understand that talking makes me bleed out. I turn my head on the left and spit the blood in my mouth. One, two times. God, I'm pathetic, very poignant performance indeed. I breath deeply, failing to choke myself with my own blood, turning my head on the left and I spit the blood in my mouth for the third time. I put my hand on my forehead and I murmur.

- Could you just... leave me alone please ?, I ask slowly, my lips are streaming with blood.


It's not everybody who are bastards like you.
If he's not, he'll help you.
Oh sorry, I've forgotten your fucking pride.
You've got a huge pride and you're fucking unable to heal yourself..
How pathetic you are, bastard.

The hand on my face become a sort of fist, and I murmur again to him to « just go away ». I want to be alone. Even if I'm just in pain right now. I put my head on the trunk and look at the tree.
Go away, you'll be my heroe.

©Riva




Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1462
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24302
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Sep - 23:13
HRP:
 

I love my world
CATHERINA FEAT CLEANTHE


Catherina, huh ? What a joke. He’s kidding. Or more, it’s like he wants to play with you, as if this question was always important. Was always the first thing he was asking to. You sigh. Well, you just have to assume he’s a guy, then. If isn’t a man, then he wouldn’t playing like it seems he does, right ? A hand in your hair, plaicing them again in the back. “I’m Cléanthe, by the way. Even if you don’t want to know, I tell you, just in case. So, need help ?” You tell with a light smile, as if you wanted to play too. We can be two to play a game, y’know. You squat, observing him. Blood on his chin, like if the simple fact to speak make him bleed again. Oh god, he’s really in a poor state. And yet, he wants you to leave him alone. As if, eh. Maybe you’re a bastard, maybe you can be a jerk, but you’re not someone who let other people alone in this… condition, we’ll say.

“As if I’ll let you alone. Are you idiot ?” You look at him as if he was a real moron. The rain is still pouring, but you search in your bag your handkerchief, to remove the blood on his face. Oh, lucky you, for once. It’s here, in the bottom of your bag, as if it wanted to be hidden. Too bad, little bird. You’ll be used and have blood on you, sorry. The fabric barely touch Catherina’s face. A moment of hesitation. But then, you assume your movement. Caressing gently his chin, his cheek, his forehead, removing the blood and the rain of his face. “Well, it’s better like this, don’t you think Mister Girl ?” A pinch of humour, a little and reassuring smile, and really, you think you’re too kind. You don’t know him, you never met him, and yet you help him. Why ? What do you want after this act of generosity ? A reward, maybe ? You don’t want anything. You’re just a simple guy who help another guy, and that’s all. A fucking unlucky day, and now look at you ; you’re helping someone who look like a girl, and doesn’t even want to tell you if he’s a girl or a boy. You’re helping a strange guy, to be simple.

“So, what happened to you ? Someone’s beat you because of your lovely appearance ? Kidding, ok. But really, what happened ? You fucking look horrible y’know.” Oh, you and the delicacy, really Cléanthe. You’re the king in this subject, aren’t you ? But you don’t hide your curiosity. What the fuck can happened to him to be in such a state ? It must be something really, really important, according to you. You just hope he’s not a criminal, or someone you don’t want to know, that’s all.

©雲


avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2115
Age (du personnage) : Twenty six years old.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Etudes/Métier : Informaticien à temps partiel. ... Officiellement. En vérité, c'beaucoup plus compliqué, héhé.
Pounds : 10728
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Sep - 22:53
H.R.P:
 

Be my man, be my boy, be me heroe and just go away... Mais quelle parodie dégueulasse, vraiment splendide Cath'. Je soupire profondément de mon idiotie après lui avoir dit de partir, mais naturellement il ne part pas. D'humeur joueuse, sans aucun doute. Je le toise de mon regard glacé, mon visage taillé dans un marbre congelé et j'oublie rapidement l'idée qu'effleure mon esprit. Me lever ? Pour me casser la gueule ? Non. Parler ? Et puis quoi encore ? Si c'est pour encore cracher du sang en mode winner, on va éviter. Mais visiblement... Il se met à me parler. D'abord un constat qui me fait grogner intérieurement, parce que j'aime pas spécialement que ma connasse de conscience ait raison voyez-vous, puis une question qui se veut rhétorique. Tiens, rien que pour le fun, je vais y répondre de ma voix gelée, ici avec des intonations ironiques, et un peu cassée par la douleur je dois l'avouer.

- Je suis même un enfoiré, elle est pas belle la vie ?

Surplus de sang dans la bouche, je tourne la tête de côté et crache à nouveau ce fluide de vie sur l'herbe mouillée. Le feuillage épais de l'arbre nous protégeait tout de même de l'averse, mais quelques ruisseaux d'eau nous tombaient dessus malgré tout. Perdu dans ma contemplation de l'arbre, je ne vois que trop tard le malheur arriver ; il s'était rapproché avec un... Que... quoi ? Hein ? Dégages bordel ! J'esquisse un mouvement de recul, avant de me rendre compte que je n'ai fait que me plaquer davantage contre le tronc qui me soutenait jusque là. Non. Non, non, non, je ne lui ai pas demandé de dégager pour rien putain, qu'il parte de suite avant que je ne l'égorge. Et ben non ! Quand je dis que la vie est belle, c'est pas beau de se faire nettoyer le visage par une blancheur immaculée quand on a pas envie d'être approché ?

- Pt'êt bien, ouais.

Je grimace brusquement en sentant une nausée prendre d'assaut mon oesophage, et un goût de sang mêlé à une délicieuse bile acide se déposer sur ma langue. Quelle merveille gastronomique. Parler est une très mauvaise idée, aussi je sors mon portable de mon sac. Je n'avais pas envie de perdre plus de sang que de nécessaire, j'avais déjà dû me faire des points dégueulasses qui ne tiendraient que quelques heures ( et qui me faisaient un putain de mal de chien ), mais mes pensées sont vite interrompues par un flot de questions. Un sourire sarcastique se dessine légèrement sur mes lèvres à sa dernière phrase et je tape très rapidement sur mon clavier tactile avant de lui montrer l'écran de mon portable. Quoi, le lui donner ? Mais ça va pas la tête ? Pas question.

« Juste l'air horrible ? Waaah... Ça va alors, j'croyais être un cadavre en décomposition. J'm'en sors bien, en fait. Pour le reste... être premier de la promo de la filière artistique à la Millenium University, ça pardonne pas, comme tu peux le voir. »

Je sors mon casque de mon sac et je me le mets, laissant une douce musique classique couvrir les bruits et couleurs abominables de la ville ( je préfère le blanc un peu foncé, calme, apaisant des musiques classiques que le fuschia dégueulasse des freins de voiture ). Je remets mon portable dans mon sac après m'être assuré qu'il ait tout lu. J'essaie tout de même de me lever dans un élan de masochisme intense, et une fois sur mes propres pieds, je soupire en faisant un pas en avant et... que la chute soit. Mon visage embrasse l'herbe, tandis que mon dos se dit que s'offrir aux perles de pluie tombant des cieux est une bonne option. Je grommelle en me rasseyant vulgairement en tailleur.


Et ben alors, petit enfoiré, on perd son équilibre ?
Oooh... Comme si tu méritais de ne perdre que ton équilibre...
Un enfoiré comme toi aurait mieux fait de mourir, Cath'.
Tu n'es qu'un enfoiré. Un énorme enfoiré.
Et qu'est-ce que t'es con en plus...

J'expire bruyamment, mon visage toujours aussi froid qu'avant, et je regarde ma montre. Ted' ne mettra jamais plus de cinq heures à venir me chercher ici, mais bon, c'est que ça fait quand même mal de se faire passer à tabac. En plus je fume pas, choppez un peu le bad de ma situation... Je m'étire de tout mon long dans une grimace douloureuse et un petit grognement de souffrance extrême, puis je regarde une nouvelle fois ma montre. Je prends mon portable, me disant que le ranger était en fait une erreur ( ta gueule wanker mind ) et tape très rapidement un autre message ( que je n'envoyais pas hein, c'était juste pour écrire et... pour ne pas cracher tout mon sang, accessoirement ) que j'efface tout aussi rapidement. Et je range mon portable, action qui en fait est une excellente idée. Je n'avais pas envie de parler. Je me contente de soupirer et de regarder brusquement un écureuil qui passe par là, et qui grimpe le tronc en nous regardant d'un oeil très méfiant.

Ben voyons.
Comme si je pouvais lui faire du mal dans mon état horriblement déplorable.

©Riva




Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1462
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24302
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Oct - 21:34
HRP:
 

I love my world
CATHERINA FEAT CLEANTHE


Un crachat de sang jaillit de sa bouche qu’il rejette immédiatement sur l’herbe. Quelle mauvaise idée de le faire parler Cléanthe, vraiment très mauvaise idée, je crois bien. Quoi qu’il en soit, tu lis attentivement le message qu’il a écrit sur son portable, avant de ranger de nouveau le mouchoir imbibé de sang dans ton sang. Au diable les cours, un peu de sang ne leur feront pas de mal, de toute façon. Se sera juste l’esthétique qui posera problème ; tu vois déjà de là tes copains de fac te demandant ce que tu as foutu pour foutre du sang là-dessus. Oh, quelle joie. Tu vas pouvoir t’amuser à leur raconter tout et n’importe quoi sur ce sujet-là, tout en sachant qu’ils ne goberont pas un mot de ce que tu leur diras car ils te connaissent, tu adores t’amuse à leur dépend.

« Oh… C’est peut être pour ça que je me disais que ta tête me disait quelque chose, en fin de compte. » Oui, maintenant que tu y pensais, tu avais déjà vu sa tête quelque part. Peut être dans la cour, ou croiser dans un couloir des arts, mais son visage t’est familier. Enfin, lorsqu’il n’est pas trempé jusqu’aux os et crachant sa vie, bien sûr.

Et c’est ainsi que tu admires la magnifique chute au sol dont il offre le spectacle. Tu retiens un rire, sachant pertinemment que ce serait déplacé de rire pour ça, surtout au vu de son état, mais quelle idée de vouloir se lever sans aide lorsque l’on est dans un état aussi lamentable ? Un masochiste ou un idiot solitaire qui ne veut de l’aide de personne. Tu te lèves, faisant deux pas pour revenir à ses côtés, et t’accroupis de nouveau. Tu le scrutes, le laissant sortir son portable, tapant quelque chose puis l’effaçant à coup de spamme sur la touche d’effacement, le rangeant aussitôt après. La pluie es toujours aussi présente et ne semble pas vouloir s’arrêter, et le regard du jeune homme semble attirer autre chose. N’importe où sauf sur toi, comme si tu étais un virus quelconque et que tu risquais de le contaminer si jamais il osait te regarder ne serait-ce qu’une fraction de seconde. Au vu de ses blessures, tu hésites à lui donner de l’eau afin qu’il boive. Mais il n’est pas obligé de boire, après tout.

Fouillant dans ton sac, tu en sors une bouteille d’eau. « Hé, tiens. Prends de l’eau pour te laver ce goût de sang dans la bouche, ça ne doit pas être très agréable, je suppose. » Tout en disant ces mots tu lui proposes la bouteille d’eau de ta main, faisant en sorte qu’il ait le moins de geste à faire, pouvant se reposer le plus possible. Enfin, en espérant qu’il prenne cette foutue bouteille d’eau. Espérant qu’il accepte ton aide, au mois un minimum, ce ne serait pas de trop.

©雲


avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2115
Age (du personnage) : Twenty six years old.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Etudes/Métier : Informaticien à temps partiel. ... Officiellement. En vérité, c'beaucoup plus compliqué, héhé.
Pounds : 10728
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Déc - 17:27
Sérieux, pourquoi faut-il que l'autre reste là, à me dire qu'il se souvient de ma tête dans les couloirs de l'université ? Comme si c'est le moment pour qu'il cause ; c'est surtout le moment pour qu'il s'en aille. Je soupire bruyamment et douloureusement en me levant pour m'éloigner de moi-même, ce qui ne se revèle pas du tout concluant. J'arrive juste à tomber en me scratchant la face au sol. Fais chier.

... Wow. Quel équilibre de merde. ... T'as déjà pensé au suicide ?
Mais t'es qu'un enfoiré... Tu devrais te décapiter au lieu d'essayer de marcher.
Ouais, au moins ça traumatiserait l'autre petit, ce serait marrant.
Quoique, il est en train de pouffer... Tu vois, tu ne peux cacher que t'es un enfoiré.

- Ta gueule. , je siffle entre mes dents alors qu'un filet de sang coule du coin de mes lèvres.

Putain, comme si c'est le moment de ne pas arriver à marcher. Je m'assois en tailleur, ne relevant pas le fait que l'autre s'était moqué de ma chute. En même temps, je suis vraiment risible d'avoir voulu me lever dans mon état... mais il faut que j'atteigne la statue de Trafalgar Law, ce sera là-bas que Ted viendra me chercher. Donc si je peux pas tenir sur mes pieds, j'suis potentiellement dans la merde. ... Putain. Je n'aime pas être faible. Je sors mon portable pour lui dire de se tailler de ma vue, mais j'efface ce que j'écris et je range mon portable au bout du deuxième spam sur la touche 'effacer'. Je ne veux pas parler, et après tout Cléanthe est assez grand pour se démerder solo, l'ignorer n'est pas un problème.

Un trait barre ma vision et m'arrache à la contemplation de cet écureuil qui grimpait dans un arbre en glanant un regard méfiant aux deux humains que nous sommes. Je lève mes yeux pour voir que l'autre s'était rapproché. Mon visage froid reste de marbre, et je ne peux empêcher mon sourcil de s'arquer en voyant une bouteille d'eau dans mon champ de vision.


Wow, mates un peu ça, il a carrément les couilles d'aider un enfoiré de ton espèce.
C'est peut-être une façon de te demander de te tuer, tu ne crois pas ?

J't'ai pas sonnée, wanker mind, ta gueule. Putain, le jour où ma conscience m'écoutera je serais plus en paix bordel de shit. C'est quand je vois une fumée de bleu-gris, quand l'autre parle quoi, que je me rends compte qu'il est accroupi, à deux pas de moi. Par réflexe, je recule d'un... 'pas' ( je suis assis, c'est pas vraiment un pas quoi ), très vite stoppé par le tronc de l'arbre qui m'étourdit un peu. Hein ? C'est quoi ce délire ? D'où il croit m'aider celui-là ? ... Je regarde mes vêtements, mon visage toujours aussi froid et calme. Ouais bon... J'suis pas vraiment dans un état incitant à ce qu'on me fiche la paix, m'enfin...

Je ne prends pas la bouteille d'eau, je me contente de la fixer. Je n'en veux pas. Pas besoin. Je vérifie rapidement mes points de suture sans bouger, en me basant exclusivement sur je ressens, et je constate que l'un d'entre eux est mal fait. Celui de mon mollet. Les enflures... Je reprends mon fil et mon aiguille qui n'en est pas vraiment une et je suture mieux la plaie sans un bruit. Seuls mes yeux se plissent sous la douleur. Je laisse la pluie nettoyer le sang autour avant de remettre correctement la manche de mon pantalon du bout des doigts. La bouteille d'eau était toujours tendue en face de moi. Je soupire, à nouveau.


... J'l'aime bien, moi. Au moins il n'est pas un enfoiré, lui.
Eh, si tu essayais de boire de l'eau ? Si t'as trop de sang dans l'oesophage ça fluidifera le tout.
Même si t'as plus de chances pour que ça te bloque l'oesophage encore plus... Mais c'n'est qu'un détail, à ton stade.

Mais ta gueule, wanker mind. Je me relève sur mes deux pieds, non sans plisser les yeux quand je m'appuie par réflexe sur la jambe gauche qui est ma jambe d'appui mais aussi ma jambe la plus en charpie actuellement, et je laisse mon dos et mes bras collés au tronc de l'arbre. Pas question de tomber une deuxième fois. Je sors alors mon portable pour écrire quelques mots.

« Nope, pas besoin. Le risque que je m'étouffe entre mon sang et l'eau est assez grand, j'préfère ne pas m'asphyxier en fait. Ce serait un peu con, à ce stade. Merci quand même. Et sérieux... va-t-en. »

Je reçois pile à ce moment un sms de Ted' qui me dit de me rapprocher de la statue de Trafalgar Law, qui à pied est plutôt loin de là où je suis. En bus ça ne prendrait que dix minutes, mais pas question d'y aller en bus dans mon état. Sans me détacher complètement de l'arbre, je fais un pas. Je lâche l'arbre et en fais un deuxième en manquant de tomber à nouveau. La jambe gauche seigneur dieu, la jambe de gauche. Je remets de justesse tout mon poids dans la jambe droite et je clopine lentement vers Trafalgar Law. ... Ouais, j'ai pas fait un mètre en une minute. Je tiens sur mes deux jambes, okay ? Fermez-la. Je range à nouveau mon portable dans mon... il est où mon sac ? Je tourne lentement ma tête derrière moi. Fais chier. Il est au pied de l'arbre que j'ai mis une minute à quitter.

©Riva



H.R.P:
 



Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1462
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24302
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Fév - 9:34
HRP:
 

I love my world
CATHERINA FEAT CLEANTHE


Murmurant un ‘ta gueule’ à quiconque l’entendrait, tu te demandes quand même s’il ne s’adressait pas à toi. Mais tu n’avais pas parlé, alors c’était quelque peu… impossible, en fait. Peut être qu’il se parlait à lui-même –ça t’arrivait à toi aussi de temps en temps, mais pas aussi vaillamment, dirons-nous. Dans tous les cas, tu avais décidé de ne pas y faire attention, aussi avais-tu sorti ta bouteille pour la lui donner.

Bouteille qu’il regarde comme si c’était l’enfer des enfers, pire que Satan lui-même si jamais il osait ne serait que la toucher. D’un côté tu trouves ça marrant qu’il se refuse à tout prix d’accepter de l’aide de quelqu’un au vu de son état, autant que tu trouves ça totalement idiot et inconscient de l’autre côté. Alors tu restes le bras en l’air, comme ça, la bouteille des suppos de Satan à la main, attendant qu’il fasse un geste, qu’il te dise quelque chose, n’importe quoi, que tu puisses lui donner ou reposer la bouteille d’eau, peu importe.

Tu t’étais attendu  à beaucoup de choses, mais certainement pas à ce qu’il recouse son point de suture qui avait l’air de se barrer en l’air, littéralement. Ce n’était pas très ragoûtant. Voir même pas du tout. Mais genre, vraiment pas. En fait, tu tournes même la tête durant ce laps de temps. Oh, il pourra bien se moquer de toi en disant que tu n’es qu’une petite fleur fragile, mais bordel, voir une aiguille entrer et ressortir de la peau comme ça, comme si la peau n’était qu’un tissu et rien de plus, juste, nope, tu ne peux pas. C’est impossible. Et sérieux, le sang qui sort en plus de tout ça, donnant une image bien gore, tu te croirais presque à l’intérieur d’un film d’horreur si jamais des insectes sortaient de ses plaies. Berk. Tu dois vraiment arrêter de regarder ce genre de film avec l’autre folle, sérieusement.

Quand il semble avoir fini –c'est-à-dire quand tu aperçois du coin de l’œil sa tête qui se relève un peu-, ton regard revient vers lui. Déjà, il n’arbore plus cette expression de souffrance –normal, ah, que t’es con parfois-, mais tu t’abstiens cependant de tout commentaire. Ce n’est pas l’envie qui t’en manque, pourtant, mais tu te dis qu’il vaudrait mieux déjà qu’il te prenne cette foutu bouteille d’eau des mains, parce que ton bras commencent sérieusement à te demander de le remettre correctement. Et c’est à ce moment là, qu’enfin –oh mon dieu tu l’impression de n’avoir attendu que ça toute ta vie (tu exagères totalement mais c’est pour ton propre amusement après le spectacle auquel tu viens d’assister, hein, juste histoire de laver tes yeux de cette scène dégoutante), il se décide à sortir son portable et à taper dessus. Et qu’il n’efface pas, cette fois –woah.

Tu lis enfin qu’il ne veut pas de ta bouteille d’eau –sérieusement, mec, ça n’aurait pas été plus simple de le lui dire directement au lieu de le faire attendre comme un idiot ? apparemment non-, que tu ranges la bouteille dans ton sac, ton bras trop bien heureux de faire enfin quelque chose de sa misérable existence (autre que de rester en l’air). Et tu n’as même pas le temps de te demander ce qu’il va faire ensuite que ton bras s’abaisse, et que tu vois le nouveau message d’un certain Ted s’affichant sur son écran, lisant en même temps le dit message. Oui, ça ne se fait pas, oui, c’est vraiment mal, et oui, tu t’en fous éperdument. Au moins tu sais où il veut lorsqu’il tente une relève digne d’un titan –un titan blessé, mais avec toute la force dont il est capable. Et une bonne minute passe lorsqu’il te passe devant, et qu’il n’a fait qu’environ une cinquantaine de mètre. Même pas un mètre, en une minute. Avec ses jambes qui semblent porter le poids du monde sur leurs genoux.

Il se retourne, et tu captes qu’il y a quelque chose qu’il veut au pied de l’arbre que tu n’as pas quitté, bien trop occupé à admirer ce zombie tenter tant bien que mal de marcher vers la statue –le point de rendez-vous tu supposes. Tu soupires. Et dire que tu voulais juste rentrer chez toi en vitesse, et tu te retrouves à vouloir aider quelqu’un dans un état lamentable. Ma bonté me perdra, penses-tu alors que tu récupères le dit sac que tu rajoutes sur ton épaule libre, de l’autre côté de ton propre sac en bandoulière. « Allez compagnon, en route vers la statue de Trafalgar. Pas question que je te laisse y aller tout seul dans cet état, même si ça doit me prendre la journée. Et tu n’as pas le droit de discuter, au fait. Ce n’est pas négociable. »

Hors de question que tu te fasses remballer encore une fois, sinon tu jures que tu vas repartir avec son sac, mais que tu laisseras l’énergumène ici, et tant pis pour lui. Tu auras essayer, tu n’auras plus rien à te reprocher.  

©雲



avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2115
Age (du personnage) : Twenty six years old.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Etudes/Métier : Informaticien à temps partiel. ... Officiellement. En vérité, c'beaucoup plus compliqué, héhé.
Pounds : 10728
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Fév - 13:50
Je me retourne en regardant mon sac comme la pire des enflures. Saleté de sac qui n'est pas fichu de rester sur mon épaule. Je bouge un peu mon épaule et un sifflement suraigu sort de mes lèvres, provoquant une vision tâchetée d'une myriade d'étoiles d'un gris très clair. Bordel de shit. C'est bizarre, je crois que je suis en train de souffrir à mort. Je secoue la tête et je m'apprête à rebrousser chemin quand je vois Cléanthe qui prend mon sac sur son ép-...

- Tu crois qu'tu fais quoi là, Albator ?

Je lance d'une voix noire de menaces et de froideur de mon soprano de fillette de quatre ans. Je fais un pas vers lui pour reprendre mon sac mais j'oublie encore une fois cette foutue jambe gauche et je me ratatine sur Cléanthe. J'aime ma crédibilité, vraiment, c'est un don des cieux. Mon cul, ouais. Je me redresse lentement et je me penche vers mon sac. Si je n'ai pas trois pansements dans mon sac je vais crever. Alors que je fouille dedans ( en tachant les vêtements d'Albator mais ça, tant pis pour sa gueule ), un trait bleu barre ma vision.

Deux pansements en main ( putain de merde ), mes mouvements s'arrêtent. Je suis... froidement interdit. Interloqué sans que cela ne se voie. Je me relève lentement, non sans manquer de me casser la gueule ( jambe gauche un jour je me vengerai ), du sang qui coule encore un peu au bord des lèvres à cause de ma précédente prise de paroles. J'ai mis mon portable dans mon sac et j'compte plus l'utiliser pour parler. Alors là, plus jamais. Je lui darde un regard noir et je reprends mon sac, non sans une certaine violence pour mon état.

- J'perds assez d'sang comme ça.

Je déclare après que mon regard se soit adouci dans une moindre mesure. Je pose un pansement à mes précédents points de suture, et un autre à ma hanche. ... Okay, si dans moins de deux heures je n'ai pas de soins, je suis in the middle shit. Je crache un petit caillot de sang... et du sang tout court... en m'étouffant à moitié... tout en me laissant aider. Génial. Je déteste ça. J'ai horreur de ça. Laissez-moi vomir tout mon sang, merci, je sais très bien que ma vision est en train de flouter et que je suis dans un état faible. Non sans blagues. Ma main droite est cramponnée à la bandoulière de mon sac ( passée sur l'épaule droite ) et je m'arrête en me laissant à moitié choir sur Cléanthe, ma main libre massant une tempe.

Putain. De. Merde.
On a fait que trois ou quatre pas en une minute. Well well well...

Je me raccroche à la... veste... d'Albator pour éviter de tanguer et je ferme les yeux. Il y a trop de bruits dans cette ville. J'ai envie de massacrer toutes les voitures environnantes. Ta gueule wanker mind. Je respire lentement et calmement. Je dois m'appuyer sur la jambe droite. J'ai mal partout mais je dois endurer et supporter donc mes douleurs sont supportables. Parfait ? Parfait. Je me redresse et je me mets à marcher, en tanguant plus que dangereusement par moments mais sans perdre mon équilibre. Pas à pas, lentement.

S'il s'avise de me proposer de m'appuyer sur lui, je le tue.
... Ta gueule wanker mind, c'n'est pas du tout ce que j'ai fait. Connasse.

©Riva




Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1462
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24302
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Mai - 12:04
HRP:
 

I love my world
CATHERINA FEAT CLEANTHE


Ignore sa remarque, ignore sa remarque. Respire un coup. Okay, c’est bon, tu t’es un peu calmé. Jusqu’à ce qu’il se casse la gueule sur toi, oh que c’est drôle. Tu jures pendant un instant, pendant que tu le laisses récupérer son précieux sac, où il fouille tout en étant encore sur toi. A te salir. Enfin, à tâcher de sang tes vêtements. Super, ils sont complètement foutu maintenant, presque bon à jeter. Ah, vraiment, qu’est-ce que tu adores ce mec, là maintenant tout de suite. Tu lui en foutrais bien une si seulement il n’était pas déjà assez amoché comme ça. Mais bon, tu respires un grand coup, tu expires. Tu vas te calmer. Tu dois te calmer, sinon tu risques de le prendre par la peau des fesses et de l’amener jusqu’à son point de rendez-vous comme ça. Et ça ne sera ni amusant pour lui, ni pour toi. Parce que c’est pas pour dire, mais tu aurais très bien pu le laisser crever là, quand même.

‘La bonté te perdra’, disent-ils. Sûrement est-ce vrai, surtout dans cette situation exacte, à cet instant précis, où il se met à cracher un petit caillot de sang après t’avoir fait bien remarquer que tu l’emmerdais, et ce au plus haut point. Et bah, heureusement que l’on t’a appris la patience et le « calme petit, calme », parce que sinon tu l’aurais déjà laissé tomber et laisser gire dans sa propre crasse. Sous la pluie. Histoire qu’il est bien froid, t’vois.

Mais bon, tu n’étais pas de ce genre là. Non, au contraire, tu l’aides à marche un peu mieux, non sans froncer les sourcils à chaque fois que tu entends des sortes de petits bruits de douleurs, et que tu vois le sang qui continue de s’écouler comme un flot sans fin. Ouais, il a vraiment besoin d’aide. Il a vraiment besoin de soin, surtout. Tu espères juste que vous n’arriverez pas trop tard et qu’il ne crèvera pas sur toi. Ce sera déjà une bonne chose.

Dans tous les cas, tu te demandes dans combien de temps vous y arriverez, à cette foutue statue. Non parce que bon, ne faire que quelques mètres en a peine une minute, ça craint. Tu as presque envie de lui demander s’il veut pas que tu le portes, ça sera plus rapide. Beaucoup plus rapide que ce que vous faites en ce moment, en tout cas. Mais tu sens que si tu oses lui demander, peut importe comment, s’il accepte ton aide, il va tout simplement t’envoyer chier. Et essuyer un nouvel échec, mais très peu pour toi, actuellement.

En tout cas, une fois qu’il a retrouvé un peu d’appui sur toi, qu’il semble de nouveau sur pied –ah, quelle belle expression que voilà, surtout pour lui dans cette situation là-, tu recommences à marcher un peu plus rapidement. Vous n’avez pas le temps, pour le coup. C’est ça passe ou ça casse, et vous avez intérêt à faire vite, sinon ce sera foutu de chez foutu.

« Désolé, tu dois sûrement souffrir le martyr à cet instant précis, mais on a pas le choix que d’accélérer si tu veux pas y passer. Tu verras, une fois qu’on sera à cette foutue statue la douleur ne sera plus rien tant tu seras heureux d’être arrivé à ce foutu point de rendez-vous. »

Et tu parles, tu parles, pour essayer de le divertir un peu de la douleur qu’il peut ressentir. Surtout qu’avec la pluie, ça ne vous aide par vraiment pour marcher. Obligé d’y mettre plus de force, sauf que celui qui gît presque sur toi n’a pas forcément ça en réserve. Donc ça craint. Donc tu dois te dépêcher, et accélérer la cadence sans t’arrêter, même si tu l’entends te proférer des insultes –tu es quasiment sûr qu’elles ne vont pas tarder même s’il n’a rien dit pour l’instant-. C’est un peu une question de vie ou de mort, après tout.

©雲



avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2115
Age (du personnage) : Twenty six years old.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Etudes/Métier : Informaticien à temps partiel. ... Officiellement. En vérité, c'beaucoup plus compliqué, héhé.
Pounds : 10728
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Mai - 17:39
Je mords ma lèvre inférieure à sang et je m'écarte d'Albator pour remettre à marcher correctement... en tanguant dangereusement. Au moins je marche tout seul okay ? Vos gueules. Ma démarche lente se fait soudainement dépasser par l'autre qui est en train de courir un marathon. Bon, il ne fait que marcher plus vite en soi... non, il court un marathon. J'accélère également le pas pour arriver à sa hauteur. Va falloir suturer aussi ma lèvre inférieure, je pense que je la charcute tellement qu'elle doit ressembler à rien.

Albator se met alors à parler tout en accélerant encore un peu le pas. Adieu ma lèvre. Dès la première phrase, un sourire sarcastique détruit mon expression glaciale. Je souffre le martyr ? Ah bon ? Depuis quand ? J'ai pas mal du tout. Ta gueule wanker mind. J'entends d'une oreille distraite le reste de ses mots. Hein ? J'suis pas respectueux ? Que dalle, je viens de me rétamer la gueule dans un bruit sourd. Explosion de noir pétrole dans la vision, merci connasse de synesthésie, c'est la couleur idéale pour me calmer. Quelle chance.

Un sifflement strident sort de mes lèvres ( tiens, une courbe dorée ) et, à la ligne bleue barrant toujours ma vision, je devine qu'il est toujours en train de parler. Un soupir amusé sort de mes narines, comme une expiration légère. Putain que la douleur a le don de me transformer en poète. ... Non j'ai pas mal. Je n'ai jamais mal, c'est une légende. J'éternue brusquement. ... Okay, j'avoue tout. Je souffre. Wanker mind ta gueule.

- Navré de te casser dans ton délire, mais à ce rythme dans deux minutes je clamse. Tu vas trop vite.

Je lance, un léger mouvement de tête indiquant que c'est plutôt moi qui n'est pas en état de garder un rythme aussi soutenu. Et je crache un flot de sang en tournant la tête de côté. Détail. La statue de Trafalgar Law me paraît être à des kilomètres alors qu'elle n'est pas si loin en soi. Je soupire. Je siffle. Du sang sort de mes lèvres. D'ailleurs, ma lèvre inférieure existe toujours ? Je la tapote et un haussement de sourcils confirme ma douleur. Elle est charcutée. Parfait. Je la mords de nouveau pour surmonter la douleur ambulante que mon corps est devenu. Saloperie.

Je me rapproche de Cléante et je passe un bras autour de ses épaules. Et je m'arrête pour reprendre mon souffle et me regarder brièvement. Mes points de suture ne se sont pas encore rouverts, quel miracle ! Je le regarde et je penche ma tête, légèrement. Et je mets les trois quarts de mon poids sur lui. Cadeau de la maison.

- Sorry et merci.

S'il me porte, je le frappe. J'suis mal en point mais j'ai encore ma fierté. Je respire doucement - bruyamment en fait - par le nez et je recommence à marcher sous son impulsion. Ça fait moins mal, surtout que ma jambe gauche est de son côté. Saleté de jambe d'appui... Au bout de quinze minutes, je remercie les cieux de ma soudaine lenteur, on arrive au niveau de Grosvenor Square... et des routes. Une invasion de fuschia explose dans ma vision et je grogne. Connasses de voiture. Wanker mind j't'ai pas sonnée. Ta gueule.

Je m'arrête devant le passage piéton et je m'appuie à un des poteaux. Je fouille dans mon sac en fermant les yeux pour juguler la douleur ( ma lèvre commence sérieusement à faire mal en fait... ) et j'en sors mon portable. Jamais je ne pourrais arriver jusqu'à Trafalgar Law, jamais. Putain que ça fait mal à la fierté... Une fois mon portable en main, j'écris un message pour qu'il puisse le lire et je lui tends mon portable. S'il essaie de se barrer avec, je lui lance mon laguiole dans la gueule. ... Je suis crédible.

" J'suis déjà en train de voir du noir, Trafalgar est beaucoup trop loin. Merci de m'avoir aidé, au fait. Oui j'suis doué avec les remerciements, de rien de rien, c'est un plaisir.

Sinon, tu peux appeler mon père ( Teddy Bear dans les contacts ) et lui dire qu'on est à Grosvenor Square ? Parce que si je fais un pas de plus, je clamse. ... Et j'vais pas tarder à clamser tout court, donc bon...
"

Je sais d'avance que je vais le regretter. Je le sais très bien... mais j'ai pas envie de crever non plus. J'me filerai des baffes quand je serais guéri. Ma fierté est en miettes. Merci, vraiment. La journée de remise des diplômes est censée être joyeuse bordel...


©Riva



H.R.P:
 



Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1462
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24302
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Mai - 19:41
I love my world
CATHERINA FEAT CLEANTHE


Tu roules des yeux en l’entendant se plaindre. Et encore plus lorsque qu’il te crache une belle petite mare de sang. Oh, nice shot ! Et sans déconner, t’aurais bien besoin d’une glace, bordel. Histoire de te refroidir, parce que même si la pluie est, genre, super ennuyante, et que tu te les pèles, c’est ton cerveau qui aurait besoin d’être refroidi.

Parce que plus tu y penses, et plus c’était idiot de faire ce que tu as fait. N’importe qui dans l’univers t’aurais dit que c’était de la folie pure, que tu n’étais qu’un abruti de première, d’aider quelqu’un personnellement, plutôt que d’appeler bien gentiment les urgences, pour lui sauver la peau convenablement. Mais bon, apparemment tu es assez abruti pour suivre ces instructions, tout comme maintenant ou tu la ralentis réellement la cadence, afin qu’il ne te crève pas dans les bras, cet idiot insultant.  

Tu sursautes un peu en sentant Catherina qui arrive comme une fleur sur toi, passant un de ses bras autour de tes épaules, afin de prendre un plus appui et d’être plus solide contre le sol. Et bordel de chiotte, il pèse son poids, le bougre. Il n’a pas l’air bien gros pourtant, ou alors c’est à cause de la pluie que tu as l’impression qu’il pèse plus qu’il ne le devrait, ou alors tu n’as pas fait assez d’exercices de muscu’. Ah ! Comme si tu en faisais, de toute façon.

Dans tous les cas, l’entendre te remercier te choque plus que tout autre chose, pour le coup. Jamais tu n’aurais cru entendre un petit remerciement, et attention, un « pardon », aussi. Un ‘pardon’, vous vous rendez compte ?! Woah, tu as du très certainement halluciné. Ou peut être pas, au vu du visage du blondin qui semble lui hurler à la mort pour sa fierté bafouée. Ma foi, ce n’est pas plus mal, en fin de compte. « Tu me remercieras quand on sera arrivés en vie là où tu dois aller. Garde ça pour plus tard. »

Et vous recommencer votre petit bout de chemin comme ça. Bien sûr, tu vas bien plus lentement, surtout avec les trois quarts de son poids sur toi, mais bon, au moins tu fais bien en sorte d’essayer de ne pas aller trop vite pour lui, afin qu’il ne se remette pas à cracher du sang, ou que ses blessures se rouvrent. Ce serait bien le pire qui pourraient vous arriver, à ce niveau là de votre petite aventure improvisée.

Vous arrivez enfin devant les routes qui semblent décourager Catherina, et puis pas qu’un peu, vu comment il est appuyé contre un poteau. Tu le laisses faire, il sait de toute façon ce qui est mieux pour lui que toi. Alors tu attends, sur le trottoir, regardant le blondin qui semble chercher son portable, et une fois trouvé, tape quelque chose. De long, apparemment. Mais il ne te faut pas longtemps avant de te demander ce qu’il peut bien écrire, étant donné qu’il te tend de lui-même son portable que tu prends avec précaution –cette pluie t’a trempé de partout y compris tes mains, alors tu aimerais éviter que le portable ne glisse et se crash sur le sol. Enfin, tu te mets à lire ce qu’il a écrit, et soupire un peu. « T’es vraiment nul en remerciement, mais bon, au moins tu me remercies, je suppose. » Tu rigoles un peu avant de reprendre avec sérieux. « Je pense que c’est effectivement la chose la plus raisonnable à faire, oui. Bon, je vais appeler ton père, alors, en espérant qu’il arrive à temps… »

Tu te mets alors à chercher dans les contacts le fameux ‘Teddy Bear’ que tu trouves sans difficulté, et tu presses le bouton pour l’appeler. Un, deux, trois, quatre… Oh, il décroche. Et tu ne lui laisses pas le temps de parler, que ta langue déclare la situation d’urgence. « Hm, bonjour Monsieur, je suis un… ‘ami’, de votre fils, et il aurait vraiment, vraiment besoin que l’on vienne le chercher pour le soigner, en fait. Genre, vraiment. Etat d’urgence, je dois vous avouer. » Ouais, bon, tu es absolument nul en situation d’urgence où tu te mets à paniquer. Parce que tu penses vraiment que l’autre blond pourrait clamser d’un instant à l’autre, et en plus, son père, tu ne le connais absolument pas. Te mettre dans une situation merdique où tu ne gères pas du tout le stress ; c’est fait.

©雲



avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2115
Age (du personnage) : Twenty six years old.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Etudes/Métier : Informaticien à temps partiel. ... Officiellement. En vérité, c'beaucoup plus compliqué, héhé.
Pounds : 10728
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Mai - 10:39
Un poteau vert dans ma vision m'appelle et je m'appuie sur lui. Instantanément, comme si le miracle n'attendait que l'espoir pour se carapater avec lui, ma vision se mouchette de tâches noires et une migraine commence à pulser sa cadence à l'arrière de ma tête. Je siffle plutôt bruyamment sous le coup de l'agacement et du sang me remonte dans la bouche avec une bonne nausée en prime. C'est pas le moment de cracher mes tripes et mes boyaux, c'est sans doutes mes boyaux qui sont les seuls intacts dans ce merdier. Un bourdonnement insupportable et mêlés d'ultrasons se colle à mes oreilles durant mon sifflement. Okay, ne faire aucun bruit. Et faire en sorte que Ted vienne me chercher en vitesse, j'ai promis à Cand' de vivre et c'est vraiment pas le moment de manquer ( ou d'approcher des limites, same thing here ) à une de mes promesses.

Vas-y bastard, sors ta loyauté de bouse juste pour ne pas briser ta fierté.
Ça va, c'est juste une fierté bastard, ça se reconstruit avec le karma, y'know...
Ouais, par contre, ça m'étonnerait que tu sois à nouveau dans un tel état.
Égorges l'autre là, il l'a bien mérité après tout.
Et les voitures aussi, elles sont chiantes les voitures.
C'est un ordre bastard.
Tue-les tous.
Et massacres bien ton psyché aussi, c'pas drôle sinon.
Tu as une seconde bastard... Une seule.

Mais vos gueules. Dégagez d'mon chemin, vous m'gênez là. Et j'ai bien assez avec un début de migraine, me refilez pas une céphalée avec vos conneries. Je fouille mon portable dans mon sac, les tâches noires se reconnaissant quelque peu et je place mon portable dans les rares zones où je vois encore. Je tape super vite sur le clavier, ou du moins d'une rapidité qui me paraît être extrême au vu de mes actuelles capacités. Je tends le message écrit dans la direction d'Albator ( ou là où il est censé être vu que je ne le vois plus actuellement ) ( dans un flou quasiment noir quoi ) et je ne me suis visiblement pas trompé vu que je ne sens plus mon portable entre mes doigts. Good thing.

Ma vision noire s'agrandit lentement et se déplace par ondulations d'un côté à l'autre de mon champ visuel. Jai dû perdre un peu trop de sang. Dès que Ted arrive, ça m'étonnerait même pas que je m'évanouisse dans ses bras ; je sais très bien que je suis en sécurité avec lui. Une tâche bleu vient percer ma vision qui commence à se faire de plus en plus floue ( et noire, au cas où l'idée ne serait pas passée ) et m'indique qu'Albator est en train de parler. Mon visage est orienté vers le sol et je m'efforce de garder une respiration profonde, calme et sereine. Au moins un truc que j'arrive encore à faire, vu que je n'entends pas ma respiration et que je ne suis pas en train de faire une syncope.

Comment ça au moins je le remercie ? J'allais le faire de toutes façons, vu qu'il m'a aidé. ... Je suis pas en état de refuser de l'aide, même si ma fierté me hurle dans les oreilles que... wanker mind mais dégages putain... Tss. Salope de conscience. Je ferme les yeux vu que ma vision qui se fait la malle est en train d'aggraver ma migraine. Je ne prête pas attention à son rire ( totalement compréhensible, vu mon état ) ( et mon caractère de merde, mais ça c'est à cause de ma wanker mind okay ? ) et je lève une main à la recherche de son bras ou son épaule. Je tombe sur... son torse. Okay. Je remonte ma main jusqu'à son épaule et je m'appuie sur lui comme sur le poteau, s'il tombe je le tue, et je m'approche de l'oreille qui doit être près de mon portable pour entendre la conversation aussi. Dans tout ce qu'il a dit, mon cerveau a seulement retenu qu'il allait appeler Ted'.

Ma main se pose sur un autre poteau qui est juste dans mon dos pour éviter que Cléanthe ait à supporter le poids lourd et mort d'une personne en voie d'évanouissement ( j'dois vraiment avoir une sale gueule en fait ) et je charcute toujours autant ma lèvre inférieure pour rester conscient. Quand Ted décroche et vu le débit de paroles soudain d'un Albator paniqué, j'ai presque envie de rire. Un sourire malicieux se forme sur mes lèvres. Il a oublié une information capitale, le lieu où on est. Je tapote l'épaule libre d'Albator ( ou sa nuque, j'sais pas, j'vois rien là ) et lui désigne les alentours, mais c'est Ted qui demande d'un ton parfaitement calme où nous sommes. Et, fait qui ne m'étonne pas, il demande une seconde après pourquoi c'est pas moi qui l'ait appelé.

Comme un con ( je suis au bord de l'évanouissement 'kay ? ), je vais pour lui répondre « parce que j'peux pas parler Ted, j'dois avoir un truc bloqué dans la trachée ou alors un reflux de sang dans l'oesophage » mais c'est un gargouillis incompréhensible qui se fait entendre. Je détourne la tête vers la droite ( je sais que Cléanthe n'est pas là, merci j'suis appuyé sur son épaule droite ) et je crache encore du sang. Je pose ma tête sur son épaule. Ted, bouges ton cul, fais-toi devin j'sais pas mais grouilles. Si dans une demi-heure il est pas là, j'donne pas cher de moi. Et si je vais à l'hosto, ça va être la catastrophe.

- Albator. Grosvenor Square, côté RH.

Détournement de tête, mais je crache pas du sang cette fois-ci ; il suinte de mes lèvres. Je serre le poteau de ma main gauche d'autant plus fort et j'entoure la taille d'Albator de mon bras droit pour ne pas tomber. Ma tête n'a pas bougé de son épaule. Je respire calmement. Ça va aller. On est bien ? On est bien. Wanker mind ta gueule.


©Riva




Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1462
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24302
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Mai - 11:25
I love my world
CATHERINA FEAT CLEANTHE


Okay, tu ne gères pas, pas du tout même. Tu dois bien avouer que pour le coup, t’es du genre inutile de la vie, à stresser pour rien, alors que t’es juste au téléphone, bordel de couenne. T’es au téléphone, et c’est ce seul coup de fil qui déterminera si le petit ego surdimensionné de monsieur Catherina doit continuer à vivre ou non. Et même si ça te fait mal de l’admettre, tu dois prendre en main les choses, parce que tout dépend de toi. Ou presque. Alors oui, ta voix est faiblarde, ta voix tremble un peu, tu parles à une vitesse à laquelle ton interlocuteur ne comprend peut être pas grand-chose, mais hey, tu es état de panique, avec un blessé à mort sur les bras, et tu n’as jamais eu à subir une telle pression de toute ta vie. Sérieusement. Jamais tu n’as eu à te dire que la vie de quelque dépendait de toi, et autant te l’avouait tout de suite ; tu détestes ça. Plus jamais ce stresse, pitié.

Mais tu n’as pas vraiment le temps de continuer à stresser dans ta petite caboche que le blond revient vers toi et s’appuie de nouveau sur toi. Tu es droit comme un i, tendue comme une chemise que l’on repasse, mais heureusement qu’il est là, toujours vivant, toujours saignant sur ton épaule, étrangement ça t’apaise un peu. Juste un peu, mais c’est déjà ça, hein.

Tu entends les questions se son père, tu entends le crachement de Cathy. Okay, tu sais qu’il crache beaucoup depuis quelque instant, et t’as vraiment, vraiment envie de l’emmener toi-même à l’hosto. Mais tu sais que tu n’en seras certainement pas capable. Pauvre de toi. Alors tu répètes ce que t’as dit Cathy – votre position en ville, bien sûr, que t’es con de ne pas y avoir pensé avant, mon dieu. Bon, tu mets ça sur le coup, du stresse, de tout ce que tu es en train de jouer avec ce seul coup de téléphone, mais tu dois te ressaisir. Tu inspires, tu expires, tu passes une main du côté de l’épaule de Cathy pour le soutenir lorsqu’il s’accroche un peu plus à toi, et maintenant, tu reprends la parole. « Cathy – Heu, pardon, Catherina ne peut pas vraiment vous parler pour le moment, il est dans un état vraiment, vraiment grave. Si on ne l’emmène pas à l’hôpital dans les minutes qui suivent, j’ai peur qu’il y reste. » Woah, une phrase complète sans bégayer, sans stresse, tout d’un coup. Well done Clé, well done.

Tu entends Ted qui te demande exactement où vous êtes, et tu lui réponds le tout naturellement du monde – en étant un peu pris au dépourvu, évidemment-, que vous êtes devant la grande rue, près d’un poteau sur lequel s’accroche Cathy (en même temps qu’il s’accroche à toi mais ça, tu ne le dis pas par contre. Trop gênant, merci bien.) Dans tous les cas, tu espères juste qu’il sera là à temps. Qu’il arrivera, qu’il emmènera Cathy - tu t’en branles qu’il t’emmène avec eux ou non, tant que l’on te donne de ses nouvelles, tant que l’on te dit qu’il s’en est sorti, que tu lui as sauvé la vie, au moins un peu. C’est tout ce que tu désires.

Et à entendre le dit-Ted à l’autre bout du combiné, il ne va pas tarder. Il t’a lancé un ‘j’arrive, ne bougez-pas’, et tu comptes bien suivre ce qu’il te dit. Tu ne bougeras pas, tu resteras planter là, devant les voitures qui vous passent sous les yeux, en sentant la pluie sur ton corps entier, et la pression du corps de Cathy qui se fait de plus en plus lourd. Ouais, dépêchez-vous, Ted. Tu auras sa mort sur sa conscience s’il te clamse entre les doigts, et tu ne te le pardonneras certainement jamais.

« Tiens bon. Il arrive. » Tu essaies de faire en sorte que ta voix ne tremble pas, qu’elle ne montre pas la peur qui arrive à grand pas, la panique qui pointe le bout de son nez. Désormais, ce n’est qu’une question de temps.

©雲



avatar
Chef de gang
Date d'inscription : 08/09/2015
Messages : 2115
Age (du personnage) : Twenty six years old.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Etudes/Métier : Informaticien à temps partiel. ... Officiellement. En vérité, c'beaucoup plus compliqué, héhé.
Pounds : 10728
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Mai - 15:50
Ma tête me fait mal. Plus ça va, plus je comprends que je serais en sécurité dans pas longtemps plus mon cerveau pousse lentement le mode off. Il n'y a que grâce à mon charcutage intense de lèvre inférieure que je ne suis toujours pas évanoui, comme si je n'ai pas assez mal putain. Albator est toujours stressé, il bégaie, mais vraisemblablement mon rapprochement et ma prise de paroles sans crachat de sang doit l'avoir rassuré. Je passe rapidement mon bras autour de sa taille, son épaule est trop haute et merci j'ai beau me comporter en warrior de la douleur j'tiens pas à me faire mal sans m'en rendre compte. Mon cerveau a décidé de se concentrer sur la douleur de ma lèvre qui se fait charcuter, le reste est en fond. ... Ouais. J'dois être dans un état lamentable. Et la sale gueule que j'tire doit être épique, haha...

C'est lui qui explique pourquoi je ne peux pas parler, sans bégayer cette fois. Wow, Albator tu m'épates. Je vais pour applaudir mais j'abandonne assez vite en me voyant tanguer dangereusement vers le sol en esquissant le geste. Et d'ailleurs j'crois que j'ai rien bougé du tout, j'ai juste essayé de dévisser main gauche du poteau qui s'est greffé à ma paume. Ce fut la mauvaise idée du siècle. Enfin bon... Mes paupières closes se ferment brusquement encore plus, mes dents arrêtent leur charcutage ( putain la douleur du corps qui arrive dans la gueule ) et une nouvelle gerbe de sang sort de mes lèvres ( par terre ou à moitié sur le ventre d'Albator ) ( j'vois un peu rien en fait ). Ma vision est complètement floue et les tâches noires mangent presque les 95% de ce que je vois. Même en ayant les paupières fermées, ouais ouais, j'suis trop un génie en fait. Je souffre. Les points de suture de ma jambe gauche ont sauté, j'me suis appuyé dessus que peu de temps en plus. Putain, comment ça se fait qu'ils ont sauté bordel de shit ?!

Ma main se dirige d'elle-même vers ma jambe tandis que mon bras droit serre encore plus Cléanthe. J'dois l'étouffer en fait. J'm'en fiche pour l'instant. Je touche du bout des doigts l'endroit qui me fait mal et un sifflement ténu sort de mes lèvres. Merde merde merde, j'avais juste pas suturé cet endroit. Ah bah c'est pour ça que ma jambe gauche me fait un mal de chien et qu'en marchant c'est pire. J'avais suturé ma jambe gauche pourtant... Je bouge un peu ma main et ma tête retombe lourdement sur l'épaule de Mister. Okay, j'avais suturé l'autre plaie mais j'en avais oublié une. P'tain qu'je suis un winner. Je me redresse et rapidement je passe mes deux bras autour de sa taille. J'peux m'appuyer que sur ma jambe droite. Ah au fait, j'l'ai pas dit mais j'ai mal. Je cherche un coin de ma lèvre inférieure plus ou moins intact et je le charcute quand j'entends Albator dire que Ted devrait pas tarder. Okay petit corps. Tu tiens.


... Flingues toutes ces voitures bordel.
Massacres ce connard qui ose t'aider.
Fais sauter la ville, bastard.
Et plombes ton père bastard !
Putain c'est lui qui le mérite le plus, à te refiler et entretenir tes gènes d'enfoiré !
Sinon, tu peux te pendre avec tes trippes tu crois ?
Ah mais tu vois rien... Demandes à l'autre connard.
De suite, bastard.
De suite.

TA GUEULE ! J'expire fortement et douloureusement par les narines. Ta gueule wanker mind. Ta gueule. Dégages de ma conscience. Dégages d'ici. Barres-toi. Casses-toi en morceaux. Sors de ma vie, connasse. Putain de voix de merde, dégagez et arrêtez de pourrir ma conscience merde quoi ! Mon emprise autour d'Albator se desserre un peu et je me mets à compter mentalement les secondes. Au bout de 714 secondes, j'entends un bruit sec mais je ne le vois même pas. Le choc psychologique, ou peut-être le fait que je suis en train de m'évanouir, j'sais pas. Je reconnais juste l'odeur de Ted et ses bras me soutenir. Peut-être qu'Albator l'aide aussi. Je sens à peine la banquette arrière de la voiture. Mon cerveau a tout mis mode off, j'me suis évanoui en bonne et due forme.

***

Leary, le père de Catherina, s'arrête rapidement dans un crissement de pneus audible. Il sort vite de la voiture, regarde à peine l'état de son fils qui semble déjà être en train d'y passer et demande au Brun de l'aider à se mettre sur la banquette arrière de la voiture d'un geste de la tête. Il ouvre d'abord la porte et transbahute son fils dedans. Il lui fait signe d'aller devant, et une fois sur le siège passager, ne se préocuppant même pas de sa ceinture - mise seulement par réflexe - il démarre en trombe.

- ... Okay man. On fonce chez les Illarion, on arrive d'ici un quart d'heure normalement. D'ici là, racontes-moi tout ce que tu sais. ... Et tu ne repartiras pas sans que je te laisse le numéro de Cath, il t'appelera quand il sera réveillé.

Il. Déjà, ça coupait court au doute que son apparence laissait planer et que le Brun peut avoir ; Catherina est un homme. La dernière phrase de Leary était prononcée sur un ton dur où l'espoir était absent, comme si son fils est obligé de se réveiller quelque soit le temps que ça prendra.

- Partant de là, j'ai besoin du tien aussi. Bref. Je t'écoute.

Leary trace aussi vite qu'il peut, trouve des montagnes de calme et de patience pour ne pas s'énerver contre les feux rouges ou les embouteillages, qu'il évite en prenant plein de petites ruelles. Vingt minutes plus tard, il descend de la voiture et ne regarde même pas si le Brun le suit ou est reparti vers le métro de Brixton qui n'est pas loin. Il porte Cath et sonne directement chez son amie qui, déjà prévenue, avait appelé une équipe médicale chez elle. Le coût de tout cela allait être terrifiant mais dans l'immédiat Leary s'en fiche. Tant que son fils se réveille et qu'il peut guérir de ses blessures, il se fiche du reste.

©Riva



H.R.P:
 



Thanks le vioque. ~

Event de Pâques 2016:
 

Event Noël 2016:
 
avatar
Étudiant en art
Date d'inscription : 09/08/2015
Messages : 1462
Age (du personnage) : 19 y.o
Orientation sexuelle : Bisexuel.
Etudes/Métier : Art ; design graphique.
Pounds : 24302
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Mai - 17:29
I love my world
CATHERINA FEAT CLEANTHE


Tu le sens qu’il tangue contre toi, tu le sens qui s’accroche encore plus – tu sens son poids, surtout. Tant qu’il ne s’évanouit pas, tu es bon. Tout est bon, tant qu’il ne perd pas pied, tant qu’il est toujours conscient. Parce que toi, tu sais pas ce que tu vas faire si jamais il te lâche, si jamais il te laisse tout seul dans cet état lamentable –parce que t’es pas vraiment beau à voir non-plus, avec le sang que tu as un peu partout, et trempé en plus de tout ça. Mais évidemment ta prière n’a certainement pas été entendue, un petit Dieu en haut doit au contraire bien s’amuser, vu que tu sens son poids qui devient plus lourd sur ton corps, alors que tu le sens tomber, et que tu sens (oh seigneur merci) le poids qui se soulève comme par magie. Et hop, un homme devant toi, un homme auquel tu n’avais pas du tout fait attention tant tu étais préoccupé par les changements de Catherina. Mais maintenant tu le vois bien, l’homme qui t’aide, l’homme qui te désigne la voiture d’un mouvement de tête, avec la porte arrière déjà ouverte, te désignant également qu’il faut que vous l’emmeniez jusque là bas, que vous l’allongiez avant qu’il ne soit trop tard.

Alors tu le suis, tu aides l’homme que tu penses identifier comme Ted –son père-, installant le blond derrière, et t’installant ensuite devant sous ses directives. Tu mets la ceinture à peine avant quelques secondes avant qu’il ne démarre, et woah, quelle vitesse. Il te parle un, te demande de lui expliquer tout depuis le début. Alors tu lui dis. La bagarre, le sang, les points de sutures –urg, tu as un peu de mal à en parler d’ailleurs, c’était vraiment dégoutant-, le fait qu’il crachait beaucoup de sang, et son énergie qui se drainait plus le temps passait. Tu lui racontes jusqu’au moment où tu l’as appelé avec le téléphone de Catherina, lui disant que la suite, il la connaissait.

Après ça, tu lui notes ton numéro de portable sur un papier qu’il t’a tendu, prenant celui de Catherina au passage, vu qu’il te l’a demandé. Et hop, son numéro enregistré, espérant au moins avoir de ses nouvelles, sachant s’il s’en est sorti ou non. Tu lui poses le numéro sur le petit tableau de bord, et la suite du trajet se passe de façon assez… Stressante. Tu sens bien la peur qui règne, l’espoir qui essaie malgré tout de gagner du terrain, mais ce n’est pas si facile que ça. Alors vous essayez de détendre l’atmosphère – ce que tu fais dans ta vie, ton âge, ta famille, tes amis. Tu parles un peu de tout et de rien et il t’écoute, parfois il te répond, mais il ne parle pas beaucoup de lui, comme s’il préférait ne pas en dire trop. Et tu comprends, à la limite, tu viens à peine de le rencontrer, que ce soit lui ou le blond, vous ne vous connaissez pas vraiment.

Fort heureusement vous arrivez assez vite chez son amie, où tu l’aides à faire entrer Cathy, mais tu ne vas pas plus loin que le pas de la porte. Tu ne penses pas avoir le droit, étrangement, tu ne penses pas que tu devrais entrer, aller plus loin. Ce serait comme violée une certaine intimité tu as l’impression, et tu n’en as pas envie. Tu l’as déjà emmené jusque là, tu lui as même peut être sauvé la vie en quelques sortes, mais tu préfères t’arrêter là et attendre les nouvelles. Alors tu salues son père, tu salues l’amie que tu as à peine aperçue un peu plus loin, et tu t’en vas. Tu repars vers le métro qui n’est pas trop loin, tu repars sous la pluie qui continue à se laisser tomber sur toi, alors qu’il n’y a plus rien à mouillée. Et comme au début, comme avant, comme ça a commencé, tu rentres chez toi, sous la pluie, le cœur lourd d’inquiétude pour Catherina, espérant qu’il s’en sortira. Espérant recevoir des nouvelles.

©雲



Rp terminé.


Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I love my world. [PV : Albator ~] {Terminé}
» ☺ Love Circus ♥ [PV Aurore] [Terminé]
» Jirair Aleksandr - Running through this world, all alone. TERMINÉ
» Noah || let's set the world on fire {Terminée]
» [TERMINÉ] I fall in love with you every single day. - EDWARD.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Londres ▬ La ville :: Les parcs-